Une Jeunesse Russe – Reflet Médicis – Du 15 Juillet au 11 Août 2009 – Paris

Une Jeunesse Russe - Reflet Médicis - Du 15 Juillet au 11 Août 2009 - Paris Reflet-Medicis-8a720

 

 

 

 8bbebde8d10f1561ce38fc11f7500832

« Anna de 6 à 18 ans » (« Анна от 6 до 18 »), 1993 de Sergueï Mirochnitchenko(Сергей Мирошниченко) et Nikita Mikhlakov (Никита Михалков)

De 1980 à 1991, Nikita Mikhalkov filme sa fille aînée Anna, entre six et dix-sept ans, en lui posant année après année, cinq questions: qu’est-ce qui t’effraie le plus? Quel est ton plus fort désir ? Que détestes-tu plus que tout? Qu’est-ce que tu aimes par-dessus tout ? Qu’attends-tu de la vie ?

—————————————————————————————————————————

19138334

« La Liberté c’est le paradis » (« Сэр -Свобода — это рай »), 1989
de Sergueï Bodrov (Сергей Бодров)

Sacha Grigoriev est un acharné de l’évasion, loin de son  » école spéciale n°7 « pour délinquants. Il se retrouve ainsi chez Klava, auprès de qui il essaie de s’informer sur son père, puisque sa mère est morte. Klava appelle la milice et il apprend, au cours de son interrogatoire, que son père est interné à Arkhangelsk et qu’il a demandé un certificat de filiation.

—————————————————————————————————————————

7b1baddeb7a7a95e99032fcf0671623f

« Bouge pas, meurs et ressuscite » (« Замри-Умри-Воскресни »), 1989
de Vitali Kanevski (Виталий Каневский)

U.R.S.S, 1947: en pleine période stalinienne, Soutchan, une petite ville de Sibérie, est transformée en zone de détention. Valerke, gamin de 12 ans livré à lui-même, rencontre Galia, une fille de son âge d’origine tartare. Les deux enfants tombent amoureux l’un de l’autre.

————————————————————————————————————————–

petite_vera

« La Petite Véra » « Маленькая Вера »), 1988
de Vassili Pitchoul (Василий Пичул)

Un père qui boit trop, une mère sans cesse inquiète, un frère médecin bien installé, au loin : c’est l’univers de Vera, dans cette petite ville industrielle de Russie. Vera – la « ratée » de la famille ! – une petite adolescente qui mâche du chewinggum, porte des mini-jupes, fuit l’école, provoque, fume, traîne.

—————————————————————————————————————————

f2993_2

« Mars froid » (« Холодный март »), 1987
d’ Igor Minaiev (Игорь Минаев)

Un adolescent arrive dans une petite ville de province pour y faire ses études dans une école technique. L’ambiance générale y est plutôt agitée. Jour après jour, les événements se succèdent. Le fil du temps se déroule, infini. Des gestes de tous les jours surgit le destin. Et, seuls les actes sortant de l’ordinaire obligent les personnages à marquer un temps d’arrêt et à réaliser que la vie s’en va chaque jour davantage.

—————————————————————————————————————————

7949_01

« Demain c’était la guerre » (« Завтра была война »), 1987
de Youri Kara (Юрий Кара)

L’histoire dramatique d’un premier amour, d’une première amitié et d’une première trahison. En 1940, dans un village de province, la jeune Vika élève en première, déclame des poésies du poète Serguei Essénine. Quelques jours plus tard son père est  arrêté comme « ennemi du peuple ». La guerre éclate, les élèves d’hier deviennent des soldats…

—————————————————————————————————————————

kurer_1986_dvdrip1

« Le Garçon de courses » (« Курьер »), 1986
de Karen Chakhnazarov (Карен Шахназаров)

Ivan rencontre son père avec sa nouvelle compagne, dans la rue, va voir son copain Bazine, se fait recaler à l’entrée de l’Institut de Pédagogie et rentre chez lui ; trouvant sa mère, Lydia, en pleurs, il allume un début d’incendie qu’il éteint aussitôt, pour la ramener à la raison.

—————————————————————————————————————————

« Le Dossier personnel du juge Ivanova » (« Личное дело судьи Ивановой »), 1985
d’ Ilia Frez (Илья Фрез)

Récit sur les relations difficiles au sein d’une famille moscovite à travers le regard d’une fille de 14 ans.

 ————————————————————————————————————————–

28781

« Va et regarde » (« Иди и смотри »), 1985
d’ Elem Klimov (Элем Климов)

Pendant la seconde guerre mondiale en Biélorussie, le jeune Florya refuse d’écouter sa mère et s’engage dans le groupe de résistants agissant non loin du domicile familial. Tout semble aller pour le mieux, surtout quand le jeune garçon se lie d’amitié avec une superbe jeune paysanne, flânant souvent avec les résistants. Mais petit à petit, les événements les plus incongrus s’enchaînent, transformant rapidement la vie du jeune garçon en véritable cauchemar, et pour le transformer à jamais.

————————————————————————————————————————–

f219

« Jardin d’enfants » (« Детский сад »), 1983
d’ Evgueni Evtouchenko (Евгений Евтушенко)

Novembre 1941. Les Allemands sont aux portes de Moscou. La population a peur, c’est l’exode. Un jeune garçon, Jénia, cherche à sauver ce qu’il a de plus précieux : ses poissons rouges et son violon. Son père est mobilisé, sa mère décide de l’envoyer loin des bombes, chez sa grand-mère, à Zima au cœur de la Sibérie. Le train est pris d’assaut, le trajet est long, chacun y vit son histoire qui se transforme en drame lorsque le convoi est bombardé.

————————————————————————————————————————–

1-web

« L’Epouvantail » (« Чучело »), 1983
de Rolan Bykov (Ролан Быков)

Léna, douze ans, arrive dans une petite ville, non loin de Moscou. Elle habite chez son grand-père, un vieil original qui vit au milieu de tableaux d’artistes locaux, dans une vieille isba. L’air démodé et la candeur de Léna provoquent les railleries de ses camarades de classe qui la surnomment « l’épouvantal ! ». Seul un élève, Dima, prend sa défense et semble manifester pour elle de l’amitié. Un jour, la classe décide de faire l’école buissonnière.

————————————————————————————————————————–

1863

« La Cage aux canaris » (« Клетка для канареек »), 1983
de Pavel Tchoukraï (Павел Чухрай)

Dans une sinistre gare soviétique traînent deux adolescents en fuite, un garçon et une fille sensiblement du même âge, 14 ou 15 ans. Leur première rencontre se passe plutôt mal : Alessia, craignant un loubard, fait fuir Victor avec un sifflet. Mais elle découvre peu à peu qu’il ne lui veut pas de mal.

—————————————————————————————————————————

47080

« Parmi les pierres grises » (« Среди Серых Камней »), 1983
de Kira Mouratova (Кира Муратова)

La mort de sa femme a bouleversé la vie du juge et maintenant, il est obsédé par ses souvenirs. Sa vie actuelle ne lui procure que dépit et irritation. Vasia, le fils du juge, veut s’éloigner de la maison parentale. Valek et Maroussia, enfants de pauvres gens, deviennent ses amis. Avec eux, il se sent parfois heureux et son père lui fait pitié.

————————————————————————————————————————–

1187383484_f644d56215f7

« Vie privée » (« Частная жизнь »), 1982
de Youli Raizman (Юлий Райзман)

Sergueï Nikitich Abrikassov se retrouve sans travail. Il avait préconisé la fusion de l’entreprise qu’il dirigeait avec une autre. Son plan a été adopté, mais l’administration concernée et le ministre, dont il pensait avoir l’appui, ne lui ont pas proposé de prendre la direction du nouveau groupe. Il a donc démissionné. Le voici à la retraite, sans chauffeur, sans datcha de fonction.

————————————————————————————————————————–

 picfl1546384

« Assia » (« Ася »), 1977
de Iossif Kheifits (Иосиф Хейфиц)

L’Allemagne, au début du XIXe siècle. Un Russe d’une trentaine d’années, aisé et oisif, s’efforce d’oublier, non sans se complaire dans la mélancolie, une – légère – peine de cœur. Il rencontre deux de ses compatriotes : un jeune homme, Gaguine, et sa sœur, Assia, une toute jeune fille ardente et fantasque.

————————————————————————————————————————–

145120

« La Steppe » (« Степь »), 1977
de Sergueï Bondatchouk (Сергей Бондарчук)

Igor, petit garçon de 10 ans, quitte sa mère et son village natal pour aller dans une ville lointaine étudier. Au cours du long voyage qui le conduit à destination, il découvre les merveilleux paysages de la steppe ukrainienne et le pittoresque de la vie des gens qui l’habite.

————————————————————————————————————————–

13134

« Monologue » (« Монолог »), 1972
d’ Ilia Averbakh (Илья Авербах)

Sretenski est un savant connu et respecté de tous pour sa science et sa qualités humaines. Solitaire depuis que sa femme l’a quitté, autrefois, emmenait leur fille, Tassia, il mène une vie simple qui se déroule selon des règles déjà fixées par la routine. Un jour, cependant, Tassia réapparaît dans son existence. C’est une jeune femme déjà, mère d’une petite Nina qu’elle confie à son peu Sretenski s’attache passionnément à l’enfant qu’il élève de son mieux avec l’aide d’une vieille dame, bougon au cœur d’or, qui lui sert de femme de ménage.

————————————————————————————————————————-

5607

« Trois jours de Victor Tchernychov » (« Три дня Виктора Чернышева »), 1967
de Mark Ossepian (Марк Осепян)

Trois journées de la vie d’un ouvrier Russe…

————————————————————————————————————————-

Welcome_poster_md

« Soyez les bienvenus ou entrée interdite aux étrangers » (« Добро пожаловать или Посторонним вход воспрещен »), 1964
d’Elem Klimov (Элем Климов)

Un camp de pionniers. « Soyez les bienvenus » et « Entrée interdite aux étrangers » est la double inscription affichée à l’entrée du camp de vacances. Le directeur Dynine, apparemment chaleureux, est en fait un tempérament rigide et froid. Il incarne la contradiction contenue dans la double devise de la colonie. Il multiplie les interdictions dans un but prétendument éducatif. Bureaucrate « positif », il encourage la délation et censure Maïakovski. Mais l’ordre rigoureux instauré par le directeur est bientôt troublé par l’indépendance d’esprit dont fait preuve Kostia Inotchkine, qui viole le règlement. Il est renvoyé chez sa grand-mère, mais revient au camp pour la grande fête, dont il sera le héros, remportant le grand prix pour son costume de carnaval. La grand-mère est très fière, Dynine est tourné en ridicule et renvoyé.

 ————————————————————————————————————————-

31598

« L’Enfance d’Ivan » (« Иваново детство »), 1962
d’ Andreï Tarkovski (Андрей Тарковский)

Orphelin depuis l’assassinat de sa famille par les nazis, Ivan, 12 ans, est devenu éclaireur au sein de l’armée russe. Contre l’aval de ses supérieurs, il accepte une dernière mission délicate. ( Chef d’oeuvre!!! )

—————————————————————————————————————————

kuli-f1

« Quand les arbres étaient grands » (« Когда деревья были большими »), 1962
de Lev Koulidjanov (Лев Кулиджанов)

Kouzina Yordanov a été avant la guerre un excellent ajusteur, et, au cours des hostilités, il a été décoré. Le retour de la paix en a fait une épave, abandonné par sa femme, sans travail fixe et sans désir d’en trouver. Un jour, en quête d’argent, il propose à une dame âgée de transporter chez elle une machine à laver qu’elle vient d’acheter ; arrivé à la porte du logement, il laisse choir la machine par la cage de l’escalier et se blesse sérieusement en descendant la rechercher.

————————————————————————————————————————–

 247_prev

« Le Rouleau compresseur et le violon » (« Каток и скрипка »), 1960
d’ Andreï Tarkovski (Андрей Тарковский)

Sacha est un jeune garçon qui reste un peu en marge. Il ne partage guère les jeux des enfants de son quartier, qui, d’ailleurs, ne le ménagent pas beaucoup. Un jour, Serge, un ouvrier, prend la défense de Sacha.

—————————————————————————————————————————

184

« En gagnant mon pain » (« В людях »), 1938
de Mark Donskoï (Марк Донской)

Elevé par des parents de petite bourgeoisie qui le maltraitent, le jeune Alexis Pechkov fait son initiation littéraire dans les grands auteurs russes que lui prête une voisine.

—————————————————————————————————————————

30193

« L’Enfance de Gorki »(« Детство Горького »), 1938
de Mark Donskoï (Марк Донской)

Premier volet d’une trilogie évoquant avec fidélité la vie du grand écrivain russe.

 ————————————————————————————————————————–

 

Le Classique de l’été :

665-affiche-raspoutine-l-agonie

« Raspoutine, l’Agonie » (« Агония »), 1974
d’Elem Klimov (Элем Климов)

1916. La grande Russie est au plus mal. Le peuple meurt à la guerre, le peuple a faim. Toute velléité de révolte est écrasée. A la tête de l’Empire, le Tsar Nicolas II s’adonne à son passe-temps favori : la peinture. S’intéresse-t-il vraiment aux mises en garde de ses ministres, de ses conseillers qui le pressent d’agir ? Il semble plutôt attendre un geste de la Providence. Et puis, il y a Raspoutine.

Cinéma russe d’aujourd’hui :

1203376042_ve2t7szopz

« L’Empire disparu » (« Исчезнувшая империя »), 2008
de Karen Chakhnazarov (Карен Шахназаров)

Moscou, 1973. Sergueï Narbekov est un étudiant peu studieux. Il préfère les fêtes bien arrosées avec ses amis d’école. Il habite avec sa mère, son frère cadet et son grand-père, célèbre archéologue. En classe, Sergueï fait la connaissance de Lyuda Beletskaya qui lui plaît beaucoup.

Bonne rétrospective,

Saint-Sulpice

 

Une Jeunesse Russe – Reflet Médicis – 3, Rue Champollion – 75005 Paris – Métro : Saint-Michel, Cluny – Tel: 01.43.54.42.34

Cinéma en plein air à la Villette 2008 – Le programme complet et détaillé!

 Cinéma en plein air à la Villette 2008 - Le programme complet et détaillé! dans Evenementiel 477-1

 

 

Les spectateurs vont pouvoir voir, revoir ou découvrir des films sur le thème « Ava, Rita, Gina… les étoiles ne meurent jamais ». 30 soirées durant, Ava Gardner, Rita Hayworth, Gina Lollobrigida, Marlène Dietrich, Clint Eastwood, Al Pacino mais aussi Jackie Chan, Samia Gamal, Alain Delon ou Amitabh Bachchan nous entraîneront dans leurs aventures.

Sur l’écran gonflable de 32m de base sur 18,50m de hauteur, suspens, aventure, émotion, humour et convivialité sont au rendez-vous chaque soir, pour rêver, rire, pleurer ou frissonner à la belle étoile.

Cette année, le Cinéma en plein air est parrainé par une étoile en devenir, l’actrice Hafsia Herzi, tout juste auréolée de son César du Meilleur espoir féminin pour son interprétation dans La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche.

En voici le programme complet,

Mardi 15 juillet  CINE - CONCERT

loulou_1 dans Evenementiel

Louise Brooks
Loulou Georg Wilhelm Pabst
1929, 1h44 (Allemagne)

Création musicale et interprétation
« Accompagnement musical EYA a écrit et interprète une musique aux accents funk, jazz et  électro, résolument moderne dans le respect de la force tragique et émotionnelle de cet immense chef d’oeuvre de Pabst. »

« Composition et interprétation EYA : Airelle Besson (trompette, violon), Yonnel Diaz (saxos) et Emmanuel David (claviers) Interprétation Siegfried Courteau (percussions), Éric Boffel (guitare) et Julien Reyboz (sonorisation) Production La girafe »

Synopsis: Loulou est une jeune femme qui ne s’encombre d’aucun préjugé et vit pour l’amour et le plaisir. Elle est la maîtresse de plusieurs hommes, dont elle fait le malheur à tour de rôle.

________________________________________________________________________________________

Mercredi 16 juillet

18783725
Toshirô Mifune
Rashomon Akira Kurosawa
1950, 1h28 (Japon)

Synopsis: Un paysan vient s’abriter d’une pluie torrentielle sous une vieille porte délabrée où se sèchent déjà deux hommes, un bûcheron et un prêtre. Le bûcheron semble ne rien comprendre à une affaire à laquelle ils ont été mêlés bien malgré eux. Tandis que le paysan fait du feu, le bûcheron commence à raconter l’étrange mystère…Un samouraï aurait été assassiné et sa femme violée ; lors du procès quatre témoins et/ou intervenants du drame (le bûcheron, le prêtre, l’accusé et la femme violée) ainsi que l’esprit du guerrier (à travers un médium) vont donner leur version des faits qui toutes seront contradictoires…

______________________________________________________________________________________

Jeudi 17 juillet

18466577
Greta Garbo
Ninotchka Ernst Lubitsch
1939, 1h50 (États-Unis)
Synopsis: Trois agents soviétiques du Russian Board of Trade, Iranoff, Buljanoff et Kopalski, sont envoyés à Paris pour vendre des bijoux, 40 pièces confisquées aux aristocrates pendant la révolution russe. Ils y rencontrent le comte Léon d’Algout, mandaté par la Grande Duchesse Swana qui souhaite récupérer ses bijoux présents dans le lot. L’URSS envoie alors une envoyée spéciale fidèle au dogme communiste pour remettre les trois hommes dans le droit chemin, Ninotchka Yakouchova. Rigide et dure, elle arrive à Paris avec l’intention de mener la vente à bien et de ramener les trois hommes en Russie. Le comte Léon d’Algout, d’abord décidé à la combattre par tous les moyens, tombe amoureux d’elle et tente de la faire succomber au charme parisien.

_________________________________________________________________________________________

Vendredi 18 juillet

Samia Gamal et Farid El Atrache
C’est toi que j’aime Ahmed Badrakhan
1949, 1h42 (Égypte)

Synopsis: Mounir, qui est télégraphiste, rencontre une danseuse nommée Nadia dont il tombe vite amoureux. Quelques jours plus tard, il la surprendra dans les bras de son meilleur ami…

_______________________________________________________________________________________
Samedi 19 juillet

18778300
Robert De Niro
et Sharon Stone

Casino Martin Scorsese
1995, 2h59, int. – 12 ans (États-Unis)

Synopsis: Dans les années 1970, Sam « Ace » Rothstein est envoyé à Las Vegas par la mafia pour diriger l’hôtel-casino Tangiers, financé en sous-main par le puissant syndicat des camionneurs. Il a un contrôle absolu de toutes les affaires courantes, et gère d’une main de fer cette «terre promise», tandis que l’argent coule à flots. Le Tangiers est l’un des casinos les plus prospères de la ville et Ace est devenu le grand manitou de Vegas, secondé par son ami d’enfance, Nicky Santoro. Mais celui-ci va peu à peu prendre ses distances pour s’engager dans un chemin plus sombre et criminel. Impitoyable avec les tricheurs, et obsédé par la maîtrise de tous les événements, Rothstein se laisse pourtant séduire par une prostituée, Ginger McKenna, virtuose de l’arnaque et d’une insolente beauté.Fou amoureux, il lui ouvre les portes de son univers, l’épouse et lui fait un enfant. Mais leur relation se révèle être à l’image de Las Vegas, scintillante en apparence, mais en réalité rongée de l’intérieur. La mécanique bien huilée du Tangiers et la vie personnelle de Sam ne vont pas tarder à se rouiller, et tous les personnages vont être voués à la déchéance d’une manière ou d’une autre, sans rédemption possible.

_______________________________________________________________________________________

Dimanche  20 juillet

ANGE
 

Marlene Dietrich
Ange Ernst Lubitsch
1937, 1h38 (États-Unis)

 Synopsis: Lady Maria Baker, épouse d’un diplomate anglais qui la néglige un peu, décide de donner un peu de piquant à sa vie et prend un amant. Las, le mari rencontre l’amant, se prend d’amitié pour lui et l’invite à la maison… _______________________________________________________________________________________  

Mardi 22 juillet

 18371080
Bill Murray
Lost in translation Sofia Coppola
2002, 1h42 (États-Unis)
Synopsis: L’histoire de Lost In Translation parle de Bob Harris, un acteur américain à la carrière instable qui a été envoyé à Tokyo, au Japon afin d’y faire une publicité. Incapable de s’adapter au décalage horaire et à la situation présente, il s’est retiré du monde extérieur en haut de son gratte-ciel immense. Pendant ce temps, Charlotte, une jeune universitaire venue à Tokyo afin d’y accompagner son mari, un photographe et journaliste de célébrités, pour un gala, s’ennuie et se sent seule. Son désespoir s’achève lorsqu’elle rencontre Bob. C’est alors que tous les deux, liés par le même désespoir, vont se lier d’amitié et commenceront à errer dans Tokyo, la nuit._______________________________________________________________________________________  

Mercredi 23 juillet

 18381196
Gary Cooper et Audrey Hepburn
Ariane Billy Wilder
1957, 2h05 (États-Unis)

Synopsis:  Claude Chavasse, détective privé, habite un modeste appartement parisien avec sa fille Ariane, élève au conservatoire de musique. Pour le compte d’un client, il doit épier les faits et gestes de l’épouse de celui-ci et de son amant, un certain Frank Flannagan, homme d’affaires américain d’âge mûr et fameux don Juan, qui loue toujours la même suite au Ritz lors de ses séjours à Paris. Lorsque Chavasse fait son rapport au mari trompé, celui-ci prend un coup de sang et menace d’aller tuer son rival sur-le-champ. Ariane, séduite par la prestance de Flannagan qu’elle a vu en photo, cherche par tous les moyens à le prévenir. Jusqu’à se rendre elle-même dans sa garçonnière… ______________________________________________________________________________________Jeudi 24 juillet

ouvre_1
Penélope Cruz
Ouvre les yeux Alejandro Amenabar
1997, 1h57 (Espagne)

Synopsis:  Dans la cellule d’une unité psychiatrique carcérale, César, un jeune homme de 25 ans, est aidé par un psychiatre (Antonio) à reconnaître les circonstances qui l’ont amené à commettre un meurtre. Les progrès du récit de César font apparaître de graves confusions dans sa perception de la réalité.

______________________________________________________________________________________

Vendredi 25 juillet

 NUIT CLINT EASTWOOD

Le Bon, la brute et le truand
Sergio Leone
1966, 2h58 (Italie)

affichette

Synopsis: Le film raconte l’histoire de trois as de la gâchette qui durant la guerre de sécession sont à la recherche d’un chargement d’or disparu.


Honky Tonk Man Clint Eastwood
1983, 2h02 (États-Unis)

000556

Synopsis: Red Stovall, guitariste talentueux de Country passé à côté de sa carrière décide d’entreprendre un voyage en voiture à travers les états-unis avec son neveu (Kyle Eastwood, fils de l’acteur) ainsi son grand-père pour passer une audition au Grand Ole Opry. Malheureusement, l’oncle Red est atteint par la tuberculose et son désir d’enregistrer un disque semble sérieusement compromis.


Sur la route de Madison Clint Eastwood
1995, 2h15 (États-Unis)

18798053

Synopsis: Le destin de Francesca Johnson semble tout tracé. Mais un jour de l’été 1965, alors que son mari et ses enfants sont partis à une foire dans l’Iowa, le photographe Robert Kincaid lui demande sa route. Elle le guidera à travers les ponts couverts du comté de Madison qu’il est chargé de photographier pour National Geographic. L’amour suit et marque leurs vies…

_______________________________________________________________________________________

Samedi 26 juillet

18409277
Amitabh Bachan
Sholay Ramesh Sippy
1978, 3h19 (Inde)

Synopsis: Sholay, littéralement « la boule de feu », raconte les aventures de deux malfrats pleins d’audace, Veeru (Dharmendra) et Jai (Amitabh Bachchan). Thakur Baldev Singh (Sanjeev Kumar), policier retraité à la tête d’un domaine, fait sortir de prison les deux comparses – qui lui ont naguère sauvé la vie lors d’une attaque de train – pour qu’ils capturent Gabbar Singh (Amjad Khan), le bandit qui terrorise la région. Il pourra ainsi venger sa famille qui a jadis été sauvagement tuée par ce dernier.

______________________________________________________________________________________  

Dimanche 27 juillet

006681
Clark Gable, Marilyn Monroe
et Montgomery Clift

Les Désaxés John Huston
1961, 2h05, (États-Unis)
Synopsis:Reno dans le Nevada, la ville des mariages expéditifs… et aussi celle des divorces rapides.Le mécanicien sur automobiles Guido conduit Roslyn au tribunal pour le divorce de celle-ci ainsi que son amie et logeuse Isabelle. Guido rencontre son ami le cow-boy Gay, un aventurier dilettante. Le hasard fait que tous se retrouvent dans un bar après l’officialisation du divorce, et que tous ont envie d’« autre chose ». Ils décident d’aller faire un tour et se rendent à la maison de campagne de Guido. Guido et Gay tombent sous le charme de Roslyn et lui demandent de rester quelques jours de plus à Reno avant de retourner chez elle. Ils boivent et ils dansent. Guido essaie même de l’embrasser, sans succès. Gay lui propose de la ramener chez elle mais ils retournent finalement dans la maison de Guido où ils se retrouvent seuls pour leur première nuit. Ils passent ensemble quelques jours heureux, même si Gay doit accepter l’amour qu’elle porte aux animaux. Il aimerait aussi savoir pourquoi elle est toujours aussi triste. Quelques jours plus tard, Guido et Isabelle leur rendent visite. Pour aller capturer des chevaux sauvages, Gay et Guido ont besoin d’un troisième homme: ils vont aller le chercher au tout prochain rodéo. Sur le chemin, ils rencontrent le cow-boy Perce à qui ils proposent la chasse aux mustangs. Isabelle les quitte. Après un verre dans un bar, Perce participe au rodéo, mais cela ne se passe pas très bien pour lui puisqu’il se blesse. Un retour au bar devrait remettre les idées en place et tous deviennent plus ou moins saouls et se comportent en conséquence. Perce est aussi tombé amoureux de Roslyn. Le lendemain, ils vont chasser les quelques chevaux repérés, les attrapent et finalement les relâchent à l’insistance de Roslyn. Elle annonce qu’elle partira le lendemain.

______________________________________________________________________________________

Mardi 29 juillet

18432370
Johnny Depp
Charlie et la chocolaterie Tim Burton
2005, 1h56 (États-Unis)

Synopsis: Charlie Bucket, qui vit pauvrement dans une petite maison de deux pièces avec ses parents et ses quatre grands-parents, cloués au lit. Charlie est un enfant gentil, attentionné et soigneux qui aime sa famille malgré leurs difficultés communes. Hors sa famille, la chose qu’il aime le plus est le chocolat. À cause de sa pauvreté extrême, il ne peut toutefois n’en recevoir qu’une barre par an, à l’occasion de son anniversaire. Il y a près de sa maison la plus grosse chocolaterie d’alors, que possède Willy Wonka.

______________________________________________________________________________________

Mercredi 30 juillet

18467366
Alain Delon
Plein soleil René Clément
1959, 2h (France)

Synopsis:Un milliardaire américain donne la mission à Tom Ripley de convaincre son fils Philippe, qui passe de longues vacances en Italie avec sa maîtresse Marge, de retourner en Californie. Tom entre dans l’intimité du couple et devient l’homme à tout faire de Philippe qui le fait participer à toutes ses aventures sans cesser de l’humilier. Tom profite de l’absence de Marge pour assassiner Philippe. Qui plus est, il s’identifie à ce dernier. Il dupe la police et Marge mais finit par se faire prendre.

_______________________________________________________________________________________

Jeudi 31 juillet

affiche-Qui-a-peur-de-Virginia-Woolf-Who-s-Afraid-of-Virginia-Woolf-1966-1
Elisabeth Taylor et Richard Burton
Qui a peur de Virginia Woolf ? Mike Nichols
1966, 2 h09 (États-Unis) int. – 12 ans

Synopsis:George et Martha rentrent d’une soirée arrosée à la faculté où George enseigne et que dirige le père de Martha. Ils ont invité un couple de nouveaux venus à prendre un dernier verre. Un jeu cruel va commencer. Une histoire de blessures réelles et de remèdes imaginés basée sur l’excellente pièce de Edward Albee.

______________________________________________________________________________________

Vendredi 1er août
NUIT : LES FEMMES DE PEDRO :
CARMEN PENELOPE,  VICTORIA …


Attache-moi !

015925

Pedro Almodóvar
1989, 1h40 (Espagne)

Synopsis:Quand Ricki, orphelin de 23 ans, sort du centre social qui l’hébergeait, il a un triple projet en tête : trouver une femme, former une famille et dénicher un emploi. La femme, il l’a connait déjà, c’est Marina, une actrice de porno. Mais comme celleci ne lui prête guère attention, il décide de la séquestrer dans sa propre maison…

Volver

 18608104

Pedro Almodóvar
2006, 2h (Espagne)

Synopsis:Raimunda vit à Madrid avec son compagnon Paco, et sa fille de 14 ans, Paula. Par un jour de grand vent, elle se rend dans son village natal avec sa sœur Sole pour entretenir la tombe de ses parents, morts trois ans auparavant dans un incendie. Elle en profite pour rendre visite à sa tante Paula qui perd un peu la tête. Quelques jours plus tard, Sole appelle : la tante Paula est morte. Au même moment à Madrid, Paula, la fille de Raimunda, tue d’un coup de couteau Paco qui tente d’abuser d’elle. À la suite de ces deux morts, la vérité sur le passé va peu à peu se faire jour.

Kika

 025841

Pedro Almodóvar
1993, 1h52 (Espagne) Int. – 12 ans

Synopsis:Kika (Veronica Forqué) est en couple avec Ramon, un photographe voyeur. Elle le trompe avec Nicholas, beau-père de Ramon (Peter Coyote). Il y a aussi Juana, la femme de ménage de Kika (Rossy de Palma)qui est amoureuse de Kika …, et dont le frère, Pablo, acteur de films porno, sort subitement de prison. Tout ce petit monde est secrètement filmé par Andréa Balafrée (Victoria Abril) journaliste de choc pour son émission en direct, «le pire du jour».

_______________________________________________________________________________________

Samedi 2 août

18778794
George Clooney
O’Brother Joel Coen
1999, 1h45 (États-Unis)

Synopsis:Trois prisonniers s’échappent de prison pour aller en quête d’un trésor… Ce film est une revisitation de l’Odyssée d’Homère. On y retrouve certains personnages (Ulysse), éloigné de sa femme et qui cherche à rejoindre son foyer ; le cyclope, évoqué par le vendeur de bibles borgne ; Poséidon, évoqué par le shérif Cooley ; Circé, le fils de Wash, le cousin de Pete, évoqué par le cochon ; Pénélope la femme d’Ulysse ; Tirésias, le vieux noir, le devin, et Ménélas, l’homme politique) et certaines situations, comme la rencontre avec les sirènes.

Dimanche 3 août

18438362
Marlon Brando et Anthony Quinn
Viva Zapata ! Elia Kazan
1951, 1h52 (États-Unis)

Synopsis:Au début du 20ème siècle, Porfirio Diaz exerce sa dictature sur le Mexique. Les paysans, dépossédés de leurs terres par les grands propriétaires et leurs milices privées, trouvent un leader en la personne de Emiliano Zapata. Souhaitant mener une vie calme, il provoque un processus irréversible le jour où, pour délivrer un péon, il est obligé de tuer des soldats. Il se retrouve donc à la tête de la rébellion contre le pouvoir en place. Après la démission de Diaz, les hommes se succèdent au pouvoir sans que les problèmes soient résolus pour autant. Devenu général et même président, Zapata voit lui aussi l’ivresse du pouvoir suprême lui monter à la tête. S’en inquiétant, il décide finalement de retourner auprès de son peuple afin de continuer la lutte. En 1919, il finira en martyre de la cause mexicaine.

______________________________________________________________________________________

Mardi 5 août

000562
Gene Tierney
Laura Otto Preminger
1944, 1h28 (États-Unis)

Synopsis:Le film s’ouvre sur la phrase : I shall never forget the week-end Laura died (Je n’oublierai jamais le week-end où Laura est morte). Laura, qui travaillait dans la publicité, a été découverte abattue d’une décharge de chevrotine en plein visage dans le hall de son appartement. Le lieutenant McPherson, enquête auprès de ses proches, principalement Waldo Lydecker, un journaliste et critique à la plume acide, qui a fait de Laura une femme du monde, et Shelby, un aristocrate sans le sou qu’elle devait épouser. Au fil de ses recherches, où il apprend à la connaître, au travers des témoignages, de la lecture de ses lettres et de son journal intime, et subjugué par un tableau qui la représente, l’inspecteur tombe sous le charme de la défunte Laura. Lorsque, trois jours après avoir été déclarée morte, Laura réapparait…

______________________________________________________________________________________

Mercredi 6 août

18670817
Brigitte Bardot
Et Dieu créa la femme Roger Vadim
1956, 1h35 (France)

Synopsis:Juliette est une jeune femme ingénue totalement insouciante de tout et au sommet de sa beauté. Elle fait d’un simple regard exploser les cœurs et les mœurs de tous les hommes du petit village de pêcheurs des années 1950 où elle a été adoptée, Saint-Tropez. Mais elle ne pense incorrigiblement qu’à s’amuser et à aimer les hommes dans une communauté dure au labeur et traditionnellement très attachée aux bonnes mœurs.

______________________________________________________________________________________

Jeudi 7 août

affichette
Humphrey Bogart
et Lauren Bacall

Le Port de l’angoisse Howard Hawks
1945, 1h40 (États-Unis)

Synopsis:En 1940 à Fort-de-France en Martinique durant l’administration vichyssoise, Harry et son second alcoolique Eddy louent son bateau à de riches touristes américains pour des parties de pêche en haute mer.Jusqu’au jour où Harry tombe sur un client mauvais payeur, un nommé Johnson, par lequel il va faire la connaissance d’une charmante américaine, Marie, avec qui il va être entraîné malgré lui dans des affaires politiques bancales.

______________________________________________________________________________________

Vendredi 8 août


NUIT DU PARRAIN


Le Parrain

18660717

 Francis Ford Coppola
 1971, 2h55  Int. – 12 ans (États-Unis)

Synopsis:En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles mafieuses de la ville. Don Vito Corleone est « le Parrain » de cette famille. Sollozzo, dit « le Turc », qui est protégé par « le Parrain » de la famille Tattaglia – qui se prononce Tatalia – propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue, mais celui-ci refuse, car il risquerait d’y perdre ses appuis politiques pour des raisons morales. Sonny, un de ses fils, y est quant à lui favorable. Afin de traiter avec Sonny, Sollozzo tente de faire tuer Don Vito, mais celui-ci en réchappe. Michael, le frère benjamin de Sonny, recherche alors les commanditaires de l’attentat avec l’aide de toute la famille Corleone dont son frère Sonny. Commencent alors les représailles…
Le Parrain  II

18861225

  Francis Ford Coppola
1975, 3h20 (États-Unis)

Synopsis:Michael Corleone a succédé à son père Vito à la tête de la famille. Il dirige alors les affaires des Corleone d’une main implacable, en éliminant ses ennemis les uns après les autres. Mais en tentant en vain de ressembler à son père, il ne fera preuve que d’une autorité dévastatrice qui peu à peu l’éloignera des personnes qu’il aime. La deuxième partie du Parrain offre deux histoires parallèles. L’une implique le chef de la Mafia en 1958/1959 après les événements du premier film, l’autre est une suite de flash-back qui suivent le parcours de son père, Vito Corleone, de sa jeunesse en Sicile (1901) à la création de la Famille Corleone à New York, de 1917 à 1925.
Le Parrain  III

18376630

Francis Ford Coppola
1990, 2h40  (États-Unis)

Synopsis:Âgé de près de soixante ans, Michael Corleone souhaite faire entrer les affaires de la famille dans la légalité. Il tente à cette fin d’acquérir une importante société immobilière détenue par le Vatican. Sur le plan de sa vie privée, Michael désespère de trouver un successeur. Son fils unique lui annonce en effet sa volonté de devenir chanteur d’opéra.______________________________________________________________________________________Samedi 9 août : Stars à la française
Fanny Ardant, Emmanuelle Béart, Danielle Darrieux, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert…
Huit femmes

 aff8femmes_1

 François Ozon
2002, 1h43 (France)

Synopsis: Années 50, une grande demeure bourgeoise, on se prépare à fêter Noël. Cependant, une découverte macabre bouleverse ce jour de fête…le maître de maison est retrouvé mort, assassiné dans son lit, un poignard planté dans le dos. Autour de lui, 8 femmes avec, chacune, un secret jalousement gardé, qu’il faut mettre à jour, car l’une d’entre elles est coupable. Mais qui ?

______________________________________________________________________________________

Dimanche 10 août
Katharine Hepburn et Gary Grant
Sylvia Scarlett

18408252

 George Cukor
1935, 1h34 (États-Unis)

Synopsis:Echappant en Angleterre à une poursuite judiciaire pour détournement de fonds, le veuf Henry Scarlett est accompagné de sa fille, Scarlett, qu’il déguise en garçon prénomé Sylvester afin d’éviter tout repérage.

______________________________________________________________________________________

Mardi 12 août
Jackie Chan
Police story

affiche_Police_Story_1985_1

 Jackie Chan
1985,1h40 (États-Unis/Hong-Kong)

Synopsis:Une opération policière est menée contre un gang de traficants de drogue, malheureusement elle tourne mal. Le boss du gang est arrêté mais aucune preuve concrète ne peut être retenue contre lui. Le commissaire propose à l’assistante du boss de la libérer si elle accepte d’être témoin à charge contre son chef. Jackie est désigné comme garde du corps pour protéger la jeune femme, mais elle s’échappe le jour du procès et se retrouve entre les mains du gang qui veut l’éliminer. Le boss est donc acquitté et Jackie se voit rétrogradé. Il décide donc de rechercher le témoin seul, mais il est pris dans un complot. Il est accusé de meurtre, alors, pour se faire justice lui-même et pour prouver son innocence, Jackie veut faire payer le boss.

______________________________________________________________________________________

Mercredi 13 août

18445359
Hanna Schygulla
Lili Marleen Rainer Werner Fassbinder
1980, 2h (Allemagne)

Synopsis:Le film est adapté librement de la vie de la chanteuse Lale Andersen, interprète de la chanson Lili Marleen (qui eut un grand succès pendant la Seconde Guerre Mondiale, aussi bien auprès des soldats allemands que des soldats alliés sur le front). En 1938, Willie (Schygulla), une jeune chanteuse allemande sans succès, est amoureuse de Robert (Giannini), musicien suisse qui aide son père (Ferrer), chef d’une organisation de résistants fabriquant de faux passeports pour les juifs persécutés. Le père de Robert désapprouve cet amour. La guerre sépare Willie et Robert : Willie fait une fulgurante carrière lorsque la radio allemande diffuse un bide musical qu’elle avait enregistré avant-guerre, Lili Marleen; Robert continue ses missions mais est capturé. Willie continue d’aimer Robert et choisit d’aider la Résistance, tout en assumant son rôle d’icône du Reich…

______________________________________________________________________________________

Jeudi 14 août

18606782
Rita Hayworth
Gilda Charles Vidor
1946, 1h50 (États-Unis)

Synopsis:Johnny Farrell, joueur professionnel, débarque à Buenos Aires, en Argentine. Il se lie d’amitié avec Ballin Mundson, le propriétaire d’un casino, dont il devient l’associé. A l’issue d’un voyage d’affaires, Ballin revient, accompagné de celle qu’il vient d’épouser : l’extraordinaire Gilda…

______________________________________________________________________________________

Vendredi 15 août

18894642
Sharon Stone
Basic Instinct Paul Verhoeven
1992, 2h10 (États-Unis) int. – 12 ans

Synopsis:Catherine Tramell, une romancière richissime vivant entourée de criminels, est soupçonnée du meurtre de son amant, la rock star Johnny Boz. Celui-ci a été assassiné à coups de pic à glace dans des circonstances similaires à celles décrites dans l’un des romans policiers écrits par Tramell. Nick Curran, un policier chargé de l’enquête et ayant un lourd passé juridique, aura bien du mal à faire face à cette « mante religieuse », qui n’hésite pas à utiliser ses charmes pour arriver à ses fins. L’action se déroule à San Francisco et sur le littoral du Pacifique, en Californie.

______________________________________________________________________________________

Samedi 16 août

1952_Les_belles_de_nuit
Gina Lollobrigida
Les Belles de nuit René Clair
1952, 1h29 (France/Italie)

Synopsis:Les aventures oniriques d’un jeune professeur de musique. Chaque nuit, Claude (Gérard Philipe) retrouve en rêve les femmes qu’il connaît autour de lui. Chaque fois dans des situations romanesques et périlleuses où il joue le héros qu’il aimerait être… Hélas, le réveil le ramène à une réalité moins agréable.

_______________________________________________________________________________________

Dimanche 17 août

18460685
Humphrey Bogart et Ava Gardner
La Comtesse aux pieds nus Joseph L. Mankiewicz
1954, 2h08 (États-Unis)
En introduction L’interview,
Xavier Giannoli, 1998, 17’ (France)

Synopsis:Lors de l’enterrement de Maria Vargas, Harry Dawes voit défiler toute la vie de la défunte à partir du jour où il a fait sa connaissance. Maria Vargas était danseuse dans un cabaret de Madrid lorsque Dawes, à la recherche d’une actrice pour un film hollywoodienne, est subjugué par sa beauté. Il la ramène outre-atlantique, où elle ne tarde pas à devenir une vedette. Mais le succès ne faisant pas tout, l’ancienne danseuse se languit, et croit trouver le bonheur lorsqu’elle rencontre le comte Torlano-Favrini…

Bien à vous et bonne toile,

Saint-Sulpice

Du mardi au dimanche à la tombée de la nuit du 15 Juillet au 17 Août inclus
Prairie du triangle – Mo Porte de Pantin

La séance à 2€ : cette année, la séance de cinema est à 2€ : c’est peu, mais nécessaire pour continuer le Cinéma en plein air que nous aimons.. Location transat et couverture : 5€ / Carte Villette : gratuit
Carte 10 entrées : 12 €
Gratuité pour les RMIstes, demandeurs d’emploi, moins de 12 ans et personnes en situation de handicap / valable toute la durée du festival :accès direct à la prairie sur présentation d’un justificatif, sans passer par la billetterie.

Dictionnaire historique des rues de Paris.

Dictionnaire historique des rues de Paris, en 2 volumes

Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet.
Nouvelle édition mise à jour, avec le Supplément rédigé en collaboration avec Pascal Payen-Appenzeller inséré à la fin de chaque volume

Constamment mis à jour depuis 1963, le Dictionnaire historique des rues de Paris comprend : une histoire de la croissance de Paris, une série d’étude sur les particularités de la ville, une nomenclature complète des 5 334 voies, une histoire des rues, une histoire des maisons intéressantes et des personnages célèbres qui y ont vécu, une vaste iconographie : 2 200 gravures et photos, trois plans généraux : celui de Truschet et Hoyau (1551), le plan de Maire (1808) en vingt planches, le plan de Lecomte représentant le Paris actuel, un important appareil d’appoint.

3c93516544f8231fad6f4712c290223f.jpg

« Curieux personnage, que Jacques Hillairet. Il est l’auteur du fameux Dictionnaire historique des Rues de Paris édité en 1963 par les éditions de Minuit et sans cesse réédité depuis. Il a 86 ans, en janvier 1972, quand Jean Daumas, de La Croix, vient l’interviewer. Le journaliste le décrit comme “ un petit homme aux yeux très vifs et au caractère enjoué ”, qu’il trouve attablé à la lecture des Aventures de M. Pickwick. “ À la retraite, les militaires jouent au bridge ou taillent des rosiers. Moi, j’ai écrit ”, lui explique le lexicographe avec ingénuité. Jacques Hillairet, de son vrai nom Auguste Coussillan, est né le 31 juillet 1886 à Commentry, dans l’Allier, où son père était receveur des Postes. Il a sept ans quand sa famille s’installe à Paris, rue Erard (Sébastien Erard – 1752-1831 – fut facteur de harpes et pianos).

792f8960772e1015528130c1e848b979.jpg


“ Toute mon enfance s’est déroulée dans le Xlle arrondissement, explique-t-il à Jean Daumas. Mon père m’a promené dans la capitale (la rue Saint-Louis-en-l’Île paraissait bien longue à mes petites jambes !) en me racontant de passionnantes histoires. ” Tandis qu’Auguste découvre les rues du vieux Paris, un nouveau siècle débute. La ville se métamorphose. Boulevard Diderot, on abat les murs épais de la prison Mazas. Plus loin, on éventre la chaussée pour faire place au métropolitain. Sur la colline de Montmartre, surgissent les coupoles blêmes du Sacré-Cœur. En 1910, Auguste a vingt-quatre ans. Le voici employé au central télégraphique de la rue de Grenelle. En 1914, enrôlé dans les Transmissions, il est affecté à l’état-major de Gallieni. Il participe à l’organisation des taxis de la Marne et installe le téléphone dans les tranchées. Après la démobilisation, il reste dans l’armée. De 1924 à 1926, il enseigne les sciences appliquées et les transmissions à l’école de Cavalerie de Saumur. Il est ensuite affecté au ministère de la Guerre et installe le téléphone au Louvre. De 1930 à 1938, il est détaché comme “ ministre des Téléphones ” au Liban, qui est sous mandat français.
Mobilisé comme colonel en 1939, Auguste est fait prisonnier à Bohin (Nord) et passe l’hiver 1940 en Silésie. Libéré en 1941, il est mis à la retraite de l’armée et s’installe à Marseille.

 

 10faccd0007fc5db2a6d1062678c12e9.jpg

À la Libération, il regagne Paris et se loge au pied de Montmartre, dans l’appartement de l’ex-épouse de Maurice Chevalier. C’est alors qu’il trouve sa voie. Touché par la grâce de l’histoire anecdotique, il organise des conférences-promenades sur le vieux Paris. Et, “ pour que ses petits camarades de l’armée ne se paient pas sa tête ”, il rentre dans la clandestinité : le colonel Coussillan devient Jacques Hillairet (c’était le nom de jeune fille de sa mère). Pendant plusieurs années, l’ancien militaire promène les badauds de l’enceinte de Charles V au Mur des Fermiers généraux. Un jour, dans la maison de Marat, quelqu’un le prend à part et lui demande s’il ne veut pas écrire des livres sur le vieux Paris : c’est Jérôme Lindon, le directeur des Éditions de Minuit. En 1954, paraît Évocation du vieux Paris, qui sera suivi de Gibets, Piloris et Vieux Cachots et de Deux cents cimetières parisiens, autrement nommé par son auteur : « le Bottin mondain des morts ».

 63a480d0ee96f1c0b488692ee0c015af.jpg

 Enfin, en 1963, c’est la publication du Dictionnaire historique des Rues de Paris. L’entreprise n’est pas nouvelle. En 1816, est paru le Dictionnaire topographique, historique et étymologique, de J. de la Tynna ; en 1844, le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, par les frères Lazare ; de 1858 à 1867, Charles Lefeuve a rédigé L’Histoire de Paris, rue par rue, maison par maison, sous forme de notices ; mais c’est le marquis de Rochegude, dont les Promenades dans toutes les rues de Paris sont publiées en 1910, qui est le véritable précurseur de notre colonel.
Le dictionnaire d’Hillairet se présente sous l’aspect de deux forts volumes in-4°, soit quinze cents pages de deux colonnes avec nombreux plans et photographies. La matière en est inépuisable. Il ravit promeneurs et poètes. On y apprend, parmi tant d’autres choses, que Mme de Pompadour repose sous la chaussée de la rue de la Paix, que la voie la plus  longue de Paris est la rue de Vaugirard (4 360 mètres) ; la plus courte, la rue des Degrés (5,75 m.) ; la plus large, l’avenue Foch (120 mètres) ; les plus étroites,     l’allée des Faucheurs et le passage de la Duée (0,60 m.). En 1963, Hillairet a soixante dix-sept ans quand Thérèse de Saint-Phalle vient l’interviewer pour Le Monde. Il la reçoit “ parmi les narguilés et les vocalises de sa fontaine, dans un salon mauresque tendu de tapis d’Orient ”, reliques des   années passées à Beyrouth. Si le “ petit homme aux yeux très vifs ” aime les ailleurs, c’est que le temps présent ne lui dit plus rien qui vaille. “ Le présent ne m’intéresse pas, explique-t-il à la journaliste. Le béton n’a pas d’histoire. Dans de nombreuses années, pensez-vous qu’on écrira l’histoire de la Défense ? Le passé est passionnant (…) Mais je constate, au hasard de mes promenades, que le Paris de mon enfance se fait de plus en plus rare. ”

 En 1975, un autre journaliste du Monde rend visite à Jacques Hillairet, qui n’a rien perdu de sa ferveur pour les vieilles pierres. Le cœur de Paris vient d’être arraché : les halles sont un trou béant. Hillairet propose de les remplacer par un bois à la Lenôtre, avec bosquets, fourrés, charmilles, surtout “ pas un terrain presque nu, où l’on voit les pauvres amoureux à cinquante mètres ! ” Le colonel aura bientôt quatre-vingt-dix ans. Il vit à nouveau dans le quartier Bel-Air, qui fut celui de son enfance, et son dernier livre aura précisément pour sujet ce XIIe arrondissement où tout a commencé, il y a si longtemps. N’y voyons aucune coïncidence. Penché sur ses manuscrits, Jacques Hillairet revivait le bonheur lointain des années 1900, les premières promenades dans Paris, main dans la main avec son père. Ligne après ligne, c’est aussi le petit garçon de ce temps-là qu’il a secrètement sauvé de la destruction. Tel est peut-être le sens secret de toute une œuvre. » 

1 600 pages, 2 343 illustrations. Deux volumes reliés pleine toile, sous jaquette illustrée en quadrichromie, avec étui relieur pleine toile – 1963 - 151,69 €

 

Bonne lecture,

Saint-Sulpice

La fabuleuse librairie Buridan

Cette librairie a malheureusement du fermer ses portes début 2009, veuillez-nous en excuser.

Saint-Sulpice

 

La fabuleuse librairie Buridan Logo03

                      Amoureux, passionnés, amis de Paris ainsi qu’à tous les autres si vous êtes intéressés par l’histoire de Paris, l’histoire en règle générale et avec un grand H, c’est chez Buridan qu’il faut vous rendre. C’est au coeur du Paris historique à deux pas de la majestueuse cathédrale Notre-dame, face au plus vieil arbre de Paris (planté en 1601) que vous découvrirez l’antre des historiens, des passionnés de nos origines, des amoureux des beaux ouvrages, des Céladons de l’histoire. C’est face au square Viviani aux beaux massifs fleuris, au doux gazon fraîchement coupé, à l’ombre de vieux arbres et sous la protection de l’église de Saint-Julien le Pauvre que vous apparaîtra ce petit trésor dont le pas de porte s’ouvre sur cette si charmante rue Saint-Julien dont les pavés d’époque ont vu défiler sur leur lisses surfaces polies, calèches, fiacres, belles et élégantes. C’est au coeur de ce quartier mythique à cent mètres de l’endroit où nos ancêtres posèrent la première pierre de la fabuleuse et plus grande des cités qui régna sur l’occident que se situe la Librairie Buridan.

houx3

                       Buridan et l’histoire c’est comme Pétrossian et le caviar! Cette librairie est le coeur de notre passé et pourtant si vivante et dynamique. Lorque vous en foulez l’entrée vous êtes immédiatement séduit par la clarté, le charme qui se dégage de l’endroit. Les murs en vieilles pierres apparentes ainsi que les poutres d’époques en chêne massif vous replongent déjà dans notre passé, dans celui de cette si belle cité qu’est Paris. Ce n’est pas l’un de ces lieux immense et impersonnel, loin de là! Vous franchissez le seuil d’un lieu chargé d’histoire et empli de convivialité. Cette librairie est tout simplement attachante et si l’on n’en vient à oublier pourquoi on y est venu, on risque fort de s’y sentir si bien que le sentiment de seulement devoir en repartir devient alors une véritable déchirure.

                       Cette librairie est gérée de main de maître par de réels férus d’histoire mais avant tout par des passionnés de la vie, du quartier, de notre cité. Damien et Céline un jeune couple sympathique vous accueillent avec le sourire ( je le précise car c’est de plus en plus rare!!!) et avec égard. Immédiatement on s’y sent bien, en confiance. C’est pratiquement comme à le maison. A l’entrée, une table, des chaises permettent aux personnes âgées, femmes enceintes de se reposer. Les clients désirant feuilleter un ouvrage ( sans abus, bien entendu) peuvent aussi confortablement y conforter leur choix. Pour les amoureux de l’histoire canine sachez que cette librairie ne distribue aucunement ce type de livres mais que Rustique-Emile de Buridan le petit teckel des propriétaires en connaît un sacré rayon et si vous savez l’amadouer, c’est avec plaisir qu’il vous en contera!

Intérieur Librairie Buridan

                        Vous avez besoin d’une référence, recherchez un livre en particulier, désirez commander un ouvrage ou tout bonnement flâner devant les rangées en laissant le hasard vous mettre devant celui qui vous séduira, tout est possible! Non seulement vous dénicherez la perle voulue mais Damien et Céline, passionnés par leur métier, se feront un réel et sincère plaisir de vous conseiller et répondrons à toutes vos questions. Au sous-sol une merveilleuse cave voutée vous attend et si vous faites preuve de gentillesse, ils vous en ouvriront les portes! Chaque jeudi une lecture de récits de voyages vous transporte des rives de la Seine jusqu’à celles du Yang-Tsé, de l’île de la cité aux lointaines et sauvages contrées tout en traversant les océans peuplés de dangereux flibustiers! Il n’est pas rare de croiser dans cette charmante échoppe, écrivains réputés et historiens désireux de compléter leur documentation ou même simplement de s’y accorder une ballade par passion.

dscn8289

                        Cet endroit n’est de plus pas seulement une librairie mais un aussi un lieu de rencontres, d’échanges entre amoureux et amateurs de notre passé et d’histoire. Des conférences y sont régulièrement organisées et pour ceux qui désireraient aller encore plus loin, une guide diplômée elle-même grande passionnée vous guidera dans des endroits insoupçonnés vous faisant découvrir un Paris que vous n’imaginiez même pas au plus profond de vos pérégrinations nocturnes et morphéennes!

Rue St-Julien-le-Pauvre - Before Sunset

                        C’est pour toutes ces raisons qu’il ne faut pas hésiter à ce rendre chez Buridan. Le quartier alentour est agréable et typique. Vous vous trouvez au point central d’un cercle délimité par la magnifique cathédrale Notre-Dame, la solennelle Sorbonne, l’imposant Collège De France, la mythique place Saint-Michel et Maubert-Mutualité. Vous êtes au coeur de Paris.

Square Viviani

                        La librairie Buridan est ouverte tous les jours hormis le mardi de 11h à 21h. Cela vous laisse la possibilité si vous travaillez de vous y rendre après vos activités professionnelles et pourquoi pas d’aller tranquillement dîner dans l’un des nombreux restaurants du quartier ou même de vous y promener.

                        Souhaitant vous y retrouver prochainement.

                        Bonne et passionnante lecture,

                        Saint-Sulpice

Coordonnées: Librairie Buridan – 12, Rue Saint-Julien le pauvre – 75005 Paris – Métro Saint-Michel (Sortie Notre-Dame)

             Tel: 01.46.33.74.95 – ECRIRE@BURIDAN.FRwww.BURIDAN.FR  -  Tous les jours sauf le Mardi de 11h à 21H

 

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne