Paris – La commune de 1871

 

Porte-Maillot – Juin 1871

 Paris - La commune de 1871 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui porte-maillot2

Le 18 mars 1871, une émeute éclate à Paris, sur la butte Montmartre. Adolphe Thiers, chef du gouvernement provisoire de la République, renonce à la réprimer et s’enfuit à Versailles avec tous les corps constitués.

C’est l’amorce de la «Commune». Maîtres malgré eux de la capitale, les révolutionnaires et militants socialistes vont se découvrir et offrir à la bourgeoisie républicaine l’occasion de se débarrasser une fois pour toutes de la «question sociale». Il en coûtera 20.000 victimes.

 

 

Saint-Cloud, le café d’Elcombe – Février 1871

cafe-d-elcombre dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

 

Après avoir battu et fait prisonnier l’empereur Napoléon III à Sedan, les Prussiens ont assiégé la capitale et battu les armées que Léon Gambetta, le jeune ministre de l’Intérieur, avait réunies en province. Le gouvernement de la Défense nationale est contraint de signer un armistice le 28 janvier 1871 et de préparer des élections générales.

Le nouveau «chef du pouvoir exécutif de la République française», Adolphe Thiers (73 ans), obtient de l’Assemblée nationale réunie à Bordeaux qu’elle ratifie les préliminaires de paix dès le 2 mars. La veille, conformément à la convention d »armistice, les troupes allemandes ont commencé à défiler dans une capitale en deuil, devant des statues recouvertes d’un voile noir.

Les Parisiens ruminent leur humiliation. Soulagés par la fin du siège et des pénuries alimentaires, ils se sentent néanmoins trahis par les gouvernants réfugiés à Bordeaux. À Montmartre, le maire du XVIIIe arrondissement, un certain Georges Clemenceau (31 ans), attise les ressentiments de la population en affichant une proclamation où l’on peut lire : «On vous a livrés sans merci. Toute résistance a été rendue impossible».

 

Ruines du château de Saint-Cloud en Mai 1871

saint-cloud

 

L’Assemblée nationale attise les tensions. Après l’arrêt des combats contre les Prussiens, elle renonce à revenir à Paris, par peur de la capitale et de ses deux millions d’habitants aux sentiments majoritairement républicains, voire socialistes. Le gouvernement décide donc le 10 mars de s’installer à Versailles.

Dès le 11 mars, parmi ses premières mesures, il lève sans préavis le moratoire sur le remboursement des effets de commerce et des loyers qui avait été instauré au début de la guerre. Il supprime aussi l’indemnité due à la garde nationale (30 sous par jour). Or, à Paris, la garde nationale rassemble pas moins de 180.000 hommes issus de la petite bourgeoisie et du monde ouvrier qui se sont portés volontaires pour défendre la capitale contre l’ennemi et se sont habitués à vivre sous les armes.

 

Place vendôme/Rue de la paix – Barricade en Mars/Avril 1871

place-vendome

 

L’atmosphère s’échauffe. Là-dessus, Thiers décide de récupérer 227 canons qui avaient été financés par une souscription des Parisiens en vue de la défense de la capitale. La garde nationale de Paris a disposé ces canons sur les buttes de Montmartre et de Belleville pour les mettre hors d’atteinte des Prussiens lors de leur entrée dans la capitale.

Le samedi 18 mars, coupant court aux négociations avec les habitants de Montmartre, Thiers envoie une colonne de 4.000 soldats avec l’ordre de récupérer les canons. Mais l’affaire est mal préparée et les soldats perdent du temps à chercher des attelages. On sonne le tocsin. La foule s’assemble. Les soldats se débandent ou se rallient au petit peuple.

Le général Lecomte, qui commande l’une des brigades, est fait prisonnier. Un autre général, Clément-Thomas, qui se promène sur les boulevards, est arrêté à son tour par les émeutiers. À 17 heures, les deux hommes sont exécutés dans une orgie de sang, sous les yeux horrifiés du jeune Georges Clemenceau, impuissant à calmer la foule.

Quelques émeutes se produisent au même moment en d’autres quartiers de Paris et des soldats fraternisent avec les insurgés. Les bataillons de la garde nationale se groupent en fédération d’où le nom de «fédérés» que l’on donnera aux insurgés.

 

 

Le 23 mai 1871, les Communards incendient le palais des Tuileries.

tuileries

 

Adolphe Thiers renonce à réprimer l’émeute. Peut-être juge-t-il l’entreprise trop risquée avec 30.000 soldats à la fidélité incertaine face aux 150.000 hommes de la garde nationale ?… Il ordonne donc à l’armée et aux corps constitués d’évacuer sur le champ la capitale. L’évacuation commence avant même le meurtre des généraux Lecomte et Clément-Thomas. Elle est achevée le soir même.

Abandonné par la République, Paris s’en remet à des militants jacobins nostalgiques de Robespierre (comme l’avocat Charles Delescluze), blanquistes (partisans du théoricien de la révolution Auguste Blanqui, en prison le 18 mars), proudhoniens (héritiers de l’utopiste Proudhon, mort en 1865), socialistes, anarchistes… Pris de court par le vide du pouvoir, ces militants au nombre d’une trentaine se constituent en Comité central et se réunissent dans la plus grande confusion à l’Hôtel de ville.

 

 

Le 24 mai 1871, à 17h, la Préfecture de police prend feu!

incendies

 

Les élections municipales, organisées le 26 mars, traduisent le désintérêt des Parisiens pour la révolution municipale en cours, avec en général moins d’une moitié de votants. La Commune est néanmoins proclamée le 28 mars. Elle est représentée par une assemblée de 79 élus et son nom fait référence à la Commune insurrectionnelle qui mit bas la royauté le 10 août 1792.

Dans une «Déclaration au peuple français», Paris suggère aux autres communes de France une association fédérale, assez confuse au demeurant. Quelques émeutes se produisent à Lyon, Marseille, Toulouse, Saint-Étienne, Le Creusot, mais elles sont vite réprimées et la France, dans son ensemble se tient coite. Les Parisiens ne contiennent plus leur vindicte contre les «cul-terreux» de la province. Le mépris est réciproque.

La capitale doit dès lors supporter un deuxième siège, non par les Prussiens mais par l’armée française. Elle se protège derrière les fortifications massives (les «fortifs») qui enserrent la capitale depuis qu’Adolphe Thiers lui-même en a ordonné la construction trente ans plus tôt, par la loi des Bastilles. Les premières escarmouches commencent le 2 avril près du mont Valérien avec l’occupation de Courbevoie par les «Versaillais».

Entre temps, la Commune met en place une dizaine de commissions (Guerre, Relations extérieures….) pour tenter de gouverner la capitale, cependant que les quartiers et les arrondissements se gèrent comme ils peuvent.

 

 

Cour d’honneur de l’Arsenal – Mai 1871

arsenal

 

On n’en finirait pas de citer les mesures édictées par ces commissions et le plus souvent restées lettre morte: saisie des biens de l’Église, plafonnement du salaire des fonctionnaires et interdiction du cumul des fonctions (les postes se multiplient néanmoins, avec uniformes et galonnettes), interdiction du travail de nuit pour les ouvriers boulangers (à la grande déception du peuple qui tient au pain frais du matin), interdiction des jeux de hasard et fermeture des bordels, arrestation des ivrognes, destruction de la colonne Vendôme à l’initiative du peintre Gustave Courbet qui dénonce ce «monument de barbarie» et devra plus tard en payer la reconstruction pour 300.000 francs-or….

 

 

Barricade de Charonne – 1871

CommunebarricadeCharonne

La Commune, sous l’impulsion d’un blanquiste dénommé Raoul Rigaud, étend les prérogatives de la police et de la censure. Le 3 avril, elle publie le «décret des otages» du 2 prairial An 79 ! C’est ainsi que l’archevêque de Paris, Monseigneur Darboy, arrêté le 31 mars précédent, sera fusillé sans jugement avec quatre autres ecclésiastiques… et un badaud. Les Communards fusilleront au total 480 otages… Beaucoup moins, soulignons-le, que les Versaillais ne massacreront de gens pendant la Semaine Sanglante qui mettra fin à la Commune.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Merci braves gens….

            http://www.estvideo.com/forum/upload/18-crachat01.jpg       

 

                        Depuis que la terre manque d’eau je n’ai jamais vu autant de bons citoyens mettre tout en oeuvre pour combler cette carence à coups de multiples crachats et urines diverses sur notre bon vieux macadam parisien. Bonnes gens, certes votre attitude semble des plus louables mais uriner ou cracher sur nos trottoirs n’y changera rien!!!!

                     je n’ose non plus citer par souci d’équité les si braves propriétaires de canidés qui eux sensibles à l’environnement et fervents défenseurs des engrais dits « naturels » font joyeusement déféquer leurs fidèles compagnons sur les mêmes trottoirs afin que l’herbe puisse y repousser. Quel dévouement! Mais sachez brave gens que la verdure à moins de se faufiler au travers de quelques fissures n’est pas prête de s’y développer, qu’il serait donc dangereux et pestilentiel d’atteindre tant d’accumulation détritique avant que la moindre particule fleurie ne puisse y poindre!

                     Merci aussi à ces sensibles personnes qui de peur d’encombrer les poubelles de notre vieille cité préfèrent alors jeter leurs détritus et papiers à même le sol. Non malgré toute vos bonnes intentions je pense que recouvrir les trottoirs de divers déchets hormis le côté  »artistique » non négligeable mais à tendance néo-contemporaine ne serviras pas à soulager le travail de nos cantonniers!

                  Que penser de ces mères de familles qui désespérées de ne pouvoir assez contenter leurs ouailles décident par fibre maternelle lors des promenades de leurs bambins en poussette de se servir de celles-ci comme d’un boulet et de nous pauvres piétons comme de quilles le tout dans le but sincère de divertir au mieux leurs charmants chérubins! Louable et ludique intention, mesdames mais non ceci n’est pas une bonne solution! ( je précise à celles qui de surcroît téléphonent en même temps et souvent si délicatement…. qu’elles ne sont peut-être pas au summum d’une correcte concentration).

                  Je ne voudrais pas non plus oublier tous ces merveilleux possesseurs de baladeurs qui tels des autistes déambulent comme des automates dans nos rues et transports en commun et qui dôtés d’un grand et généreux coeur ne peuvent s’empêcher non seulement de sacrifier leurs tympans mais aussi dans un grand élan confraternel de nous faire profiter pauvres quidams que nous sommes de leurs douces et élégantes mélodies. Merci amis mélomanes……

                   Merci aussi à tous ces employés et cadres de bureau ainsi qu’à la jeune génération pour tout le tact qu’ils déploient dans les bus et métropolitains à devoir malgré eux s’asseoir, en particulier sur les sièges réservés, à l’approche de toutes personnes âgées de peurs que nos aïeuls si fatigués n’aient plus le courage ni la force de se relever. Quel sacrifice empreint de tant d’humilité!

                   Je suis aussi particulièrement sensible à ladite jeune génération qui devant la déliquescence et la disparition lente et progressive de nos patois locaux s’est efforcée pour le plus grand bonheur de nos académiciens et de nous citoyens de créer avec acharnement le renouveau de la langue Française par l’émergence d’un nouveau patois national que même nos anciennes générations pourtant elles-même à leur époques novatrices ne peuvent égaler! Je trépigne d’impatience de vous citer une des nombreuses phrases de ce délicat, doux et sensible langage « j’kiffe trop ma karbichounette.  » qui pourrait se traduire en Français par « je suis follement épris de mon amie » en sachant que « Karba » signifie « prostituée » et que  »choune » se traduit par sexe. Ah mesdemoiselles que de romantisme!!!!! Certes notre langue a toujours évoluée grâce à un savant et naturel mélange d’autres dialectes mais là croyez-moi, amis linguistes ce n’est plus une évolution mais une révolution…….

                   Je salue en même temps tous ces artistes méconnus qui nostalgiques des grottes de Lascaux et des Hiéroglyphes depuis qu’ils ont vu « la guerre du feu » « rahan » et « la momie » s’astreignent avec méthode et conviction à tenter de nous divertir en taguant frénétiquement nos immeubles en pierre de taille, portes cochères, boîtes aux lettres, vitres, devantures multiples, murs, toits, voitures, bus, métros et poteaux du moins résumons; en taguant toute surface disponible. Merci à vous joyeux drilles, gentils bouffons (amuseurs) qui non seulement vous mettez en quatre pour divertir nos pupilles mais qui en plus tentez avec « goût » de laisser une trace aux futures générations de peur que notre société virtuelle parte en cendre dès demain….. Je précise qu’il ne faut pas confondre( bien que……)tag qui signifie graff tracé ou peint (graff: composition picturale) et TAG usité en médecine qui lui signifie Trouble anxieux généralisé!!! Parfois je me demande si les deux ne sont pas liés……ma foi! 

                   Merci à vous aussi gentils opérateurs de téléphonie mobile qui avez décider par simple acte civique de facturer vos messages SMS au plein tarif afin d’inciter nos charmants adolescents à moins se fatiguer en écrivant. Je vous rassure si vous étiez un brin inquiet messieurs les opérateurs, vous avez réussi. Merci à vous d’avoir participé pleinement à cette simplification de notre si dure langue Française. Grâce à vous et ceci se propage désormais tel un virus acharné sur nos forums et articles d’Internet jusqu’au banc de l’école et ce pour la plus grande joie de nos instituteurs et professeurs. Sans votre aide nous n’aurions pu enfin aboutir au même titre que la technologie à la miniaturisation de notre si beau mais ardu langage. Je brûle d’impatience de vous en citer un tendre exemple: «  Wa ton join imer d kr tu c pa bien roulé, lol. chouff ta put vien daryv, l e bonn 7 salop! » peut se traduire par « Mazette, la finition de ton joint (mécaniciens et plombiers s’abstenir) laisse à désirer car tu ne maîtrises pas encore l’art de le rouler. Je me gausse. Regarde ton amie vient d’arriver. C’est fou comme elle est charmante cette jeune femme » 

                  Donc je ne peux que m’incliner devant tant d’efforts communs pour faire évoluer notre bonne société et ne doute pas l’espace d’un instant des suites logiques de cette contribution massive et généreuse……… 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

    

12

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne