Fête des Vendanges de Montmartre 2009 – Paris – 7 au 11 Octobre 2009

Fête des Vendanges de Montmartre 2009 - Paris - 7 au 11 Octobre 2009 dans Evenementiel 

 

Evénement unique à Paris, la Fête des Vendanges de Montmartre attire chaque année près de 350 000 personnes. Cette fête est bien sûr celle du vin et du goût avec ses grands rendez-vous traditionnels mais depuis trois ans, elle aussi celle d’une autre culture…

 

  dans Evenementiel

 

Cette année « Montmartre fête les Trois Baudets », en hommage à Jacques Canetti, le fondateur de la salle mythique et immense directeur artistique qui a lancé Brel, Brassens, Gainsbourg… L’occasion de célébrer le renouveau de ce lieu pilote de la chanson francophone depuis février dernier.

 

 

 

Sous le parrainage d’un grand admirateur de Jacques Canetti, Charles Aznavour, et d’une amoureuse de Montmartre, Anaïs, nous retracerons, à travers des expositions, des concerts, des balades, des chorales, une université Canetti, le parcours d’exception du créateur du Théâtre des Trois Baudets.

 

 

 

Comme toujours, l’esprit d’entraide soufflera sur les pentes de Montmartre grâce à l’action du Comité des Fêtes et d’Actions Sociales du 18e qui reversera les bénéfices de la vente des 1 500 bouteilles de la cuvée de la vigne du Clos Montmartre au profit des oeuvres sociales du 18e arrondissement.

 

 

 

Devenus aujourd’hui incontournables, les 3 grands rendez-vous de la Fête des Vendanges de Montmartre nous feront encore rêver. Venus de toute la France et au-delà de nos frontières, 1500 participants seront là pour le Ban des Vendanges et le Grand Défilé des confréries, auquel se joindront les petits trains des fanfares et des quartiers du 18e, rendant un hommage haut en couleurs au vin et à la vigne du Clos Montmartre.

 

 
 

Le feu d’artifice sera encore là pour nous éblouir. Une création pyromusicale en hommage à Jacques Canetti avec des archives sonores inédites, un moment de féérie. Pour clôturer ces 5 jours de fête, les amoureux se retrouveront place des Abbesses, près du mur des je t’aime, où Daniel Vaillant, maire du 18e, sera présent pour la désormais célèbre cérémonie des non-demandes en mariage et déclarera officiellement les couples qui le souhaiteront « Fiancés pour l’éternité».

 

 

 

Nous aurons la chance d’accueillir sur scène des artistes a signé par Canetti, qui sont heureux de pouvoir lui dire « Merci Monsieur Canetti » comme Anne Sylvestre ou Magali Noël.
 

 

Nous recevrons aussi des artistes trop jeunes pour avoir travaillé avec lui, mais qui admirent l’homme: François Morel, Anne Roumanoff, La Grande Sophie, Jeanne Cherhal, Clarika, Oxmo Puccino, Féfé et d’autres surprises.
 

 

Les jeunes talents, chers à Canetti, seront particulièrement mis en avant dans cette édition, sur la scène du Trianon ou celle des Trois Baudets, et aussi dans les apéros-découverte. Nos coups de coeur sont Carmen Maria Vega, Madjo, Karimouche, Koumekiam, Bob Godin, Twin Twin et DJ Jonah.

 

 

 

Le Parcours du Goût et ses différents villages sera cette année plus varié qu’il ne l’a jamais été, 1200m² et plus de 120 stands autour du Sacré- Coeur, avec les Villages des Régions, du Monde et de l’Eau. Autre étape incontournable de ce parcours : l’Ecole du Goût, proposée par Metro Cash & Carry France, partenaire officiel de la Fête des Vendanges. Un paradis de la découverte, ludique et pédagogique, avec des ateliers tous gratuits !

 

 
Nouveautés 2009 à ne pas manquer : les visites gratuites de la vigne de Montmartre ! Le Parcours du Vin Blanc à la Goutte d’Or avec le cru Viré-Clessé renouera avec la tradition viticole oubliée de ce quartier, dont le vignoble produisait un vin blanc doré qu’affectionnait le Roi Saint-Louis.

 

 

 

La Fête des Vendanges de Montmartre, c’est aussi bien sûr celle des enfants. Le Grand Bal des P’tits Poulbots à la mairie du 18e sera cette année animé par les Z’Imbert et Moreau. Les enfants du quartier de La Chapelle rendront un hommage particulier au grand Boris Vian avec une création scénique autour de Zaza Fournier pour interpréter « Mon Abécédaire en musique ». La grande chorale des enfants des écoles du 18e nous fera partager la belle aventure musicale des chanteurs des Trois Baudets.

 

 

 

Pour en savoir plus sur cet évènement: Fête des Vendanges 2009

 

 

 

Historique des Vignes de Montmartre

A la fin du XVème siècle, ruinées par les guerres, les Dames de Montmartre sont contraintes de vendre leurs terrains. Vignerons et laboureurs s’installent donc et cultivent de beaux vignobles : le Sacalie, la célèbre Goutte d’Or, le Clos Berthaud, la Sauvageonne, la Vigne de Bel-Air. 

En 1576, la bourgeoisie marchande mène une grande offensive pour réduire le nombre des tavernes dans la capitale : les vins sont notamment soumis à des droits d’octroi pour entrer dans Paris et l’habitude s’instaure de franchir les enceintes de la ville pour boire. Guinguettes et cabarets fleurissent alors sur la Butte au fil des ans.

 

 photo_histoire_3

 

Avec l’annexion de Montmartre à Paris en 1860, les vignobles disparaissent peu à peu. Gérard de Nerval veut en 1854 acheter la dernière vigne. En 1910, on peut encore voir deux treilles du vignoble de Montmartre rues Damrémont et Lepic.

En 1929, le peintre Francisque Poulbot et quelques amis écrivains et artistes sauvent de l’expansion immobilière un terrain municipal en y plantant quelques ceps de vigne. En 1933, on poursuit la plantation avec plus de trois mille plants de Thomery et trois plans de Morgon.

L’année suivante commence la traditionnelle fête des vendanges qui se poursuit chaque année. Sont invités des vedettes, les notables de Montmartre, mais aussi les délégations des provinces françaises,et les chevaliers du taste-vin de toutes régions.pour fêter « le Clos Montmartre » aujourd’hui seul vrai vignoble de Paris.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 

 

A regarder aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi:

 

9782914330398

 

Francisque Poulbot (1879-1946) s’est installé dans le « maquis » de Montmartre à son retour de service militaire en 1901, et ne l’a plus quitté. Artiste protéiforme, il s’est rendu célèbre en créant le personnage du gosse montmartrois, frondeur et sensible en dépit de sa misère. Sa renommée s’est étendue lorsqu’il s’est engagé dans les combats pour la sauvegarde de la Butte et de son esprit qu’il a incarné pendant un demi-siècle. Il est devenu un symbole. A travers la vie et l’oeuvre de cet arpenteur infatigable, et les portraits de ses nombreux et talentueux amis, nous découvrons les charmes et les secrets du Montmartre de légende.

- Poulbot, gosse de Montmartre par Jean-Marc Tarrit aux éditions Magellan et Cie – 148 pages – 20€

Photoquai 2009 – Musée du Quai Branly – Paris – Du 22 Septembre au 22 Novembre 2009

Photoquai 2009 - Musée du Quai Branly - Paris - Du 22 Septembre au 22 Novembre 2009 dans EXPOSITIONS a-affiche-photoquai

 

Créée en 2007 par le musée du quai Branly et consacrée à la photographie non occidentale, Photoquai, la biennale des images du monde, se déroule du 22 Septembre 2009 au 22 Novembre 2009 sur le quai Branly, en face du musée et en partenariat avec des institutions culturelles.

Salué dès sa première édition pour sa qualité, son originalité, son ambition et sa pertinence,  Photoquai poursuit en 2009 sa mission fondamentale : mettre en valeur et faire connaître des artistes dont l’œuvre reste inédite ou peu connue en Europe, susciter des échanges, des croisements de regards sur le monde.

La direction artistique de la deuxième biennale Photoquai est confiée à Anahita Ghabaian Etehadieh, galeriste iranienne et fondatrice de la Silk Road Gallery, lieu unique, dans son pays, dédié spécifiquement à la photographie.

Pour sa deuxième édition, Photoquai présente les œuvres de 50 photographes contemporains du monde entier, talents photographiques inconnus ou peu connus en Europe et provenant des grandes zones géographiques représentées au sein des collections du musée du quai Branly : Amérique du Sud et Amérique Latine, Amérique du Nord, Asie, Océanie, Afrique, Proche et Moyen-Orient.

L’édition 2009 s’attache à assurer la continuité entre les expositions sur les quais du musée du quai Branly (en accès libre), dans les expositions temporaires présentées au sein du musée du quai Branly et du Pavillon des Sessions – son antenne au Louvre -, ainsi que dans les établissements partenaires.

Manifestation grand public, Photoquai complète son dispositif de mise en avant des artistes en associant des partenaires artistiques à travers la capitale, de la colline de Chaillot au quartier du Marais, pour dessiner un panorama de la création photographique contemporaine dans le monde : la Bibliothèque nationale de France – Richelieu, la Monnaie de Paris, le musée d’art moderne de la ville de Paris, la maison de la culture du Japon, l’ambassade d’Australie, la Galerie Baudoin Lebon, la galerie Bendana Pinel, le centre culturel canadien, l’Instituto de México, l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles et l’Ecole Spéciale d’Architecture.

Pour cette deuxième édition, le musée du quai Branly met à l’honneur la photographie iranienne sur sa mezzanine ouest, au sein du plateau des collections. L’exposition intitulée 165 ans de photographie iranienne offre un panorama de la photographie iranienne du milieu du XIXe siècle à aujourd’hui : des portraits de l’époque Qajar ou images du Shah Reza Pahlavi jusqu’aux productions les plus contemporaines de photographes iraniens majeurs. Plasticiens ou documentaristes, ces photographes travaillent actuellement en Iran et à l’étranger, et contribuent à l’ouverture artistique de leur pays sur le monde.

Le Pavillon des Sessions – antenne du musée du quai Branly au Louvre – expose Portraits croisés, photographies du musée du quai Branly, une sélection de portraits issus de sa collection photographique : œuvres anonymes anciennes ou d’auteurs connus (Pierre Verger, Henri Cartier-Bresson, Claude Lévi-Strauss, Roland Bonaparte…), de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1960.

Durant l’intégralité de Photoquai, chaque vendredi, le musée du quai Branly propose également au public des rendez-vous hebdomadaires : des rencontres et discussions avec les photographes et commissaires associés des grandes zones géographiques représentées – des conférences, projections et tables-rondes sur la photographie – la présentation du travail de 5 photographes, lauréats de la bourse d’aide à la création artistique du musée du quai Branly en 2008 et 2009 – ainsi que des rencontres au Salon de lecture Jacques Kerchache.

 Voici la liste des 50 photographes de 32 pays qui participeront à cet évènement:

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT
 

Grèce-Turquie:

- Myrto Papadopoulos

 dans EXPOSITIONS
 ©  Myrto Papadopoulos

Iran:

- Abbas Kowsari <-- Site officiel du photographe

 595.large

©  Abbas Kowsari

- Gohar Dashti

©  Gohar Dashti

- Katayoun Karami  <-- Site officiel du photographe

05_2_karami

©  Katayoun Karami
 

Israël:

- Tamir Sher  <-- Site officiel du photographe

Lion+On+A+stand+%281996%29+Tamir+sher

©  Tamir Sher
 

Liban:

- Rima Maroun     <-- Site officiel du photographe
 

21060790331952724236

©  Rima Maroun

Turquie:

- Melisa Önel  <-- Site officiel du photographe

MELISA%20ONEL

©  Melisa Önel

A regarder:

Image de prévisualisation YouTube

 

AFRIQUE SUBSAHARIENNE ET MAGHREB
 

Afrique du Sud:

- Ilan Godfrey  <-- Site officiel du photographe

ilan_godfrey_22

©  Ilan Godfrey

- Nomusa Makhubu

makhubu01a

©  Nomusa Makhubu
 

Algérie:

- Nadia Ferroukhi  <-- Site officiel du photographe

Picture+10

©  nadia ferroukhi

A lire:
 

- Nadia Ferroukhi : photographe par elle-même & Aziz Chouaki aux éditions de L’Oeil - 5.50€
 

Egypte:

- Nermine Hammam   <-- Site officiel du photographe

nermine+hammam

©  Nermine Hammam
 

La Réunion:

- Raymond Barthes

1-6

©  Raymond Barthes
 

Madagascar:

- Pierrot-Men

©  Pierrot-Men

A lire:

enfances-front 

- Madagascar: Enfances par Pierrot-Men aux éditions ‘L’Association Diapason’ – 90 pages – 11.50€ 

Maroc:

- Khalil Nemmaoui

Nemmaoui-05

©  Khalil Nemmaoui

A lire:

20113370

- Oujda porte du maroc, mille ans d’histoire – Oeuvre collective dont 300 photos de Khalil Nemmaoui aux éditions La Croisée Des Chemins – 45€ 

- Lamia Naji  <-- Site officiel du photographe

lamia_naji

©  Lamia Naji
 

Nigeria:

- Emeka Okereke   <-- Site officiel du photographe

01

©  Emeka Okereke
 

Tunisie:

- Mouna Karray  <-- Site officiel du photographe

murmurer1b

©  Mouna Karray

 

JAPON – ASIE DU SUD-EST
 

Corée:

- Chung ChuHa
 

Indonésie:

- Mohamad Iqbal
 

Japon:

- Masato Seto

artwork_images_3276168_401102_masato-seto

©  Masato Seto

- Hiromi Tsuchida

2a58d9b96b0a15d15dc8882aad7e8bb5.large

©  Hiromi Tsuchida

A lire:

61ZQ6XE1D2L._SL500_AA240_

- New: Counting Grains of Sand par Hiromi Tsuchida aux éditions Tosei-Sha – 160 pages – 184€

Malaisie:

- Nadia Bamadhaj

04_bamadhaj

©  Nadia Bamadhaj
 

Philippines:

- Jake Verzosa

281462241_6ec16e6c30

©  Jake Verzosa

 

 

 OCEANIE (AUSTRALIE ET NOUVELLE-ZELANDE)
 

Australie:

- Brook Andrew  <-- Site officiel du photographe

BrookAndrew

©  Brook Andrew
 

Nouvelle-Zélande:

- Joyce Campbell  <-- Site officiel du photographe

dag_ghoul_antarctica_400

©  Joyce Campbell

 

AMERIQUE DU NORD, CANADA ET HAWAÏ
 

Canada:

- Arthur Renwick

renwick

©  Arthur Renwick

- Jeff Thomas

thomas-v2

©  Jeff Thomas

- Adrian Stimson
 Stimson01web.img_assist_custom

©  Adrian Stimson

Hawaï:

- Jan Becket  <-- Site officiel du photographe

Oneula3215unrecorded_2[1]_f

©  Jan Becket

A lire:

0824818288.01._SX140_SY225_SCLZZZZZZZ_

- Pana Oahu: Sacred Stones, Sacred Land par Jan Becket & Joseph Singer aux éditions University of Hawaii Press – 186 pages – 42$

 

AMÉRIQUE LATINE
 

Argentine:

- Esteban Pastorino Diaz

artwork_images_118328_476731_esteban-pastorinodiaz

©  Esteban Pastorino Diaz

- Hugo Aveta

1er+premio+Hugo+Aveta.+Historias+cl%C3%ADnicas+-+Colonia+Santa+Mar%C3%ADa.+ALTA

©  Hugo Aveta

- Santiago Porter  <-- Site officiel du photographe

N1225727509913146

©  Santiago Porter
 

Brésil:

- Julio Bittencourt   <-- Site officiel du photographe

©  Julio Bittencourt

A lire:

51M4Q-YPLRL._SL500_AA240_

- In a Window of Prestes Maia 911 Building par Julio Bittencourt aux éditions Dewi Lewis Publishing - 80 pages - £20

Mexique:

- Jeronimo Arteaga  <-- Site officiel du photographe

jarteaga10

©  Jeronimo Arteaga

- Pablo Lopez Luz

Lopezluz_P-05

© Pablo Lopez Luz

- Daniela Edburg  <-- Site officiel du photographe
 

© Daniela Edburg

Pérou:

- Morfi Jimenez   <-- Site officiel du photographe

© Morfi Jimenez

- Pablo Hare   <-- Site officiel du photographe

CC-M

© Pablo hare

INDE


- Atul Loke   <-- Site officiel du photographe

atul_loke_chwalb

© Atul Loke

- Sooni Taraporevala

 

 

CHINE – CAUCASE


Chine:

- A Yin   <-- Site officiel du photographe

artwork_images_425927356_457183_-ayin

© A Yin

- Meng Jin

mengjin305

© Meng Jin

- Lu Guang

guang

© Lu Guang

.

- Jin Ping

.
Afghanistan:

- Fardin Waezi

%C2%A9Fardin+Waezi_Reza+Exhibitions+in+Panjsher+(17)

© Fardin Waezi

.
Arménie:

- Anahit Hayrapetyan  <-- Site officiel du photographe

ywwedding

©  Anahit Hayrapetyan

- Karen Mirzoyan

karen-mirzoyan

©  Karen Mirzoyan

.
Azerbaidjan:

- Sanan Aleskerov

09_sanan_aleskerov

©  Sanan Aleskerov

.
Kazakhstan:

- Erbossyn Meldibekov

01_meldibekov

©  Erbossyn Meldibekov

- Saïd Atabekov

 ©  Saïd Atabekov

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Musée du Quai Branly - 37, Quai Branly –  75007 Paris – Tél : 01.56.61.70.00 – Du 22 Septembre 2009 au 22 Novembre 2009 - mardi, mercredi et dimanche : de 11h à 19h, jeudi, vendredi et samedi : de 11h à 21h - Tarifs: Entrée Libre.

Germaine Krull – Partie 4

 Germaine Krull - Partie 4 dans Photographie: Grands Photographes 01

Crédit Photo: © Germaine Krull

full1 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit Photo: © Germaine Krull

e_219

Crédit Photo: © Germaine Krull

full2

Crédit Photo: © Germaine Krull

krull_vendeur

Crédit Photo: © Germaine Krull – denoyelle

Krull_g

Crédit Photo: © Germaine Krull

kultur_delaunay_i01_200_rdax_200x315

Crédit Photo: © Germaine Krull

full3

Crédit Photo: © Germaine Krull

9826f6c16d4c6dcd7acf600ac57c325f_image_document_large_featured_borderless

Crédit Photo: © Germaine Krull

full4

Crédit Photo: © Germaine Krull

krull

Crédit Photo: © Germaine Krull

OB-2_krull-p64

Crédit Photo: © Germaine Krull

Biographie de Germaine Krull

 

6d0a278d74db9937b2f2fb59261b2bef

Germaine Krull est née en 1897 à Wilda-Poznan (Allemagne, aujourd’hui Pologne) et a fait des études à Munich juste avant la guerre. La première partie de sa carrière de photographe a pour thème l’Allemagne et la Russie des années 1915 à 1925.

Son parcours professionnel (de 1925 à 1940) se circonscrit ensuite à la Hollande et à la France. En 1926, elle s’installe à Paris et travaille pour divers magazines (comme « Vu »). Elle réalise, en 1927, un portfolio intitulé Métal qui se compose de soixante-quatre planches, représentant des images industrielles d’une grande force d’abstraction. Cette œuvre de Germaine Krull révolutionne l’histoire de la photographie et apparaît rapidement comme le manifeste de la nouvelle tendance, résolument moderniste et non conventionnelle.

Germaine Krull fuit aux Etats-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale et s’engage contre Hitler dans le service de propagande de la France Libre à Brazzaville. C’est la troisième et dernière étape de sa carrière : l’Afrique et l’Asie, de 1940 jusqu’à la fin de sa vie. Après le Congo, elle part à Bangkok où elle dirige l’Hôtel Oriental, puis finit sa vie, en recluse, parmi des moines tibétains en Inde (1985).

L’héritage de Germaine Krull est déterminant pour la photographie moderne. Sa vie et son œuvre ont enjambé neuf décennies et quatre continents. Elle a été témoin des principaux bouleversements du vingtième siècle et fait partie de ces femmes qui ont bravé les conventions et fait avancer leur condition.

Communiste, contre-révolutionnaire, anti-colonialiste, féministe, la personnalité de Germaine Krull est à l’image de ses engagements et de sa photographie. Elle manifeste à chaque tournant de sa vie la volonté de dépasser son époque, de transgresser ses propres lois, et, en décalant le regard, de changer le monde. C’est peut-être pour cela que Jean Cocteau la décrivait comme étant un miroir réformant.

Le travail de Germaine Krull influence des générations entières de photographes, en raison du caractère extrêmement novateur de ses compositions. Elle a ainsi été une des premières à photographier des usines, des ponts et des machines, parfois sous des angles de vues vertigineux, donnant ainsi à ces sujets une consistance presque musculaire. Elle a également innové par ses études de nus féminins et ses images à connotation sexuelle (clichés mettant en scène des lesbiennes), reflétant ainsi l’esprit ouvert et expérimental de l’insouciante société de Weimar.

Son œuvre compte encore des montages avant-gardistes, des portraits, des photographies de propagande et de presse. Pour Germaine Krull, l’observation et l’expression étaient primordiales. Elle ne s’est jamais inquiétée de savoir si elle faisait de la photo-reportage, de la photographie commerciale ou de l’art.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Germaine Krull – Partie 1.

- Germaine Krull – Partie 2.

- Germaine Krull – Partie 3.

Germaine Krull – Partie 3

Germaine Krull - Partie 3 dans Photographie: Grands Photographes fine_art_germaine_krull_035

Crédit Photo: © Germaine Krull

h_07_31_002 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit Photo: © Germaine Krull

nude37

Crédit Photo: © Germaine Krull

6149Krull

Crédit Photo: © Germaine Krull

fine_art_germaine_krull_06

Crédit Photo: © Germaine Krull

h_07_31_003

Crédit Photo: © Germaine Krull

fine_art_germaine_krull_04

Crédit Photo: © Germaine Krull

full0

Crédit Photo: © Germaine Krull

fine_art_germaine_krull_03

Crédit Photo: © Germaine Krull

fine_art_germaine_krull_015

Crédit Photo: © Germaine Krull

Biographie de Germaine Krull

 

6d0a278d74db9937b2f2fb59261b2bef

Germaine Krull est née en 1897 à Wilda-Poznan (Allemagne, aujourd’hui Pologne) et a fait des études à Munich juste avant la guerre. La première partie de sa carrière de photographe a pour thème l’Allemagne et la Russie des années 1915 à 1925.

Son parcours professionnel (de 1925 à 1940) se circonscrit ensuite à la Hollande et à la France. En 1926, elle s’installe à Paris et travaille pour divers magazines (comme « Vu »). Elle réalise, en 1927, un portfolio intitulé Métal qui se compose de soixante-quatre planches, représentant des images industrielles d’une grande force d’abstraction. Cette œuvre de Germaine Krull révolutionne l’histoire de la photographie et apparaît rapidement comme le manifeste de la nouvelle tendance, résolument moderniste et non conventionnelle.

Germaine Krull fuit aux Etats-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale et s’engage contre Hitler dans le service de propagande de la France Libre à Brazzaville. C’est la troisième et dernière étape de sa carrière : l’Afrique et l’Asie, de 1940 jusqu’à la fin de sa vie. Après le Congo, elle part à Bangkok où elle dirige l’Hôtel Oriental, puis finit sa vie, en recluse, parmi des moines tibétains en Inde (1985).

L’héritage de Germaine Krull est déterminant pour la photographie moderne. Sa vie et son œuvre ont enjambé neuf décennies et quatre continents. Elle a été témoin des principaux bouleversements du vingtième siècle et fait partie de ces femmes qui ont bravé les conventions et fait avancer leur condition.

Communiste, contre-révolutionnaire, anti-colonialiste, féministe, la personnalité de Germaine Krull est à l’image de ses engagements et de sa photographie. Elle manifeste à chaque tournant de sa vie la volonté de dépasser son époque, de transgresser ses propres lois, et, en décalant le regard, de changer le monde. C’est peut-être pour cela que Jean Cocteau la décrivait comme étant un miroir réformant.

Le travail de Germaine Krull influence des générations entières de photographes, en raison du caractère extrêmement novateur de ses compositions. Elle a ainsi été une des premières à photographier des usines, des ponts et des machines, parfois sous des angles de vues vertigineux, donnant ainsi à ces sujets une consistance presque musculaire. Elle a également innové par ses études de nus féminins et ses images à connotation sexuelle (clichés mettant en scène des lesbiennes), reflétant ainsi l’esprit ouvert et expérimental de l’insouciante société de Weimar.

Son œuvre compte encore des montages avant-gardistes, des portraits, des photographies de propagande et de presse. Pour Germaine Krull, l’observation et l’expression étaient primordiales. Elle ne s’est jamais inquiétée de savoir si elle faisait de la photo-reportage, de la photographie commerciale ou de l’art.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Germaine Krull – Partie 1.

- Germaine Krull – Partie 2.

123456...8

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne