Lucien Clergue

Lucien Clergue dans Photographie: Grands Photographes artwork_images_424753439_517185_lucien-clergue

Nu Zébré – 1997 -  Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

artwork_images_140197_321261_lucien-clergue dans Photographie: Grands Photographes

Nu Zébré, New York – 1998 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

el-culo-lucien-clergue-750661

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Clergue.Zebrees

Nu Zébré – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

Nu_zebre_small

Nu Zébré – 1996 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueNuZebre1

Nu Zébré – 1997 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueNudalaRiviera

Nu da la riviéra  1994 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

N

ClergueTroisFemmesaRockport

Trois femmes à Rockport, Maine – 1998 – Crédit Photo: © Lucien Clergue

 

 

 

Biographie de Lucien Clergue

N

Lucien Clergue (né le 14 août 1934 à Arles) est un photographe français. Il est membre de l’Institut. Dès l’âge de 7 ans, Lucien Clergue apprend à jouer du violon. Quelques années plus tard son professeur lui révèle qu’elle ne peut plus rien lui apprendre. Issus d’une famille de commerçants modestes, il ne pourra pas poursuivre ses gammes au conservatoire. En 1949, il apprend les rudiments de la photographie. Quatre ans plus tard, lors d’une corrida à Arles, il force le destin en mettant ses photos sous le nez de Pablo Picasso. Celui ci est subjugué et demande à en voir d’autres. Pendant un an et demi le jeune Clergue travaille dans le but d’envoyer des photos à Picasso. C’est durant cette période que parallèlement aux « charognes » il crée la série des « Saltimbanques » ou « La grande récréation ». Le 4 novembre 1955, Lucien Clergue se rend à Cannes, chez Picasso qui le reçoit à bras ouverts… leur amitié durera près de trente ans, jusqu’à la mort du Maître. Le livre Picasso mon ami retrace les moments importants de leur relation.

En 1968, il fonde avec son ami l’écrivain Michel Tournier le festival de photographie des Rencontres d’Arles qui se tient chaque année à Arles au mois de juillet.

La ville d’Arles lui consacre en 2007 une très importante rétrospective à travers 360 photographies datées de 1953 à 2007.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 2003 et est élu membre de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France, le 31 mai 2006, à l’occasion de la création d’une nouvelle section consacrée à la photographie (no VIII). Sa réception sous la coupole a eu lieu le 10 octobre 2007. Premier titulaire de son fauteuil, M. Clergue a retracé dans son discours l’histoire de la photographie.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

A regarder aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi:

 

51Q2CBMO7NL._SL500_AA240_

 

Lucien Clergue semble faire tourner le monde autour de lui. Sans jamais vraiment s’éloigner de sa terre natale, Arles, il a su devenir un des photographes français les plus reconnus à l’étranger. L’œuvre qu’il a construite s’appuie autour de thématiques, comme autant de sources vives qu’il fait rayonner : les gitans, Picasso, la tauromachie, le nu, la Camargue, la poésie, le sable… L’œuvre est multiple, toujours surprenante, comme en témoignent ses derniers travaux en surimpression. Mais la vie de Lucien Clergue est également indissociable des actions qu’il a menées en faveur de la photographie avec la création, en 1970, des Rencontres internationales de la Photographie d’Arles, devenues un rendez-vous incontournable du monde de la photographie. La publication de cet ouvrage, en mêlant ses images les plus emblématiques et de nombreux documents consacre l’œuvre d’un homme qui depuis plus de cinquante ans écrit avec la lumière.
 

- Lucien Clergue par lui-même et Gabriel Bauret aux éditions de la Martinière – 231 pages – 50€

Berenice Abbott – Partie 2

Berenice Abbott - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes CS4349

 Traveling Tin Shop, Brooklyn - Mai 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

GunsmithandPoliceStat_sm dans Photographie: Grands Photographes

Gun Smith & Police Station - 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

 CS3229

 Tri-Boro Barber School, 206 Bowery - Octobre 1935 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS2390

Rope Store; Peerless Equipment Co., 189 South Street – Février 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS3356

Repair Parafoti – 1935~1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_049_

August Pink Pank, Barber Shop – 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS3255

Hardware Store, 316-318 Bowery, NYC – 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

 t-repro_048_

A Zito’s Bakery - 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

bereniceabott

 Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_050_

Goldberg’s Store -1938 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_043_

 Crédit Photo: © Berenice Abbott

.

N

Biographie de Berenice Abbott

N

 berenice-abott-1921 

N

À dix-neuf ans, Berenice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille décomposée en rejoignant l’université de l’Ohio et rapidement les Beaux Arts de la ville de New York où elle fréquente Greenwich Village et ses cercles d’artistes et d’intellectuels. Elle y rencontre Man Ray, la baronne Elsa von Freytag-Loringhoven ou encore Marcel Duchamp. Après quelques essais en sculpture et en peinture, elle se lance dans l’aventure du voyage en embarquant vers Paris en mars 1921. Là, elle travaille dans l’atelier d’Emile Bourdelle, puis dans l’atelier de Constantin Brancusi.

Elle est bientôt rejointe par d’autres Américains mais elle reste sans revenu et sans vocation. Elle tente sa chance dans la sculpture et la danse à Berlin, sans réussite, et étudie à la Kunstschule avant de revenir à Paris. Man Ray lui propose de devenir son assistante. Il lui apprend les techniques du tirage en laboratoire pour lesquelles elle se montre douée puis celle de la prise de vue. Les portraits qu’elle fait de ses amis plaisent et elle réussit à en tirer quelques revenus. La concurrence avec Man Ray l’oblige à le quitter rapidement.

Le studio qu’elle ouvre alors avec l’aide de Peggy Guggenheim connaît le succès. André Gide, Jean Cocteau, James Joyce, Marie Laurencin, Pierre de Massot, André Maurois, Djuna Barnes, la baronne Murat y sont photographiés.

Après avoir découvert Eugène Atget en 1925 grâce à Man Ray, elle lui achète quelques tirages. En 1927, elle se décide à lui demander de poser pour elle. Quand elle vient lui présenter ses photos, il est trop tard. Le photographe dont elle admirait tant l’œuvre était mort peu après la séance. Elle profite de sa bonne situation financière pour acheter toutes les archives négligées d’Atget. Elle ne cessera de défendre son œuvre par des livres et des expositions, ce sera un déchirement quand, plus tard, elle devra vendre 50% des droits. De par les articles et les livres qu’elle a publié sur le travail d’Atget, Berenice Abbott a contribué à faire connaître son œuvre.

 

 Solano

 

En 1929, au cours d’un passage à New York, elle est surprise par les changements : la ville qu’elle habitait huit ans auparavant est en train de disparaître. Cet étonnement sera à l’origine de son premier projet photographique d’envergure : Changing New York qui aboutira en 1937 avec une exposition au Museum of Modern Art de New York. Mais la vie à New York n’est pas aussi aisée qu’elle le pensait et sa renommée parisienne ne lui sert à rien en Amérique où la concurrence entre photographes est plus rude qu’ailleurs. Berenice Abbott n’appartient pas au cercle des admirateurs d’Alfred Stieglitz qui domine alors le microcosme photographique imposant le modèle pictorialiste.

La crise de 1929 et la Grande Dépression qui suit réduisent considérablement ses revenus. Les financements, pourtant modestes, qu’elle sollicite pour Changing New York lui sont partout refusés, malgré les expositions intermédiaires qui lui apportent une reconnaissance limitée.

En 1935, un poste d’enseignement de la photographie lui assure un revenu fixe et son projet est enfin reconnu par le Federal Art Project. Elle peut alors s’y engager pleinement et le projet débouche en 1937 sur une exposition au Museum of the City of New York, suivi d’un portfolio dans le magazine Life et d’un livre en 1939. Forte de ce succès elle continue à valoriser l’œuvre d’Atget et découvre celle d’un autre photographe dédaigné des pictoralistes : Lewis Hine.

Son refus d’appartenir aux cénacles, la jalousie des autres photographes, les restrictions budgétaires et son esprit d’indépendance la poussent à démissionner en 1939 quand son programme est interrompu.

Elle s’intéresse désormais à la photographie scientifique estimant que, alors que la majorité en ignore tout, la science domine le monde contemporain. Elle fait le pari que la photographie doit contribuer à la culture scientifique des Américains, mais elle sera bien seule à défendre cette conviction. Déjà oubliée de la mode photographique, elle repart en quête de financements, vivant dans l’intervalle de maigres commandes. C’est le lancement de Spoutnik par l’URSS en 1957 qui lui donnera raison. Les États-Unis, craignant d’être dépassés par les Soviétiques, décident de financer davantage de projets scientifiques. Berenice Abbott obtient de collaborer avec le Massachusetts Institute of Technology et peut en quelques années réaliser les photos auxquelles elle pense depuis vingt ans.

Sa santé fragile l’oblige à quitter New York pour s’établir dans le Maine, elle y réduit peu à peu ses activités photographiques pour se consacrer à l’écriture : The World of Atget est publié en 1964, suivi d’ouvrages techniques. Elle tombe à peu près dans l’oubli qu’elle a tenté d’éviter à Atget puis Hine, quand, dans les années 1970, son œuvre bénéficie du regain d’intérêt général pour la photographie. Elle reçoit de nombreux prix et honneurs. C’est avec une part d’amertume qu’elle apprécie ce succès tardif.

L’œuvre de Berenice Abbott illustre une conception de la photographie qu’elle résume en défendant Changing New York pour lequel elle expliquait : « Le rythme de la ville n’est ni celui de l’éternité ni celui du temps qui passe mais de l’instant qui disparaît. C’est ce qui confère à son enregistrement une valeur documentaire autant qu’artistique. »

L’essence de la photographie repose sur ce rapport au temps. Le rôle de la photographie est d’enregistrer cet instant qui disparaît que Roland Barthes appellera le ça a été. La photographie dans son rapport au temps fonctionne toujours au passé, comme représentation d’un temps devenu passé. Pourtant les images d’Abbott, comme celles de Lewis Hine et d’Eugène Atget ne sont pas seulement nostalgiques : le passé, en arrière, fixé sur photographie, est à sa place.

C’est pourquoi aussi la photographie requiert de l’« authenticité »: le ça a été se perd dans la photographie manipulée ou à prétention artistique telle que la pratiquent les pictorialistes. La photographie telle que la conçoit Berenice Abbott doit marcher d’elle-même. Débutante elle disait les photos viennent bien. En 1951, elle continue à déranger les photographes intellectualistes en déclarant It has to walk alone. Selon Abott, la photographie ne doit pas chercher à imiter la peinture par des compositions ou des manipulations savantes, elle doit continuer à chercher son essence dans ce rapport à l’instant.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice 

N

N

Voir aussi:

N

- Berenice Abbott – Partie 1.

N

A regarder:

  Image de prévisualisation YouTube  

A lire:

 

41nVqj0TQ-L._SL500_AA240_

 

Berenice Abbott s’est d’abord lancée comme portraitiste à Paris et plus tard à New York. Elle nous a ensuite offert un travail magistral sur la ville de New-York mais aussi sur la Route n°1 et le Maine. Abbott fut novatrice également dans le domaine de l’équipement photographique, pionnière dans l’enseignement des techniques photographiques et la première à découvrir et révéler le fabuleux et précurseur de la photographie, Eugène Atget.

 - Berenice Abbott par Ron Kurtz et Hank O’Neal aux éditions Steidl Verlag ( En langue Anglaise ) - 548 pages – 115€

N

419BHBP04QL._SL500_AA240_

 

- Changing New-York, une ville en mouvement 1935~1939 par Berenice Abbott aux éditions Hazan eds – 176 pages - Prix non indiqué

Robert d’Alessandro – Partie 2

 Robert d'Alessandro - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes 3517web_LG

Fourteenth St, New York City – 1970 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3516web_LG dans Photographie: Grands Photographes

The New York Edison Company – 1972  - Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3505web_LG

Cliffside, New Jersey - 1971 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3500web_LG

Long Island City, New York – 1971 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3520web_LG

Sunrise Highway, Long Island, New York – 1972 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3521web_LG

Long Island, New York – 1972   – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3522web_LG

Broadway, New York City – 1970 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3523web_LG

New Orleans, Louisiana – 1971  – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3515web_LG

Albuquerque, New Mexico – 1970 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3501web_LG

Me and Paul, Brooklyn, New York – 1970 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3512web_LG

Bedford-Stuyvesant, Brooklyn, New York – 1971 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3511web_LG

Welfare Department, Fourteenth St, New York City – 1971 – Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

N

3509web_LG

Hank’s Flag, Eastport, New York – 1969 - Crédit photo:  © Robert d’Alessandro

 

 

 

 

Biographie de Robert d’Alessandro

N

Né dans le Bronx en 1942, Robert d’Alessandro a grandi avec le plus grand respect des idéaux américains de ses semblables que lui avait instillé son père, ancien immigrant. Il a remarqué qu’après la guerre du Viêt-Nam beaucoup de personnes s’étaient sérieusement demandées si leur drapeau véhiculait encore les idéaux et les valeurs qu’il était sensé représenter. Ses photographies permettaient de figer leurs questionnements et l’évolution d’une Amérique post-Viêt-Namienne.

Ses travaux interrogent sur la valeur que représente le drapeau Américain et l’attachement à cette nation tout en rappelant que l’Amérique est et restera une création collective.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

Voir aussi:

N

- Robert d’Alessandro – Partie 1.

Lou Stoumen – Partie 3

Lou Stoumen - Partie 3 dans Photographie: Grands Photographes LS-558

My first New-York city photograph – 1937 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-141 dans Photographie: Grands Photographes

Unemployed men, Times Square – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-348

Times Square – New-York Times Building – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-045

Meanwhile, Baseball, Times Square – 1940  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-240

Coca-Cola Sign, Times Square – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-046.1

Waiting for the dates on hôtel Astor steps, Times Square – 1940  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-023

 Tour Guide, Times Square – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-589

Doorman, Van and walking man – 1970  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-218

Sailor and girl, NYC – 1940  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

LS-155.1

Going home on the subway, Times Square – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

N

 

 

Biographie de Lou Stoumen

 

Stoumen

 

Lou Stoumen est né en 1917 à Springtown, Pennsylvanie et décédé le 20 Septembre 1991 à Sébastopol en Californie. Il a terminé ses études à l’Université Lehigh à Bethléem, Pennsylvanie en 1939. Avant le début de la Deuxième Guerre mondiale, il a travaillé comme journaliste indépendant et photographe à New York. Pendant cette période, il a fait beaucoup de photographies de Time Square pour laquelle il était le mieux connu. Une sélection d’entre-elles a été rassemblée dans le livre  »Time Square : 45 Ans de Photographies. » En 1945, Lou Stoumen s’est installé en Californie, où il a commencé une carrière dans le tournage cinématographique. Il a reçu des Oscars pour ses productions documentaires « la Vraie Histoire de la Guerre civile » (1957) et « le Renard Noir » (1964). De 1966 à 1986 il a enseigné la production de films à U.C.L.A. Vers la fin de sa vie il a emménagé à Sébastopol en Californie.

En plus de son volume de photographies de Time Square, Lou Stoumen a publié neuf autres livres de photographie.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

N

- Lou Stoumen – Partie 1.

- Lou Stoumen – Partie 2.

 

Ainsi que:

N

Image de prévisualisation YouTube

N

The Naked Eye (littéralement « l’œil nu ») est un film documentaire américain réalisé par Louis Clyde Stoumen en 1956. Ce documentaire de 71 minutes est un hommage aux photographes et à la photographie en général, en montrant notamment le plaisir que l’on peut ressentir lorsque l’on veut réaliser les plus belles photos. Le film fut nominé pour l’Oscar du meilleur film documentaire.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Black Fox ( Le Renard Noir ), film documentaire est une analyse précise de l’Allemagne nazie, accompagné par des bandes d’actualités, des gravures de Gustave Doré illustrant l’enfer de Dante et de gravures de Wilhelm von Kaulbach, illustrateur du « Roman du Renard ». Le montage comporte également des dessins contemporains, notamment des caricatures de George Grosz.

12345

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne