Marcel Bovis – Partie 3

Marcel Bovis - Partie 3 dans Photographie: Grands Photographes Conciergerie

La Conciergerie, Quai de l’Horloge, Paris - 1933 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Tower%20Bridge dans Photographie: Grands Photographes

Toxer Bridge, Londres - Avril 1947 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Porte%20de%20Vanves

Gare SNCF, Porte de Vanves, Paris - 1930 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Clochard

Clochard, Avenue d’Orleans, Paris - 1930 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Brasserie%20Rozes

Brasserie Rozes, Porte d’Italie, Paris - 1928- Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Rue%20du%20Chateau

Rue du Château, Paris - 1933- Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Pont%20de%20Sully

Pont de Sully, Paris - 1933- Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Pont%20Transbordeur

Le Pont transbordeur au Fort saint-Jean, Marseille - Février 1945- Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Canal%20Bastille

Canal de la Bastille, Paris - Décembre 1946 – Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Santeul

Rue de Santeul, Paris - 1930 – Crédit photo: © Marcel Bovis

N

N

Biographie de Marcel BovisN

N

Grand photographe français du XXe siècle, Marcel Bovis (1904-1997) fut un des membres du Groupe des XV.

Diplômé de l’École des Arts Décoratifs de Nice en 1922, indépendant depuis 1930 Bovis consacre une partie de son temps à la photographie de rue. De 1933 à 47 il collabore à Arts et Métiers Graphiques, cofondateur en 1946 du “groupe des XV”, voyage en Algérie dans les années 50.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

voir aussi:

N

- Marcel  Bovis – Partie 1.

- Marcel Bovis – Partie 2.

Izis – Partie 6

Izis - Partie 6 dans Photographie: Grands Photographes 7_7

Izis et Jacques Prévert, Londres - 1952 - Crédit photo: © Izis

n

4_1 dans Photographie: Grands Photographes

White Chapel, Londres - 1950 - Crédit photo: © Izis

n

2_3

Foire du Trône, Paris - 1950 - Crédit photo: © Izis

n

izis%2Bbesoinded%2B3

Sans Titre - Crédit photo: © Izis

n

2_6

Marseille - 1949 - Crédit photo: © Izis

n

5_4

Tel Aviv, Israël - 1953 - Crédit photo: © Izis

n

5_3

Palestine, Israël - 1953 - Crédit photo: © Izis

n

6_7

Colette, Paris - 1953 - Crédit photo: © Izis

n

Marc_chagall

Marc Chagall - 1949 - Crédit photo: © Izis

n

6_3

Blaise Cendras - 1952 - Crédit photo: © Izis

 

.

.

Biographie d’Izis

.

Né à Marijampole en Lituanie en 1911, Izis, de son vrai nom, Israëlis Bidermanas est un photographe français. Il est mort à Paris en 1980.
Immigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre, il est à partir de 1933, responsable d’un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Réfugié à Ambazac dans le Limousin pendant la guerre, arrêté et torturé par les nazis, libéré par la Résistance, il prend les armes et photographie ses compagnons du maquis, dont le colonel Georges Guingouin. Le poète résistant et journaliste Robert Giraud sera le premier a parler d’Izis dans l’hebdomadaire Unir, issu de la Résistance.

Après la guerre, revenu à Paris, il se lie d’amitié avec Jacques Prévert et les artistes de son époque, peintres ou poètes. Pigiste pour “Regards” hebdomadaire du Parti communiste, il devient reporter pour Paris Match, il donne à cet hebdomadaire de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d’Alger, mais aussi Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles, Arman… Il a fait des reportages en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie…

Izis fréquentait Jacques Prévert qui l’a décrit comme un “colporteur d’images”, Aragon, Vercors, et de nombreux artistes. Comme Marc Chagall. Ses photographies ont fait l’objet d’expositions : au Museum of Modern Art (Musée d’Art moderne de New-York), le MOMA en 1951 par exemple.

.

Bien à Vous,

Saint-Sulpice

.

Voir aussi:

.

- Izis – Partie 1.

- Izis – Partie 2.

- Izis – Partie 3.

- Izis – Partie 4.

- Izis – Partie 5.

-

A Lire:

.

9782850189302

À travers 100 photographies sélectionnées dans les archives de Paris Match, ce livre rend hommage à un photographe aussi discret que talentueux. Né en 1911 en Lituanie, Izis, de son vrai nom Israël Bidermanas, est l’une des figures éminentes de la photographie des années 1950 et 1960. Entré en 1949 comme reporter à Paris Match, il y restera près de 20 ans. Le photographe réalisa pour le magazine de célèbres portraits d’artistes (Colette, Marcel Aymé, Cocteau, Orson Welles, Gina Lollobrigida, Arman…) mais aussi de nombreux reportages marquants (La casbah d’Alger en 1953, l’inondation de la mine de l’Etançon, la semaine sainte à Séville…) restés pour la plupart inédits jusqu’à aujourd’hui.
À l’occasion de son 10e anniversaire, la Maison de la photographie Robert Doisneau propose donc de découvrir ou de redécouvrir les plus belles photographies de cet artiste ami de Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson.

- Izis par un “collectif” aux éditions Filipacchi - 22€

n
 

9782081228252

 

Hommage à ce photographe méconnu qui donne une image poétique du Paris populaire : les rues et les quais de la Seine, les enfants et les amoureux, les fêtes foraines et les gens du cirque, les ouvriers et les vendeurs de muguet, etc. Membre éminent du mouvement « humaniste », Izis est en 1951 l’un des « Five French Photographers » exposés au Museum of Modern Art de New York avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis.Izis, Paris des rêves présente toute la palette de celui qui fut à la fois artiste et reporter, grand portraitiste et flâneur aux aguets. De la série fondatrice des Maquisards à ses rencontres avec Colette ou Chagall, de son oeuvre parisienne - qui fait l’éloge du rêve et de la lenteur au coeur de sa ville d’adoption - à ses voyages à Londres ou en Israël, cet ouvrage révèle la diversité, l’originalité et la modernité de son travail.

- Izis, Paris des Rêves aux éditions Flammarion – 200 pages - 35€

n

41XeTeqK2AL._SL500_AA240_

La puissance des photos sur Londres d’Izis pour Paris Match et le Choc des commentaires de la plume de Jacques Prévert.
 

- Charmes de Londres par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 143 pages – 30€

n

51kAIPSymeL._SL500_AA240_

 

- Grand bal du printemps par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 153 pages – 30€

René Maltête – Partie 2

René Maltête - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes

Béquilles - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 dans Photographie: Grands Photographes

Chauve - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

Démarrage - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

Plaisir Solitaire - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

Fugue - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

Hôpital - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

 Formidable Incendie - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

 

Inquiétude ( Photo de Robin Maltête, fils de René Maltête ) – Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

 N

Jambes - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

N

Jupes - Crédit photo: © René Maltête ~ Agence Rapho/René Maltête

N

N

N

Biographie de René Maltête

N

René Maltête (1930-2000) est un photographe français dont la particularité était de fixer sur sa pellicule des images insolites et humoristiques. Il a aussi publié des recueils de poèmes.

René Maltête, du vieux français « mauvaise tête », comme il se plaisait à le préciser, est né en 1930 sur la côte nord de l’Armorique. Il avait des hommes de ce pays la stature et les yeux bleu océan. À 21 ans, après abus de somnolence durant des études chaotiques, il monte à Paris. Il ne rêve que de cinéma. Il vit dans la grande ville de 24 métiers et de 36 misères et décroche, à l’occasion, des emplois subalternes dans la production de Jour de Fête de Tati ou dans celle du Dindon de Barma, d’après Feydau. En 1956, trop impatient pour grimper barreau après barreau l’échelle qui conduit au ciel de la réalisation cinématographique, trop pauvre aussi pour se procurer une caméra, il s’achètera un appareil photo Semflex 6-6 et, à défaut de 24 images/seconde, il se contentera d’un cliché de temps en temps.
Marcheur à l’aventure et chasseur d’images, il débusque le Paris d’après-guerre, ce Paris-Prévert des petites gens, des quartiers populaires, des bistrots à rideaux, des jardins publics, des clochards et des pêcheurs à la ligne amarrés aux quais de Seine, des avaleurs de sabres et autres cracheurs de feu, le Paris des grandes roues de la fortune, ce Paris gris et décrépit qui grouille de vie, de tendresse et de poésie. C’est ce Paris-là que Maltête, dédaigneux de l’autre Ville-Lumière en toc, guette, piège et range en magasin. Quatre ans plus tard, il met en scène et sonorise Paris des Rues et des Chansons, album concept dans lequel s’épousent miraculeusement ses photos-gags cocasses et les voix gouailleuses ou nostalgiques de Prévert, Mouloudji, Chevalier, Mac Orlan, Hardellet, Lemarque, Trénet, Gainsbourg, Brassens, Fallet, Ferrat, Breton… presque tous, eux aussi, des piétons amoureux de ce Paris à la fois réel et invisible, mort aujourd’hui.
Photo-gag : le mot est lâché. Le photographe humoristique reste une espèce rarissime dont René Maltête est l’un des pionniers et des plus brillants représentants. Inutile de cacher que quelques grands noms du milieu professionnel de la photographie l’ont parfois considéré avec une méfiance suspicieuse, ce qu’il savait leur faire payer en menue monnaie de mots féroces d’une justesse de frappe imparable.
C’est que Maltête est un photographe humoristique d’une espèce marginale, à la fois voleur d’images, raconteur d’histoires éclairs et metteur en scène en coulisses. Le regard de Maltête est celui d’un poète grand ouvert au « vent de l’éventuel » qui détecte, là où vous ne voyez rien, l’insolite miraculeux qu’offre le hasard, le décalage saugrenu, les glissades subreptices de la réalité. Il s’agit de fixer dans la boîte cet instant-là où deux plans de la réalité étrangers l’un à l’autre se télescopent fortuitement car, de cette seconde court-circuit, zigzaguent le gag lumineux, le scénario éclair. Tour de force irréalisable, parfois, que d’enregistrer cet instantané fugitif, si vite évanoui que l’objectif n’a pu le piéger sur le vif. Pour capturer le miracle qui lui a échappé, le photographe, avec la patience inusable du guetteur, revient sur les lieux mêmes où le hasard lui a offert un moment de drôlerie, attend la lumière ou l’environnement qui conviennent le mieux, imprime le nécessaire coup de pouce… l’escadrille des religieuses croisant celle des sept péchés capitaux a été repérée un dimanche et photographiée huit jours plus tard, dans des conditions idéales…

La rigueur et la précision de la composition et du cadrage sont les gages indispensables d’une photo-gag réussie, aimait à répéter Maltête. Rien ne doit venir parasiter l’effet à produire pour que la lecture soit immédiate et le rire spontané. Pour autant le cliché doit sembler avoir été volé au monde qui continue de tourner. Maltête, était aussi nourri à la mine de crayon des Bosc, Siné, Quino, Gébé, Reiser, Cabu, Serre, Gourmelin, Carelman ou Topor, et comme eux il mettait en scène sur la pellicule des situations insolites, cocasses ou absurdes que la réalité complotait toute seule.

René Maltête, qui ne cessait de clamer son dédain de la photo sophistiquée qui se contorsionne dans des acrobaties techniques inouïes, est un franc-tireur de la photographie. Et, qu’on ne s’y trompe pas, avant d’être un photographe talentueux, il est un humoriste qui manie tour à tour le crayon, le stylo ou l’appareil photo, au service exclusif de l’humour dont il professait qu’il est « l’une des manifestations les plus claires d’intelligence, d’honnêteté et de santé mentale ». Il avait fait de l’humour, – « ce sperme froid dans l’orgasme de l’habitude… ce coup bas aux tabous, réglements et codes confortables » – le point focal de son existence et sa règle de vie. Militant ardent et inventif, il avait engagé l’humour sous la bannière des causes qu’il défendait, la protection de la planète et la condamnation de la guerre… ses amis complices se souviennent pour longtemps des dépôts solennels de gerbes en l’honneur « des futurs morts des prochaines guerres » en pleine cérémonie officielle avec sous-préfet compassé et fanfare militaire bégayante. Combien d’entre nous avons passé en sa compagnie des 8 mai ou des 11 novembre au poste de police !…

Mais, par-dessus tout, l’humour était l’antidote à l’esprit de sérieux qu’il haïssait et l’oxygène dont il avait besoin quotidiennement pour tenir à distance respectable le sentiment du tragique de l’existence qui le hantait. « Rien de plus nécessaire que l’humour, a-t-il écrit et vécu, qui nous évite de subir les événements, dans notre impuissance individuelle à pouvoir les modifier. »

René Maltête est mort le 28 novembre 2000. La vie, la poésie et le rire continuent de triompher dans ses photos.

Source: Anne Certain

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

A lire:

N

51DQB8JWV8L._SL500_AA300_

N

René Maltête est né le 8 mai 1930 Lamballe dans les Côtes d Armor. Photographe vagabond, poète, humoriste, écologiste avant l heure, René Maltête avait le talent de piéger avec son objectif des situations insolites de notre vie quotidienne.
Drôles, poétiques, tendres, les photos de René Maltête ont été publiées dans la presse du monde entier, « Stern », « Life », « Epoca », « Camera », « Asahi Camera », « Punch », et de nombreuses expositions et cartes postales ont contribué à populariser son oeuvre. Ses photos gags sont pour la première fois réunies dans un album qui rend hommage au travail de ce grand maître de l humour photographique disparu le 28 novembre 2000.

N

- Des Yeux plein les poches par René Maltête aux éditions Glénat – 62 pages – 14€

N

Voir aussi:

N

- René Maltête -Partie 1.

Marcel Bovis – Partie 2

Marcel Bovis - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes Bovis_45

Gare Saint-Lazare, Paris - 1956 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Bovis_65 dans Photographie: Grands Photographes

Enfants de la zone, Saint-Ouen - 1934 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

visconti_marcel_bovis_1938.1180264561

Rue Visconti, Paris - 1938 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

M5POD00Z

Rue Foyatier, Paris - 1933 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Le%20Pont%20Marie

Pont-Marie, Paris - 1930 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Canal%20Saint%20Martin

Canal Saint-Martin, Paris - 1933 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Rue%20Saint%20Denis

L’Hôtel des Arts, Rue Saint-Denis, Paris - 1935 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Rue%20du%20Viaduc

Rue du Viaduc, Paris - 1933 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Impasse%20Prevost

Impasse Prevost, Paris - 1934 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

Pont%20Neuf

Pont Neuf & Jardin au Vert-Galant, Paris - 1935 - Crédit photo: © Marcel Bovis

N

 N

Biographie de Marcel BovisN

N

Grand photographe français du XXe siècle, Marcel Bovis (1904-1997) fut un des membres du Groupe des XV.

Diplômé de l’École des Arts Décoratifs de Nice en 1922, indépendant depuis 1930 Bovis consacre une partie de son temps à la photographie de rue. De 1933 à 47 il collabore à Arts et Métiers Graphiques, cofondateur en 1946 du “groupe des XV”, voyage en Algérie dans les années 50.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

voir aussi:

N

- Marcel  Bovis – Partie 1.

12345...59

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne