Ara Güler – Lost Istanbul – Maison Européenne de la Photographie – Paris – 9 Septembre au 11 Octobre 2009

 Ara Güler - Lost Istanbul - Maison Européenne de la Photographie - Paris - 9 Septembre au 11 Octobre 2009 dans EXPOSITIONS arton659

Crédit Photo: © Ara Güler

La réputation d’Ara Güler le précède; véritable célébrité à Istanbul, il inspire respect et curiosité. Seigneur de la trempe des grands reporters d’autrefois, homme du monde, galant et affable, il est conscient d’être l’un des grands témoins de son époque. Après avoir fait plusieurs fois le tour du monde et laissé son empreinte sur chaque pierre de Turquie, Ara Güler n’aime plus voyager aujourd’hui, mais il voyage chez lui grâce à ses visiteurs du monde entier.
 

 20_ara_guler_11 dans EXPOSITIONS

Crédit Photo: © Ara Güler

À la fin des années 1940, il termine, selon les vœux de sa famille, ses études d’économie à l’Université d’Istanbul, tout en hésitant entre le théâtre, la peinture et le cinéma. Il commence parallèlement à faire de la photographie, sans imaginer en faire son métier.

 

Crédit Photo: © Ara Güler

« Ce qui n’était qu’un jeu gratuit au départ devait me réserver la plus grande satisfaction de ma vie : la découverte d’un langage, d’un moyen d’expression que l’on a longtemps côtoyé tout en ignorant les richesses et, qui plus est, la certitude de pouvoir s’exprimer par ce moyen. La confiance me revenait avec l’espoir d’avoir trouvé peut être ma voie en dehors des affaires… « (1) écrit-il dans la revue Camera à Roméo Martinez, en 1962.
 

1950galatasaraymeydanijx4

Crédit Photo: © Ara Güler

En 1948, à vingt ans, Ara Güler collabore, en tant que journaliste, au quotidien Yeni Istanbul, puis au magazine Hayat comme photographe. Au début des années 50, la Turquie, comme le reste de la Méditerranée, entre dans une phase de transition profonde.

 

Crédit Photo: © Ara Güler

Ara Güler photographie Istanbul, la Turquie, l’Anatolie, les sites archéologiques, les ruines d’Aphrodisias, les villages… Il appartient à la génération de photographes turcs qui ont joué un rôle capital dans la reconnaissance de leur pays à l’étranger.
 

035

Crédit Photo: © Ara Güler

Ara Güler devient également correspondant pour des titres étrangers comme société turque. On ressent d’ailleurs dans les images des années 50 et 60 la profonde nostalgie qui animait déjà Ara Güler à l’époque. Dans Istanbul. Souvenirs d’une ville(3) où des photos d’archive accompagnent les souvenirs d’enfance d’Orhan Pamuk, ce dernier parle de hüzün, mot d’origine arabe qui signifie à la fois mélancolie et tristesse, selon lui le « sentiment le plus fort et le plus permanent de l’Istanbul de ces derniers siècles ». Cet Istanbul, nocturne et brumeux, évoque le Valparaiso envoûtant de Serge Larrain.

 

20_ara_guler_13

Crédit Photo: © Ara Güler

En résulte une vision de la ville qui brille non des fastueux vestiges de l’Empire Ottoman, mais d’une autre lumière, celle des pavés luisants sous la pluie, des réverbères allumés à la tombée de la nuit, des phares de voitures qui remontent vers Beyoglu et des ferries s’éloignant dans le brouillard le long du Bosphore.

 

20_ara_guler_6

Crédit Photo: © Ara Güler

L’univers d’Ara Güler, étonnant conteur, est riche de références issues de la littérature, de la peinture et du cinéma, d’où viennent la plupart de ses amis.  » Notre monde a été créé par des artistes, je les ai cherchés partout et photographiés « (4).

 

kacak-albums-ara-guler-picture83-ara41

Crédit Photo: © Ara Güler

Les beaux portraits de Chagall, Calder, Bill Brandt, Orson Welles, Elia Kazan, Fellini, Bertrand Russel, Yasar Kemal, Orhan Pamuk, présents dans les archives avec des centaines d’autres artistes et intellectuels, révèlent un autre aspect de son travail et de son talent.
 

20_ara_guler_1

Crédit Photo: © Ara Güler

Si l’œuvre d’Ara Güler s’inscrit dans la grande tradition humaniste, son réalisme poétique lui confère une force et une singularité particulières. Ses images ne sont pas seulement une documentation historique sur Istanbul.

 

20_ara_guler_7

Crédit Photo: © Ara Güler

 En effet, ses clichés de la ville habitée par la mélancolie, ses portraits d’une présence surprenante l’imposent comme une des figures majeures de la photographie du siècle dernier.

 

20_ara_guler_9

Crédit Photo: © Ara Güler

Aujourd’hui, Ara Güler se voue à transmettre le message de son « Istanbul perdu » à travers les livres et les expositions qu’on ne finit pas de lui consacrer. Depuis l’Ara Café (café installé au rez-de-chaussée de la maison où il a grandi), il regarde, amusé, le monde s’agiter autour de lui, les visiteurs se succéder et sa notoriété prospérer. Source Texte: Laura Serani, Commissaire de l’exposition. 


20_ara_guler_12

Crédit Photo: © Ara Güler

(1) Camera numéro 2, Paris, 1962
(2) Jimmy Fox, ancien Rédacteur en chef de Magnum Photos de 1974 à 2000. Hommage à Ara Güler pour son 70e anniversaire, publié par Ilker Maga. « Edition.M » Istanbul.
(3) Istanbul. Souvenirs d’une ville d’Orhan Pamuk. Gallimard 2003
(4) Le photographe d’Istanbul, Ara Güler. Un film de Erdal Buldun et A.Özdil
Savasci
 

Biographie d’Ara Güler

Ara Güler (16 août 1928, Istanbul) est un photographe photojournaliste turc d’origine arménienne.

Élevé dans un milieu d’artistes, Ara Güler débute sa carrière de journaliste en 1950 au journal Yeni Istanbul, alors qu’il est étudiant en économie. En 1958, lorsque Time ouvrit un bureau en Turquie, Güler fut le premier correspondant au Proche-Orient pour ce magazine.

Dans les années 1960, il publia pour les magazines les plus célèbres tels Stern, Paris-Match ou The Sunday Times.

Par ses rencontres avec Henri Cartier-Bresson et Marc Riboud, il fut encouragé à rejoindre l’Agence Magnum qu’il quitta quelques années plus tard.

En 1961, il fut accepté comme le seul membre turc de l’American Society for Media Photographers.

Güler est allé photographier dans de très nombreux pays autour du monde, tels l’Iran, le Kazakhstan, l’Inde, le Kenya, la Nouvelle-Guinée ou Bornéo. mais il a surtout photographié en profondeur la Turquie son pays d’origine et principalement Istanbul. A tel point qu’il est surnommé l’oeil d’Istanbul.

Güler est aussi un photographe portraitiste, qui a saisi les personnalités les plus diverses, de Winston Churchill à Ansel Adams en passant par Bertrand Russell ou Pablo Picasso.

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

- Lost Istanbul – Maison Européenne de la Photographie – 5 à 7 Rue de Fourcy – 75004 Paris – Tél: 01.44.78.75.00 – Métro: Saint-Paul, Ligne 1 ou Pont-Marie, Ligne 7 - Parkings publics: Parc Baudoyer, Parc Pont-Marie, Parc Lobau ( Un stationnement est réservé aux visiteurs handicapés moteur devant le 2 rue de Jouy ) – Du 9 Septembre au 11 Octobre 2009 – Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés. Accès à la billetterie jusqu’à 19 heures 30 - Tarifs: Plein 6.50€, Réduit, 3.50€ – Plus de 60 ans, famille nombreuse, étudiant, enseignant, demandeur d’emploi, bénéficiaire de l’aide sociale et du RMI, Maison des artistes, les abonnés des lieux partenaires. Gratuité aux moins de 8 ans en individuel, personne handicapée , accompagnateur de groupe, personnel de la Ville de Paris, carte presse et tous les mercredis dans la tranche horaire 17 à 20 heures. 

A lire:

a-redim300-eb56e

 Istanbul · Ara Güler est un témoignage photographique sur la vie quotidienne de la capitale culturelle turque des années 1940 aux années 1980. Les sujets choisis par l’artiste reflètent, avec un esthétisme poétique et sensible, l’oscillation entre tradition et modernité de cette ville, carrefour de l’Europe et de l’Asie, qui fut autrefois Byzance, puis Constantinople. Ces remarquables photographies en noir et blanc sont accompagnés d’un texte inédit d’Orhan Pamuk, autre grande figure de la culture turque. Nés tous deux à Istanbul, les deux hommes, dans leur jeunesse, voulaient devenir peintre. Et, chacun à leur manière, ils dépeignent ici leur ville natale et capturent, par l’image ou par les mots, son âme mélancolique. - Istanbul par Ara Güler & Orhan Pamuk aux éditions du Pacifique – 184 pages – 35€

 

aa-3-0466b

 

Alors étudiant en économie, Ara Güler débute sa carrière de journaliste en 1950 au journal Yeni Istanbul. En 1958, le Time ouvre un bureau en Turquie et Güler devient le premier correspondant de ce magazine au Proche-Orient. Par la suite, il publie pour les magazines les plus célèbres tels Stern, Paris-Match ou le Sunday Times, et devient en 1961 le seul membre turc de l’American Society for Media Photographers. Güler a travaillé dans de nombreux pays autour du monde, du Kazakhstan à la Nouvelle- Guinée en passant par l’Iran, l’Inde, le Kenya… mais il a surtout photographié en profondeur la Turquie, et principalement Istanbul, à tel point qu’il est surnommé l’oeil d’Istanbul. Cet ouvrage est publié à l’occasion de la Saison de la Turquie en France (2009), avec le soutien de Culturesfrance, de la Maison Européenne de la Photographie et de la Ville de Paris

- Ara Güler, Photographe par lui-même aux éditions de l’Oeil - 5.50€

A regarder aussi:

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

La Côte d’Azur d’autrefois…

 La Côte d'Azur d'autrefois... dans Photographies de la France d'autrefois vacances-d-autrefois-cannes-france-1057254635-1318412

En cette période estivale, découvrons quelques clichés représentant la Côte d’Azur au cours de la première moitié du XXème Siècle encore préservée, non bétonnée, réelle, vivante, chantante…

 

nice-446539 dans Photographies de la France d'autrefois

 De Toulon à Menton, découvrez à quoi ressemblaient les stations balnéaires de la côte varoise et de la Côte d’Azur avant 1970. A Nice, les yachts luxueux n’étaient pas légion au début du XXe siècle. De petits voiliers occupaient alors le port niçois.

croisette-cannes-446467

Dès la seconde moitié du XXe siècle, Cannes acquiert une renommée internationale, notamment grâce à la création du Festival de Cannes en 1946. La Croisette devient alors le repère des stars. © DR / Archive de Mary Thiebot

juan-les-pins-446525

Dans les années 1930, Juan-les-Pins devient peu à peu une station balnéaire connue des touristes français comme étrangers. Sa situation idéale, entre Cannes et Nice, et la construction de son casino y sont pour beaucoup. © DR / Archive de Helene Boisquet Cassagne

ile-port-cros-446523

C’est pendant l’entre-deux guerres que l’île de Port-Cros se fait connaître. Marcel et Marceline Henry s’y installent en 1921 et d’autres intellectuels suivent peu après. Dans un souci de préservation de la nature, l’île a été classée Parc National en 1963. © DR / Archive de Martine Rimbaud

rade-toulon-446547

La rade de Toulon a toujours été liée à l’arsenal militaire de la ville varoise. C’est ici que l’on trouvait la majeure partie des forces navales françaises. C’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. © DR / Archive de Mauricette Potier

saint-jean-cap-ferrat-446554

La villa Île-de-France témoigne de l’intérêt que les familles fortunées ont voué la côte d’Azur dès la fin du XIXe siècle. Cette bâtisse a en effet été construite vers 1910 sur la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat par Béatrice Ephrussi de Rothschild. © DR / Archive de Danielle Génard

monaco-446480

Enclavée entre Nice et la frontière italienne, la principauté de Monaco est devenue une station balnéaire particulièrement renommée après le mariage du Prince Rainer et de Grace Kelly en 1956. © DR / Archive de Liliane Paingaud

saint-tropez-446551

Dans les années 1950, la révolution du tourisme de masse est en marche et Saint-Tropez est déjà investie des campeurs. Les stars de la Nouvelle Vague puis des Yéyés en feront également leur lieu de villégiature préféré et Saint-Trop’ deviendra le repère de la jet-set mondiale qu’il est aujourd’hui. © DR / Archive de Michelle Becquet

promenade-anglais-446544

C’est vers 1930 que la Promenade des Anglais et son front d’immeubles investissent Nice. La cité de villégiature devient alors une destination très touristique. © DR / Archive de Mary Thiebot

lavandou-446477

Dans les années 1960, Le Lavandou est déjà une station balnéaire très fréquentée de la côte méditerranéenne. © DR / Archive de Martine Gaulon

bains-mer-a-nice-446421

Même avant de devenir une attraction touristique mondiale, Nice accueillait de nombreux curistes adeptes des bains de mer vivifiants. © DR / Archive Danièle Thomas

port-bandol-446435

Marcel Pagnol, Fernandel ou encore Aldous Huxley, firent de Bandol une cité de villégiature très en vogue. Dans les années 1930, le nombre de bateaux amarrés dans le port varois n’était pas très important. © DR / Archive de Helene Boisquet Cassagne

casino-nice-446484

Aujourd’hui détruit, le casino de la Jetée-Promenade était autrefois construit sur pilotis, au pied de la Promenade des Anglais. © DR / Archive de Gérard Faugère

plage-cannoise-446503

Pendant l’entre-deux guerres, Cannes était déjà apprécié des amateurs de bronzette et de baignade. A en juger par le nombre de parasols ouverts sur cette plage. © DR / Archive de Guy Jamin

transports-nicois-446496

Ni limousine, ni voitures de sports, Nice voyait seulement passer quelques voitures à cheval à la fin du XIXe siècle. © DR / Archive Danièle Thomas

iles-d-or-446472

Situées au large de Hyères, les îles d’Or ont de tous temps été épargnées des infrastructures touristiques, notamment grâce à la création du Parc National de Port-Cros en 1963. © DR / Archive de Martine Rimbaud

roquebrune-cap-martin-446452

Située entre Monaco et Menton, Roquebrune Cap-Martin est fréquentée, dès le XXe siècle, par la noblesse européenne. D’autres personnalités, telles que Le Corbusier, Rodin ou Coco Chanel, tomberont sous son charme dans la première moitié du XXe siècle. © DR / Archive de Guy Jamin

hyeres-446521

En 1950, Hyères semble déjà bien appréciée des estivants. Dès le début du XXe siècle, la petite ville varoise était devenue une cité de villégiature pour la noblesse britannique. © DR / Archive de Martine Gaulon

baie-anges-446499

C’est pendant la première moitié du XXe siècle que Nice voit se construire les nombreux immeubles en front de mer, tout le long de sa baie des Anges. © DR / Archive de Gérard Faugère

carqueiranne-446459

Entre Toulon et Hyères, Carqueiranne affiche un port particulièrement paisible dans les années 1960. Les bateaux y sont plus nombreux aujourd’hui. © DR / Archive de Danielle Goubaux

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

PHOTOGRAPHIES DU MONDE D’AUTREFOIS

saintsulpice.jpg

Voici par catégorie l’ensemble de mes articles publiés. Espérant que cet index facilitera votre « navigation » au sein de mon blog. Bonne Lecture. Il vous suffit de cliquer sur l’article qui vous intéresse et vous n’avez plus qu’à le lire directement.

Toutes les images visibles sur ce site le sont dans un but éducatif et de valorisation de l’Artiste ainsi que de son travail. Si un ayant droit refuse de les y voir figurer, elle seront retirées sur simple demande.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 

Photographies du Monde d’autrefois

 

 

Affiches de guerre Canadiennes.

PHOTOGRAPHIES DU MONDE D'AUTREFOIS  16167_little_girl_270

Affiches de guerre Canadiennes – Partie 2. 

16155_red_ship_270

Anciennes affiches d’Europe.

MP6208

Anciennes affiches d’Europe – Partie 2.

10070083A

American Railway en affiche. 

R150

Bombay, autrefois… 

mumbadevist1880

Californie d’autrefois en affiche.

erickson-kerne-yosemite-glacier-point-hotel-1221214

Chicago des années 40 en couleur.

P02212

Chicago des années 40 en couleur – Partie 2

P02910

Chicago des années 40 en couleur – Partie 3.

P03088

Chicago des années 40 en couleur – Partie 4.

P04151

Chicago des années 40 en couleur – Partie 5.

P04183

Chicago d’autrefois en affiche.

5718

Chine en 1900 – Partie 1. 

Chine – 1900 – Partie 2. 

Chine - 1900 – Partie 3. 

Chine 1900 – Partie 4. 

La Chine de John Thomson – Partie 1. 

239726

La Chine de John Thomson – Partie 2. 

Thomson3

La Chine de John Thomson – Partie 3. 

Thomson

La Chine de John Thomson - Partie 4. 

20090512_2086.1242107289

La Chine de John Thomson – Partie 5. 

110313

Corbillard hippomobile d’antan.

Cuba d’autrefois en affiche. 

cs37

Demonic Tots & Diplay Disturbing Cuisine.

cello54a

Floride d’autrefois en affiche. 

erickson-kerne-miramar-beach-montecitos-1221217

Le front populaire. 

1

Graf Zeppelin.

DS721.1935.LZ127.GrafZeppelin

Graf Zeppelin – Partie 2.

 

Graf Zeppelin – Partie 3.

lz127-dining-room

Graf Zeppelin – Partie 4.

Graf-Zeppelin

Grand Central Station – New-York.

5169ece81ffa6c87-grand-grand-central-station-hulton-collection

Hawaï d’autrefois en affiche. 

CS17

Hiroshima. 

hiroshima_wideweb__430x323

Hong-Kong d’autrefois – Partie 1. 

Hong-Kong d’autrefois – Partie 2. 

 Hong-Kong d’autrefois – Partie 3. 

 Hong-Kong d’autrefois – Partie 4. 

- Hong-Kong d’autrefois – Partie 5. 

Hong-Kong d’autrefois – Partie 6. 

Hong-Kong d’autrefois – Partie 7. 

Japon – Les Geisha. 

femmes-folklore-portraits-de-studio-tokyo-japon-1105021490-1072361

La Hongrie d’André Kertesz.

sap56_72l000914_p

Les Kiosques à musique. 

theatre(1)

Life in New-York - First part. 

Life in New-York - Second part.

 

Life in New-york – Third part. 

Life in New-York – Fourth Part. 

Life in New-York – Fifth part. 

Life in New-York – Sixth Part. 

Life in New-York – Seventh Part. 

L’Italie d’autrefois en affiche.

AP465

Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – Les métiers de rue.

2006BH4724i

Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – Partie 2. 

283152

Miami d’autrefois en affiche. 

pro44l

Miami d’autrefois en affiche – partie 2. 

pro20l

Miami d’autrefois en affiche – Partie 3. 

pro37l

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 1. 

Moscou – Du Tsarisme au communisme – Partie 2. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 3. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 4. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 5. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 6. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 7. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 8. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 9. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme - Partie 10. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 11.

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 12. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 13. 

Moscou – Du Tsarisme au Communisme – Partie 14.

New-York 1930. 

cny0784

New-York d’autrefois en affiche. 

cs52~Braniff-Airways-Manhattan-NY-Affiches

Paquebots d’Antan. 

Normandie_NY

Paquebots d’Antan – Partie 1.

Portraits d’antan – Partie 1.

013

Portraits d’antan – Partie 2. 

042

Portraits d’antan – Partie 3.

059

Portraits d’antan – Partie 4. 

115

San Fransisco d’autrefois. 

Mission%24snow-in-mission-1887

San Fransisco d’autrefois en affiche. 

kungl-michael-l-clipper-314-9906734

Science & Mechanics en affiche.

med_cover

Shangaï. 

denoixr40large

Shangaï années 30 – La pagode de Longhua. 

denoixp10large

Shangaï années 30 – La ville Chinoise. 

denoix_ville01

La Suisse d’autrefois en affiche. 

0000-5324-4 

 Taxis du San Fransisco d’autrefois. 

aad-5295

Twin Towers – Nine Eleven – The Tragedy. 

0126

L’U.R.S.S en affiche. 

Voitures d’Antan – Partie 1. 

Voitures d’Antan – Partie 2. 

Voitures d’Antan – Partie 3. 

Voitures d’Antan – Partie 4.

Voitures d’Antan – Partie 5. 

Voitures d’Antan – Partie 6. 

Voitures d’Antan – Partie 7. 

Voitures d’Antan – Partie 8. 

Voitures d’Antan – Partie 9. 

Voitures d’Antan – Partie 10. 

Voitures d’Antan – Partie 11.

Voitures d’Antan – Partie 12.

68, Alzheimer genération…..

Barricade du quartier Latin 

Que sont devenus nos soixante-huitards? Ces braves fils de bonne famille qui courageusement mêlés à des ouvriers lançaient des pavés ( dommage ils sont beaux les pavés parisiens!) vélos, meubles, pierres et autres artifices sur les braves CRS qui à l’époque ne connaissaient pas encore les tenues de protection.

Mai 68

Non contents de jouer aux petits soldats chez eux ou d’aller siroter un lait fraise avec leurs camarades, les voilà qui s’évertuaient à construire des barricades se sentant l’espace d’un instant  »résistants » et nous faisant un « piètre remake » de la libération de Paris, les braves gamins.

CRS Mai 68

Pendant que leurs parents tentaient de sauver leurs biens devant l’imminence d’un désastre national, leurs progénitures les embrassaient tendrement le matin pour aller ensuite tranquillement confectionner des cocktails molotov et partir en croisade contre la société capitaliste qui les avaient nourris durant leur tendre enfance avec tant de générosité.

Lancer de mai 68

Dieu merci la farce ne dura pas et les sales chenapans aujourd’hui pour la plupart professions libérales sont les plus rigides avec leurs propres enfants clamant les valeurs de la République et louant le Saint-Capitalisme qui leur a permit d’accéder à l’aisance. Les slogans « il est interdit d’interdire » se traduisent désormais par « Non, Guérande, je t’interdis de me répondre sur ce ton! Tu n’as pas travaillé suffisamment donc tu n’iras pas à la Baule cet été. Point s’en faut!!!

Barricade de voitures...

Ou même lorsque l’un de ces braves ex-soixante-huitard regarde un reportage montrant des CRS se faisant rudoyer par de petits crétins similaires à ce qu’il était 40 ans plus tôt…… » Regarde moi ça chérie, quelle bande de petit cons. Mais je te jure que si j’étais à la place de Sarkozy j’aurai depuis belle-lurette rétabli la peine de mort! mais qu’il est mou ce mec! ».

Guillotinés

Qu’elle est loin la douce époque où ces adolescents immatures vénéraient Trotsky ou Mao et approuvaient en applaudissant les camps de rééducation mis en place par ces derniers.

Honte avant suicide

Que dire de ce pitoyable Daniel Cohn-Bendit  qui tel un joyeux luron cracha allègrement sur le patrimoine de nos anciens et que l’on retrouve aujourd’hui député Européen et qui se permet de ne plus assumer son passé en déclarant « Mai 68 c’est terminé, je ne veux plus en parler »….C’est sûr que maintenant cela devient problématique pour lui de traîner un immense boulet. Erreur de jeunesse……sans conteste mais énorme!!!! En même temps cela lui a permit de gravir les échelons de la notoriété et de l’opulence!

Daniel Cohn-Bendit

Tous ces sexagénaires qui autrefois vidaient les réservoirs des voitures de leurs aînés se retrouvent aujourd’hui le cerveau vide de tout souvenir, honteux de leur faits d’armes, réparant leurs bourdes passées en s’efforçant d’embaucher une jeunesse au plus bas prix au sein de leurs sociétés florissantes sans aucune vergogne pourvu que le profit soit là!

Travail à la chaine

Ah messieurs, Alzheimer est bien l’une des maladies du siècle, c’est clair…..mais c’est vrai vous ne vous en rappelez déjà plus!

 

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne