Lucien Clergue

Lucien Clergue dans Photographie: Grands Photographes artwork_images_424753439_517185_lucien-clergue

Nu Zébré – 1997 -  Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

artwork_images_140197_321261_lucien-clergue dans Photographie: Grands Photographes

Nu Zébré, New York – 1998 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

el-culo-lucien-clergue-750661

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Clergue.Zebrees

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Nu_zebre_small

Nu Zébré – 1996 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueNuZebre1

Nu Zébré – 1997 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueNudalaRiviera

Nu da la riviéra  1994 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueTroisFemmesaRockport

Trois femmes à Rockport, Maine – 1998 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

 

 

 

Biographie de Lucien Clergue

N

Lucien Clergue (né le 14 août 1934 à Arles) est un photographe français. Il est membre de l’Institut. Dès l’âge de 7 ans, Lucien Clergue apprend à jouer du violon. Quelques années plus tard son professeur lui révèle qu’elle ne peut plus rien lui apprendre. Issus d’une famille de commerçants modestes, il ne pourra pas poursuivre ses gammes au conservatoire. En 1949, il apprend les rudiments de la photographie. Quatre ans plus tard, lors d’une corrida à Arles, il force le destin en mettant ses photos sous le nez de Pablo Picasso. Celui ci est subjugué et demande à en voir d’autres. Pendant un an et demi le jeune Clergue travaille dans le but d’envoyer des photos à Picasso. C’est durant cette période que parallèlement aux « charognes » il crée la série des « Saltimbanques » ou « La grande récréation ». Le 4 novembre 1955, Lucien Clergue se rend à Cannes, chez Picasso qui le reçoit à bras ouverts… leur amitié durera près de trente ans, jusqu’à la mort du Maître. Le livre Picasso mon ami retrace les moments importants de leur relation.

En 1968, il fonde avec son ami l’écrivain Michel Tournier le festival de photographie des Rencontres d’Arles qui se tient chaque année à Arles au mois de juillet.

La ville d’Arles lui consacre en 2007 une très importante rétrospective à travers 360 photographies datées de 1953 à 2007.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2003 et est élu membre de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, le 31 mai 2006, à l’occasion de la création d’une nouvelle section consacrée à la photographie (no VIII). Sa réception sous la coupole a eu lieu le 10 octobre 2007. Premier titulaire de son fauteuil, M. Clergue a retracé dans son discours l’histoire de la photographie.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

A regarder aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi:

 

51Q2CBMO7NL._SL500_AA240_

 

Lucien Clergue semble faire tourner le monde autour de lui. Sans jamais vraiment s’éloigner de sa terre natale, Arles, il a su devenir un des photographes français les plus reconnus à l’étranger. L’œuvre qu’il a construite s’appuie autour de thématiques, comme autant de sources vives qu’il fait rayonner : les gitans, Picasso, la tauromachie, le nu, la Camargue, la poésie, le sable… L’œuvre est multiple, toujours surprenante, comme en témoignent ses derniers travaux en surimpression. Mais la vie de Lucien Clergue est également indissociable des actions qu’il a menées en faveur de la photographie avec la création, en 1970, des Rencontres internationales de la Photographie d’Arles, devenues un rendez-vous incontournable du monde de la photographie. La publication de cet ouvrage, en mêlant ses images les plus emblématiques et de nombreux documents consacre l’œuvre d’un homme qui depuis plus de cinquante ans écrit avec la lumière.
 

- Lucien Clergue par lui-même et Gabriel Bauret aux éditions de la Martinière – 231 pages – 50€



Norman Rockwell – Partie 2

Norman Rockwell - Partie 2 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... 61011-10

Trumpet Practice – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

60994-10 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

The Gossips – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

60877-10

Barbershop Quartet – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

4692

Shear Agony – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

61008-10

Shuffleton’s Barbershop – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

4693

Chilling Chore – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

4679

Coal Season’s Coming – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

81623-10

Outward Bound – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

4682

Swatter’s Rights – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

60990-10

Going and Coming – Crédit Dessin: © Norman Rockwell 

 

 

 .

Biographie de Norman Rockwell

N

 180px-Rockwell-Norman-LOC

 

Norman Rockwell, né à New York le 3 février 1894 et mort à Stockbridge (Massachusetts) le 8 novembre 1978, est un peintre et illustrateur américain.

Peintre de la vie américaine, dans un style naturaliste, il est célèbre pour ses couvertures de magazines réalisées pour le Saturday Evening Post.

Enfant, il présente des prédispositions naturelles pour le dessin et entre en 1908 à la Chase School of Fine and Applied Arts. En 1910, il abandonne ses études et entre à l’Art Students League of New York, où il perfectionne sa technique auprès de George Bridgeman et Thomas Fogarty. À seize ans, il illustre son premier livre, Tell me why, Stories, et commence une longue collaboration avec le mouvement des boy-scouts des États-Unis en illustrant la revue Boy’s life.

C’est en 1916 qu’il propose sa première couverture pour le magazine The Saturday Evening Post. Il devient dès lors le peintre de l’Américain moyen et son nom est à jamais identifié à cette revue dont il réalise les plus célèbres illustrations et couvertures jusqu’en 1960. En 1935, il illustre les romans de Mark Twain, Tom Sawyer et Huckleberry Finn. En 1943, il participe à l’effort de guerre en publiant l’affiche The Four Freedoms distribuée dans le monde entier. Dans les année 1950, il est considéré comme le plus populaire des artistes américains et fait les portraits d’Eisenhower, de Kennedy et de Nasser. Il peint son Triple Autoportrait : par une mise en abyme, le peintre se peint en train de se peindre en se regardant dans un miroir. En 1958, il peint The Runaway.

 

 

 009_575-010

Norman Rockwell – Triple Self-Portrait

 

 

Les années 1960 voient le déclin de l’illustration au profit de la photographie et le changement de directeur artistique amène Rockwell à quitter le Saturday Evening Post. À la fin des années 1960, il travaille pour la revue Look et illustre des thèmes plus en relation avec les convulsions politiques du temps. Sa plus célèbre illustration pour Look représente une petite fille noire américaine se rendant à l’école, escortée par des agents fédéraux, en pleine période ségrégationniste. Vers la fin de sa vie, il fera encore des affiches publicitaires et le calendrier des boy-scouts jusqu’en 1976.

L’art de Norman Rockwell se situe dans une période charnière de l’histoire de l’illustration. Il est l’héritier de la tradition américaine du XIXe siècle et tout particulièrement de Howard Pyle, qui en fut l’un des plus importants représentants par ses livres d’aventures et qui l’influenca très profondément. À la suite de Joseph Christian Leyendecker, sa peinture sera représentative d’une nouvelle manière qui s’imposera avec l’essor des magazines illustrés entre les années 1920 et 1950. Il fait la synthèse entre ces deux courants et, par son style précis et méticuleux, il annonce l’hyperréalisme.

Outre Pyle et Leyendecker, Norman Rockwell fut influencé par des maîtres de l’art occidental. Vermeer, Frans Hals, Chardin, pour leurs scènes d’intérieurs, le Meissonier des peintures de genre, le portraitiste John Singer Sargent. On trouve aussi des réminiscences de Winslow Homer dans ses illustrations de Tom Sawyer. Les illustrateurs anglais de l’époque victorienne ont eu aussi une grande influence, tels ceux des ouvrages de Charles Dickens ou de Lewis Carroll, Hablot Knight Browne, Arthur Rackham et John Tenniel.

À son tour, Norman Rockwell influencera nombre d’illustrateurs à travers le monde.

Norman Rockwell a expliqué son travail technique dans deux ouvrages, My Adventures as an Illustrator et Rockwell on Rockwell : how I make a picture. Il commençait par choisir son sujet, dont il faisait plusieurs esquisses et croquis pour élaborer l’idée de départ, puis il réalisait un dessin au fusain très précis au format identique à celui de la toile définitive. Il reportait ce dessin sur la toile et commençait la peinture proprement dite. Il peignait à la peinture à l’huile très diluée à l’essence, chaque couche était recouverte de vernis à retoucher, ce qui aura des conséquences néfastes pour la conservation de certaines de ses toiles, le vernis jaunissant de manière irrémédiable.

À partir des années 1930, Rockwell ajoute un nouvel auxiliaire à son travail, la photographie, ce qui lui permet de travailler avec ses modèles sans leur imposer des temps de pose trop longs. Le procédé aura une influence sur son œuvre en orientant sa peinture vers le photoréalisme.

Le style de Norman Rockwell a été qualifié de storyteller (narratif). Comme illustrateur, il faisait en sorte que ses œuvres soient en parfaite correspondance avec les textes qu’il illustrait (c’est le cas de Tom Sawyer). Pour ses couvertures de magazines, chaque détail avait un rôle dans la narration de la scène. Son travail a évolué d’un naturalisme hérité du XIXe siècle à une peinture plus réaliste et précise dans sa période la plus prolifique. Il use aussi de la caricature pour accentuer le caractère comique de certaines situations.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

- Voir aussi:

- Norman Rockwell – Partie 1.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

517W2VC9RNL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_

 

Le Normand Rockwell était un artiste autant prolifique que doué. En plus de beaucoup de ses peintures, il a créé plus de 500 couvertures de magazine et des milliers d’illustrations commerciales. Dans ce volume, un des fils de Rockwell a soigneusement passé en revue l’énormecollection de son père et a choisi ses représentations préférées pour chaque décennie. Beaucoup de pièces viennent de la collection privée familiale et sont publiées ici pour la première fois; cependant, quelques bests-sellers sont représentés, comme le triple auto-portrait… Beaucoup d’images ont été reproduites à partie des originaux donc les détails et la texture sont de grande qualité.

- The Best Of Norman Rockwell par Tom Rockwell ( En tant que compilateur) aux éditions Courage Books,U.S ( En Langue Anglaise ) – 176 pages – 18€

—-

51lJ4E11wkL._SL500_AA240_

N

Cet album grandeur nature de couvertures du Saturday Evening Post capture les événements quotidiens et les moments historiques de l’histoire américaine.

- Norman Rockwell: 332 Magazine Covers par Christopher Finch aux éditions Abbeville Press Inc.,U.S ( En langue Anglaise ) – 376 pages – 8€

—-

51TK5X0CC9L._SL500_AA240_

N

- Norman Rockwell: 1894-1978 America’s Most Beloved Painter par Karal Ann Marling aux éditions Taschen – 96 pages – 7€



Max Dupain – Partie 2

Max Dupain - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes 0062

Australia – 1940 – Crédit photo: © Max Dupain

n

Fgallery1-9 dans Photographie: Grands Photographes

Icecream at Townsville – 1943 - Crédit photo: © Max Dupain

n

Fgallery6-6

Circular Quay - 1938 – Crédit photo: © Max Dupain

n

Fgallery1-4

Morning commuters, Circular Quay – 1938 – Crédit photo: © Max Dupain

n

Old street, Hobart, Australia – 1947 – Crédit photo: © Max Dupain

n

Salamanca Place, Hobart, Australia  - 1947 – Crédit photo: © Max Dupain

n

Elizabeth Street, Hobart, Australia  - 1947 – Crédit photo: © Max Dupain

 

 

Biographie de Max Dupain

 

Max Dupain est un des photographes les plus révérés de l’Australie. Son travail a été rassemblé par la plupart des galeries australiennes et mondiales ainsi que par des collectionneurs privés dans le monde entier.

Né à Sydney en 1911, il y a vécu toute sa vie, photographiant la ville de la fin des années 1930 jusqu’à peu avant sa mort en 1992. Il a fait quelques séjours à l’étranger dont Paris en 1988 pour photographier l’Ambassade australienne mais surtout il a été intéressé par la photographie de l’architecture, des paysages, côtes et villes australiennes.

Pour beaucoup d’Australiens, les photographies de Dupain définissent la culture de plage et c’était la plage qui était sa source d’inspiration la plus célèbre.

Cependant, ce n’était pas juste la plage et Sydney qui ont retenu son attention. En commençant au milieu des années trente, Dupain a exploré la plupart des genres; portraits, nus, nature morte et particulièrement l’architecture.

La philosophie de Dupain pourrait être résumée en deux mots, simplicité et droiture. Avec cela en mémoire, Dupain est resté un fervent adepte de la photographie en noir et blanc. Il a estimé que la couleur limitait son objectivité et ne permettait aucune interprétation individuelle correcte. Il a continué à photographier jusqu’à quelques mois avant sa mort en juillet 1992.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

n

- Max Dupain – Partie 1.

A lire:

n

dupainsbeachesBook

 

- Dupain’s Beaches par Jill White aux éditions Chapter & Verse – Année de parution: 2000 (Voir en occasion car je crois qu’il est épuisé en « Neuf »)



Alexandra Fort

 Alexandra Fort dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... gal_26865

Son Ombre - 2009 – Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

N

gal_26866 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

Sans Titre - 2009 - Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

N

gal_26867

Protège Moi - 2009 – Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

N

gal_26868

Refuge - 2009 – Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

N

gal_26869

Sans Titre - 2009 – Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

N

gal_26870

Sans Titre - 2009 – Crédit Peinture: © Alexandra Fort~Galerie Artisho

 

 

 Cette Artiste Corse réside à Alata en Corse du Sud. Elle est, n’en doutons pas un instant, vouée à un avenir des plus prometteur. Son travail en est la preuve avérée.

N

Pour en savoir plus: Alexandra Fort.

 

 Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



12345...8

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne