Paris et la Parisienne

une Parisienne tente le patin à glace sur les bassins gelés de la place de la Concorde.

Paris et la Parisienne dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui 53661

Joséphine Baker célèbre le succès de la pièce « Vent de folie » en compagnie de sa troupe – 1931

53663 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

Une jeune Parisienne à moto demande son chemin à un chauffeur – 1947

53667

Elue Miss Paris 1934, Mademoiselle Elisabeth Argal, achète les journaux relatant son triomphe – 1934

53669

Les femmes aussi prennent les armes lors de la Libération de Paris – 1944

53673 

Couple d’amoureux dans le jardin des Tuileries – 1921

53677

Une danseuse se prépare dans les loges des Folies Bergères vers 1930

53679

Deux Parisiennes dégustent un plateau de fromage accompagné d’un Vouvray chez Androuët – 1936

53681 

Pause lecture sur les bords de Seine, face à la Tour Eiffel – 1965

53675

Raffinée, la Parisienne habillée par le couturier Jacques Fath – 1954

53691

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Paris insolite – 2ème Partie

Article en cours de réfection. Veuillez m’en excuser.

Saint-Sulpice

 



1931, les étrangers au temps de l’exposition coloniale

 1931, les étrangers au temps de l'exposition coloniale dans EXPOSITIONS item_img_1284_fr_affiche_expo

 

                      L’exposition « 1931 » évoque la situation des immigrants étrangers et coloniaux en France métropolitaine, en 1931. Dans cette période de l’entre-deux guerres, deux images contrastées s’imposent : la glorification de l’Empire colonial français et de sa « mission civilisatrice » avec l’exposition coloniale du bois de Vincennes d’une part ; la présence de 3 millions d’étrangers en France qui en font le premier pays d’immigration au monde, d’autre part.
Le visiteur est immergé dans « l’air du temps » pour questionner les liens, ou non-liens, entre étrangers et coloniaux en France, en 1931. À la manière d’un théâtre, il est invité à découvrir l’envers du décor de l’exposition coloniale. Il pénètre dans les coulisses de l’exposition, pour découvrir une réalité sociale française bien éloignée du spectacle qui se donne à voir au bois de Vincennes.

 1931 : exposition coloniale et envers du décor

                       Interroger les représentations, confronter immigration et colonisation, croiser l’histoire des migrants coloniaux et celle des immigrés venus de l’étranger, pour essayer d’en dessiner les traits communs et les singularités sont les lignes directrices de cette exposition qui les abordent par des éclairages thématiques : le travail, la politisation des étrangers, leurs statuts, leur vie en France et les représentations qu’en véhiculent les médias…

 

 item_img_big_1311_fr_travail1 dans EXPOSITIONS

 La famille Srebnick au marché de La Villette dans les années 30.

 

                     Le travail

                     Avec la question du travail, on observe d’un côté la diversité des emplois occupés par les étrangers et les migrants coloniaux (les usines, les mines, l’artisanat, les petits commerces, les professions libérales, les artistes et les intellectuels) et, de l’autre, les difficultés que pose, pour ces travailleurs immigrants, un contexte de crise économique.    

 La politisation des immigrants étrangers et coloniaux


                     Avec la question du rapport des immigrants étrangers et coloniaux au politique, on entr’aperçoit un contexte riche en débats et en mouvements, où les immigrants sont tantôt tournés vers la situation politique française, tantôt vers celle de leur pays d’origine. On retient notamment l’exemple des antifascistes italiens et des premières contestations de l’ordre colonial dans l’immigration (Ho Chi Minh, Leopold Sedar Senghor, Messali Hadj)…

 

 item_img_big_1312_fr_politisation1

 Le restaurant de la famille Scanzaroli s’installe à Montreuil au parc Montreau lors des fêtes communistes de 1936.

 

 L’Etat, les étrangers et les coloniaux


                        En contrepoint de la politisation des migrants, vient leur évocation dans les discours politiques français (à la fois par l’Etat, par les partis politiques et par les syndicats) et, au-delà, la façon dont ils sont appréhendés par l’administration : quels sont les termes, les catégories et les dénominations utilisées pour parler des étrangers et des coloniaux ? quels sont leurs différents statuts (notamment entre étrangers et coloniaux) ? quel est l’arsenal des mesures coercitives mises en place à cette époque et quels groupes touchent-elles plus particulièrement ?

La vie en France


                      La question de leur vie en France et de leur présence dans la société française vient terminer ce tableau via des thèmes comme les mariages mixtes, l’école, l’armée, les lieux de sociabilité (associations, cafés, fêtes…) mais également leurs pratiques culturelles au sens large (bals musette, chansons populaires, sport, radio, cinéma…).

 

 

item_img_big_1313_fr_etat

 Enfant attendant leur départ pour la Pologne en wagons spéciaux suite à l‘évacuation de leur parents de la mine de Leforest 11/08/1934.

 Le rapport à l’Autre


                       Tout cela, par la scénographie de l’exposition, est mis en parallèle avec la question des représentations et notamment celles véhiculées par l’exposition coloniale qui sont à l’antipode de cette réalité sociale : mise en scène démesurée de l’Empire, sa glorification, le rappel de la « mission civilisatrice » de la France outre mer et de l’« exotisme des populations indigènes »… Cette exposition qui a été vue par des millions de visiteurs a suscité un réel engouement. La question du rapport aux autres est également abordée à travers les marques de xénophobie de l’époque et leur diffusion par les médias (presse, tracts, affiches, caricatures, cinéma) comme, par exemple, l’utilisation de faits divers par la presse grand public pour associer étrangers, coloniaux et délinquants.

                       Par le biais de photographies, d’extraits de films, de documents d’archives, le tout scénographié par l’architecte Massimo Quendolo, cette exposition rend compte de la complexité de cette époque que porte en lui le Palais de la Porte Dorée, vestige de l’exposition coloniale de 1931 et désormais Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

Cité nationale de l’histoire de l’immigration – Palais de la Porte Dorée - 293, avenue Daumesnil - 75012 Paris – du mardi au vendredi de 10h à 17h30 – le samedi et le dimanche de 10h à 19h – Fermeture des caisses 45 minutes avant la fermeture.

Le Palais reste ouvert au public les 8 mai, 11 mai et 15 août 2008 – Fermeture hebdomadaire du Palais : le lundi – Le Palais est fermé au public le 25 décembre 2007, les 1er janvier, 24 mars, 1er mai, 12 mai et 14 juillet 2008.

Prolongation de l’exposition jusqu’au 5 Octobre 2008.

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 


 



Paris d’antan – 2ème partie

 le Pont des Arts

Paris d'antan - 2ème partie dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui 14176

Place Vendôme

14216 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

parvis de la gare Montparnasse – 1905

14219

les jardins de la place du Palais Royal

14223

La passerelle de l’estacade était une digue pour piétons construite en 1818, entre la pointe de l’île de Saint-Louis et le quai Henri IV. Incendiée plusieurs fois, elle  disparut vers 1838.

14225

 la rue du Temple

14227

 la gare de l’Est

14236

le viaduc de Tolbiac

14238

le pont au Change qui sépare le Palais de Justice du Tribunal de Commerce.

14240

Les Champs-Elysées

14242

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Paris d’Antan – Partie 1. 



1...1011121314

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne