Bonaparte et l’Egypte – Institut du Monde Arabe

Bonaparte et l'Egypte - Institut du Monde Arabe dans EXPOSITIONS expo-bonaparte-img2

 

 

Avec Bonaparte et l’Egypte , l’Institut du monde arabe fait choix de présenter à son public une exposition qui associe deux mythes parmi ceux qui sont les plus profondément gravés dans notre inconscient collectif : celui de Napoléon et celui de l’Egypte pharaonique.

 

 

 blog-bonaparte-en-egypte dans EXPOSITIONS

 

 

La campagne d’Egypte de 1798, menée par le général Bonaparte entouré de quelque cent soixante savants et de certains des plus brillants officiers de son temps, constitue un épisode célèbre de l’Histoire, même s’il a représenté un échec du point de vue militaire.

 

 


Centrée sur l’« Expédition », l’exposition a pour sujet tout un siècle de relations entre l’Egypte et la France, symboliquement encadré par deux dates : les naissances de Napoléon Bonaparte et de Muhammad Ali – le premier souverain « moderniste » de l’Egypte –, en 1769, et l’inauguration du canal de Suez, en 1869.

 

 

 bonapegypte_clip_image002_0001
Naissance de l’égyptologie, style « retour d’Egypte », publication de la Description de l’Egypte , essor de l’orientalisme : l’influence de l’Egypte en France a été prépondérante pendant toute cette période, de même que le rôle de la France a été déterminant dans l’accession de l’Egypte à la modernité.

Pour les besoins de l’exposition, l’Institut du monde arabe a mis en place un comité scientifique paritaire franco-égyptien réunissant les meilleurs spécialistes des deux pays. C’est au travers de ce double regard, donc, que le public pourra découvrir quelque 400 œuvres et objets d’art prêtés par les plus grands musées égyptiens, américains et européens, qui viennent témoigner de cette fascination réciproque.

Cette exposition se propose de jeter un regard neuf sur les rapports entre la France et l’Égypte au XIXe siècle, notamment à la suite de l’expédition de Bonaparte en Égypte entre 1798 et 1801. Ce point de départ historique sera l’occasion d’avoir un regard croisé sur les échanges artistiques.

Les limites chronologiques ont été fixées à la période 1770-1870, avec un glissement jusqu’à la fin du XIXe siècle pour quelques représentations de la campagne d’Égypte par des artistes français. La confrontation des troupes de Bonaparte avec la civilisation égyptienne, tant antique que moderne, a constitué un véritable choc culturel. Le parcours chronologique confrontera alors tour à tour les visions françaises et égyptiennes sur un moment fort de l’histoire de ces deux pays en pleine mutation culturelle, politique et économique.

Dans la mesure où il existe peu de représentations iconographiques égyptiennes permettant de constituer des pendants aux illustrations françaises, la Description de l’Égypte servira de fil conducteur tout au long de l’exposition, et des textes égyptiens constitueront le pendant, l’autre regard indispensable.

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

logoima-acc

Bonaparte et L’Egypte -  Institut du Monde Arabe – Métro : Jussieu, Cardinal-Lemoine -  Rue des Fossés Saint-Bernard & Place Mohammed V - 75005 Paris – Tél. 01.40.51.38.38 -  Ouverture tous les jours de 10h à 18h sauf le lundi – Nocturne le jeudi jusqu’à  21h30 – Week-ends et jours fériés de 10h à 19h – Tarif: 10,50 € (plein), 8,50 € (réduit*), 6,50 € (- 26 ans) – Du 14 Octobre 2008 au 29 Mars 2009.


 

Le France – Fleuron des mers!

 Le France - Fleuron des mers! dans Photographies de la France d'autrefois

Arrivée du « France » à New-York

  dans Photographies de la France d'autrefois

 

 Voici un document « exceptionnel retraçant du début jusqu’à la fin l’histoire fabuleuse, l’épopée d’un « monstre des mers », d’une partie de l’âme de la France et des Français, d’un fleuron de la technologie « moderne », du plus beau, plus majestueux, plus noble, plus luxueux des navires de l’époque, Le France.

 

Vous serez transporté dans l’histoire de ce navire mythique, guidés par une chronologie complète et agrémentée de plus de 130 photos du « transatlantique France » et de sa triste reconversion en « Norway ». Vous vivrez comme si vous y étiez son inauguration, ses différentes transformations en passant par sa relégation sur le quai de l’oubli.

 

Allez jusqu’au bout même si cela peut vous sembler long car les photos ne sont pas toujours ( volontairement ) dans un ordre chronologique. Enfin pour terminer vous aurez droit au « France » en chiffre!

 

Bonne visite,

Saint-Sulpice

 

 

France – Le grand-salon

France – La piscine des premières classes

France – Le bar

France – Cabine de première classe

France – Les cuisines

France – Pont-promenade intérieur

Chronologie du France:

25 Juillet 1956
Signature de la commande du paquebot « G 19″ pour les Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire (44).

7 Octobre 1957
Pose de la première tôle de la quille.

11 Mai 1960
Le Lancement et baptême du navire par le général de Gaulle et Mme de Gaulle,
la marraine du paquebot.

19 Novembre 1961
Départ de Saint-Nazaire pour les essais au large de Belle-Ile.

23 Novembre 1961
Arrivée du paquebot au Havre, son port d’attache, Quai Johannès Couvert.

7 Janvier 1962
Première traversée de la Manche et essais d’accostage à Southampton.

11 Janvier 1962
Inauguration officielle par le premier Ministre Michel Debré.

13 Janvier 1962
Bal des Petits Lits Blancs à bord au profit d’oeuvres charitables

19 au 27 Janvier 1962
Croisière inaugurale aux Canaries avec sa marraine Mme de Gaulle

3 Février 1962
Départ du premier voyage transatlantique Le Havre – New York.

8 Février 1962
Arrivée triomphale à New York, accostage au Pier 88.

13 Février 1962
Premier départ de New York.

8 Février 1962
Arrivée triomphale à New York, accostage au Pier 88.

28/07 au 10 Août 1962
Travaux techniques au Havre : Changement de 2 hélices, modification du bulbe et agrandissement de la salle à manger 1re classe.

12 Septembre 1962
Présentation à bord du film « Two tickets to Paris ».

28 Septembre 1962
50 000 passagers.

14 Décembre 1962
Voyage de Mona Lisa « la Joconde » pour New York.

21 Décembre 1962 au 2 Janvier 1963
« Croisière de Noël et du Jour de l’An » aux Antilles.

14 Janvier 1963
Travaux d’entretien et peinture de la carène au Havre.

8 Février 1963
Départ pour la « Croisière de Rio » via New-York.

10 Avril 1963
Première visite public au Havre.

20 Décembre 1963
Départ de la « Croisière de Noël » de New-York.

9 Janvier 1964
Travaux d’entretien et peinture de la carène et coque au Havre.

4 Février 1964
Départ du Havre pour la croisière « Plein Soleil et Joie de Vivre » à Dakar.

26 Février 1964
Départ croisière « Leap Year Cruise 1964″ aux Antilles de New-York.

12 Mars 1964
Départ pour la « Croisière du Printemps » de New-York.

5 Juin 1964
Départ du Voyage du Centenaire de la ligne « Le Havre – New-York ».

16 Juillet 1964
50e voyage Transatlantique Aller/Retour.

23 Décembre 1964
Départ de la « Croisière de Noël » de New-York.

Janvier 1965
Arrêt technique au Havre.

Gastronomie

9 Février 1965
Départ de la Croisière « Lincoln Birthday » de New-York.

Detente

20 Février 1965
Départ de la Croisière « Washington » de New-York.

6 Mars 1965
Départ de la Croisière « Méditérranée » de New-York.

20 Mars 1965
Visite du paquebot en escale au Pirée par le Roi et la Reine de Grèce.

31 Mars 1965
Départ du « Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

24 Juin 1965
200 000e Passagers.

4 Novembre 1965
Départ du Havre du tableau de Monet « Portrait de Mallarmé »

11 Novembre 1965
Départ de la Croisière « Joie de Vivre » de New-York.

21 Décembre 1965
Départ de la « Croisière de Noël » du Havre.

Tahiti

28 Janvier 1966
Départ de la Croisière « Opération Sunshine » de New-York.

Canaries

14 Février 1966
Départ de la Croisière « Carnaval de Trinitad » de New-York.

Caraibes

5 Mars 1966
Départ de New-York pour Cannes.

Paques

13 Mars 1966
Visite du paquebot en rade de Monaco par les souverains monégasques.

Mediteranee

14 Mars 1966
Départ de la Croisière « Méditérranée » de Cannes.

31 Mars 1966
Départ du « Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

26 Avril 1966
Débarquement de 125 tableaux américains au Havre.

DiapoV1

30 Septembre 1966
1re escale à Boston.

DiapoV2

10 Novembre 1966
Départ de la Croisière « November to remember » de New-York.

DiapoV3

30/11 au 20/12/1966
Arrêt technique au Havre.

DiapoV4

20 Décembre 1966
Départ de la Croisière « Noël et Jour de l’An » du Havre.

DiapoV5

12 Janvier 1967
Départ de la Croisière « Clair de Lune » de New-York.

DiapoV6

27 Janvier 1967
Départ de la Croisière « Toujours Fête » de New-York.

DiapoV8

8 Février 1967
Départ de la Croisière « Calypso in Trinitad » de New-York.

DiapoV7

25 Février 1967
Départ de la Croisière « Mer et Soleil » de New-York.

DiapoV9

17 au 20 Mars 1967
« Week-end en Mer » du Havre à Cannes.

DiapoV10

1er Avril 1967
Départ de la Croisière « Avril en Méditerranée » de Cannes.

14 au 17 Avril 1967
« Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

N80-Vue

4 Mai 1967
Premier départ sur le Canada et Québec avec à bord l’expo « France/Canada ».

N80-NomG

13 au 26 Juillet 1967
Voyage à l’occasion de l’Exposition Internationale de Montréal.

N80-MatRadar

7 au 12 Août 1967
Arrêt technique au Havre.

N80-Arriere

30/10 au 13/11 1967
« Gaïté Parisienne », départ de New-York.

N80-Arriere2

20/11 au 12/12/1967
Arrêt technique au Havre.

N80-Arriere3

21/12/1967 au 3/01/1968
« Noël Caraïbe », départ de New-York.

N80-PiscineArriere

5 au 12 Janvier 1968
Croisière « Michelin ».

N80-PiscineCentre

13 au 24 Janvier 1968
Croisière « Joie de vivre tropicale », départ de New-York.

N80-Avant

26/01 au 7 Février 1968
Croisière « Sourire Créole », départ de New-York.

9 au 23 Février 1968
Croisière « Sortilège des Iles », départ de New-York.

24/02 au 12/03/1968
Croisière « C’est Magnifique », départ de New-York.

23 au 29 Mars 1968
« Mini Croisière » de le Havre/Cannes.

30/03 au 12 Avril 1968
Départ de Cannes de la Croisière « Méditerranée ».

13 au 16 Avril 1968
« Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

9 au 20 Août 1968
Tournage du film « Le Cerveau » entre le Havre et Southampton puis à New-York.
Scène célèbre de « France » entrant à New-York avec la statue de la liberté dréssée sur la cale N° 1.

12 au 26 Octobre 1968
Départ de la Croisière « Gaïté Parisienne » de New-York.

26/10 au 5/11 1968
Départ de la Croisière « Gaïté Parisienne » de New-York.

12/11 au 6/12/1968
Arrêt technique au Havre.

20 Décembre 1968 au 2 Janvier 1969
Croisière « Noël aux Caraïbes », départ de New-York.

3 au 10 Janvier 1969
Croisière « Toujours la Fête », départ de New-York.

11 au 23 Janvier 1969
Croisière « Joie de vivre tropicale », départ de New-York.

PiscineArriere

24/01 au 7 Février 1969
Croisière « Sourire Créole », départ de New-York.

GreatOutDoor

8 au 24 Février 1969
Croisière « Carnaval à Trinidad », départ de New-York.

SalonInternational2

23/02 au 5 Mars 1969
Croisière « Mer et Soleil », départ de New-York.

SalonInternational

6 au 17 Mars 1969
Croisière « C’est Magnifique », départ de New-York.

SportsCafe

24 Mars au 1er Avril 1969
« Mini Croisière N°1″ de le Havre/Cannes.

SalonWindjammer

2 au 8 Avril 1969
« Mini Croisière N°2″ en Méditerranée.

SagaTheatre

9 au 29 Avril 1969
« Croisière Impériale »
à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Napoléon.

LeCasino

30 Avril au 6 Mai 1969
« Mini Croisière N°3″ de Cannes au Havre.

SalonNorthCape

10 au 21 Octobre 1969
« Mini Croisière » du Havre/Bremerhaven.

LeBistro

30/10 au 12/11 1969
Croisière « Caraïbes », départ de New-York.

Dazzles

18/12/1969 au 2/01/1970
Croisière « Noël Caraïbes », départ de New-York

Leeward

3 au 14 Janvier 1970
Croisière « Michelin » départ de Nassau.

Windward

15 au 28 Janvier 1970
Croisière « Rayon de Soleil ».

RomanSpa

29/01 au 13 Février 1970
Croisière « Vie en Rose », départ de New-York.

Salles%20des%20Machines

14/02 au 19 Mars 1970
Croisière « Trois continents », départ de New-York.

LaPasserelle

20 au 27 Mars 1970
Transatlantique New-York/Cannes via Naples.

PiscineCentrale

28/03 au 7 Avril 1970
« Croisière des Iles » départ de Cannes.

Jaccuzis

8 au 24 Avril 1970
« Croisière Ottomane »

25 au 29 Avril 1970
« Mini Croisière » de Cannes au Havre via Lisbonne.

26 Mai 1970
Inauguration du service sur Bremerhaven.

30/10 au 23/11 1970
« Croisière de la Francophonie » départ du Havre.

23/11 au 15/12/1970
Arrêt technique au Havre.

20/12/1970 au 5/01/1971
« Croisière de Noël » départ de New-York.

6/01 au 15/02/1971
Croisière « Croisière Impériale Africaine », départ de New-York.

16/02 au 3/03 1971
Croisière « Carnaval à Trinidad », départ de New-York.

4 au 16 Mars 1971
Croisière « Midi Cruise », départ de New-York.

17 au 25 Mars 1971
« Croisière Saint-Patrick », départ de New-York.

26/03 au 2/04/1971
New-York-Cannes.

3 au 7 Avril 1971
Croisière « Les deux Siciles », départ de Cannes.

8 au 22 Avril 1971
Croisière « Sur les routes Vénitiennes », départ de Cannes.

20/10 au 1/11/1971
Croisière « Vive la différence ».

2 au 5 Novembre 1971
« Mini Croisière » entre Québec et New-York.

France1

6 au 15 Novembre 1971
Croisière « Automne Caraïbe », départ de New-York.

France2

22/11 au 21/12/1971
Arrêt technique au Havre.

France3

22/12/1971 au 3/01/1972
« Croisière de Noël », départ du Havre.

France4

5/01 au 10/04/1972
« Croisière autour du monde » sur le thème de Jules Verne, départ du Havre.

21 au 27 Avril 1972
« Croisière F.N.T.R. », départ du Havre.

28/04 au 2 Mai 1972
Croisière « Ballade écossaise », départ du Havre.

26/10 au 7/11/1972
« Croisière de la Beauté » Départ New-York.

8 au 18 Novembre 1972
« Croisière de la Nostalgie », départ de New-York.

21/12/1972 au 5/01/1973
« Croisière de Noël », départ du Havre.

6 au 17 Janvier 1973
« Croisière de Boston », départ de New-York.

18/01 au 1/02/1973
Croisière « Financial Cruise », départ de Boston.

2 au 9 Février 1973
Croisière « Two Saints Cruise », départ de New-York.

10/02 au 15/03/1973
Croisière « Fantastic Voyage », départ de New-York.

16 au 30 Mars 1973
Croisière « Southern Hospitality », départ de New-York.

31/03 au 7/04/1973
Croisière « 7 Days Cruise », départ de New-York.

7 au 13 Avril 1973
Transatlantique New-York/Cannes.

14 au 28 Avril 1973
« Croisière de Pâques », départ de Cannes.

29/04 au 12/05/1973
Croisière « Méditérranée Orientale », départ de Cannes.

13 au 21 Mai 1973
Croisière « Ballade Portugaise Ecossaise », départ de Cannes.

1 au 13 Novembre 1973
Croisière « Culinary Cruise », départ de New-York.

19/11 au 21/12/1973
Arrêt technique au Havre.

21/12/1973 au 2/01/74
« Croisière de Noël », départ du Havre.

4/01 au 11/04/74
« Croisière autour du Monde », départ du Havre.

11 au 21 Avril 1974
« Croisière de Pâques », départ de New-York.

22 au 29 Avril 1974
« Croisière du Film », de Boston à Cannes.

30/04 au 8/05/1974
« Croisière des Cyclades », départ de Cannes.

9 au 14 Mai 1974
Croisière « F.N.T.R. », départ de Cannes.

15 au 20 Mai 1974
« Croisière Ibérique », Cannes/le Havre.

19 Juin 1974
Première escale à Cherbourg.

9 Juillet 1974
Annonce de l’arrêt de la subvention du paquebot par l’état.

30 Août 1974
Dernier voyage pour New York.

11 Septembre 1974
Les marins du « France » se mettent en grève et occupent le navire en rade du Havre.

12 Septembre 1974
Annonce de la décision de désarmer le « France » par le gouvernement.

24 Septembre 1974
« France »quitte la rade du Havre pour la rade de St Vasst La Hougue en raison du mauvais temps.

9 Octobre 1974
Le « France » lève l’ancre de la Rade de St Vaast et accoste quai Johannès Couvert
au Havre. L’occupation est terminée mais la grève continue.

30 Octobre 1974
« France » est désarmé !

8 Décembre 1974
Fin de la grève (88 jours).

19 Décembre 1974
« France » quitte le quai Johannès Couvert pour le canal maritime « Quai de l’Oubli ».

29 Avril 1975
« France » est alimenté par branchement électrique à terre et le gardiennage est effectué par équipe de 6 personnes.

23 Novembre 1976
« France » rentre forme VII pour carénage.

24 Octobre 1977
« France » est vendu au milliardaire saoudien Akkram Ojjeh.

21 Septembre 1978
« France » est toujours au Havre, le travaux de transformation devront être effectués sur place.

26 Juin 1979
Le paquebot est revendu à l’armement norvégien Kloster d’Oslo.

31 Juillet 1979
« France » devient « Norway ».

18 Août 1979
« France » quitte le Havre pour les chantiers Hapag Lloyd de Bremerhaven.

 

Le France en chiffre:

NOM : FRANCE


Paquebot Transatlantique DE LA COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIQUE (CGT)

NE LE : 11 MAI 1960

 A : SAINT-NAZAIRE (Penhoët) 44

DOMICILE : Quai Jouannes Couvert LE HAVRE 76

SIGNES PARTICULIERS : LONGUEUR : 315,66 m

LARGEUR : 33,70 m

TIRANT D’EAU : 10,50 m

JAUGE BRUTE : 66 348 tonneaux

JAUGE NETTE : 37 063 tonneaux

PUISSANCE : 160 000 chevaux

NOMBRE D’HELICES : 4

 CAPACITE SOUTES : 9 000 tonnes de fuel

VITESSE : 30 noeuds

NOMBRE DE PONTS : 12 (8 hectares de surface)

PRIX : 404 millions de francs (en 60)

 

Bonne croisière de rêve

Saint-Sulpice

A l’air libre – Claire Xuan

A l'air libre - Claire Xuan dans EXPOSITIONS claire4

.

.

La photographe d’origine vietnamienne Claire Xuan offre sa vision de la Nature à travers les cinq éléments de la philosophie orientale : le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau. C’est au parc de Bagatelle, du 25 août au 2 novembre 2008.

 

Dans le cadre du 150e anniversaire des relations franco-japonaises, Paris accueille l’exposition de photographies de Claire Xuan, « A l’air libre », qui présente cinquante photographies originales et inédites de plusieurs régions du Japon.

A Bagatelle, l’artiste a choisi d’entraîner les visiteurs dans un voyage photographique qui évoque trois de ces éléments naturels : le Bois, la Terre et l’Eau.

De l’île d’Hokkaido au Kyushu, en passant par le Tohoku, Kyoto, Nara et Koya-san dans le Honshu, c’est un Japon végétal, minéral et aquatique qui est ainsi dévoilé.

A l’occasion de l’exposition, l’artiste présente le portfolio « Japon », dernier opus et neuvième ouvrage de « La Collection des Cinq Eléments ». Depuis 1998, cette collection propose de découvrir des pays ou des régions à travers ce prisme des cinq éléments.

 

photo%20xuan-thumb dans EXPOSITIONS

 

A la Fête des Jardins, les samedi 27 et dimanche 28 septembre, Claire Xuan présentera son travail et dédicacera les ouvrages de la « Collection des Cinq Eléments », dans la galerie de Bagatelle, à partir de 15h.

 

flammantsprovence2

 

Informations pratiques
Parc de Bagatelle – Galerie côté Seine
Accès : Allée de Longchamp, route de Sèvres-à-Neuilly
Métro : Pont de Neuilly (ligne 1) puis bus 43 ou Porte Maillot (ligne 1) puis bus 244 – Parc à vélos

Du 25 août au 2 novembre 2008 
Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h
Plein tarif : 3€ – Tarif réduit : 1,50€ – Gratuit pour les moins de 7 ans

 

 CX00

 

 Biographie de Claire Xuan


Claire Xuan se consacre exclusivement à la photographie depuis 1995. En 1996 elle partira sur la terre de ses ancêtres, voyage aux sources de ses origines et de son inspiration qui sera suivi de plusieurs reportages. C’est en 1998 que « Le Vietnam et les cinq éléments » paraît. Les 5 éléments fondamentaux de l’Asie mais aussi les 4 de l’occident sont à la source de l’inspiration de Claire Xuan. Et sont le point de communion de toute sa création. C’est cette même année 98 qu’elle fonde « Eléments d’édition » qui publie une collection de carnets de voyages, recueils d’éditions de photographies. Claire Xuan est membre des Ateliers d’art de France. Elle assure seule la création, la fabrication et la diffusion de ses œuvres. Les tirages originaux sont limités au plus à 29 exemplaires. On peut découvrir et acquérir ses œuvres à l’occasion d’expositions mais également auprès de l’artiste.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Vauban, La reconnaissance de l’humanité!

Vauban, La reconnaissance de l'humanité! Vauban_Portrait_Small

 

Le réseau des sites majeurs de l’architecte militaire français Vauban vient d’être ajouté par l’Unesco à la liste du Patrimoine mondial de l’humanité.

La décision a été adoptée lors de la réunion annuelle 21 des Etats membres du comité du Patrimoine mondial de l’Unesco qui se tient à huis clos, jusqu’au 10 juillet, à Québec.

14 des 151 fortifications construites par Vauban (1633-1707) étaient candidates cette année à l’inscription au patrimoine de l’Unesco. Un projet défendu dès 2005 par Jean-Louis Fousseret, le maire socialiste de Besançon et président de l’association Réseau des sites majeurs de Vauban.

Quant aux 14 sites du réseau Vauban, ce sont : la citadelle pentagonale d’Arras (Pas-de-Calais), le château de Bazoches (Nièvre), la citadelle, l’enceinte urbaine et le fort Griffon de Besançon (Doubs), les forts de Blaye/Cussac-Fort-Médoc (Gironde), l’enceinte urbaine, les forts et le pont d’Asfeld à Briançon (Hautes-Alpes), la Tour dorée de Camaret-sur-Mer (Finistère), la citadelle du Palais à Belle-Ile-en-mer (Morbihan), la ville neuve de Longwy (Meurthe-et-Moselle), le fort de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes), la citadelle de Mont-Louis (Pyrénées-Orientales), la place forte de Neuf-Brisach (Haut-Rhin), la citadelle de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime), les tours côtières de Tatihou/Saint-Vast-la-Hougue (Manche), l’enceinte et les forts de Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales).
 

Les remparts de la cité de Villefranche-de-Conflent font désormais partie, comme onze autres sites français conçus par Vauban, du Patrimoine mondial de l'humanité.

Qui était Vauban?

 

Né en mai 1633 à Saint-Léger-de-Foucherets, Vauban est le plus connu de tous les ingénieurs militaires français et peut-être le plus connu de tous en Europe et même dans le monde entier tant ses disciples construisirent selon ses méthodes et parfois à partir de ses propres plans fortifications bastionnées dites «à la Vauban». Il commença paradoxalement sa longue carrière en affrontant les armées du roi Louis XIV qu’il allait si bien servir plus de cinquante années durant. Engagé dans le camp des «frondeurs» avec les armées du prince de Condé alors en rébellion contre son souverain. Il est bien vite remarqué par le cardinal de Mazarin qui le convainc de se mettre au service du roi. Il a alors vingt ans. De 1653 à 1659, Vauban participe à quatorze sièges au cours desquels il est blessé plusieurs fois. Il reçoit son brevet d’ingénieur du roi en 1655 à l’âge de 22 ans.

 

3756 

Besançon, la citadelle

 

Nourri de cette expérience Vauban va réfléchir aux procédés de l’attaque des places qui lui semblent trop coûteux en hommes et notamment privilégier le rôle du canon par rapport à la mine. De même en théoricien de la fortification, il va en améliorer les règles préconisant l’adaptation du tracé bastionné au terrain et l’échelonnement de la défense en profondeur.

 

 

 3758

Saint-Malo, la citadelle

 

En 1667, les sièges de Tournai, de Douai et de Lille, pris en seulement 9 jours de tranchées sous les yeux du roi confirment sa notoriété. Désormais sa réputation de preneur de villes est établie. Le roi lui confie l’édification de la citadelle de Lille qu’on appellera plus tard la «Reine des citadelles».

 

 

3760

Salses-le-Château, la forteresse

 

A partir de 1668, Vauban exercera de fait les fonctions de commissaire général des Fortifications, même si le chevalier de Clerville en restera le titulaire jusqu’à sa mort en 1677. Il exercera sa mission sur les frontières terrestres qui dépendent de Louvois, les frontières maritimes et les ports dépendant de Colbert demeureront encore dix ans sous la responsabilité de Clerville, même si Colbert demande de plus en plus pour elles les conseils de Vauban.

 

 

 3762

Neuf-Brisach, la fortification

 

Avec la guerre de Hollande en 1673, Vauban s’efforce d’exhorter le roi et Louvois à faire ce qu’il appelle «son pré carré», c’est-à-dire à réduire le nombre de ses places pour ne conserver que les plus fortes qui ne sont pas isolées en territoire ennemi. Il recommandera pour ce faire une double ligne de places fortes, barrant la plaine des Flandres pour protéger efficacement le royaume. La première ligne se compose des places de Dunkerque, Bergues, Furnes, fort de Knokke, Ypres, Menin, Lille, Tournai, fort de la montagne, Condé, Valenciennes, Le Quesnoy, Maubeuge, Philippeville et Dinan.

 

 

 3764

 Le fort de Socoa

 

La seconde ligne se composait des places de Gravelines, Saint-Omer, Aire, Béthune, Arras, Douai, Bouchain, Cambrai, Landrecies, Avesnes, Mariembourg, Rocroi et Charleville. Le siège victorieux de Maastricht en juin 1673 lui donne l’occasion d’illustrer sa nouvelle méthode d’attaque des places telle qu’il l’a développée pour le roi dans un Mémoire sur la «conduite des sièges» avec notamment l’emploi du tir à ricochet et des parallèles. Cette méthode économise la vie des soldats et des ingénieurs et amène la place ennemie à se rendre après seulement 13 jours de tranchée ouverte. Vauban dénonce le travers des soldats de l’époque à s’exposer inutilement par bravade. Le célèbre d’Artagnan trouvera d’ailleurs la mort à ce siège en attaquant à découvert un bastion ennemi.

 

 

 3766

 Fort Libéria

 

Louis XIV conquiert la Franche-Comté, Vauban met le siège devant Besançon qu’il prend en six jours, la citadelle se rendant quelque jours après, Dole est prise quelques jours plus tard, et la Franche-Comté deviendra française au traité de Nimègue en 1678.

 

 

 3778

 Fort Chapus

 

De 1679 à 1688, Vauban parcourt la France en tous sens, et se consacrant aux fortifications côtières et également à celles du Sud de la France, tout en surveillant les travaux des places du Nord et de l’Est récemment conquises par les armées du roi. En 1684, il prend en moins d’un mois la formidable forteresse de Luxembourg. En 1687, il inaugurera à Besançon ce que l’on appelle son «deuxième système» fortifié, où la configuration particulière de la ville l’obligera à dissocier la défense de la ville de l’action lointaine contre l’assaillant avec une seconde ligne de défense pourvue de tours à canons qu’il adoptera également pour l’enceinte de Belfort. Cette seconde ligne de défense dite de sûreté est destinée à protéger la ville, la première enceinte pourvue de demi-lunes et de bastions détachés étant destinée à l’action lointaine.

 

 

 3784

 La citadelle du Palais

 

Nommé lieutenant général en 1688, il parcourt l’équivalent de 4000 km par ans soit pour conduire des sièges, soit pour réparer ou construire des fortifications. Archétype de «l’honnête homme du XVIIè siècle» il rédigera durant toute sa vie de nombreux traités touchant à des domaines divers des sciences, de l’économie, de l’agriculture et de la stratégie. En 1689 il rédige son mémoire sur le «rappel des huguenots» exhortant Louis XIV à revenir sur la révocation de l’édit de Nantes au nom de la liberté de conscience, et aussi de considérations économiques qui témoignent d’une très grande élévation d’esprit.

 

 

 3794

 La fortification de Toul

 

En 1691 et 1692 il s’illustrera encore avec les sièges de Mons et de Namur, perdant dix à vingt fois moins d’hommes pour s’emparer de ces villes et de leurs citadelles que leurs défenseurs. Il parcours ensuite les Alpes où il renforce les villes fortifiées et en crée de nouvelles comme à Montdauphin. Appelé en 1694 sur les côtes de Bretagne, il y organise avec succès la défense contre le débarquement anglais et y construit de nombreux forts.

 

 

 3812

 La cité de Rocroi

 

Appelé après la paix de Ryswick à fortifier l’Alsace, il crée à Neuf-Brisach ce que l’on considère généralement comme son troisième système fortifié améliorant encore le système précédent créé à Besançon et à Belfort et échelonnant la défense sur plusieurs centaines de mètres avec une succession d’ouvrages en profondeur. Poursuivant ses réflexions, il rédige un traité prévoyant la création d’un nouvel impôt plus équitable qui remplacerait tous ceux existant jusqu’alors: la «dîme royale» Cela lui vaudra de voir s’organiser contre lui une cabale et en 1707 son livre sera condamné et saisi lors de sa publication.

 

 

 3818

 Ville-citadelle de Château-Queyras

 

Elevé à la dignité de maréchal de France le 14 janvier 1703, cette distinction vient couronner une carrière tout entière passée au service de son pays et de son roi. Vauban parcourera encore la France effectuant chaque année des milliers de kilomètres qui le mèneront de nouveau sur les côtes de la Manche, dans les Alpes et en Provence, et très régulièrement sur les frontières du Nord et de l’Est de la France. Au total, Vauban aura durant sa vie entière dont 53 ans au service du roi, parcouru environ 180 000 km ce qui, sur les routes de l’époque et avec les moyens de locomotion d’alors, représente une remarquable performance et surtout en fait un exceptionnel témoin de son époque et de la situation dans lequel se trouve le royaume au «siècle de Louis XIV» finissant, d’où ses propositions de réformes notamment fiscale.

 

 

 3820

 La cité de Collioure

 

Vauban participera encore à quelques sièges et à la défense de l’Alsace et de cette frontière du Nord à laquelle sa vie durant il a consacré tant d’efforts, puis épuisé par cette bronchite chronique qui l’a incommodé la plus grande partie de sa vie et par la fatigue d’une carrière passée le plus souvent sur de mauvaises routes et dans le fracas des combats il s’éteint le 30 mars 1707 à 10 heures du matin dans sa maison de Paris près du jardin des Tuileries. Les obsèques ont lieu dans sa paroisse toute proche de Saint-Roch. Son corps sera enterré dans l’église paroissiale de Bazoches près de son château à 15 km au Sud de Vézelay. Son cœur sera transporté le 28 mai 1808 dans l’église du Dôme aux Invalides à Paris où il repose sous un monument, parmi les plus grands maréchaux de France.

 

 

 3822

 La cité de Brouage

 

Les descriptions économiques et géographiques, qu’il a faites des régions qu’il fortifiait, constituent des témoignages précieux et d’un exceptionnel intérêt sur la France de cette époque. Membre de l’Académie des sciences, Vauban nous a laissé de nombreux travaux et mémoires sur des sujets très divers. Sa «Description de l’élection de Vézelay» comporte un travail de recensement statistique très moderne dans ses méthodes. Il l’appliquera à la population du Canada français et fera des projections jusqu’à la fin du XXè siècle avec une marge d’erreur très faible. Ses propositions sur un système de canalisation reliant toutes les rivières navigables de France atteste d’une véritable vision «d’aménageur» du territoire avant la lettre. Les travaux qu’il propose seront réalisés deux siècles plus tard par le ministre Freycinet.

 

 

 3826

 Village de Colmars-les-Alpes

 

Vauban travaillera d’ailleurs aux ouvrages d’art du canal du Midi. Curieux de stratégie, ses vues en matière diplomatique sont très intéressantes et prospectives, allant jusqu’à proposer une monnaie européenne unique, trois siècles avant que celle-ci ne se mette en place. L’ensemble de cet exceptionnel travail de réflexion sera regroupé dans les «Oisivetés», ensemble de douze volumes publiés après sa mort. A la fin de sa vie le roi lui demandera de rédiger un «traité de l’attaque des places» qui fera encore autorité plus d’un siècle après sa mort. Soucieux de la vie de ses hommes, comme de la gloire du roi, Vauban a apporté successivement trois perfectionnements décisifs aux techniques de l’attaque des places: les parallèles, les cavaliers de tranchées et le tir à ricochet.

 

 

 3830

 Le fort de Charlemont

 

Vauban codifie l’approche rationnelle du siège, décomposé en une suite logique de douze phases; un siège selon lui nécessite au plus 48 jours de travaux au terme desquels le gouverneur n’a d’autre choix que de capituler. S’inscrivant dans la révolution scientifique qui s’était opérée sous l’égide de Descartes et de Pascal, Vauban conçoit l’attaque d’une place comme une œuvre rationnelle. Son traité traduit en 15 langues dont le turc et le russe fut un classique de l’instruction des ingénieurs militaires jusqu’à la fin du XIXè siècle.

 

 

 3832

 Fort-la-Latte

 

En revanche Vauban ne codifia jamais l’art de la fortification, car il considérait qu’avant tout le terrain commande et que la seule loi valable est l’adaptation des méthodes au terrain, ce qu’il a durant sa vie entière constamment et brillamment démontré comme il est encore possible de le constater dans la centaine de places fortes qu’il nous a laissées. Vauban demeure l’un des plus grands ingénieurs militaires que la France ait jamais connus. Laissons à Saint Simon le célèbre mémorialiste qui n’avait pas la réputation d’être indulgent, le dernier mot de cet article:

 

 

 h_4_ill_981699_vauban

 

 

 

«Vauban s’appelait Le Prestre, petit gentilhomme de Bourgogne tout au plus, mais peut-être le plus honnête et le plus vertueux de ce siècle, et avec la grande réputation du plus savant homme dans l’art des sièges et de la fortification, le plus simple, le plus vrai et le plus modeste. C’était un homme de médiocre taille, assez trapu, qui avait fort l’air de guerre, mais en même temps un extérieur rustre et grossier, pour ne pas dire brutal et féroce. Il n’était rien moins: jamais homme plus doux, plus compatissant, plus obligeant, mais respectueux sans nulle politesse, et le plus avare ménager de la vie des hommes, avec une valeur qui prenait tout sur soi, et donnait tout aux autres…»
 

Bien à vous,

Saint-Sulpice 

 

 

1...34567

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne