Paris – Les anciennes halles – Partie 1

Paris - Les anciennes halles - Partie 1 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui 15123-6

Guerre 1939-1945. Les Halles centrales de Paris. Mai 1941.

12962-12 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

Vue générale avec l’église Saint-Eustache, le boulevard de Sébastopol, la rue des Halles et la rue de Rivoli. 1865-1870.

1303-15

 Les Halles centrales.

1336-1

Les pavillons des Halles en cours d’achèvement sous le Second Empire.

14326-14

Le quartier des Halles centrales avec la bourse de Commerce, l’église Saint-Eustache et les établissements Omer Decugis et fils, commissionnaire en fruits, légumes et primeurs. Gravure, « Le Bulletin des halles, bourses et marchés », 11 juillet 1894.

13557-11

La place des Halles au XVIIIème siècle.

1419-14

Le début de l’horreur! Le « trou » des Halles. Février 1977.

1475-2

Les Halles. Angle des rues Baltard et Berger, en 1889-90.

1435-6

 Intérieur des Halles centrales de Baltard (1851-1854), vers 1920.

1442-15

Intérieur d’un pavillon des Halles centrales de Paris (Victor Baltard, architecte).

1981-8

Le pavillon des Halles centrales (1854-1870), construit par l’architecte français Victor Baltard.

 Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Paris d’antan – 5ème partie

Le Pont Neuf, paradoxalement plus vieux pont de Paris (bâti au XVIe siècle), mène cette foule de badauds de la Samaritaine (ouverte en 1870) au quai du Louvre, en passant par le square du Vert Galant sur la pointe de l’Ile de la Cité. En 1985, le pont a été emballé par l’artiste Christo.

Paris d'antan - 5ème partie dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui 14332

Mise en service en 1864, la gare du Nord est achevée un an plus tard. Construite pour remplacer l’embarcadère de Belgique qui s’est révélé indadapté, elle dessert de grandes villes européennes – telles que Bruxelles, Amsterdam ou Londres – qui sont représentées par les 8 grandes statues qui surplombent sa façade.

14340 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

Habitants du quartier latin ou étudiants empreintent la rue Soufflot qui mène au Panthéon. Cette ancienne église dont Louis XV a posé la première pierre en 1764, est devenue un temple républicain en 1885, date de l’inhumation de Victor Hugo.

14344

Inaugurée en 1859, cette ligne de chemin de fer relie la place de la Bastille à la gare de Vincennes. Un peu plus d’un siècle plus tard, en 1969, le dernier train sonne le départ. Rachetée en 1986 par la Mairie de Paris, la ligne a été réaménagée en une promenade pédestre, dite « promenade plantée », qui traverse tout le XIIe arrondissement.

14350

Mis à part la colonne de valises d’Arman qui trône dans la cour de Rome depuis 1985, la gare St-Lazare n’a pas beaucoup changé depuis la Belle Epoque. Construite en 1837, elle prend son aspect actuel à la suite des aggrandissements mis en place par l’architecte Juste Lisch pour l’Exposition universelle de 1889.

14524

Paris, ville intemporelle…Mis à part les bateaux qui se sont modernisés, la vue sur Notre-Dame et l’Ile de la Cité n’a pas changé depuis la Belle Epoque.

14526

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

- Paris d’Antan – Partie 4.

- Paris d’Antan – Partie 3.

- Paris d’Antan – Partie 2.

- Paris d’Antan – Partie 1. 



Hong-Kong d’autrefois – Partie 7

 Hong-Kong d'autrefois - Partie 7 dans Photographies du monde d'autrefois 
 Route de Jiulongtang - Hong-Kong
 dans Photographies du monde d'autrefois
 
Victoria Street - Hong-Kong    

          

 Hong-Kong et les hauteurs du Peak     

La terre noire du Yuen - Hong-Kong - 1951 

New-York Theater – Hong-Kong 1950

 

Honk-Kong Wanzai Xuannishi – 1963

Hong-Kong – 1964

 

Histoire de Hong-Kong

 75px-Hong_Kong_SAR_Regional_Emblem.svg

Bien qu’occupé depuis le néolithique au moins, le territoire de ce qui constitue aujourd’hui Hong Kong est resté hors de la plupart des événements majeurs de la Chine impériale pendant toute son histoire. Il ne commença à devenir un point d’attraction mondiale qu’à partir des années 1840, lorsqu’il devint un avant poste européen en Extrême-Orient. Possession anglaise à partir de 1842, Hong Kong est revenu à la Chine en 1997. Il est depuis le territoire le plus riche de la république populaire.

À partir des années 1840, les Anglais occupent le territoire pour des raisons stratégiques : il se situe à la sortie du delta de la rivière des perles, une grande région commerciale. Plus précisément, sa position lui permet de contrôler Canton, qui était dans la première moitié de XIXe siècle le principal port de commerce chinois, sur la rivière des perles situé 170 kilomètres en amont sur le fleuve.

En 1841, l’île compte environ 7500 habitants, pêcheurs surtout, et producteurs de charbon de bois. Lors de la première guerre de l’opium, les anglais prennent possession de l’Île de Hong Kong, d’une superficie de 80km². Située à proximité de Canton, elle assure aux commerçants britanniques une plus grande indépendance vis à vis du pouvoir politique chinois. La cession est officialisée l’année suivante par le traité de Nankin. Dix ans plus tard, l’île compte 33 000 habitants. À partir des années 1850, la rébellion Taiping entraîne l’arrivée de nombreux réfugiés.

À l’issue de la Seconde guerre de l’opium, le territoire de Hong Kong s’agrandit : la Chine doit abandonner la péninsule de Kowloon, qui se trouve au nord de l’île (convention de Pékin, 1860) : Le recensement de 1865 compte 125 504 résidents, dont 2 000 européens ou américains.

En 1898, l’Allemagne, la France et la Russie acquièrent des droits sur différents territoires chinois. Par réaction, le Royaume-Uni cherche à agrandir leur colonie de Hong Kong. Ils signent avec la Chine la « deuxième convention de Pékin », qui leur attribue un bail de 99 ans sur des zones adjacentes à Kowloon et sur quelques îles. Ces espaces, connus sous le nom de Nouveaux Territoires, restent longtemps peu utilisés. Les projets de développement importants ne datent que des années 1970.

La croissance démographique se poursuit, et différentes activités économiques se développent. La population reste pourtant assez pauvre en moyenne. Hong Kong compte 1,6 millions d’habitants en 1941. Le territoire souffre très fortement lors de l’occupation japonaise après l’attaque de Hong Kong par le Japon, et la population redescend à 600 000. Avec l’arrivée au pouvoir des communistes en Chine (1949) se produit un afflux de réfugiés.

Hong Kong connaît à partir des années 1960 un essor économique. Celui-ci est d’abord fondé surtout sur le textile, puis, à partir des années 1970, la finance prend une place prépondérante.

À partir de 1979, le président chinois Deng Xiaoping entreprend d’ouvrir économiquement la Chine avec l’étranger. L’expérience se limite d’abord à des zones économiques spéciales. Hong Kong, qui devient alors un point stratégique pour les échanges étrangers en Chine : presque tous viennent de la colonie anglaise, ou tout au moins transitent par elle. Parmi les premières zones à bénéficier de ces investissements, une connaît un développement spectaculaire, Shenzhen, située aux portes de Hong Kong.

Les Nouveaux Territoires ayant été cédé pour 99 ans, ils doivent revenir à la Chine en 1997. L’île de Hong Kong et Kowloon en revanche peuvent théoriquement rester anglaise. Cependant, par Déclaration commune sino-britannique, signée le 19 décembre 1984, le Royaume-Uni s’engage à remettre à la Chine l’ensemble de la colonie en 1997. La République populaire quant à elle s’engage à garder le régime économique et le mode de vie hongkongais pendant 50 ans. C’est la politique dite « un pays, deux systèmes ». Le 1er juillet 1997, Hong Kong devient la première région administrative spéciale chinoise. L’événement donne lieu à une cérémonie retransmise dans le monde entier.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 1.

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 2.

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 3.

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 4.

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 5.

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 6.

- Shangaï Années 30 – La Ville Chinoise.

- Shangaï Années 30 – La Pagode de Longhua.

- Chine – 1900 – Partie 1.

- Chine – 1900 – Partie 2.

- Chine – 1900 – Partie 3.

- Chine – 1900 – Partie 4.



Shakespeare and compagny

Shakespeare and compagny 630Shakespeare 

 

 

Ernest Hemingway, Man Ray, André Gide… tous fréquentèrent la bibliothèque américaine Shakespeare & Company, rue de l’Odéon. Fondé en 1919 par la bouillonnante Sylvia Beach (1887-1962), le lieu devient l’une des âmes du Paris cosmopolite de l’entre-deux-guerres. Amie des écrivains désargentés, la jeune femme vole au secours de James Joyce, en mal de publication pour « Ulysse ». Elle s’improvise alors éditrice. Et organise même le passage clandestin du livre depuis le Canada jusqu’aux Etats-Unis, où le roman a été interdit ! Dans ses « Mémoires » (publiés pour la première fois en 1956 et réédités aujourd’hui), elle a l’élégance de ne pas se donner le premier rôle. La plume légère comme les bulles du champagne dont abusait son ami Francis Scott Fitzgerald, elle préfère croquer une série de portraits vifs et tendres. C’est toute une époque qu’elle ressuscite. Celle d’une bohème insouciante et joyeuse, quand Paris était le centre du monde culturel. Des années folles emportées par la guerre, au cours de laquelle Sylvia sera déportée six mois durant : elle avait refusé de vendre à un officier allemand un roman de son cher James Joyce.

Bonne lecture

Saint-Sulpice

 

« Shakespeare & Company », de Sylvia Beach, traduit de l’anglais par George Adam (Mercure de France, 306 pages, 22,50 E).



12345...14

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne