Izis – Partie 2

Izis - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes pigeons_izis.1218578901 

Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

izis dans Photographie: Grands Photographes

Port de Passy, Paris - Crédit photo: © Izis

N

izis-israel-bidermanas-the-rabbit-seller1

 Le vendeur de Lapins - Crédit photo: © Izis  

N

7

 Parade pour la femme crocodile, Foire du trône, Paris – 1959 - Crédit photo: © Izis  

N

izistambour

 Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

autotampon-Izis

 Auto-Tamponneuses - Crédit photo: © Izis

N

chien.grelot

 Chien au grelot, Boulevard Poissonnière, Paris – 1957 - Crédit photo: © Izis

N

fen%eatre

 Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

neige

 Paris sous la Neige - Crédit photo: © Izis

N

feudartifice

 Feu d’artifice - Crédit photo: © Izis

 

 

 

Biographie d’Izis

.

Né à Marijampole en Lituanie en 1911, Izis, de son vrai nom, Israëlis Bidermanas est un photographe français. Il est mort à Paris en 1980.
Immigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre, il est à partir de 1933, responsable d’un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Réfugié à Ambazac dans le Limousin pendant la guerre, arrêté et torturé par les nazis, libéré par la Résistance, il prend les armes et photographie ses compagnons du maquis, dont le colonel Georges Guingouin. Le poète résistant et journaliste Robert Giraud sera le premier a parler d’Izis dans l’hebdomadaire Unir, issu de la Résistance.

Après la guerre, revenu à Paris, il se lie d’amitié avec Jacques Prévert et les artistes de son époque, peintres ou poètes. Pigiste pour “Regards” hebdomadaire du Parti communiste, il devient reporter pour Paris Match, il donne à cet hebdomadaire de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d’Alger, mais aussi Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles, Arman… Il a fait des reportages en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie…

Izis fréquentait Jacques Prévert qui l’a décrit comme un “colporteur d’images”, Aragon, Vercors, et de nombreux artistes. Comme Marc Chagall. Ses photographies ont fait l’objet d’expositions : au Museum of Modern Art (Musée d’Art moderne de New-York), le MOMA en 1951 par exemple.

.

Bien à Vous,

Saint-Sulpice

.

Voir aussi:

.

- Izis – Partie 1.

.

A Lire:

.

9782850189302

N

À travers 100 photographies sélectionnées dans les archives de Paris Match, ce livre rend hommage à un photographe aussi discret que talentueux. Né en 1911 en Lituanie, Izis, de son vrai nom Israël Bidermanas, est l’une des figures éminentes de la photographie des années 1950 et 1960. Entré en 1949 comme reporter à Paris Match, il y restera près de 20 ans. Le photographe réalisa pour le magazine de célèbres portraits d’artistes (Colette, Marcel Aymé, Cocteau, Orson Welles, Gina Lollobrigida, Arman…) mais aussi de nombreux reportages marquants (La casbah d’Alger en 1953, l’inondation de la mine de l’Etançon, la semaine sainte à Séville…) restés pour la plupart inédits jusqu’à aujourd’hui.
À l’occasion de son 10e anniversaire, la Maison de la photographie Robert Doisneau propose donc de découvrir ou de redécouvrir les plus belles photographies de cet artiste ami de Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson.

- Izis par un “collectif” aux éditions Filipacchi - 22€

N
 

9782081228252

 

Hommage à ce photographe méconnu qui donne une image poétique du Paris populaire : les rues et les quais de la Seine, les enfants et les amoureux, les fêtes foraines et les gens du cirque, les ouvriers et les vendeurs de muguet, etc. Membre éminent du mouvement « humaniste », Izis est en 1951 l’un des « Five French Photographers » exposés au Museum of Modern Art de New York avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis.Izis, Paris des rêves présente toute la palette de celui qui fut à la fois artiste et reporter, grand portraitiste et flâneur aux aguets. De la série fondatrice des Maquisards à ses rencontres avec Colette ou Chagall, de son oeuvre parisienne - qui fait l’éloge du rêve et de la lenteur au coeur de sa ville d’adoption - à ses voyages à Londres ou en Israël, cet ouvrage révèle la diversité, l’originalité et la modernité de son travail.- Izis, Paris des Rêves aux éditions Flammarion – 200 pages - 35€

N

41XeTeqK2AL._SL500_AA240_

La puissance des photos sur Londres d’Izis pour Paris Match et le Choc des commentaires de la plume de Jacques Prévert.
 

- Charmes de Londres par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 143 pages – 30€

N

51kAIPSymeL._SL500_AA240_

 

- Grand bal du printemps par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 153 pages – 30€

Izis

Izis dans Photographie: Grands Photographes le-manege-izis-1951.1174323378

Le Manège - 1951 - Crédit photo: © Izis

N

 izis04 dans Photographie: Grands Photographes

Sans Titre - n.d - Crédit photo: © Izis

N

chalon

Sans Titre - n.d - Crédit photo: © Izis

N

Piaf-IZIS 

Edith Piaf - Crédit photo: © Izis

N

photo_presse_izis_2

Les admirateurs d’Edith Piaf - Crédit photo: © Izis

 817486

Les amoureux de l’île du vert-Galant - Crédit photo: © Izis

N

izis4

 Île Saint-Louis, Paris – 1946 - Crédit photo: © Izis

N

 izis1

 les immigrés du Banat – 1949~1950 - Crédit photo: © Izis

N

 izis2

Saint-Germain des Près, Paris – 1965 - Crédit photo: © Izis

N

 photo_presse_izis_3

Le 14 Juillet, Paris – 1957 - Crédit photo: © Izis

 

 

 

Biographie d’Izis

.

Né à Marijampole en Lituanie en 1911, Izis, de son vrai nom, Israëlis Bidermanas est un photographe français. Il est mort à Paris en 1980.
Immigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre, il est à partir de 1933, responsable d’un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Réfugié à Ambazac dans le Limousin pendant la guerre, arrêté et torturé par les nazis, libéré par la Résistance, il prend les armes et photographie ses compagnons du maquis, dont le colonel Georges Guingouin. Le poète résistant et journaliste Robert Giraud sera le premier a parler d’Izis dans l’hebdomadaire Unir, issu de la Résistance.

Après la guerre, revenu à Paris, il se lie d’amitié avec Jacques Prévert et les artistes de son époque, peintres ou poètes. Pigiste pour « Regards » hebdomadaire du Parti communiste, il devient reporter pour Paris Match, il donne à cet hebdomadaire de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d’Alger, mais aussi Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles, Arman… Il a fait des reportages en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie…

Izis fréquentait Jacques Prévert qui l’a décrit comme un « colporteur d’images », Aragon, Vercors, et de nombreux artistes. Comme Marc Chagall. Ses photographies ont fait l’objet d’expositions : au Museum of Modern Art (Musée d’Art moderne de New-York), le MOMA en 1951 par exemple.

.

Bien à Vous,

Saint-Sulpice

.

A Lire:

.

9782850189302

N

À travers 100 photographies sélectionnées dans les archives de Paris Match, ce livre rend hommage à un photographe aussi discret que talentueux. Né en 1911 en Lituanie, Izis, de son vrai nom Israël Bidermanas, est l’une des figures éminentes de la photographie des années 1950 et 1960. Entré en 1949 comme reporter à Paris Match, il y restera près de 20 ans. Le photographe réalisa pour le magazine de célèbres portraits d’artistes (Colette, Marcel Aymé, Cocteau, Orson Welles, Gina Lollobrigida, Arman…) mais aussi de nombreux reportages marquants (La casbah d’Alger en 1953, l’inondation de la mine de l’Etançon, la semaine sainte à Séville…) restés pour la plupart inédits jusqu’à aujourd’hui.
À l’occasion de son 10e anniversaire, la Maison de la photographie Robert Doisneau propose donc de découvrir ou de redécouvrir les plus belles photographies de cet artiste ami de Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson.

- Izis par un « collectif » aux éditions Filipacchi - 22€

N
 
9782081228252

 

Hommage à ce photographe méconnu qui donne une image poétique du Paris populaire : les rues et les quais de la Seine, les enfants et les amoureux, les fêtes foraines et les gens du cirque, les ouvriers et les vendeurs de muguet, etc. Membre éminent du mouvement « humaniste », Izis est en 1951 l’un des « Five French Photographers » exposés au Museum of Modern Art de New York avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis.Izis, Paris des rêves présente toute la palette de celui qui fut à la fois artiste et reporter, grand portraitiste et flâneur aux aguets. De la série fondatrice des Maquisards à ses rencontres avec Colette ou Chagall, de son oeuvre parisienne - qui fait l’éloge du rêve et de la lenteur au coeur de sa ville d’adoption - à ses voyages à Londres ou en Israël, cet ouvrage révèle la diversité, l’originalité et la modernité de son travail.

N

- Izis, Paris des Rêves aux éditions Flammarion – 200 pages - 35€ N

N

41XeTeqK2AL._SL500_AA240_

 

La puissance des photos sur Londres d’Izis pour Paris Match et le Choc des commentaires de la plume de Jacques Prévert.
 

- Charmes de Londres par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 143 pages – 30€

N

51kAIPSymeL._SL500_AA240_

 

- Grand bal du printemps par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 153 pages – 30€

August Sander – Partie 2

 August Sander - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes CRI_61772

Bricklayer’s Mate - 1928 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

 CRI_61738 dans Photographie: Grands Photographes

Farmer and Wife - 1912 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_11839

 Bohemians - 1925 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_61742

The Philosopher - 1913 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_6084

 Young girl in Circus Caravan - 1926 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_119028

Peasant Woman - 1913 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_119040

 Sisters - 1927 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_70238

 Peasant Woman - 1914 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

CRI_61763

The Painter Heinrich Hörle - 1928 - Crédit photo: © August Sander & Moma  ~ Artists Rights Society (ARS), New York / VG Bild-Kunst, Bonn

 

 

 

Biographie d’August Sander

August Sander (17 novembre 1876, Herdorf, Rhénanie-Palatinat – 20 avril 1964, Cologne) était un photographe allemand.

Portraitiste scrupuleux de la République de Weimar, August Sander réunit photographie documentaire et pratique artistique, une démarche exemplaire aujourd’hui.
La démarche de ce photographe professionnel qui s’engagea dans une pratique artistique est une référence essentielle pour les artistes photographes des années 70 et 80. Les études sur la réception de son œuvre, inachevée à sa mort, puis reconstituée avec toutes les difficultés que cela comporte, ne font que commencer. Elles s’avèrent essentielles au moment où les pratiques documentaires se multiplient dans et hors le champ artistique, remettant celui-ci en question.

Sander, fils de mineur, travaille, dès la fin de l’école obligatoire, comme garçon de terril dans les installations minières des environs de son lieu de naissance, Herdorf. Il est pour la première fois en contact avec la photographie en assistant un photographe qui travaille pour la société d’exploitation minière . Avec l’aide financière d’un oncle, il peut s’acheter un équipement photo et s’installer un laboratoire.

Une autre étape sur la voie de sa professionnalisation est le service militaire (1897-1899), à Trèves (Allemagne), où, en tant qu’assistant d’un photographe, il peut acquérir d’autres expériences. Avec ses recommandations, il voyage pendant deux ans, et cela le conduit, entre autres, à Berlin, Magdeburg, Halle, Saale, Leipzig et Dresde, (à Dresde, bref suivi d’un enseignement artistique).

En 1901, il devient employé d’un studio de photo à Linz (Autriche) sur le Danube ; l’année suivante, il en devient copropriétaire et, en 1904, entièrement propriétaire. En 1902, il se marie; sa femme, Anna, lui donnera quatre enfants. En 1910, il quitte son affaire de Linz (Autriche) et s’établit à Cologne, où il fonde un nouveau studio. Au cours de la Première Guerre mondiale, il sert dans la Landsturm (formation militaire constituée de réservistes.
Au commencement des années 1920, Sander est en contact avec les artistes progressistes de Cologne et trouve dans ce cercle une forte résonance, entre autres, dans un échange étroit avec les artistes Franz Wilhelm Seiwert et Heinrich Hoerle mais aussi avec Gerd Arntz, Gottfried Brockman, Otto Freundlich, Raoul Hausmann et Stanislaw Kubicki (Berlin), Hans Schmitz, Augustin Tschinkel (Prague/Cologne) et Peter Alma (Amsterdam). En outre, Sander est proche des peintres Jankel Adler, Otto Dix, Heinrich Pilger et Anton Räderscheidt. Il est aussi en contact avec des musiciens, des écrivains, des architectes et des acteurs dont beaucoup font réaliser leur portrait par Sander et se trouvent dans son grand recueil Menschen des 20. Jahrhunderts (Les Hommes du XXe siècle).

En 1927, Sander entreprend un voyage d’environ trois mois en Sardaigne, avec l’auteur Ludwig Mathar; il fait environ 500 photos. La publication d’un livre sur ce voyage échoue.

En 1929, il publie un premier livre Antlitz der Zeit (Le Visage de ce temps), un choix de 60 portraits deMenschen des 20. Jahrhunderts (Les Hommes du XXe siècle).

Le nazisme affecte fortement son travail et sa vie personnelle : son fils Erich, membre du Sozialistischen Arbeiterpartei Deutschlands (SAP), (Parti socialiste ouvrier d’Allemagne), est arrêté en 1934 et condamné à la prison où il mourra en 1944 peut avant la fin de sa peine; en 1936, son livre Antlitz der Zeit est saisi et les exemplaires imprimés détruits.

Pendant la guerre, il déplace son Lebensmittelpunkt (lieu officiel d’habitation pour le rationnement alimentaire) à Kuchhausen dans le Westerwald, où il peut mettre en sécurité la plupart de ses négatifs et de ses photographies avant les bombardements. Son studio est détruit en 1944 par une attaque aérienne.

En 1946, Sander commence une vaste série d’images sur les destructions de la guerre à Cologne.

Sa tombe se trouve au Melaten-Friedhof (de), principal cimetière de Cologne.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- August Sander – Partie 1.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

41YC8FTV6VL._SL500_AA240_

 

Sur trois Allemagne, celle de Guillaume II, celle de Weimar, celle de Hitler. Il a été le premier à mettre la photographie au service d’une idéologie. Avec une admirable obstination, ce maître de la sociologie sans paroles a fait le portrait d’un pays convulsif et secret. Il a porté la même lucide attention aux ouvriers et aux banquiers, aux bourgeois et aux soldats. Il avait une seule ambition: dire la vérité sur les hommes.

- August Sander par Susanne Lange aux éditions Actes Sud – 124 pages – 12,80€

Edvard Munch ou l’anti-cri – Pinacothèque de Paris – Paris – 19 Février au 18 Juillet 2010

 Edvard Munch ou l'anti-cri - Pinacothèque de Paris - Paris - 19 Février au 18 Juillet 2010 dans EXPOSITIONS Paris_Art_Moderne

 

N

Edvard Munch (1863-1944) est connu exclusivement pour une seule œuvre : le Cri. Travail certes emblématique, mais si peu représentatif de l’ensemble de  son œuvre. La notoriété exagérée de ce tableau a eu pour conséquence d’occulter la réelle dimension et le vrai message de l’artiste.

N

edvard-munch-01 dans EXPOSITIONS

Soirée sur l’Avenue Karl-Johann – 1892 - Crédit Peinture: © Edvard Munch

N

Il est étonnant de constater si tôt dans l’Histoire de l’art un artiste se détacher de toutes les conventions auxquelles nous avaient habitué les artistes et les mouvements précédents.

 N

 summer-nights-dream-the-voice-1893

Songe d’une nuit d’été: La voix - 1893 - Crédit Peinture: © Edvard Munch

N

 Il est prodigieux de remarquer dès les années 1880 Munch s’attaquer aux couches de couleur, de le voir véritablement labourer la surface picturale ou encore laisser son œuvre sous la pluie et la neige, transférer des photographies et des films muets à l’intérieur de ses toiles et de ses œuvres graphiques.

 N

edvard-munch-03

 La Madone - 1894 - Crédit Peinture: © Edvard Munch

N

 Surprenant encore la transgression avec laquelle il supprime les frontières entre les supports et les techniques, dans ses gravures, dessins, peintures, sculptures, collages, photographies et films.  Il s’inscrit dans la lignée de William Turner et de Gustave Courbet, Il est le chaînon manquant entre les artistes tels que Pablo Picasso, Georges Braque, Jean Dubuffet et Jackson Pollock dans l’histoire du Modernisme. C’est par ces dépassements sans limite pour l’époque et surtout par son attachement aux qualités matérielles de la peinture et des supports que Munch laisse une œuvre bouleversante d’une force incomparable.

N

edvard-munch-04N

 La Puberté - 1893 - Crédit Peinture: © Edvard Munch

 N

Bonne exposition,

S

Saint-Sulpice

NN

- Edvard Munch ou l’anti-cri – Pinacothèque de Paris – 28, Place de la Madeleine – 75008 Paris – Tél: 01.42.68.02.01 – Métro: Station Madeleine sur les lignes 8, 12 & 14 – Bus: 24,42,52,84,94 arrêt Madeleine et 24,42 arrêt Madeleine-Vignon – Stations Vélib: Face au 4, Boulevard Malesherbes ~ 4, Rue Godot de Mauroy & 4, Place de la Madeleine – Parkings: Madeleine-Tronchet Vinci, Rue Chauveau-Lagarde & Rue Caumartin - Du 19 Février au 18 Juillet 2010 - Ouverture du musée tous les jours de 10h30 à 18h00. (fermeture des caisses à 17h15). Samedi 1er mai 2010 et Mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h. (fermeture des caisses à 17h15). Nocturne tous les mercredis jusqu’à 21h00 (à l’exception du 14 juillet) (fermeture de la billetterie à 20h15). Durant les nocturnes, le service des publics organise des activités culturelles : Table-ronde, lectures, débats, projections de films, autant de propositions qui sont une façon de découvrir autrement les expositions – Tarifs: Plein 10€, Réduit: 8€. 

12345...7

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne