Georges Dambier – Partie I

Georges Dambier - Partie I dans Photographie: Grands Photographes Travaux_Panneau(Article en cours de réfection, veuillez m’en excuser.)

 Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

D’abord une petite Bio de ce grand photographe puis une petite rétrospective de ses oeuvres….

Biographie de Georges Dambier

Né à Paris en 1925, Georges Dambier est pendant la Guerre, l’élève du célèbre peintre et affichiste Paul Colin qui lui enseigne le graphisme et lui donne le goût de la décoration, de la mode, des jolies femmes et de la vie parisienne. Après la Libération, il devient l’assistant de Willy Rizzo, photographe de talent auprès duquel il découvre un nouvel art, dont il apprend bientôt à maîtriser les subtilités et plus particulièrement l’utilisation de la lumière.

Dans le Paris de l’après-guerre, âgé de 20 ans, Georges Dambier photographie la vie nocturne et les réjouissances mondaines désormais en pleine explosion et se fait le témoin de la vie du « Tout-Paris », ses célébrités, ses lieux à la mode, ses fêtes brillantes.

Des clichés de Rita Hayworth négociés contre une place permanente de reporterphotographe à France Dimanche vont lancer sa carrière professionnelle. Bien que passionné par l’actualité, le jeune photographe préfère néanmoins capter le glamour, et saisir la vie dans tout son éclat, son raffinement. Son goût du graphisme et sa capacité à restituer la réalité avec une rare élégance le mènent à la photo de mode. En 1952, il est remarqué par Hélène Lazareff, fondatrice de Elle, qui lui donne sa chance et publie son premier reportage de mode. C’est avec son accord et son soutien qu’il lance le concept avant-gardiste de « touriste-photographe ». Il s’agit de partir avec une équipe complète (mannequins, rédactrice de mode, coiffeur, styliste…) pour photographier des modèles de Haute Couture dans des lieux de villégiature tels que l’Italie, le Maroc, la Corse, la Yougoslavie, le Brésil. Georges Dambier saisit des femmes vêtues de robes magnifiques dans un cadre original : au milieu du désert, dans un marché de village, sur un bateau et surtout dans l’agitation de ce Paris qu’il adore. Il est l’un des premiers en France à faire sortir les modèles des studios et il n’hésite pas à libérer les mannequins des poses figées et des attitudes stéréotypées, en défendant néanmoins une exécution exigeante.

Au début des années 50, Georges Dambier ouvre son propre studio. Indépendant, il travaille toujours pour Elle mais aussi pour les principaux magazines de mode ( Vogue, Marie France…). Il collabore avec Françoise Giroud et Christiane Collange aux pages féminines de l’Express et enchaîne les grandes campagnes de publicité pour Havas ou Publicis et les contrats avec de grandes marques telles que l’Oréal, ou Carita. Il réalise également des affiches de spectacles et des pochettes de disques et tout le show-business des années 60 passe ainsi devant son objectif, de Charles Aznavour à Sacha Distel, mais aussi Catherine Deneuve et Françoise Dorléac et beaucoup d’autres encore.

En 1964, Georges Dambier se lance dans un projet très personnel et crée TWENTY, mensuel destiné aux jeunes et dédié à la mode et à la culture mais cette aventure ambitieuse ne durera que deux ans. Son ami Maurice Siegel fait appel à lui en 1976 et ils créent ensemble VSD pour lequel Georges Dambier se voit confier la direction artistique et réalise le fameux logo.

A la fin des années 80, Georges Dambier abandonne la presse et rejoint sa maison de famille dans la Périgord pour en faire un hôtel de charme et donner libre court à sa passion de la décoration.

 

 Brigite Bardot, Photo de mode
pour Basta Place de la Concorde,
               Paris, 1951

 dans Photographie: Grands Photographes

                     Georges Dambier
Dorian Leigh, Jardin des Tuileries, Paris, 1951

                      Georges Dambier
Brigite Bardot, Place François 1er, Paris, 1951

                       Georges Dambier
Marie Héléne et le Poisson Rouge, Paris, 1957

Georges Dambier – Capucine

1-Capucine-12-Nouveaux

                             Georges Dambier
Suzy Parker, Vitrine Lanvin rue du Faubourg St. Honoré
                        pour ELLE, Paris, 1952

               Georges Dambier
Barbara Mullen pour ELLE, Paris, 1958

Georges Dambier – Capucine

010

      Georges Dambier
Suzy Parker pour ELLE, 
           Paris, 1953

028

               Georges Dambier
Kermesse Aux Étoiles, Paris, 1953

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

La fabuleuse librairie Buridan

Cette librairie a malheureusement du fermer ses portes début 2009, veuillez-nous en excuser.

Saint-Sulpice

 

La fabuleuse librairie Buridan Logo03

                      Amoureux, passionnés, amis de Paris ainsi qu’à tous les autres si vous êtes intéressés par l’histoire de Paris, l’histoire en règle générale et avec un grand H, c’est chez Buridan qu’il faut vous rendre. C’est au coeur du Paris historique à deux pas de la majestueuse cathédrale Notre-dame, face au plus vieil arbre de Paris (planté en 1601) que vous découvrirez l’antre des historiens, des passionnés de nos origines, des amoureux des beaux ouvrages, des Céladons de l’histoire. C’est face au square Viviani aux beaux massifs fleuris, au doux gazon fraîchement coupé, à l’ombre de vieux arbres et sous la protection de l’église de Saint-Julien le Pauvre que vous apparaîtra ce petit trésor dont le pas de porte s’ouvre sur cette si charmante rue Saint-Julien dont les pavés d’époque ont vu défiler sur leur lisses surfaces polies, calèches, fiacres, belles et élégantes. C’est au coeur de ce quartier mythique à cent mètres de l’endroit où nos ancêtres posèrent la première pierre de la fabuleuse et plus grande des cités qui régna sur l’occident que se situe la Librairie Buridan.

houx3

                       Buridan et l’histoire c’est comme Pétrossian et le caviar! Cette librairie est le coeur de notre passé et pourtant si vivante et dynamique. Lorque vous en foulez l’entrée vous êtes immédiatement séduit par la clarté, le charme qui se dégage de l’endroit. Les murs en vieilles pierres apparentes ainsi que les poutres d’époques en chêne massif vous replongent déjà dans notre passé, dans celui de cette si belle cité qu’est Paris. Ce n’est pas l’un de ces lieux immense et impersonnel, loin de là! Vous franchissez le seuil d’un lieu chargé d’histoire et empli de convivialité. Cette librairie est tout simplement attachante et si l’on n’en vient à oublier pourquoi on y est venu, on risque fort de s’y sentir si bien que le sentiment de seulement devoir en repartir devient alors une véritable déchirure.

                       Cette librairie est gérée de main de maître par de réels férus d’histoire mais avant tout par des passionnés de la vie, du quartier, de notre cité. Damien et Céline un jeune couple sympathique vous accueillent avec le sourire ( je le précise car c’est de plus en plus rare!!!) et avec égard. Immédiatement on s’y sent bien, en confiance. C’est pratiquement comme à le maison. A l’entrée, une table, des chaises permettent aux personnes âgées, femmes enceintes de se reposer. Les clients désirant feuilleter un ouvrage ( sans abus, bien entendu) peuvent aussi confortablement y conforter leur choix. Pour les amoureux de l’histoire canine sachez que cette librairie ne distribue aucunement ce type de livres mais que Rustique-Emile de Buridan le petit teckel des propriétaires en connaît un sacré rayon et si vous savez l’amadouer, c’est avec plaisir qu’il vous en contera!

Intérieur Librairie Buridan

                        Vous avez besoin d’une référence, recherchez un livre en particulier, désirez commander un ouvrage ou tout bonnement flâner devant les rangées en laissant le hasard vous mettre devant celui qui vous séduira, tout est possible! Non seulement vous dénicherez la perle voulue mais Damien et Céline, passionnés par leur métier, se feront un réel et sincère plaisir de vous conseiller et répondrons à toutes vos questions. Au sous-sol une merveilleuse cave voutée vous attend et si vous faites preuve de gentillesse, ils vous en ouvriront les portes! Chaque jeudi une lecture de récits de voyages vous transporte des rives de la Seine jusqu’à celles du Yang-Tsé, de l’île de la cité aux lointaines et sauvages contrées tout en traversant les océans peuplés de dangereux flibustiers! Il n’est pas rare de croiser dans cette charmante échoppe, écrivains réputés et historiens désireux de compléter leur documentation ou même simplement de s’y accorder une ballade par passion.

dscn8289

                        Cet endroit n’est de plus pas seulement une librairie mais un aussi un lieu de rencontres, d’échanges entre amoureux et amateurs de notre passé et d’histoire. Des conférences y sont régulièrement organisées et pour ceux qui désireraient aller encore plus loin, une guide diplômée elle-même grande passionnée vous guidera dans des endroits insoupçonnés vous faisant découvrir un Paris que vous n’imaginiez même pas au plus profond de vos pérégrinations nocturnes et morphéennes!

Rue St-Julien-le-Pauvre - Before Sunset

                        C’est pour toutes ces raisons qu’il ne faut pas hésiter à ce rendre chez Buridan. Le quartier alentour est agréable et typique. Vous vous trouvez au point central d’un cercle délimité par la magnifique cathédrale Notre-Dame, la solennelle Sorbonne, l’imposant Collège De France, la mythique place Saint-Michel et Maubert-Mutualité. Vous êtes au coeur de Paris.

Square Viviani

                        La librairie Buridan est ouverte tous les jours hormis le mardi de 11h à 21h. Cela vous laisse la possibilité si vous travaillez de vous y rendre après vos activités professionnelles et pourquoi pas d’aller tranquillement dîner dans l’un des nombreux restaurants du quartier ou même de vous y promener.

                        Souhaitant vous y retrouver prochainement.

                        Bonne et passionnante lecture,

                        Saint-Sulpice

Coordonnées: Librairie Buridan – 12, Rue Saint-Julien le pauvre – 75005 Paris – Métro Saint-Michel (Sortie Notre-Dame)

             Tel: 01.46.33.74.95 – ECRIRE@BURIDAN.FRwww.BURIDAN.FR  -  Tous les jours sauf le Mardi de 11h à 21H

 

68, Alzheimer genération…..

Barricade du quartier Latin 

Que sont devenus nos soixante-huitards? Ces braves fils de bonne famille qui courageusement mêlés à des ouvriers lançaient des pavés ( dommage ils sont beaux les pavés parisiens!) vélos, meubles, pierres et autres artifices sur les braves CRS qui à l’époque ne connaissaient pas encore les tenues de protection.

Mai 68

Non contents de jouer aux petits soldats chez eux ou d’aller siroter un lait fraise avec leurs camarades, les voilà qui s’évertuaient à construire des barricades se sentant l’espace d’un instant  »résistants » et nous faisant un « piètre remake » de la libération de Paris, les braves gamins.

CRS Mai 68

Pendant que leurs parents tentaient de sauver leurs biens devant l’imminence d’un désastre national, leurs progénitures les embrassaient tendrement le matin pour aller ensuite tranquillement confectionner des cocktails molotov et partir en croisade contre la société capitaliste qui les avaient nourris durant leur tendre enfance avec tant de générosité.

Lancer de mai 68

Dieu merci la farce ne dura pas et les sales chenapans aujourd’hui pour la plupart professions libérales sont les plus rigides avec leurs propres enfants clamant les valeurs de la République et louant le Saint-Capitalisme qui leur a permit d’accéder à l’aisance. Les slogans « il est interdit d’interdire » se traduisent désormais par « Non, Guérande, je t’interdis de me répondre sur ce ton! Tu n’as pas travaillé suffisamment donc tu n’iras pas à la Baule cet été. Point s’en faut!!!

Barricade de voitures...

Ou même lorsque l’un de ces braves ex-soixante-huitard regarde un reportage montrant des CRS se faisant rudoyer par de petits crétins similaires à ce qu’il était 40 ans plus tôt…… » Regarde moi ça chérie, quelle bande de petit cons. Mais je te jure que si j’étais à la place de Sarkozy j’aurai depuis belle-lurette rétabli la peine de mort! mais qu’il est mou ce mec! ».

Guillotinés

Qu’elle est loin la douce époque où ces adolescents immatures vénéraient Trotsky ou Mao et approuvaient en applaudissant les camps de rééducation mis en place par ces derniers.

Honte avant suicide

Que dire de ce pitoyable Daniel Cohn-Bendit  qui tel un joyeux luron cracha allègrement sur le patrimoine de nos anciens et que l’on retrouve aujourd’hui député Européen et qui se permet de ne plus assumer son passé en déclarant « Mai 68 c’est terminé, je ne veux plus en parler »….C’est sûr que maintenant cela devient problématique pour lui de traîner un immense boulet. Erreur de jeunesse……sans conteste mais énorme!!!! En même temps cela lui a permit de gravir les échelons de la notoriété et de l’opulence!

Daniel Cohn-Bendit

Tous ces sexagénaires qui autrefois vidaient les réservoirs des voitures de leurs aînés se retrouvent aujourd’hui le cerveau vide de tout souvenir, honteux de leur faits d’armes, réparant leurs bourdes passées en s’efforçant d’embaucher une jeunesse au plus bas prix au sein de leurs sociétés florissantes sans aucune vergogne pourvu que le profit soit là!

Travail à la chaine

Ah messieurs, Alzheimer est bien l’une des maladies du siècle, c’est clair…..mais c’est vrai vous ne vous en rappelez déjà plus!

 

Sarkozy mon ami…..

       Sarkozy mon ami..... sarkozy%2028%20nov%20rogne         

 

                            Vous vous en doutiez, Saint-Sulpice est un Sarkozyste convaincu! Oui j’ai voté pour lui, non je ne le regrette pas. Au même titre que bien d’autres j’ai donné consciemment ma voix à notre nouveau président et j’assume mon choix. Qu’il est déplaisant voire de mauvais goût que d’apercevoir plein de ces Français qui six mois auparavant encore l’adulaient et qui aujourd’hui le blâme sans arrêt. Que ce peuple Français est peu reconnaissant et sans cesse mécontent. Français vous me faites penser à de vieux râleurs séniles! Vous vouliez du changement eh bien que diable, arrêter de gémir, le changement est là! Vous accablez votre président sur le pouvoir d’achat sans même en connaître les causes. Que croyez-vous? Qu’il suffit de taper avec une baguette magique sur un vieux chapeau pour que les caisses de l’état vides se remplissent! Vous êtes bien naïfs. Ouvrez-les yeux, profitez des multiples médias et informations à votre disposition. Cessez vos Gala, Ok, Biba, Closer, Voici ou autre torchons débilisants et de temps à autre plongez-vous dans des lectures plus saines. Vous réclamiez les réformes, elles sont faites ou en cours. Vous vouliez un président moderne, vous l’avez! Si moderne qu’aujourd’hui vous n’êtes pas prêts de le supporter. Un comble! Vous lui reprochez son côté « Bling-Bling » et son omniprésence! Et alors! Qu’est-ce qui est le plus important? Au moins lui il travaille contrairement à ses prédécesseurs qui de peur de n’être réélus n’engageaient aucune action susceptible de froisser le peuple. A ce jour sur 490 promesses faites par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne en à peine une année de présidence 186 sont en cours, 58 réalisées, 19 modifiées, 10 abandonnées, 1 reportée et 216 non encore abordées. Si vous arrivez à obtenir un bilan aussi positif dans vos propres emplois alors chapeau! Donc je vous en prie, raison gardée, attendez que son quinquennat se termine, jugez alors le travail accompli et si les résultats ne sont pas à la hauteur de vos espérances alors sanctionnez-le. Mais de grâce laissez-le oeuvrer durant ses quatre prochaines années car ce ne n’est pas en le dénigrant ni en le critiquant à peine au bout d’un an que vous allez permettre à la France de remonter la pente. Eh oui mes chroniques ne sont pas toutes teintées d’humour…… 

12345

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne