Klavdij Sluban

Klavdij Sluban dans PHOTOGRAPHIE SULPICIENNE

Istanbul – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

 dans Photographie: Grands Photographes

Odessa- Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

Turquie- Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

Istanbul 1997 – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

tumblr_miorjkshsz1qac37io1_500

Windows, Seas- Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

photo5

Kaliningrad – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

fot. Klavdij Sluban

Fot – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

fot. Klavdij Sluban

Fot 1 – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

96274

Berlin 2007 – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

96275

Berlin 2007 – Crédit photo: © Klavdij Sluban

.

.

.

.

Né en 1963 à Paris de parents slovènes, Klavdij Sluban est photographe.

Ses travaux photographiques l’amènent à voyager dans les Balkans, autour de la mer Noire, en ex-Union-Soviétique, autour de la mer Baltique, dans les îles de la Caraïbe, à Jérusalem, en Amérique latine et en Asie-Chine (par le train transsibérien), Japon, Indonésie-Jawa, Bali, Sulawesi…

De 1995 à 2005, au Centre des Jeunes Détenus de Fleury-Mérogis (Essonne), il anime un atelier de reportage avec les adolescents. Leurs travaux étaient exposés au sein de la prison à la fin de chaque stage. Henri Cartier-Bresson est venu régulièrement les encourager, ainsi que d’autres photographes tels Marc Riboud et William Klein. Depuis 1998, poursuivant ce projet, il travaille de manière similaire, avec une dynamique et un échange photographiques, avec des jeunes détenus de centres de détention en ex-Union Soviétique (Russie, Ukraine, Géorgie, Moldavie, Lettonie), notamment dans les camps disciplinaires de Mojaïsk et d’Ikcha aux environs de Moscou, de Kolpino près de Saint-Pétersbourg, de Kaliningrad ainsi que dans les camps disciplinaires de Tbilissi et Khoni (Géorgie), Lipcani (Nord de la Moldavie) et Cesis (Lettonie).

Depuis 2000, il a créé un atelier photographique à Celje (Slovénie) dans l’unique prison pour jeunes détenus du pays ainsi qu’à Krusevac et Valjevo (Serbie)…

.

.

Pour en savoir plus sur cet excellent photographe: Klavdij Sluban

.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

Yang Yi

Yang Yi dans Photographie: Grands Photographes 1

Uprooted – 01 – Sleeping Buddha Road, fruit company’s dormitory – 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

2 dans Photographie: Grands Photographes 

Uprooted – 02 – Ring Road, boiler factory – 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

3

Uprooted – 03 – Neixi Street, bank’s building - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

4

Uprooted – 04 - Cross Street, Unknow name dormitory  - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

5

Uprooted – 05 - Divinity Reception Road, pedestrian overbridge - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

6

Uprooted – 06 - Nanjiao dormitory - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

7

Uprooted – 07 - Swimming pool - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

8

Uprooted – 08 - South Street, Unknow name dormitory - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

9

Uprooted – 09 - No. 73, Lao Guan Zui - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

10

Uprooted - 10 - Playground - 2007Crédit photo: © Yang Yi

11

Uprooted - 11 - East River Bank - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

12

Uprooted - 12 - Ring Road, Unknow name dormitory - 2007 - Crédit photo: © Yang Yi

 

Biographie de Yang Yi

 

Né à Kaixian, Chongqing, Chine en 1971. Il vit et travaille à Chengdu. Graphiste de 1993 à 2000 à Chengdu. Cofondateur de l’agence de publicité Lan Se Fei Yang en 2001. Études de photographie à l’Académie Centrale des Beaux Arts de Chine en 2006-2007.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Steve Mac Curry

Steve Mac Curry dans Photographie: Grands Photographes SteveMcCurry0036%20copy

 Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0035%20copy dans Photographie: Grands Photographes

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0057%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0079%20copy

Sans titre - n.dCrédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0040%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0058%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry  

N

SteveMcCurry0034%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry  

N

SteveMcCurry0012%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry 

NN

SteveMcCurry0037%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0084%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

 N

N

Biographie de Steve Mac Curry .

.

Steve McCurry est né en 1950 à Philadelphie dans l’état de Pennsylvannie et réside à Manhattan, New-York. Il est reconnu comme l’un des plus grands photographes contemporains, a remporté de nombreuses récompenses de renom. Connu pour ses photographies couleur éloquentes, il témoigne du combat et de la joie des hommes dans la plus pure tradition documentaire. Membre de Magnum Photos depuis 1986, il est en quête de l’inoubliable ; nombre de ses images sont devenues des icônes modernes. Né à Philadelphie, il sort diplômé avec mention assez bien du College of Arts and Architecture de l’Université de Pennsylvanie. Après avoir travaillé deux ans dans un journal, il part exercer en Inde en tant que photographe indépendant. C’est là qu’il apprend à contempler et qu’il prend conscience que « lorsqu’on attend, les gens oublient votre appareil et leur âme s’ouvre à votre regard. »

Sa carrière débute lorsque, déguisé en afghan, il passe la frontière pakistanaise et atteint le territoire afghan sous contrôle des rebelles peu avant son invasion par les russes. Il ramène avec lui des pellicules cousues dans ses vêtements et des images qui seront publiées dans le monde entier ; elle sont parmi les premières à mettre en scène le conflit agitant cette région. Son reportage lui vaut la médaille d’or Robert Capa dans la catégorie « Meilleur Reportage à l’Étranger », consacrant les photographes témoignant d’un courage et d’un esprit d’initiative exceptionnels. Il s’est vu décerner de nombreuses récompenses, parmi lesquelles le prix du « Photographe magazine de l’année » remis par l’association américaine, National Press Photographers’ Association. La même année, il obtient quatre premiers prix, un évènement sans précédent, au concours World Press Photo. Il remporte également à deux reprises le Prix Olivier Rebbot.Steve McCurry a couvert de nombreuses zones de conflits internationaux ou civils, dont Beyrouth, le Cambodge, les Philippines, la Guerre du Golfe, l’ex-Yougoslavie, et continue à travailler en Afghanistan et au Tibet. Il s’intéresse principalement aux conséquences humaines de la guerre, montrant non seulement ce qu’elle imprime sur les paysages, mais surtout sur les visages.

Le travail de Steve McCurry a été publié dans les principaux magazines internationaux et paraît fréquemment dans le National Geographic, notamment à l’occasion des récents articles sur le Tibet, l’Afghanistan, l’Irak, le Yémen ou les temples d’Angkor Wat, au Cambodge. Son travail est guidé par une curiosité innée et par le sentiment d’émerveillement que lui procurent le monde et les gens qui l’entourent. Il est doué d’une troublante faculté à franchir les frontières linguistiques et culturelles ce qui lui permet de saisir des aventures humaines uniques. « Presque toutes mes photos trouvent leur essence dans les êtres. J’attends que la personne baisse sa garde, et je cherche à capturer l’âme profonde et l’expérience gravées sur le visage de mes sujets. Je tente de transmettre ce à quoi ressemble l’existence de cette personne; en quelque sorte la condition humaine. »

Ses retrouvailles avec la jeune afghane réfugiée, qui n’avait pu être identifiée auparavant, constituent un fait marquant de sa carrière ; beaucoup décrivent cette image comme étant de nos jours, la photographie la plus identifiable. Lorsque SteveMcCurry localise enfin Sharbat Gula, après presque deux décennies, il déclare : « Sa peau est marquée ; elle est ridée maintenant, mais elle est toujours aussi saisissante. » De retour à New York le 10 septembre 2001 d’un séjour en Chine, Steve McCurry réalise un important reportage le 11 septembre à Ground Zero qu’il dédie à l’héroïsme et à l’humilité des citoyens new-yorkais. « Vous ressentez l’horreur, et immédiatement, instinctivement, vous comprenez que nos vies ne seront plus jamais les mêmes. »
 

.

Pour en savoir plus sur ce photographe: Steve Mac Curry.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

.

A regarder:

.

 Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

.

A lire:

.

51B0khcnrOL._SL500_AA240_

 » Instants suspendus  » rassemble une éblouissante série de portraits et de scènes qui donne vie aux coutumes et aux rituels quotidiens de peuples du monde entier. Cet ouvrage offre une saisissante sélection des plus belles photographies de Steve Mc Curry réalissées au cours de ces trente dernières années.

- Instants suspendus par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 200 pages - 60€

41FZ570NR7L._SL500_AA240_

 » Avant tout je me nourris des couleurs : sombres nuances du henné, or martelé, curry, safran, richesse de la laque noire et des couches de peinture qui recouvrent la pourriture. En y repensant, je m’aperçois que c’est grâce à ces vibrations colorées que j’ai appris à voir et à écrire dans la lumière.  » Cet album rassemble les meilleures photographies de Steve McCurry, ses images d’une force magique qu’il a rapportées de l’Asie du Sud et du Sud-Est. McCurry prend des photos dans le monde entier, mais ce sont les habitants, les couleurs et les formes de l’Inde, du Pakistan, de l’Afghanistan, du Sri Lanka, du Tibet, de la Thaïlande, du Cambodge et de la Birmanie qui ont inspiré ses œuvres les plus marquantes au point de les transformer en classiques de la photographie.

 

- South Southeast/Sud Sud-Est par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon ( En langue Anglaise mais disponible aussi en Français ) - 160 pages – 60€ 

 

516%2BxwvmVlL._SL500_AA240_  

Ce nouveau recueil de photographies rassemble des paysages, des scènes de rue et des portraits réalisés par Steve McCurry en Afghanistan au cours des vingt-sept dernières années. Enfants et bergers, combattants et paysans côtoient d’impressionnantes vues de villes couleur sable, de paysages montagneux et de temples anciens. Les photographies de Steve McCurry captent des instants de vie et transcendent les barrières de la langue et de la culture. Exceptionnelles et atemporelles, ces images traduisent avec lyrisme l’esprit volontaire, la noblesse et la beauté de ces peuples dont la terre s’étend au pied de l’Hindou Kouch.

- A l’ombre des montagnes par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 132 pages - 50€  51AVERTYJZL._SL500_AA240_ 

Six millions de Tibétains vivent au Tibet. Le bouddhisme fait partie intégrante de leur vie quotidienne : qu’ils soient moines ou lacs, ils effectuent de longs voyages pour rejoindre les sites sacrés et manifester ainsi leur spiritualité et leur dévotion. Photographe maintes fois récompensé, Steve McCurry les a accompagnés dans leur éprouvant pèlerinage afin de restituer leur ferveur. Occupé dès 1950 par l’armée chinoise, le Tibet est, depuis plus de cinquante ans, en proie à de violents conflits politiques. Pendant la Révolution culturelle, le pays subit la destruction de milliers d’édifices officiels et religieux par les Gardes rouges. Aujourd’hui encore, la pratique religieuse et l’éducation traditionnelle sont sévèrement menacées. La foi des Tibétains en Bouddha et la confiance qu’ils accordent au dalaï-lama ont toutefois permis la reconstruction de nombreux bâtiments, et leur dévotion a conservé toute sa force. Le bouddhisme imprègne chaque aspect de la vie des Tibétains, qu’ils vivent au Tibet ou qu’ils fassent partie des centaines de milliers de réfugiés installés loin de leur terre natale, en Inde, au Népal ou aux Etats-Unis. Les Chemins de Bouddha retrace le pèlerinage des bouddhistes, religieux ou laïcs, venus se recueillir sur les lieux saints. Les deux principaux chapitres de ce livre présentent des images de moines au cours de débats philosophiques, en méditation ou en prière, et de fidèles sur le chemin ardu de la dévotion. Ces chapitres sont entrecoupés de portraits qui témoignent de la singularité d’un peuple. Connu dans le monde entier pour ses superbes images et ses portraits, Steve McCurry nous propose avec son nouveau livre, Les Chemins de Bouddha, de découvrir une culture unique et empreinte de dignité.

 - Chemins de Buddha par Steve Mac Curry & Robert Thurman aux éditions Phaidon Press Ltd – 123 pages - 20€ 419B02NRNQL._SL500_AA240_ Cet ouvrage rassemble les plus beaux portraits réalisés par Steve McCurry, photographe acclamé dans le monde entier pour ses images des paysages et des peuples d’Asie du Sud et du Sud-Est. Sont ici présentés ses portraits emblématiques mais aussi des instantanés inédits d’enfants, de moines, de pèlerins et de voyageurs que McCurry a rencontrés au gré de ses voyages à travers l’Afghanistan, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, la Birmanie (Myanmar), le Pakistan et le Tibet.
- Regards d’Orient par Steve Mac Curry & Philippe Mothe aux éditions Phaidon Press Ltd – 123 pages - 40€

 

41E0BW7045L._SL500_AA240_

 

- Portraits ~ Photographie par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon - 20€

51Y01MXSAHL._SL500_AA240_

 Le photographe de magnum Steve McCurry a joliment et de façon évocatrice photographié les temples d’Angkor au Cambodge, parmi les monuments les plus impressionnants du monde. Publié pour la première fois en un livre broché, plus de cent de ses photographies d’Angkor sont rassemblées dans ce livre stupéfiant, qui montre un monde magique de dieux taillés, d’édifices majestueux, de dense végétation et de moines oranges-vêtus.

- Sanctuary par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 144 pages - 20€

La Chine de John Thomson – Partie 5

La Chine de John Thomson - Partie 5 dans Photographies du monde d'autrefois 110313

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

104159 dans Photographies du monde d'autrefois

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

103612

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

 102850

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

102028

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

 101711

Macao – 1870 – Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

101501

 Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

100210

 Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

 172744 

 Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

N

172559

Crédit photo: © John Thomson – Beijing Word Art Museum

 

 

Biographie de John Thomson

 

 250px-Thomson%2C_Honan_Soldiers

N

John Thomson (le 14 juin 1837 – le 7 octobre 1921) était un photographe écossais novateur, géographe et voyageur. Il fut l’un des premiers photographes à voyager en Extrême-Orient. En 1862, John Thomson quitte l’Angleterre pour rejoindre son frère William établi à Singapour comme horloger et photographe. Il ouvre un studio de photographie à Penang, puis à Singapour, où il prend deux assistants chinois qui l’accompagneront dans ses tribulations. Il explore les villages ruraux et les rues des villes, et se plaît à photographier les gens dans leurs activités quotidiennes. De 1864 à 1866, Thomson visite l’Inde et Ceylan pour photographier les décombres d’une région ravagée par un cyclone, avant de se rendre en Thaïlande. En 1867 Thomson s’installe à Hong-Kong où il se marie. Il forme le projet de photographier le peuple chinois. de retour de ses expéditions en 1872, John Thomson photographie avec un talent inouï le petit peuple et la rue Londonienne. Cela consolide sa réputation et il est désormais considéré comme le précurseur du photoreportage. Il est nommé photographe de la famille royale britannique par la Reine Victoria en 1881 et se fait décerner la même année par celle-ci la Royal Warrant. En 1910 il se retire à Edimbourg et meurt d’une crise cardiaque en octobre 1921 à l’âge de 84 ans.

 

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

N

 - Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – les métiers de rue.

- Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – Partie 2

- La Chine de John Thomson – Partie 1.

- La Chine de John Thomson – Partie 2.

- La Chine de John Thomson – Partie 3.

- La Chine de John Thomson – Partie 4.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

5130MSFZX7L._SL500_AA240_

 

«  Plus nous avancions, plus le pays devenait impraticable, et plus les précipices devenaient larges et profonds.  » Loin des clichés chinois du XIXe, le photographe pionnier John Thomson (1837-1921) explore Taiwan, île encore inconnue en proie aux conflits tribaux, où il rencontre et photographie les Pepohoans. Il nous livre un récit très moderne qui témoigne d’une approche ethnographique sensible. Texte extrait de Voyage en Chine, publié en feuilleton dans Le Tour du Monde en 1872.

- Taïwan par John Thomson aux éditions Magellan & Cie – 77 pages - 6€

 

b29236c622a0ae9abfec6110.L._SL500_AA240_

 

- L’Empire de Chine : premiers voyages premières images, 1868-1872 par John Thomson aux éditions Albin Michel - 38€

N

9782916722351Dans le n°12 de la Revue du « Monde Chinois », consacrée en grande partie à John Thomson, vous trouverez les gravures de 1875, les magnifiques phototypies de 1873, les plaques négatives originales de 1871, les précieux albumens originaux de la Société de géographie (que Thomson avait offertes à l’anarchiste géographe Elisée Reclus pour sa « Géographie universelle », et qui serviront également à réaliser les gravures du « Tour du Monde » de Charton) et les copieux et précieux textes de John Thomson en marge de ses photos. Emma Thomson 

N
- John Thomson dans la revue du « Monde Chinois » N°12  » Où va Taïwan » aux éditions Institut Choiseul - 29€ 

12345...8

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne