L’impossible Photographie, Prisons Parisiennes ( 1851~2010) – Musée Carnavalet – Paris – 10 Février au 4 Juillet 2010

L'impossible Photographie, Prisons Parisiennes ( 1851~2010) - Musée Carnavalet - Paris - 10 Février au 4 Juillet 2010 dans EXPOSITIONS

Religieuse, Galerie des cellules à un lit – n.d - Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet

/

/

Le musée Carnavalet présente « L’impossible photographie, prisons parisiennes (1851-2010) », une exposition de 340 photographies réalisées dans les prisons de la capitale, de 1851 à aujourd’hui. 

.

  dans EXPOSITIONS

Cellule d’isolement - n.d - Crédit photo: © Musée National des Prisons

.

Pour la première fois, une exposition se penche et traite en profondeur l’ensemble des photographies réalisées dans l’univers carcéral parisien. Ce corpus inédit est issu d’un inventaire général de 3800 images, effectué par les commissaires de l’exposition auprès d’institutions (musées, bibliothèques, archives, agences de presse) mais aussi de collectionneurs privés.

 .

 

Cellule Individuelle - Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet 

.

Au final, l’exposition livre les multiples visages des prisons. Les photographies sont présentées au côté de textes littéraires et de films d’archives, mais aussi prolongées par des créations contemporaines réalisées à l’initiative du musée.

 .

 

Repas de prisonniers - n.d - Crédit photo: © Musée National des Prisons

.

Effectués entre 2008 et 2009 à la prison de la Santé, avec l’accord de l’administration pénitentiaire, trois reportages photographiques, signés Jacqueline Salmon, Michel Séméniako et Mathieu Pernot, sont présentés en exclusivité dans l’exposition.

.

f4e3dc0061

Prison du cherche-Midi ( A gauche ) – 1900 - Crédit photo: © Inconnu

.

Ces témoignages exceptionnels et récents sur la dernière prison parisienne encore en activité sont complétés par deux commandes littéraires : une pièce sonore d’Olivia Rosenthal et un texte de Jane Sautière ainsi qu’une installation audiovisuelle réalisée par Anne Toussaint et Kamel Regaya (atelier audiovisuel de la prison de la Santé).

.

 

Cellule – Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet 

.

 Offrant un regard unique sur le passé et le présent de ces lieux de détention, l’exposition est accompagnée d’un catalogue de référence. À travers l’inventaire de ce qui a été retrouvé, diverses personnalités (universitaires, historiens de la photographie, philosophes, écrivains, artistes…) analysent et décryptent ces images.

 .

 8454-8

Prison de la Santé, Paris - Crédit photo: © Parisienne de Photographie

.

Le visiteur est ainsi amené à s’interroger sur le regard que portent la société et les photographes sur les lieux de rétention et prisons de la capitale, aux noms parfois oubliés ou méconnus : La Force, la Grande et Petite Roquette, Saint-Lazare, Sainte-Pélagie, Mazas, L’Abbaye, le Cherche-Midi, l’Hôtel des haricots, etc. Il pourra mesurer l’écart entre ce que l’on sait ou ce que l’on imagine et ce que la photographie restitue de l’univers carcéral.

Commissaires de l’exposition – Département des collections photographiques du musée Carnavalet : Catherine Tambrun, Christel Courtois.

.

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

.

Musée Carnavalet – 23 Rue de Sévigné – 75003 Paris – Tél : 01.44.59.58.58 –  www.carnavalet.paris.fr  – Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf les Lundis, jours fériés et Dimanches de Pâques et de Pentecôte (Fermeture des caisses à 17h30) - Du 10 Février au 4 Juillet 2010 - Métro : Saint-Paul & Chemin Vert – Bus : 29, 69, 76, 96 – Vélib’: 36 Rue de Sévigné ; terre-plein Saint-Paul ; 26, rue Saint-Gilles – Tarifs: 7€, 5€, 3,50 €, Gratuit jusqu’à 13 ans inclus et pour les Amis du musée Carnavalet, Groupes : Renseignements et réservation obligatoire au 01.44.59.58.31/32, du Lundi au Vendredi, de 9h à 17h, sans interruption.

 

Nickolas Muray

Nickolas Muray dans Photographie: Grands Photographes

Friday on White Bench, New York - 1939 – Crédit Photo: © Nickolas Muray

 dans Photographie: Grands Photographes

Frida with Magenta Rebozo, New York - 1939 – Crédit Photo: © Nickolas Muray

Frida Kahlo - 1940 – Crédit Photo: © Nickolas Muray

Frida with Blue Satin Blouse, New York - 1939 – Crédit photo: © Nickolas Muray

Frida, Mexico, 1940 - 1940 – Crédit photo: © Nickolas Muray

Frida Painting the Two Fridas, Coyoacan - 1939 – Crédit photo: © Nickolas Muray

Frida with Olmeca Figurine, Coyoacan - 1939 – Crédit photo: © Nickolas Muray

 

Biographie de Nickolas Muray

Nickolas Muray est l’un des photographes portraitistes les plus connus du monde. Parmi ses plus célèbres portraits figurent ceux du 34ème Président des Etats Unis, Dwight David « Ike » Eisenhower, l’actrice et chanteuse américaine Norma Jeane Mortenson, plus connue sous le nom de Marilyn Monroe, et l’artiste peintre mexicaine Frida Kahlo.Né le 15 février 1892 à Szeged en Hongrie, Nickolas étudie la lithographie, la photogravure, et la photographie à l’école d’Art Graphique de Budapest, où il obtient un certificat de graveur international. Il prend ensuite des cours de photogravure couleur à Berlin et travaille pour une maison d’édition.L’année 1913 et les menaces d’une guerre imminente le font quitter son pays et émigrer à New York, où il exerce chez un imprimeur couleur avant d’intégrer en tant que photograveur Condé Nast, célèbre groupe de presse américain.

Il crée son premier studio photo en 1920, dans sa maison de Greenwitch Village. Grâce au contrat signé avec le magazine Vanity Fair en 1930, il part pour l’Allemagne acheter un équipement de pointe, lui permettant ainsi d’être le tout premier à posséder un laboratoire couleur aux Etats Unis.

En 1921, Harper’s Bazaar le sollicite pour réaliser le portrait de Florence Reed, actrice à Broadway. Content du résultat, le magazine de mode féminine en fait l’un de ses photographes attitré et lui accorde des parutions mensuels.

A partir de 1926 il devient l’un des photographes les plus incontournables de la mode et part pour Vanity Fair à Londres, Paris et Berlin shooter les célébrités. Il ciblera par la suite les acteurs hollywoodiens dont les photographies seront aussi publiées dans Vogue, Ladie’s Home Journal, et le New York Times.

Entre 1920 et 1940, c’est plus de 10 000 portraits que réalise Muray. La plus célèbre d’entre elle fut celle de l’artiste peintre mexicaine Frida Kahlo prise en 1938 à New York. Frida Kahlo et Nickolas Muray étaient amants depuis 1931 et Nickolas souhaitait réellement en faire sa femme. Devant le refus de la peintre de l’épouser, Nickolas se marie avec une autre mais restera à jamais l’ami de cette femme qu’il a tant aimé.

Après le crash boursier de 1929, il se détourne des célébrités et se spécialise dans la publicité en couleur. Il se consacre également à sa passion du sabre, dont il fut le champion national en 1928 et qui lui permet d’intégrer l’équipe nationale Olympique pour les jeux de 1932.

Lieutenant de la Patrouille Aérienne Civile durant la seconde guerre mondiale, il continue son oeuvre après le conflit. Il s’éteint le 2 novembre 1965 à l’âge de 77 ans.

 

 

Bien à vous,

 Saint-Sulpice

 

 

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

511H6M5Q48L._SL500_AA240_

 

Dans les années 30 et 40, le photographe Nickolas Muray était l’ami de Frida Kahlo, l’amant et le confident. Il l’a photographiée sans cesse durant leur relation, créant des douzaines de portraits iconiques. En grande partie non publié jusqu’à présent, les images reflètent l’amour de Muray pour son sujet. Un consommateur précoce de photographie en couleurs, il pourrait à peine avoir souhaité un modèle plus vibrant et irrésistible. Ayant fait de l’autoportrait le sujet clé de ses peintures existentielles, Kahlo s’est mise en scène devant l’appareil photo de Muray avec la même virtuosité qu’elle a apportée pour s’appuyer sur ses peintures propres (dans des costumes traditionnels, avec de lourds bijoux et des coiffures emplies de fleurs ) et les portraits sont devenus un effort commun équivalent à un rapport d’art et de performance. « Je ne vous oublierai jamais » dit à l’histoire de leur relation dans l’image et le mot, attirant la correspondance intense du couple et la collaboration artistique de peindre un portrait frais d’un artiste le plus aimé.

- Je ne vous oublierai jamais par Frida Kahlo & Nickolas Muray aux éditions Chronicle Books ( En langue Anglaise ) – 180 pages – 17€ ( Prix non confirmé )

Photoquai 2009 – Musée du Quai Branly – Paris – Du 22 Septembre au 22 Novembre 2009

Photoquai 2009 - Musée du Quai Branly - Paris - Du 22 Septembre au 22 Novembre 2009 dans EXPOSITIONS a-affiche-photoquai

 

Créée en 2007 par le musée du quai Branly et consacrée à la photographie non occidentale, Photoquai, la biennale des images du monde, se déroule du 22 Septembre 2009 au 22 Novembre 2009 sur le quai Branly, en face du musée et en partenariat avec des institutions culturelles.

Salué dès sa première édition pour sa qualité, son originalité, son ambition et sa pertinence,  Photoquai poursuit en 2009 sa mission fondamentale : mettre en valeur et faire connaître des artistes dont l’œuvre reste inédite ou peu connue en Europe, susciter des échanges, des croisements de regards sur le monde.

La direction artistique de la deuxième biennale Photoquai est confiée à Anahita Ghabaian Etehadieh, galeriste iranienne et fondatrice de la Silk Road Gallery, lieu unique, dans son pays, dédié spécifiquement à la photographie.

Pour sa deuxième édition, Photoquai présente les œuvres de 50 photographes contemporains du monde entier, talents photographiques inconnus ou peu connus en Europe et provenant des grandes zones géographiques représentées au sein des collections du musée du quai Branly : Amérique du Sud et Amérique Latine, Amérique du Nord, Asie, Océanie, Afrique, Proche et Moyen-Orient.

L’édition 2009 s’attache à assurer la continuité entre les expositions sur les quais du musée du quai Branly (en accès libre), dans les expositions temporaires présentées au sein du musée du quai Branly et du Pavillon des Sessions – son antenne au Louvre -, ainsi que dans les établissements partenaires.

Manifestation grand public, Photoquai complète son dispositif de mise en avant des artistes en associant des partenaires artistiques à travers la capitale, de la colline de Chaillot au quartier du Marais, pour dessiner un panorama de la création photographique contemporaine dans le monde : la Bibliothèque nationale de France – Richelieu, la Monnaie de Paris, le musée d’art moderne de la ville de Paris, la maison de la culture du Japon, l’ambassade d’Australie, la Galerie Baudoin Lebon, la galerie Bendana Pinel, le centre culturel canadien, l’Instituto de México, l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles et l’Ecole Spéciale d’Architecture.

Pour cette deuxième édition, le musée du quai Branly met à l’honneur la photographie iranienne sur sa mezzanine ouest, au sein du plateau des collections. L’exposition intitulée 165 ans de photographie iranienne offre un panorama de la photographie iranienne du milieu du XIXe siècle à aujourd’hui : des portraits de l’époque Qajar ou images du Shah Reza Pahlavi jusqu’aux productions les plus contemporaines de photographes iraniens majeurs. Plasticiens ou documentaristes, ces photographes travaillent actuellement en Iran et à l’étranger, et contribuent à l’ouverture artistique de leur pays sur le monde.

Le Pavillon des Sessions – antenne du musée du quai Branly au Louvre – expose Portraits croisés, photographies du musée du quai Branly, une sélection de portraits issus de sa collection photographique : œuvres anonymes anciennes ou d’auteurs connus (Pierre Verger, Henri Cartier-Bresson, Claude Lévi-Strauss, Roland Bonaparte…), de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1960.

Durant l’intégralité de Photoquai, chaque vendredi, le musée du quai Branly propose également au public des rendez-vous hebdomadaires : des rencontres et discussions avec les photographes et commissaires associés des grandes zones géographiques représentées – des conférences, projections et tables-rondes sur la photographie – la présentation du travail de 5 photographes, lauréats de la bourse d’aide à la création artistique du musée du quai Branly en 2008 et 2009 – ainsi que des rencontres au Salon de lecture Jacques Kerchache.

 Voici la liste des 50 photographes de 32 pays qui participeront à cet évènement:

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT
 

Grèce-Turquie:

- Myrto Papadopoulos

 dans EXPOSITIONS
 ©  Myrto Papadopoulos

Iran:

- Abbas Kowsari <-- Site officiel du photographe

 595.large

©  Abbas Kowsari

- Gohar Dashti

©  Gohar Dashti

- Katayoun Karami  <-- Site officiel du photographe

05_2_karami

©  Katayoun Karami
 

Israël:

- Tamir Sher  <-- Site officiel du photographe

Lion+On+A+stand+%281996%29+Tamir+sher

©  Tamir Sher
 

Liban:

- Rima Maroun     <-- Site officiel du photographe
 

21060790331952724236

©  Rima Maroun

Turquie:

- Melisa Önel  <-- Site officiel du photographe

MELISA%20ONEL

©  Melisa Önel

A regarder:

Image de prévisualisation YouTube

 

AFRIQUE SUBSAHARIENNE ET MAGHREB
 

Afrique du Sud:

- Ilan Godfrey  <-- Site officiel du photographe

ilan_godfrey_22

©  Ilan Godfrey

- Nomusa Makhubu

makhubu01a

©  Nomusa Makhubu
 

Algérie:

- Nadia Ferroukhi  <-- Site officiel du photographe

Picture+10

©  nadia ferroukhi

A lire:
 

- Nadia Ferroukhi : photographe par elle-même & Aziz Chouaki aux éditions de L’Oeil - 5.50€
 

Egypte:

- Nermine Hammam   <-- Site officiel du photographe

nermine+hammam

©  Nermine Hammam
 

La Réunion:

- Raymond Barthes

1-6

©  Raymond Barthes
 

Madagascar:

- Pierrot-Men

©  Pierrot-Men

A lire:

enfances-front 

- Madagascar: Enfances par Pierrot-Men aux éditions ‘L’Association Diapason’ – 90 pages – 11.50€ 

Maroc:

- Khalil Nemmaoui

Nemmaoui-05

©  Khalil Nemmaoui

A lire:

20113370

- Oujda porte du maroc, mille ans d’histoire – Oeuvre collective dont 300 photos de Khalil Nemmaoui aux éditions La Croisée Des Chemins – 45€ 

- Lamia Naji  <-- Site officiel du photographe

lamia_naji

©  Lamia Naji
 

Nigeria:

- Emeka Okereke   <-- Site officiel du photographe

01

©  Emeka Okereke
 

Tunisie:

- Mouna Karray  <-- Site officiel du photographe

murmurer1b

©  Mouna Karray

 

JAPON – ASIE DU SUD-EST
 

Corée:

- Chung ChuHa
 

Indonésie:

- Mohamad Iqbal
 

Japon:

- Masato Seto

artwork_images_3276168_401102_masato-seto

©  Masato Seto

- Hiromi Tsuchida

2a58d9b96b0a15d15dc8882aad7e8bb5.large

©  Hiromi Tsuchida

A lire:

61ZQ6XE1D2L._SL500_AA240_

- New: Counting Grains of Sand par Hiromi Tsuchida aux éditions Tosei-Sha – 160 pages – 184€

Malaisie:

- Nadia Bamadhaj

04_bamadhaj

©  Nadia Bamadhaj
 

Philippines:

- Jake Verzosa

281462241_6ec16e6c30

©  Jake Verzosa

 

 

 OCEANIE (AUSTRALIE ET NOUVELLE-ZELANDE)
 

Australie:

- Brook Andrew  <-- Site officiel du photographe

BrookAndrew

©  Brook Andrew
 

Nouvelle-Zélande:

- Joyce Campbell  <-- Site officiel du photographe

dag_ghoul_antarctica_400

©  Joyce Campbell

 

AMERIQUE DU NORD, CANADA ET HAWAÏ
 

Canada:

- Arthur Renwick

renwick

©  Arthur Renwick

- Jeff Thomas

thomas-v2

©  Jeff Thomas

- Adrian Stimson
 Stimson01web.img_assist_custom

©  Adrian Stimson

Hawaï:

- Jan Becket  <-- Site officiel du photographe

Oneula3215unrecorded_2[1]_f

©  Jan Becket

A lire:

0824818288.01._SX140_SY225_SCLZZZZZZZ_

- Pana Oahu: Sacred Stones, Sacred Land par Jan Becket & Joseph Singer aux éditions University of Hawaii Press – 186 pages – 42$

 

AMÉRIQUE LATINE
 

Argentine:

- Esteban Pastorino Diaz

artwork_images_118328_476731_esteban-pastorinodiaz

©  Esteban Pastorino Diaz

- Hugo Aveta

1er+premio+Hugo+Aveta.+Historias+cl%C3%ADnicas+-+Colonia+Santa+Mar%C3%ADa.+ALTA

©  Hugo Aveta

- Santiago Porter  <-- Site officiel du photographe

N1225727509913146

©  Santiago Porter
 

Brésil:

- Julio Bittencourt   <-- Site officiel du photographe

©  Julio Bittencourt

A lire:

51M4Q-YPLRL._SL500_AA240_

- In a Window of Prestes Maia 911 Building par Julio Bittencourt aux éditions Dewi Lewis Publishing - 80 pages - £20

Mexique:

- Jeronimo Arteaga  <-- Site officiel du photographe

jarteaga10

©  Jeronimo Arteaga

- Pablo Lopez Luz

Lopezluz_P-05

© Pablo Lopez Luz

- Daniela Edburg  <-- Site officiel du photographe
 

© Daniela Edburg

Pérou:

- Morfi Jimenez   <-- Site officiel du photographe

© Morfi Jimenez

- Pablo Hare   <-- Site officiel du photographe

CC-M

© Pablo hare

INDE


- Atul Loke   <-- Site officiel du photographe

atul_loke_chwalb

© Atul Loke

- Sooni Taraporevala

 

 

CHINE – CAUCASE


Chine:

- A Yin   <-- Site officiel du photographe

artwork_images_425927356_457183_-ayin

© A Yin

- Meng Jin

mengjin305

© Meng Jin

- Lu Guang

guang

© Lu Guang

.

- Jin Ping

.
Afghanistan:

- Fardin Waezi

%C2%A9Fardin+Waezi_Reza+Exhibitions+in+Panjsher+(17)

© Fardin Waezi

.
Arménie:

- Anahit Hayrapetyan  <-- Site officiel du photographe

ywwedding

©  Anahit Hayrapetyan

- Karen Mirzoyan

karen-mirzoyan

©  Karen Mirzoyan

.
Azerbaidjan:

- Sanan Aleskerov

09_sanan_aleskerov

©  Sanan Aleskerov

.
Kazakhstan:

- Erbossyn Meldibekov

01_meldibekov

©  Erbossyn Meldibekov

- Saïd Atabekov

 ©  Saïd Atabekov

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Musée du Quai Branly - 37, Quai Branly –  75007 Paris – Tél : 01.56.61.70.00 – Du 22 Septembre 2009 au 22 Novembre 2009 - mardi, mercredi et dimanche : de 11h à 19h, jeudi, vendredi et samedi : de 11h à 21h - Tarifs: Entrée Libre.

Ferdinando Scianna – La géométrie et la passion – MEP – Paris

Ferdinando Scianna - La géométrie et la passion - MEP - Paris dans EXPOSITIONS 083c1296-713a-11de-9680-38538fc9793d

Generosa, Sicile, 1964 – (© Ferdinando Scianna/Magnum Photos)

La Maison Européenne de la Photographie présente, pour la première fois en France, une rétrospective du photographe italien Ferdinando Scianna, par ailleurs journaliste et écrivain. L’exposition rassemble une sélection de cent vingt photographies, issues de plusieurs séries réalisées à partir des années 60, et qui ont fait l’objet de nombreux livres, comme Feste religiosi in Sicilia, Marpessa, Dormire, les Siciliens ou encore Mondo Bambino.

 

 sc_caltagirone dans EXPOSITIONS

Caltagirone – 1983 - Crédit photo: © Galleria dell’Incisione

Né en Sicile, Ferdinando Scianna s’est fait connaître dès l’âge de 21 ans avec la publication, avec l’écrivain Leonardo Sciascia, du livre Feste religiose in Sicilia, qui documente, dans une esthétique proche du néoréalisme italien, la ferveur des manifestations religieuses en Sicile, et qui a été distingué par une mention au Prix Nadar en 1966.

 

 ferdinandoscianna

- Crédit photo inconnu

Recruté par le magazine l’Europeo, il s’installe ensuite à Milan, avant de rejoindre Paris en qualité de correspondant du journal. Multipliant les reportages pour la presse, Ferdinando Scianna n’en continue pas moins de photographier passionnément la Sicile, livrant des images à la fois lumineuses et sombres, reflétant l’ambivalence qui caractérise son rapport au territoire où il est né, mélange d’attachement vibrant et de détachement lucide.

 

 scianna_benares-1997-6

Bénarès – Inde – 1997 – Crédit photo: © Galleria dell’Incisione

Sollicité par Dolce et Gabanna, encore inconnus alors, il s’essaye à la photographie de mode en 1987. Marpessa est son premier modèle, qu’il photographie dans les rues de Sicile, puis plus tard dans d’autres coins du monde. De cette rencontre naît aussi un livre, Marpessa, témoin de la passion qui l’anime dans l’exercice de la mise en scène, tout autant que dans le reportage.

 

 PAR244398_Comp

(© Ferdinando Scianna/Magnum Photos)

Il rejoint, à la même époque, l’agence Magnum, intronisé par son ami et maître Henri Cartier-Bresson. Des rencontres décisives, qui ont jalonné son parcours, ont en effet forgé l’homme : l’imaginaire photographique de Ferdinando Scianna n’existerait pas sans Leonardo Sciascia, Jorge Luis Borges, Henri Cartier-Bresson, Claude Ambroise, Mario Giacomelli, Milan Kundera, Elliott Erwitt, Paola Bergna et d’autres encore, photographes ou écrivains notamment.

 

 SCF184

Statue de Staline démantelée – Budapest – Hongrie – 1990 – (© Ferdinando Scianna/Magnum Photos)

Car Ferdinando Scianna, ancien étudiant en lettres et philosophie à l’université de Palerme, féru de littérature, attache un intérêt particulier au livre, support naturel et privilégié de ses photographies, qu’il aime accompagner d’un texte de l’un de ses amis écrivains.

 Lui-même ayant toujours évité pudiquement d’expliquer ses images, préférant paraphraser ceux qui, avec leurs mots, l’ont accompagné dans son cheminement. Il y fait exception à l’occasion de cette exposition, en livrant, parallèlement aux images, des souvenirs, réflexions et propos sur son parcours et son travail. La photographie est, pour Ferdinando Scianna, une façon d’être dans la vie, ce dont l’exposition, organisée en chapitres selon un parcours thématique, s’emploie à rendre compte. Source texte: MEP.


 

1987-thumb-522x345

 Le modèle italien Marpessa photographié pour Dolce & Gabbana – Sicile – Italie – 1987 – Crédit photo inconnu

 

 Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

Ferdinando Scianna - Maison Européenne de la Photographie – 5 à 7, Rue de Fourcy – 75004 Paris – Tél: 01.44.78.75.00 – Du 24 Juin au 11 octobre 2009 - Du mercredi au dimanche de 11h à 20h (sauf les lundis, mardis et jours fériés) – Accès à la billetterie jusqu’à 19 heures 30.   - Tarifs: Plein 6,50€, Réduit 3,50€. 

12345

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne