Mireille Loup

Mireille Loup dans Photographie: Grands Photographes archive_3692_MagdaDanysz-1

M. – Mem - 2008~2009 – Crédit photo: © Mireille Loup & Galerie Magda Danysz

n

 12_prairie dans Photographie: Grands Photographes

Prairie – Esquives - 2003~2005 – Crédit photo: © Mireille Loup

 N

archive_3692_MagdaDanysz-2

Sans Titre #1 – Nocturnes ou les Garçons Perdus - 2006~2007 – Crédit photo: © Mireille Loup & Galerie Magda Danysz

N

06

Il Lago – Mem - 2008~2009 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

archive_1048_LesfillesducalvaireParis-1

Sans Titre #13 – Nocturnes ou les Garçons Perdus - 2006~2007 – Crédit photo: © Mireille Loup & Galerie les Filles du Calvaire

N

 0_obione

Obione – Esquives - 2003~2005 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

Sans Titre #3 – Nocturnes ou les Garçons Perdus - 2006~2007 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

8_thalles

Thalles – Esquives - 2003~2005 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

 4_sansTitre5

Sans Titre #5 – Nocturnes ou les Garçons Perdus - 2006~2007 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

14_sansTitre17

Sans Titre #17 – Nocturnes ou les Garçons Perdus - 2006~2007 – Crédit photo: © Mireille Loup

N

Biographie de Mireille Loup

N

 

Mireille Loup, née en 1969 à Lausanne en Suisse est photographe, vidéaste et écrivain. Elle étudie la photographie à l’Institut Saint Luc (École de Recherche Graphique) à Bruxelles, puis fait l’École Nationale Supérieure de la Photographie à Arles (France).

Depuis une quinzaine d’années, sa recherche artistique s’inspire de la psychanalyse et des sciences cognitives. Elle aborde les questions de résilience, de schémas de langage. Elle se réapproprie ces recherches scientifiques en travaillant sur le stéréotype, le contre mode d’emploi, ou au contraire la sublimation. Artiste pluridisciplinaire, la manipulation de ses différents supports d’expression, tels que la photographie, la vidéo et la littérature, sert des formes discursives et esthétiques qui établissent une communication transversale. Son travail invite à de possibles représentations de la condition humaine, principalement celles de la femme et de l’enfant sur un contenu toujours social : maternité, fragilité de l’enfance, démission familiale. Ses photographies proposent une esthétique poétique et une pudeur contrebalancées par des vidéos qui offrent une économie de moyens et de langage qu’on qualifierait aisément de brutales. Quant à ses écrits qui varient du roman au conte pour enfant, ils s’insurgent, soulagent et défendent des causes.

Mireille Loup réside et travaille à Arles. Elle enseigne l’Esthétique à l’Institut Universitaire de Technologie de Provence, département Imagerie Numérique, ainsi que l’audiovisuel à la formation continue de l’École Nationale Supérieure de la Photographie. Son travail artistique est représenté par la galerie Magda Danysz à Paris et à Shanghai.

n

Pour en savoir plus sur ce photographe: Mireille Loup.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

Tsuchiya Koitsu

 Tsuchiya Koitsu  dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... FullMoonAkashiBeach

  Full Moon at Akashi Beach, Kobe – Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

SunsetGlowTomonotsuBay dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

 Sunset Glow at Tomonotsu Bay – Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

 Koitsu%20Numazu%20Harbour

 Numazu Harbour – 1940 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

 Koitsu%20LargeLanternAsakusa

  Great Lantern at Asakusa Temple – 1934 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

 Koitsu%20MatsushimaSmall

  Godaido Shrine, Matsushima – 1936 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

 SnowUkimidoKatada

 Snow at the Ukimido Katada – Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu ~F&R, Fine Arts, Inc

N

 Koitsu%20MtTempleNikkoSmall

 Mountain Temple – Futara-san, Nikko – 1936 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

Koitsu%20Tea%20House%20

Tea House - 1935 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu ~F&R, Fine Arts, Inc

N

 KoitsuSnowTempleNEW

 Zozoji Temple in the Snow,Tokyo – 1933 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

N

 Koitsu%20Shojin%20Lake%20Mt.%20Fuji

Shojin Lake - 1934 - Crédit Estampe: © Tsuchiya Koitsu~F&R, Fine Arts, Inc

 

 .

 

Biographie de Tsuchiya Koitsu

 

 

Tsuchiya Koitsu, né en 1870 et mort en 1949, était un artiste et peintre japonais, appartenant à l’école Shin-Hanga.

Tsuchiya Koitsu est né sous le nom de « Koichi » à Hammamatsu dans la campagne japonaise. Il partit à Tokyo à l’age de 15 ans pour être apprenti chez un graveur sur bois appelé Matsuzaki, qui travaillait pour Kobayashi Kiyochika (1847-1915), un artiste célèbre pour ses scènes de genre et ses estampes militaires. Mais au lieu de rester chez le graveur, Koitsu intégra l’atelier de Kiyochika et y resta 19 années, pendant lesquelles il apprit le dessin et la composition graphique. Ses premières estampes eurent pour sujet la guerre sino-japonaise de 1894-1895, très en vogue à l’époque. Ensuite il fit de la lithographie et changea de registre quand il rencontra l’éditeur Watanabe (1883-1962) lors d’une exposition commémorant Kiyochika en 1931. L’année suivante, il réalisa sa première estampe Shin-Hanga (En regardant les fleurs de cerisiers à Gion, Kyoto). Il fit dix estampes pour Watanabe, puis travailla surtout avec Doi Teiichi et fit quelques estampes avec Kawaguchi & Sakai ainsi que pour Baba Nobuhiko.

Les estampes de Koitsu sont surtout des paysages dans la lignée de Kiyochika et de Kawase Hasui basées sur une belle interprétation de la lumière pour exprimer les émotions, une ambiance, une atmosphère.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 

 

A lire:

 

5106oL0-s0L._SL500_AA240_

 

” Vivre uniquement le moment présent, se livrer tout entier à la contemplation de la lune, de la neige, de la fleur de cerisier et de la feuille d’érable… ne pas se laisser abattre par la pauvreté… mais dériver comme une calebasse sur la rivière, c’est ce qui s’appelle ukiyo. ” À cette définition du terme ukiyo, par l’écrivain Asai Ryôi (1612-1691), il a suffi d’ajouter le mot image, ” e ” en japonais, pour désigner un nouvel art qui bouleversa la conception de l’espace et du modelé, celui de l’estampe japonaise. C’est cet art apparu durant l’époque d’Edo (1603.1868) que le présent ouvrage révèle en puisant dans le fonds prodigieux de la Bibliothèque nationale de France. Issues de la nouvelle culture civile et populaire qui s’est développée autour de la ville d’Edo, capitale shogunale et ancienne Tôkyô, les estampes des XVIIIe et XIXe siècles illustrent avec une grande expressivité un large éventail de thèmes liés à l’écoulement de la vie terrestre éphémère : le théâtre et le sumo, la beauté féminine, la parodie, la faune, la flore, le paysage… Au fil de ces thèmes les Œuvres des grands maîtres, de Harunobu à Hiroshige, en passant par Utamaro et Hokusai, sont ici reproduites et commentées. Leur modernisme, l’audace de leurs compositions et de leurs formats étonnent À travers leur style d’un raffinement extrême, c’est la vision hédoniste d’une société qui s’exprime, son mode de vie, ses aspirations et jusqu’à ses fantasmes les plus intimes dans les estampes érotiques ou ” images de printemps “.

- Estampes Japonaises, Images d’un monde éphémère par Gisèle Lambert & Jocelyn Bouquillard aux éditions Bibliothèque Nationale de France – 279 pages – 19€

 

 —-

 

51oH-ZaVi5L._SL500_AA240_

 

La cloche du soir à Dôjôji, la vague au large de Tanagawa, pruniers dans la nuit sans lune, promenade parmi les iris, pêcheuses d’abalones, prélude au désir, la belle Kisegawa chez Matsubaya…, l’art de l’ukiyo-e – image du ” monde flottant ” – qui s’épanouit dans le Japon des XVIIIe et XIXe siècles, reflète le style de vie et la culture de la nouvelle bourgeoisie aisée des cités urbaines, à l’ère d’Edo (Tokyo), la capitale shogunale. Théâtre kabuki et acteurs, maisons vertes et courtisanes, maisons de thé et hôtesses, érotisme, paysages, faune, flore et natures mortes inspirent les artistes et les poètes. Les premières estampes monochromes apparaissent dès la fin du XVIIe siècle et cet art connaît son apogée au XVIIIe siècle avec les estampes polychromes ou ” images de brocart ” aux couleurs subtiles, aux fonds micacés, moirés, animés de poudre d’or et d’argent, aux formats audacieux. Une esthétique du plaisir qui engendre un art d’un raffinement extrême, que l’on découvre ici à travers une centaine d’œuvres des plus grands maîtres parmi lesquels Harunobu, Hiroshige, Hokusai, Sharaku, Toyokuni, Utamaro…

- Estampes Japonaises, Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France par Gisèle Lambert aux éditions Bibliothèque Nationale de France - 175 pages – 18

—-

51qeI8tU%2BAL._SL500_AA240_

 

Ce livre est consacré à l’histoire de l’ukiyo-e: sa naissance, son évolution et ses chefs-d’œuvre. Les “images du Monde flottant” (ukiyo-e) sont l’expression esthétique d’une civilisation. L’imaginaire des estampes japonaises décrit avec raffinement et sincérité l’émergence d’une culture urbaine, essentiellement celle de la capitale, Edo – l’actuelle Tokyo -, dont les habitants recouraient aux plaisirs mondains afin d’échapper à la tristesse de la vie quotidienne. Après les artistes des premiers temps de l’ukiyo (Iwasa, Moronubul Andô…), cet ouvrage s’attache à étudier les œuvres d’Utamaro, Hokusai et Hiroshige. Ils sont en effet les artistes majeurs de ce genre graphique qui a marqué l’histoire de l’art du Japon du XVIIe au XIXe siècle.

- Ukiyo-e ou l’estampe japonaise par Francesco Morena aux éditions Citadelles et Mazenod – 239 pages - 52€

—-

61NRYGPSZEL._SL500_AA240_

 

La paix qui régna au japon à l’époque d’Edo engendra de profondes transformations économiques, sociales et culturelles. L’éducation prit une place primordiale, de même que le jeu, dans le développement harmonieux des enfants. Une nouvelle culture vit alors le jour, d’une diversité sans égale sur le plan littéraire et artistique. L’estampe japonaise qui naquit à cette époque et atteignit, dans les décennies qui suivirent, une virtuosité technique inégalée en dehors de l’archipel, retrace fort bien la vie quotidienne des enfants, de la naissance à l’âge adulte. Ludique, pédagogique, toujours attrayante, elle ne cessa d’enchanter le peuple d’Edo avant de conquérir l’Occident. Miroir de la vie quotidienne, elle enchanta petits et grands. Cet art de vivre aujourd’hui révolu, où les enfants occupaient pour la première fois une place de choix, revit sous nos yeux grâce aux estampes kodomo-e, terme désignant l’ensemble des images consacrées et destinées aux enfants. On y trouve aussi bien des représentations de mères avec leur progéniture que des enfants en train de jouer, de se disputer, d’étudier. Plus encore, l’une des étonnantes particularités de ce livre est de présenter des estampes destinées à servir de jouets sous forme de maquettes, de découpages, de jeux de société, etc. Autant d’occasions, pour le lecteur, quel que soit son âge, de faire revivre ces images du passé en jouant avec elles. Par là, c’est à un véritable bouleversement de nos habitudes de lecture que nous invite Brigitte Koyama-Richard, qui transforme le livre en objet ludique.

- Kodomo-e, l’estampe japonaise et l’univers des enfants par Brigitte Koyama-Richard aux éditions Hermann – 115 pages – 25€

Steve Mac Curry

Steve Mac Curry dans Photographie: Grands Photographes SteveMcCurry0036%20copy

 Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0035%20copy dans Photographie: Grands Photographes

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0057%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0079%20copy

Sans titre - n.dCrédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0040%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0058%20copy

Sans titre - n.d - Crédit photo: © Steve Mac Curry  

N

SteveMcCurry0034%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry  

N

SteveMcCurry0012%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry 

NN

SteveMcCurry0037%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

N

SteveMcCurry0084%20copy

Sans titre - n.d – Crédit photo: © Steve Mac Curry

 N

N

Biographie de Steve Mac Curry .

.

Steve McCurry est né en 1950 à Philadelphie dans l’état de Pennsylvannie et réside à Manhattan, New-York. Il est reconnu comme l’un des plus grands photographes contemporains, a remporté de nombreuses récompenses de renom. Connu pour ses photographies couleur éloquentes, il témoigne du combat et de la joie des hommes dans la plus pure tradition documentaire. Membre de Magnum Photos depuis 1986, il est en quête de l’inoubliable ; nombre de ses images sont devenues des icônes modernes. Né à Philadelphie, il sort diplômé avec mention assez bien du College of Arts and Architecture de l’Université de Pennsylvanie. Après avoir travaillé deux ans dans un journal, il part exercer en Inde en tant que photographe indépendant. C’est là qu’il apprend à contempler et qu’il prend conscience que « lorsqu’on attend, les gens oublient votre appareil et leur âme s’ouvre à votre regard. »

Sa carrière débute lorsque, déguisé en afghan, il passe la frontière pakistanaise et atteint le territoire afghan sous contrôle des rebelles peu avant son invasion par les russes. Il ramène avec lui des pellicules cousues dans ses vêtements et des images qui seront publiées dans le monde entier ; elle sont parmi les premières à mettre en scène le conflit agitant cette région. Son reportage lui vaut la médaille d’or Robert Capa dans la catégorie « Meilleur Reportage à l’Étranger », consacrant les photographes témoignant d’un courage et d’un esprit d’initiative exceptionnels. Il s’est vu décerner de nombreuses récompenses, parmi lesquelles le prix du « Photographe magazine de l’année » remis par l’association américaine, National Press Photographers’ Association. La même année, il obtient quatre premiers prix, un évènement sans précédent, au concours World Press Photo. Il remporte également à deux reprises le Prix Olivier Rebbot.Steve McCurry a couvert de nombreuses zones de conflits internationaux ou civils, dont Beyrouth, le Cambodge, les Philippines, la Guerre du Golfe, l’ex-Yougoslavie, et continue à travailler en Afghanistan et au Tibet. Il s’intéresse principalement aux conséquences humaines de la guerre, montrant non seulement ce qu’elle imprime sur les paysages, mais surtout sur les visages.

Le travail de Steve McCurry a été publié dans les principaux magazines internationaux et paraît fréquemment dans le National Geographic, notamment à l’occasion des récents articles sur le Tibet, l’Afghanistan, l’Irak, le Yémen ou les temples d’Angkor Wat, au Cambodge. Son travail est guidé par une curiosité innée et par le sentiment d’émerveillement que lui procurent le monde et les gens qui l’entourent. Il est doué d’une troublante faculté à franchir les frontières linguistiques et culturelles ce qui lui permet de saisir des aventures humaines uniques. « Presque toutes mes photos trouvent leur essence dans les êtres. J’attends que la personne baisse sa garde, et je cherche à capturer l’âme profonde et l’expérience gravées sur le visage de mes sujets. Je tente de transmettre ce à quoi ressemble l’existence de cette personne; en quelque sorte la condition humaine. »

Ses retrouvailles avec la jeune afghane réfugiée, qui n’avait pu être identifiée auparavant, constituent un fait marquant de sa carrière ; beaucoup décrivent cette image comme étant de nos jours, la photographie la plus identifiable. Lorsque SteveMcCurry localise enfin Sharbat Gula, après presque deux décennies, il déclare : « Sa peau est marquée ; elle est ridée maintenant, mais elle est toujours aussi saisissante. » De retour à New York le 10 septembre 2001 d’un séjour en Chine, Steve McCurry réalise un important reportage le 11 septembre à Ground Zero qu’il dédie à l’héroïsme et à l’humilité des citoyens new-yorkais. « Vous ressentez l’horreur, et immédiatement, instinctivement, vous comprenez que nos vies ne seront plus jamais les mêmes. »
 

.

Pour en savoir plus sur ce photographe: Steve Mac Curry.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

.

A regarder:

.

 Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

.

A lire:

.

51B0khcnrOL._SL500_AA240_

 » Instants suspendus  » rassemble une éblouissante série de portraits et de scènes qui donne vie aux coutumes et aux rituels quotidiens de peuples du monde entier. Cet ouvrage offre une saisissante sélection des plus belles photographies de Steve Mc Curry réalissées au cours de ces trente dernières années.

- Instants suspendus par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 200 pages - 60€

41FZ570NR7L._SL500_AA240_

 » Avant tout je me nourris des couleurs : sombres nuances du henné, or martelé, curry, safran, richesse de la laque noire et des couches de peinture qui recouvrent la pourriture. En y repensant, je m’aperçois que c’est grâce à ces vibrations colorées que j’ai appris à voir et à écrire dans la lumière.  » Cet album rassemble les meilleures photographies de Steve McCurry, ses images d’une force magique qu’il a rapportées de l’Asie du Sud et du Sud-Est. McCurry prend des photos dans le monde entier, mais ce sont les habitants, les couleurs et les formes de l’Inde, du Pakistan, de l’Afghanistan, du Sri Lanka, du Tibet, de la Thaïlande, du Cambodge et de la Birmanie qui ont inspiré ses œuvres les plus marquantes au point de les transformer en classiques de la photographie.

 

- South Southeast/Sud Sud-Est par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon ( En langue Anglaise mais disponible aussi en Français ) - 160 pages – 60€ 

 

516%2BxwvmVlL._SL500_AA240_  

Ce nouveau recueil de photographies rassemble des paysages, des scènes de rue et des portraits réalisés par Steve McCurry en Afghanistan au cours des vingt-sept dernières années. Enfants et bergers, combattants et paysans côtoient d’impressionnantes vues de villes couleur sable, de paysages montagneux et de temples anciens. Les photographies de Steve McCurry captent des instants de vie et transcendent les barrières de la langue et de la culture. Exceptionnelles et atemporelles, ces images traduisent avec lyrisme l’esprit volontaire, la noblesse et la beauté de ces peuples dont la terre s’étend au pied de l’Hindou Kouch.

- A l’ombre des montagnes par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 132 pages - 50€  51AVERTYJZL._SL500_AA240_ 

Six millions de Tibétains vivent au Tibet. Le bouddhisme fait partie intégrante de leur vie quotidienne : qu’ils soient moines ou lacs, ils effectuent de longs voyages pour rejoindre les sites sacrés et manifester ainsi leur spiritualité et leur dévotion. Photographe maintes fois récompensé, Steve McCurry les a accompagnés dans leur éprouvant pèlerinage afin de restituer leur ferveur. Occupé dès 1950 par l’armée chinoise, le Tibet est, depuis plus de cinquante ans, en proie à de violents conflits politiques. Pendant la Révolution culturelle, le pays subit la destruction de milliers d’édifices officiels et religieux par les Gardes rouges. Aujourd’hui encore, la pratique religieuse et l’éducation traditionnelle sont sévèrement menacées. La foi des Tibétains en Bouddha et la confiance qu’ils accordent au dalaï-lama ont toutefois permis la reconstruction de nombreux bâtiments, et leur dévotion a conservé toute sa force. Le bouddhisme imprègne chaque aspect de la vie des Tibétains, qu’ils vivent au Tibet ou qu’ils fassent partie des centaines de milliers de réfugiés installés loin de leur terre natale, en Inde, au Népal ou aux Etats-Unis. Les Chemins de Bouddha retrace le pèlerinage des bouddhistes, religieux ou laïcs, venus se recueillir sur les lieux saints. Les deux principaux chapitres de ce livre présentent des images de moines au cours de débats philosophiques, en méditation ou en prière, et de fidèles sur le chemin ardu de la dévotion. Ces chapitres sont entrecoupés de portraits qui témoignent de la singularité d’un peuple. Connu dans le monde entier pour ses superbes images et ses portraits, Steve McCurry nous propose avec son nouveau livre, Les Chemins de Bouddha, de découvrir une culture unique et empreinte de dignité.

 - Chemins de Buddha par Steve Mac Curry & Robert Thurman aux éditions Phaidon Press Ltd – 123 pages - 20€ 419B02NRNQL._SL500_AA240_ Cet ouvrage rassemble les plus beaux portraits réalisés par Steve McCurry, photographe acclamé dans le monde entier pour ses images des paysages et des peuples d’Asie du Sud et du Sud-Est. Sont ici présentés ses portraits emblématiques mais aussi des instantanés inédits d’enfants, de moines, de pèlerins et de voyageurs que McCurry a rencontrés au gré de ses voyages à travers l’Afghanistan, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, la Birmanie (Myanmar), le Pakistan et le Tibet.
- Regards d’Orient par Steve Mac Curry & Philippe Mothe aux éditions Phaidon Press Ltd – 123 pages - 40€

 

41E0BW7045L._SL500_AA240_

 

- Portraits ~ Photographie par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon - 20€

51Y01MXSAHL._SL500_AA240_

 Le photographe de magnum Steve McCurry a joliment et de façon évocatrice photographié les temples d’Angkor au Cambodge, parmi les monuments les plus impressionnants du monde. Publié pour la première fois en un livre broché, plus de cent de ses photographies d’Angkor sont rassemblées dans ce livre stupéfiant, qui montre un monde magique de dieux taillés, d’édifices majestueux, de dense végétation et de moines oranges-vêtus.

- Sanctuary par Steve Mac Curry aux éditions Phaidon Press Ltd – 144 pages - 20€

Kawase Hasui – Partie 4

 Kawase Hasui - Partie 4 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... 1464_Hasui_Harbor

 Okitsu-cho, Suruga – 1934 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N  

2349_Hasui_Moonlight dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

 Spring Evening at Inokashira Park – 1931 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

351_Hasui_Sunset

 Tsuchizaki, Akita – 1928 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2541_Hasui_Kozu_Osaka

 Kozu, Osaka – 1924 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2445_Hasui_Harbor_Sunset

Hayama, Iyo – 1934 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2397_Hasui_StarlitNight

 Starlit Night, Miyajima – 1928 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2366_Hasui_Zozo53_c

 Snow at Zojo Temple, Tokyo – 1953 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2363_Hasui_Shichirigama

 Shichirigahama, Soshu – 1930 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2362_Hasui_Toyama

  Winter Moon over Toyama Plain – 1931 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

2360_Hasui_MiyoTemple

Myohon Temple, Kamakura  – 1931 – Crédit Estampe: © Kawase Hasui~Castle Fine Arts

N 

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

Voir aussi:

n

- Kawase hasui – Partie 1.

- Kawase Hasui – partie 2.

- Kawase Hasui – Partie 3.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

5106oL0-s0L._SL500_AA240_

 

 » Vivre uniquement le moment présent, se livrer tout entier à la contemplation de la lune, de la neige, de la fleur de cerisier et de la feuille d’érable… ne pas se laisser abattre par la pauvreté… mais dériver comme une calebasse sur la rivière, c’est ce qui s’appelle ukiyo.  » À cette définition du terme ukiyo, par l’écrivain Asai Ryôi (1612-1691), il a suffi d’ajouter le mot image,  » e  » en japonais, pour désigner un nouvel art qui bouleversa la conception de l’espace et du modelé, celui de l’estampe japonaise. C’est cet art apparu durant l’époque d’Edo (1603.1868) que le présent ouvrage révèle en puisant dans le fonds prodigieux de la Bibliothèque nationale de France. Issues de la nouvelle culture civile et populaire qui s’est développée autour de la ville d’Edo, capitale shogunale et ancienne Tôkyô, les estampes des XVIIIe et XIXe siècles illustrent avec une grande expressivité un large éventail de thèmes liés à l’écoulement de la vie terrestre éphémère : le théâtre et le sumo, la beauté féminine, la parodie, la faune, la flore, le paysage… Au fil de ces thèmes les Œuvres des grands maîtres, de Harunobu à Hiroshige, en passant par Utamaro et Hokusai, sont ici reproduites et commentées. Leur modernisme, l’audace de leurs compositions et de leurs formats étonnent À travers leur style d’un raffinement extrême, c’est la vision hédoniste d’une société qui s’exprime, son mode de vie, ses aspirations et jusqu’à ses fantasmes les plus intimes dans les estampes érotiques ou  » images de printemps « .

- Estampes Japonaises, Images d’un monde éphémère par Gisèle Lambert & Jocelyn Bouquillard aux éditions Bibliothèque Nationale de France – 279 pages – 19€

 

 —-

 

51oH-ZaVi5L._SL500_AA240_

 

La cloche du soir à Dôjôji, la vague au large de Tanagawa, pruniers dans la nuit sans lune, promenade parmi les iris, pêcheuses d’abalones, prélude au désir, la belle Kisegawa chez Matsubaya…, l’art de l’ukiyo-e – image du  » monde flottant  » – qui s’épanouit dans le Japon des XVIIIe et XIXe siècles, reflète le style de vie et la culture de la nouvelle bourgeoisie aisée des cités urbaines, à l’ère d’Edo (Tokyo), la capitale shogunale. Théâtre kabuki et acteurs, maisons vertes et courtisanes, maisons de thé et hôtesses, érotisme, paysages, faune, flore et natures mortes inspirent les artistes et les poètes. Les premières estampes monochromes apparaissent dès la fin du XVIIe siècle et cet art connaît son apogée au XVIIIe siècle avec les estampes polychromes ou  » images de brocart  » aux couleurs subtiles, aux fonds micacés, moirés, animés de poudre d’or et d’argent, aux formats audacieux. Une esthétique du plaisir qui engendre un art d’un raffinement extrême, que l’on découvre ici à travers une centaine d’œuvres des plus grands maîtres parmi lesquels Harunobu, Hiroshige, Hokusai, Sharaku, Toyokuni, Utamaro…

- Estampes Japonaises, Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France par Gisèle Lambert aux éditions Bibliothèque Nationale de France - 175 pages – 18

—-

51qeI8tU%2BAL._SL500_AA240_

 

Ce livre est consacré à l’histoire de l’ukiyo-e: sa naissance, son évolution et ses chefs-d’œuvre. Les « images du Monde flottant » (ukiyo-e) sont l’expression esthétique d’une civilisation. L’imaginaire des estampes japonaises décrit avec raffinement et sincérité l’émergence d’une culture urbaine, essentiellement celle de la capitale, Edo – l’actuelle Tokyo -, dont les habitants recouraient aux plaisirs mondains afin d’échapper à la tristesse de la vie quotidienne. Après les artistes des premiers temps de l’ukiyo (Iwasa, Moronubul Andô…), cet ouvrage s’attache à étudier les œuvres d’Utamaro, Hokusai et Hiroshige. Ils sont en effet les artistes majeurs de ce genre graphique qui a marqué l’histoire de l’art du Japon du XVIIe au XIXe siècle.

- Ukiyo-e ou l’estampe japonaise par Francesco Morena aux éditions Citadelles et Mazenod – 239 pages - 52€

—-

61NRYGPSZEL._SL500_AA240_

 

La paix qui régna au japon à l’époque d’Edo engendra de profondes transformations économiques, sociales et culturelles. L’éducation prit une place primordiale, de même que le jeu, dans le développement harmonieux des enfants. Une nouvelle culture vit alors le jour, d’une diversité sans égale sur le plan littéraire et artistique. L’estampe japonaise qui naquit à cette époque et atteignit, dans les décennies qui suivirent, une virtuosité technique inégalée en dehors de l’archipel, retrace fort bien la vie quotidienne des enfants, de la naissance à l’âge adulte. Ludique, pédagogique, toujours attrayante, elle ne cessa d’enchanter le peuple d’Edo avant de conquérir l’Occident. Miroir de la vie quotidienne, elle enchanta petits et grands. Cet art de vivre aujourd’hui révolu, où les enfants occupaient pour la première fois une place de choix, revit sous nos yeux grâce aux estampes kodomo-e, terme désignant l’ensemble des images consacrées et destinées aux enfants. On y trouve aussi bien des représentations de mères avec leur progéniture que des enfants en train de jouer, de se disputer, d’étudier. Plus encore, l’une des étonnantes particularités de ce livre est de présenter des estampes destinées à servir de jouets sous forme de maquettes, de découpages, de jeux de société, etc. Autant d’occasions, pour le lecteur, quel que soit son âge, de faire revivre ces images du passé en jouant avec elles. Par là, c’est à un véritable bouleversement de nos habitudes de lecture que nous invite Brigitte Koyama-Richard, qui transforme le livre en objet ludique.

- Kodomo-e, l’estampe japonaise et l’univers des enfants par Brigitte Koyama-Richard aux éditions Hermann – 115 pages – 25€

12345...46

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne