Jason Langer – Partie 2

Jason Langer - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes nightwalk_94

Night Walk - 1994 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

hand_divisadero dans Photographie: Grands PhotographesN

Hand, Divisadero Street - 1995 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

flags_95

Flags - 1995 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery N

 jesus_02

Jesus, St. Roach’s Church - 2002 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers lery

N

greenwich_97

Greenwich Street - 1997 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

figure7_06

 Figure 64 - 2006 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

 entrance_94

 Entrance - 1994 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

moonrise_02

 Moonrise over Montmartre - 2002 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

 N

gogo_girl_1994

Go go Girl - 1994 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

 N

arrival_97

 Arrival - 1997 - Crédit photo: © Jason Langer & Photographers Gallery

N

N

Pour en savoir plus sur ce photographe: Jason Langer.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

Voir aussi:

N

- Jason Langer – Partie 1.

Izis – Partie 3

Izis - Partie 3 dans Photographie: Grands Photographes PF042 

Rue Hautefeuille, Paris - 1951 - Crédit photo: © Izis

rrdg0119c dans Photographie: Grands Photographes

255, Avenue d’Alésia, Paris - 1946 - Crédit photo: © Izis

rrdg0121c

Dans la Cour - 1954 - Crédit photo: © Izis

rrdg0122c

Dans la Cour du 255, Avenue d’Alésia, Paris - 1947 - Crédit photo: © Izis

N

Izis+-+Montmartre,+Paris+1949

Montmartre - 1949 - Crédit photo: © Izis

N

REPO_1132%20IZIS%201

Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

REPO_1132%20IZIS%202

Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

izis_jacques_pr_vert_1949.1224865517

Jacques Prévert – 1949 - Crédit photo: © Izis

N

Izis

8, Impasse Florimont, Paris - 1947 - Crédit photo: © Izis

N

Le Cracheur de Feu - Crédit photo: © Izis

 

 

 

Biographie d’Izis

.

Né à Marijampole en Lituanie en 1911, Izis, de son vrai nom, Israëlis Bidermanas est un photographe français. Il est mort à Paris en 1980.
Immigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre, il est à partir de 1933, responsable d’un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Réfugié à Ambazac dans le Limousin pendant la guerre, arrêté et torturé par les nazis, libéré par la Résistance, il prend les armes et photographie ses compagnons du maquis, dont le colonel Georges Guingouin. Le poète résistant et journaliste Robert Giraud sera le premier a parler d’Izis dans l’hebdomadaire Unir, issu de la Résistance.

Après la guerre, revenu à Paris, il se lie d’amitié avec Jacques Prévert et les artistes de son époque, peintres ou poètes. Pigiste pour “Regards” hebdomadaire du Parti communiste, il devient reporter pour Paris Match, il donne à cet hebdomadaire de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d’Alger, mais aussi Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles, Arman… Il a fait des reportages en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie…

Izis fréquentait Jacques Prévert qui l’a décrit comme un “colporteur d’images”, Aragon, Vercors, et de nombreux artistes. Comme Marc Chagall. Ses photographies ont fait l’objet d’expositions : au Museum of Modern Art (Musée d’Art moderne de New-York), le MOMA en 1951 par exemple.

.

Bien à Vous,

Saint-Sulpice

.

Voir aussi:

.

- Izis – Partie 1.

- Izis – Partie 2.

.

A Lire:

.

9782850189302

À travers 100 photographies sélectionnées dans les archives de Paris Match, ce livre rend hommage à un photographe aussi discret que talentueux. Né en 1911 en Lituanie, Izis, de son vrai nom Israël Bidermanas, est l’une des figures éminentes de la photographie des années 1950 et 1960. Entré en 1949 comme reporter à Paris Match, il y restera près de 20 ans. Le photographe réalisa pour le magazine de célèbres portraits d’artistes (Colette, Marcel Aymé, Cocteau, Orson Welles, Gina Lollobrigida, Arman…) mais aussi de nombreux reportages marquants (La casbah d’Alger en 1953, l’inondation de la mine de l’Etançon, la semaine sainte à Séville…) restés pour la plupart inédits jusqu’à aujourd’hui.
À l’occasion de son 10e anniversaire, la Maison de la photographie Robert Doisneau propose donc de découvrir ou de redécouvrir les plus belles photographies de cet artiste ami de Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson.

- Izis par un “collectif” aux éditions Filipacchi - 22€

9782081228252

 

Hommage à ce photographe méconnu qui donne une image poétique du Paris populaire : les rues et les quais de la Seine, les enfants et les amoureux, les fêtes foraines et les gens du cirque, les ouvriers et les vendeurs de muguet, etc. Membre éminent du mouvement « humaniste », Izis est en 1951 l’un des « Five French Photographers » exposés au Museum of Modern Art de New York avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis.Izis, Paris des rêves présente toute la palette de celui qui fut à la fois artiste et reporter, grand portraitiste et flâneur aux aguets. De la série fondatrice des Maquisards à ses rencontres avec Colette ou Chagall, de son oeuvre parisienne - qui fait l’éloge du rêve et de la lenteur au coeur de sa ville d’adoption - à ses voyages à Londres ou en Israël, cet ouvrage révèle la diversité, l’originalité et la modernité de son travail.

- Izis, Paris des Rêves aux éditions Flammarion – 200 pages - 35€

41XeTeqK2AL._SL500_AA240_

La puissance des photos sur Londres d’Izis pour Paris Match et le Choc des commentaires de la plume de Jacques Prévert.
 

- Charmes de Londres par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 143 pages – 30€

51kAIPSymeL._SL500_AA240_

 

- Grand bal du printemps par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 153 pages – 30€

Gustave le Gray

Gustave le Gray dans Photographie: Grands Photographes 2fc4dce6a3044731-grand-flotte-francaise-rade-brest-gray-gustave

Flotte française en rade de Brest – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

b533475bc1b5c0b6-grand-remorque-large-gray-gustave dans Photographie: Grands Photographes

Remorque au large  – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

08be31b92b67d446-grand-marine-gray-gustave

Marine  sans ciel, un bateau  – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

f797dad1126dd2de-grand-marine-gray-gustave

Marine – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

dce02fb95f0cbbae-grand-brick-clair-lune-gray-gustave

Le Brick au clair de lune – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

245b6a841a36cd71-grand-vapeur-gray-gustave

le vapeur – Le Havre – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

09cc2fb07bd28dc1-grand-marine-grande-vague-sete-gray-gustave

Marine, la Grande Vague, Sète – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

3c912a314655ed22-grand-vague-brisee-sete-gray-gustave

La Vague brisée, Sète - Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

N

f06059c27e7442a5-grand-marine-soleil-couronne-soleil-couchant-gray-gustave

Marine. « le Soleil couronné », soleil couchant – Crédit photo: © Gustave le Gray – Statut Domaine Public

 

 

Biographie de Gustave le Gray

N

Gustave Le Gray (30 août 1820 – 29 juillet 1884) est un photographe français. Inventeur et artiste, il se distingue par sa maîtrise de la technique photographique, au niveau de la composition comme au niveau de la lumière.

D’abord destiné à devenir clerc de notaire, Gustave Le Gray réussit à convaincre sa famille que son avenir est dans la peinture. En 1842, il suit l’enseignement de Paul Delaroche à l’École des beaux-arts, il y rencontre ses amis Henri Le Secq, Charles Nègre et Jean-Léon Gérôme. Dès 1843 Paul Delaroche est contraint de fermer son atelier, sa décision de partir en Italie influence ses élèves. Le Gray, puis Gérôme et Le Secq s’y retrouvent.

Bien que Le Gray ait continué à peindre (il expose aux salons de 1848 et 1853), ses tableaux n’ont pas retenu l’attention. C’est en effet dans la photographie que sa réputation s’établit et qu’il reçoit ses premières commandes.

En 1850, il met au point le négatif sur verre au collodion humide (qui sera perfectionné par Frederick Scott Archer), puis, l’année suivante, le négatif sur papier ciré sec.

1851 est une date charnière pour la photographie et pour Gustave Le Gray. Il est membre fondateur de la Société héliographique (qui deviendra ensuite la Société française de photographie). Il est parallèlement un des cinq photographes sélectionnés par la commission des monuments historiques, pour accomplir ce qui sera nommée la Mission héliographique (Le Gray, Edouard Baldus, Mestral, Henri Le Secq, Hippolyte Bayard). Cette mission a pour but le recensement des monuments du territoire national, et lui offre l’occasion d’expérimenter à grande échelle ses nouveaux procédés et de prouver sa virtuosité en prenant jusqu’à 30 clichés en un seul jour. Le Gray, Mestral et Le Secq utiliseront le négatif papier ciré, Baldus le négatif papier gélatine et Bayard le négatif verre albuminé. Le Gray et Mestral, élève de ce dernier, effectueront d’ailleurs le voyage ensemble.

Ses œuvres les plus célèbres datent de 1856 à 1858. Sur les côtes normande, méditerranéenne et bretonne, il réalise une série de Marines d’une grande beauté. Il utilise la technique des ciels rapportés pour donner au paysage l’intensité dramatique qu’il souhaite. À cette époque, il était difficile, à cause des différences de luminosité, de reproduire simultanément ciel et paysage. Le Gray contourne ce problème en réalisant des tirages en deux temps, à l’aide de deux négatifs (l’un pour le paysage, l’autre ensuite pour le ciel, d’où le terme de ciel rapporté).

 cette époque, il est alors un portraitiste reconnu, et devient progressivement le photographe officiel de la famille impériale. Pour Napoléon III, la photographie devient un moyen rapide de diffuser l’image d’un souverain moderne. Gustave Le Gray est notamment invité au camp de Châlons-sur-Marne dont il tire un reportage dans lequel il parvient à concilier son sujet à une composition travaillée. L’un des 10 albums de photographies réalisés en 1857 a été vendu 696 730 euros en 2007.

Mais les créanciers de Le Gray s’impatientent des retombées financières attendues de ses succès et celui-ci doit fermer son atelier en 1860, victime de sa gestion approximative.
C’est le moment que choisit Alexandre Dumas pour réaliser son rêve de voyage en Orient. Gustave Le Gray saute sur l’occasion en embarquant avec l’écrivain. À peine le voyage commencé, la prise de Palerme par Giuseppe Garibaldi décide Dumas à rejoindre les révolutionnaires et offre à Le Gray l’occasion d’illustrer les désastres provoqués par les bombardements de l’armée sicilienne. Les photos montrent une ville sans vie, devenue silencieuse. La photo de Garibaldi en révolutionnaire romantique fera rapidement le tour de l’Europe.
Le voyage reprend mais à Malte, Dumas se débarrasse de ses compagnons de voyage dont Le Gray. Sans revenus, ils proposent leurs services au Monde illustré qui les envoie en Syrie pour suivre un détachement de l’armée française.
Le Gray, blessé, profite de sa convalescence pour s’installer un atelier.

En 1861, il rejoint Alexandrie (photographies d’Henri d’Artois ainsi que du futur Édouard VII du Royaume-Uni) d’où il écrit à Nadar et envoie encore des photos mais à Paris, ce sont surtout ses créanciers et une femme dont il est bien content d’être éloigné qui entretiennent son souvenir.

En 1864, il quitte un peu plus l’Europe en s’installant au Caire où il vit de cours de dessins et de la protection d’Ismaïl Pacha. Au cours des vingt dernières années de sa vie, il continue à photographier. En 1867, à l’occasion de l’exposition universelle, il envoie des photographies dans l’indifférence générale. À sa mort en 1884, ses œuvres sont dispersées par son fils ; de nombreuses photos n’ont pas encore été retrouvées.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

A lire aussi:

 51B7QPTYVRL._SL500_AA240_

Redécouvert par les spécialistes depuis une trentaine d’années, Le Gray demeurait encore ignoré du grand public jusqu’à la vente, en 1999, de la collection d’André et Marie-Thérèse Jammes, où sa marine Grande Vague (1857), atteignant une enchère record, fit de lui le photographe le plus coté sur le marché.
Cette reconstitution inédite et magistrale de son ?uvre, sur l’initiative de la BNF, est le fruit d’un travail de plusieurs années dans les collections publiques et privées du monde entier ; elle donne la mesure de la contribution capitale de cet artiste à l’histoire de la photographie et donc à l’histoire de l’art du XIXe siècle. Gustave Le Gray se forme d’abord à la peinture. Elève de Paul Delaroche, il le suit à Rome en 1843.
A peine arrivé, il épouse la fille de sa logeuse, Palmira Leonardi, une beauté classique qui lui donnera de nombreux enfants mais le rendra malheureux. Son retour à Paris en 1847 voit ses débuts dans la photographie, qui suscite alors la curiosité de l’élite intellectuelle et artistique. Passionné par la chimie, il expérimente et met au point le négatif sur verre au collodion en 1850 et le négatif sur papier ciré sec en 1851.
De nombreux élèves, savants, peintres, écrivains, se pressent bientôt dans son atelier-laboratoire de Montmartre. Les commandes affluent : portraits, dont celui du futur Napoléon III, reproductions de tableaux pour Ingres ou Ary Scheffer, inventaire des monuments en péril dans le cadre de la Mission héliographique, en 1851. Il sillonne aussi la forêt de Fontainebleau en compagnie des premiers peintres de Barbizon.
En 1855, Le Gray s’installe dans un luxueux atelier du boulevard des Capucines. Là, de 1856 à 1859, il réalise ses ?uvres les plus magistrales. Portraits, bien sûr : l’aristocratie et le monde politique défilent chez lui. Commandes pour l’empereur : Le Gray fixe notamment les images de l’inauguration du camp militaire de Châlons-sur-Marne. ?uvre personnelle également : vues de Fontainebleau, marines prises sur les côtes de Bretagne, Normandie, Méditerranée, nus, vues de Paris.
Les marines connaissent un succès retentissant en France et en Angleterre, le nom de Le Gray est partout. Brusque revirement de situation : à cause de sa mauvaise gestion financière, il doit abandonner son atelier. En mai 1860, Alexandre Dumas l’embarque avec lui en Méditerranée sur sa goélette l’Emma : à Palerme, où, en pleine insurrection, Dumas retrouve Garibaldi, Le Gray photographie ruines et barricades.
L’aventure se poursuit à Malte, Beyrouth, Baalbek… En 1861 on le retrouve à Alexandrie faisant le portrait des voyageurs de marque comme le comte de Chambord ou le prince de Galles. Bientôt installé au Caire dans une maison arabe du XVIIIe siècle, il reçoit des commandes du vice-roi et devient professeur de dessin à l’Ecole militaire. Il meurt en 1884 dans la pauvreté, avec à ses côtés une jeune Grecque de vingt ans qui vient de lui donner un fils.
Ses photographies sont éblouissantes de maîtrise technique, d’équilibre, de finesse du détail et de richesse chromatique. Nourries de références picturales, elles rappellent Paul Delaroche, Caspar David Friedrich, Raffer, Ingres, les lithographes romantiques, la peinture d’histoire, mais elles préfigurent également des thèmes nouveaux – qu’on retrouvera sous le pinceau de Monet ou Courbet.

- Gustave le Gray 1820-1884 par Sylvie Aubenas aux éditions Gallimard – 400 pages - 70€

Jean-Michel Berts – Partie 2

 Jean-Michel Berts - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes F4862379460fc2177749858_notre_dame_nuit_1printdef_750x750

 Notre-Dame de nuit – 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts – Galerie Envie d’Art

F48b909c68191c379136250_chaisesl dans Photographie: Grands Photographes 

 Chaises du Luxembourg – 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts – Galerie Envie d’Art

 F46fb8febaba96636035657_institut_de_france_2

 Institut de France II – 2006  – Crédit photo: © Jean-Michel Berts – Galerie Envie d’Art

F46ebdb7131976530279522_berj_036

Opéra – 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts  – Galerie Envie d’Art

F463ef290d59fa053013495_berj_024_750x750

Louvre - 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts  – Galerie Envie d’ArtF468bb1171ab40165267346_Norvin_Montmartre

Montmartre - 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts  – Galerie Envie d’Art

F463eefdde8b28572557660_berj_022_750x750 

Westminster - 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts  – Galerie Envie d’Art

F45cb55c9f15d4404174357_berj_005g

Porte de Brandebourg - 2006 – Crédit photo: © Jean-Michel Berts  – Galerie Envie d’Art

 Biographie de Jean-Michel Berts

autoportrait

Photographe depuis l’âge de seize ans, Jean-Michel Berts bénéficie aujourd’hui d’une renommée internationale, exposant son travail dans les nombreuses foires artistiques de Bruxelles, Londres, Saint-Tropez, Berlin et Hambourg. Il a également réalisé des campagnes publicitaires pour des marques de luxe, telles que Lancôme, Dior et Cacharel.   Tout a débuté par un projet photo sur les grandes villes a commencé à Venise. Une année de mise au point lui a été nécessaire pour développer cette fabuleuse technique photographique. L noir et blanc est une volonté manifeste de l’Artiste comme l’absence de personnagesLes photos sont prises tôt le matin ou parfois la nuit . Pour en savoir plus sur cet unique et remarquable photographe: Jean-Michel Berts.

 Pour en savoir plus sur la Galerie Envie d’Art.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

A voir aussi:

- Jean-Michel Berts, un photographe d’exception…

A lire:

51S23-ME0pL._SL500_AA240_

Après la dispersion des foules et l’évanouissement de la circulation, le Paris des petits matins vibre sur des notes silencieuses ; c’est précisément le moment que le photographe Jean-Michel Berts a choisi pour réaliser ces monumentaux portraits de la ville : de l’Opéra jusqu’à Montmartre, le long des rives de la Seine ou sur les Grands Boulevards, sur les traces de Baudelaire, Brassaï, Huysmans… Perçus par sa camera obscura, les bâtiments, les rues totalement désertes et même les jardins prennent une épaisseur poétique, éthérée et presque onirique. Le texte de Pierre Assouline emboîte le pas du photographe, mais aussi celui des romanciers et poètes qui ont écrit ici ou là sur Paris. Il emprunte et joue avec les mots et nous entraîne avec lui dans une promenade vagabonde, littéraire et amusante dans la ville qui s’éveille. Le parti pris des illustrations pleine page de cet ouvrage permet en outre d’apprécier la qualité spectaculaire de chacune de ces photographies exceptionnelles.

- La Lumière de Paris par Jean-Michel Berts aux éditions Assouline – 131 pages – 45€

512nG0hCdxL._SL500_AA240_

 » New York, plus belle ville au monde ? Elle n’en est pas très loin. Dans aucune autre ville les nuits sont équivalentes à ses nuits. [...] Là est notre poésie : avoir mis la lueur des étoiles à la portée de nos désirs.  » Ezra Pound.

- La Lumière de New-York par Jean-Michel Berts & André Aciman aux éditions Assouline – 131 pages – 45€

51OrfRW1FwL._SL500_AA240_

Rendant un hommage « feutré » à l’architecture urbaine des grandes métropoles, Jean-Michel Berts redessine les édifices et les paysages par la photographie ; comme si, au petit matin, l’homme avait cessé d’imprimer sa marque. Après le succès de La Lumière de Paris et de La Lumière de New York, il a choisi la ville de Tokyo pour nouveau cadre de ses photos énigmatiques. Infusant un style aussi personnel que poétique. le photographe réussit à fait vibrer sur des notes semi-obscures la capitale japonaise, longtemps accablée par les ravages de la guerre et des catastrophes naturelles.

- La Lumière de Tokyo par Jean-Michel Berts  Ito Seiko aux éditions Assouline – 132 pages – 45€

123456

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne