Daniel Masclet

 Daniel Masclet dans Photographie: Grands Photographes 3449web_LG

Le mime Georges Wague - 1923 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

 N

3475web_LG dans Photographie: Grands Photographes

Au pont de Suresnes - 1957 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3469web_LG

 Vieille petite poupée, Paris - 1940 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3453web_LG

Les Morlocks…d’après Wells, Paris - 1940 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3478web_LG

Dans les Faubourgs de Grenelle à Pantin - 1943 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3451web_LG

Sans titre - 1954 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3455web_LG

Solitude - 1950 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3466web_LG

Le suiveur - 1955 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N3465web_LG

Rue Saint-Vincent - 1922 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

N

3461web_LG

Solitude - 1943 - Crédit photo: © Daniel Masclet & Gitterman Gallery

n

N

Biographie de Daniel Masclet

N

Daniel Masclet (1892 à Blois-1969 à Paris) est un photographe et critique français. Introduit auprès de Adolf de Meyer par Robert Demachy, Masclet débuta sa carrière chez Harper’s Bazaar.

Non seulement photographe très actif (membre du Groupe des XV puis des 30 x 40), Masclet fut également un grand directeur d’exposition. Il monta notamment en 1933 une exposition marquante de photographies de nus et des expositions de Edward Weston et Berenice Abbott.

Masclet fut aussi enseignant, défenseur, ami et spécialiste de photographes tels Otto Steinert.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

Berenice Abbott – Partie 2

Berenice Abbott - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes CS4349

 Traveling Tin Shop, Brooklyn - Mai 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

GunsmithandPoliceStat_sm dans Photographie: Grands Photographes

Gun Smith & Police Station - 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

 CS3229

 Tri-Boro Barber School, 206 Bowery - Octobre 1935 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS2390

Rope Store; Peerless Equipment Co., 189 South Street – Février 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS3356

Repair Parafoti – 1935~1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_049_

August Pink Pank, Barber Shop – 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

CS3255

Hardware Store, 316-318 Bowery, NYC – 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

 t-repro_048_

A Zito’s Bakery - 1937 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

bereniceabott

 Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_050_

Goldberg’s Store -1938 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

N

t-repro_043_

 Crédit Photo: © Berenice Abbott

.

N

Biographie de Berenice Abbott

N

 berenice-abott-1921 

N

À dix-neuf ans, Berenice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille décomposée en rejoignant l’université de l’Ohio et rapidement les Beaux Arts de la ville de New York où elle fréquente Greenwich Village et ses cercles d’artistes et d’intellectuels. Elle y rencontre Man Ray, la baronne Elsa von Freytag-Loringhoven ou encore Marcel Duchamp. Après quelques essais en sculpture et en peinture, elle se lance dans l’aventure du voyage en embarquant vers Paris en mars 1921. Là, elle travaille dans l’atelier d’Emile Bourdelle, puis dans l’atelier de Constantin Brancusi.

Elle est bientôt rejointe par d’autres Américains mais elle reste sans revenu et sans vocation. Elle tente sa chance dans la sculpture et la danse à Berlin, sans réussite, et étudie à la Kunstschule avant de revenir à Paris. Man Ray lui propose de devenir son assistante. Il lui apprend les techniques du tirage en laboratoire pour lesquelles elle se montre douée puis celle de la prise de vue. Les portraits qu’elle fait de ses amis plaisent et elle réussit à en tirer quelques revenus. La concurrence avec Man Ray l’oblige à le quitter rapidement.

Le studio qu’elle ouvre alors avec l’aide de Peggy Guggenheim connaît le succès. André Gide, Jean Cocteau, James Joyce, Marie Laurencin, Pierre de Massot, André Maurois, Djuna Barnes, la baronne Murat y sont photographiés.

Après avoir découvert Eugène Atget en 1925 grâce à Man Ray, elle lui achète quelques tirages. En 1927, elle se décide à lui demander de poser pour elle. Quand elle vient lui présenter ses photos, il est trop tard. Le photographe dont elle admirait tant l’œuvre était mort peu après la séance. Elle profite de sa bonne situation financière pour acheter toutes les archives négligées d’Atget. Elle ne cessera de défendre son œuvre par des livres et des expositions, ce sera un déchirement quand, plus tard, elle devra vendre 50% des droits. De par les articles et les livres qu’elle a publié sur le travail d’Atget, Berenice Abbott a contribué à faire connaître son œuvre.

 

 Solano

 

En 1929, au cours d’un passage à New York, elle est surprise par les changements : la ville qu’elle habitait huit ans auparavant est en train de disparaître. Cet étonnement sera à l’origine de son premier projet photographique d’envergure : Changing New York qui aboutira en 1937 avec une exposition au Museum of Modern Art de New York. Mais la vie à New York n’est pas aussi aisée qu’elle le pensait et sa renommée parisienne ne lui sert à rien en Amérique où la concurrence entre photographes est plus rude qu’ailleurs. Berenice Abbott n’appartient pas au cercle des admirateurs d’Alfred Stieglitz qui domine alors le microcosme photographique imposant le modèle pictorialiste.

La crise de 1929 et la Grande Dépression qui suit réduisent considérablement ses revenus. Les financements, pourtant modestes, qu’elle sollicite pour Changing New York lui sont partout refusés, malgré les expositions intermédiaires qui lui apportent une reconnaissance limitée.

En 1935, un poste d’enseignement de la photographie lui assure un revenu fixe et son projet est enfin reconnu par le Federal Art Project. Elle peut alors s’y engager pleinement et le projet débouche en 1937 sur une exposition au Museum of the City of New York, suivi d’un portfolio dans le magazine Life et d’un livre en 1939. Forte de ce succès elle continue à valoriser l’œuvre d’Atget et découvre celle d’un autre photographe dédaigné des pictoralistes : Lewis Hine.

Son refus d’appartenir aux cénacles, la jalousie des autres photographes, les restrictions budgétaires et son esprit d’indépendance la poussent à démissionner en 1939 quand son programme est interrompu.

Elle s’intéresse désormais à la photographie scientifique estimant que, alors que la majorité en ignore tout, la science domine le monde contemporain. Elle fait le pari que la photographie doit contribuer à la culture scientifique des Américains, mais elle sera bien seule à défendre cette conviction. Déjà oubliée de la mode photographique, elle repart en quête de financements, vivant dans l’intervalle de maigres commandes. C’est le lancement de Spoutnik par l’URSS en 1957 qui lui donnera raison. Les États-Unis, craignant d’être dépassés par les Soviétiques, décident de financer davantage de projets scientifiques. Berenice Abbott obtient de collaborer avec le Massachusetts Institute of Technology et peut en quelques années réaliser les photos auxquelles elle pense depuis vingt ans.

Sa santé fragile l’oblige à quitter New York pour s’établir dans le Maine, elle y réduit peu à peu ses activités photographiques pour se consacrer à l’écriture : The World of Atget est publié en 1964, suivi d’ouvrages techniques. Elle tombe à peu près dans l’oubli qu’elle a tenté d’éviter à Atget puis Hine, quand, dans les années 1970, son œuvre bénéficie du regain d’intérêt général pour la photographie. Elle reçoit de nombreux prix et honneurs. C’est avec une part d’amertume qu’elle apprécie ce succès tardif.

L’œuvre de Berenice Abbott illustre une conception de la photographie qu’elle résume en défendant Changing New York pour lequel elle expliquait : « Le rythme de la ville n’est ni celui de l’éternité ni celui du temps qui passe mais de l’instant qui disparaît. C’est ce qui confère à son enregistrement une valeur documentaire autant qu’artistique. »

L’essence de la photographie repose sur ce rapport au temps. Le rôle de la photographie est d’enregistrer cet instant qui disparaît que Roland Barthes appellera le ça a été. La photographie dans son rapport au temps fonctionne toujours au passé, comme représentation d’un temps devenu passé. Pourtant les images d’Abbott, comme celles de Lewis Hine et d’Eugène Atget ne sont pas seulement nostalgiques : le passé, en arrière, fixé sur photographie, est à sa place.

C’est pourquoi aussi la photographie requiert de l’« authenticité »: le ça a été se perd dans la photographie manipulée ou à prétention artistique telle que la pratiquent les pictorialistes. La photographie telle que la conçoit Berenice Abbott doit marcher d’elle-même. Débutante elle disait les photos viennent bien. En 1951, elle continue à déranger les photographes intellectualistes en déclarant It has to walk alone. Selon Abott, la photographie ne doit pas chercher à imiter la peinture par des compositions ou des manipulations savantes, elle doit continuer à chercher son essence dans ce rapport à l’instant.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice 

N

N

Voir aussi:

N

- Berenice Abbott – Partie 1.

N

A regarder:

  Image de prévisualisation YouTube  

A lire:

 

41nVqj0TQ-L._SL500_AA240_

 

Berenice Abbott s’est d’abord lancée comme portraitiste à Paris et plus tard à New York. Elle nous a ensuite offert un travail magistral sur la ville de New-York mais aussi sur la Route n°1 et le Maine. Abbott fut novatrice également dans le domaine de l’équipement photographique, pionnière dans l’enseignement des techniques photographiques et la première à découvrir et révéler le fabuleux et précurseur de la photographie, Eugène Atget.

 - Berenice Abbott par Ron Kurtz et Hank O’Neal aux éditions Steidl Verlag ( En langue Anglaise ) - 548 pages – 115€

N

419BHBP04QL._SL500_AA240_

 

- Changing New-York, une ville en mouvement 1935~1939 par Berenice Abbott aux éditions Hazan eds – 176 pages - Prix non indiqué

Berenice Abbott

Berenice Abbott dans Photographie: Grands Photographes t-repro_054_

Manhattan Skyline II, from Weehawken, New-Jersey - Crédit Photo: © Berenice Abbott

berenice-abott dans Photographie: Grands Photographes

Pike and Henry Streets, Manhattan - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_056_

 Daily News Building, 42nd Street between Second and Third Avenue, Manhattan - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_051_

Seventh Avenue, looking south from 35th street, Manhattan - Crédit Photo: © Berenice Abbott

482827u

Financial District Rooftops, Looking Southwest from roof of 60 Wall Tower, Manhattan – Crédit Photo: © Berenice Abbott

482739u

40th Street between Sixth and Seventh Avenues, Manhattan – Crédit Photo: © Berenice Abbott

257400

Night View -1938 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

257401

Fifth Avenue House -1938 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

Abbott

Flatiron Building -1938 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

492px-Abraham_De_Peyster-Berenice_Abbott

 Abrahan de Peyster Statue -1939 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_036_

Manhattan skyline, South street and jones lane, East River - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_037_

Canyon, Stone & William - 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_038_

Canyon, Broadway & Exchanging place - 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_039_

Looking Toward, Wall Street - 1936 - Crédit Photo: © Berenice Abbott

t-repro_058_

Crédit Photo: © Berenice Abbott

 

 

Biographie de Berenice Abbott

berenice-abott-1921

 

À dix-neuf ans, Berenice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille décomposée en rejoignant l’université de l’Ohio et rapidement les Beaux Arts de la ville de New York où elle fréquente Greenwich Village et ses cercles d’artistes et d’intellectuels. Elle y rencontre Man Ray, la baronne Elsa von Freytag-Loringhoven ou encore Marcel Duchamp. Après quelques essais en sculpture et en peinture, elle se lance dans l’aventure du voyage en embarquant vers Paris en mars 1921. Là, elle travaille dans l’atelier d’Emile Bourdelle, puis dans l’atelier de Constantin Brancusi.

Elle est bientôt rejointe par d’autres Américains mais elle reste sans revenu et sans vocation. Elle tente sa chance dans la sculpture et la danse à Berlin, sans réussite, et étudie à la Kunstschule avant de revenir à Paris. Man Ray lui propose de devenir son assistante. Il lui apprend les techniques du tirage en laboratoire pour lesquelles elle se montre douée puis celle de la prise de vue. Les portraits qu’elle fait de ses amis plaisent et elle réussit à en tirer quelques revenus. La concurrence avec Man Ray l’oblige à le quitter rapidement.

Le studio qu’elle ouvre alors avec l’aide de Peggy Guggenheim connaît le succès. André Gide, Jean Cocteau, James Joyce, Marie Laurencin, Pierre de Massot, André Maurois, Djuna Barnes, la baronne Murat y sont photographiés.

Après avoir découvert Eugène Atget en 1925 grâce à Man Ray, elle lui achète quelques tirages. En 1927, elle se décide à lui demander de poser pour elle. Quand elle vient lui présenter ses photos, il est trop tard. Le photographe dont elle admirait tant l’œuvre était mort peu après la séance. Elle profite de sa bonne situation financière pour acheter toutes les archives négligées d’Atget. Elle ne cessera de défendre son œuvre par des livres et des expositions, ce sera un déchirement quand, plus tard, elle devra vendre 50% des droits. De par les articles et les livres qu’elle a publié sur le travail d’Atget, Berenice Abbott a contribué à faire connaître son œuvre.

 

 Solano

 

En 1929, au cours d’un passage à New York, elle est surprise par les changements : la ville qu’elle habitait huit ans auparavant est en train de disparaître. Cet étonnement sera à l’origine de son premier projet photographique d’envergure : Changing New York qui aboutira en 1937 avec une exposition au Museum of Modern Art de New York. Mais la vie à New York n’est pas aussi aisée qu’elle le pensait et sa renommée parisienne ne lui sert à rien en Amérique où la concurrence entre photographes est plus rude qu’ailleurs. Berenice Abbott n’appartient pas au cercle des admirateurs d’Alfred Stieglitz qui domine alors le microcosme photographique imposant le modèle pictorialiste.

La crise de 1929 et la Grande Dépression qui suit réduisent considérablement ses revenus. Les financements, pourtant modestes, qu’elle sollicite pour Changing New York lui sont partout refusés, malgré les expositions intermédiaires qui lui apportent une reconnaissance limitée.

En 1935, un poste d’enseignement de la photographie lui assure un revenu fixe et son projet est enfin reconnu par le Federal Art Project. Elle peut alors s’y engager pleinement et le projet débouche en 1937 sur une exposition au Museum of the City of New York, suivi d’un portfolio dans le magazine Life et d’un livre en 1939. Forte de ce succès elle continue à valoriser l’œuvre d’Atget et découvre celle d’un autre photographe dédaigné des pictoralistes : Lewis Hine.

Son refus d’appartenir aux cénacles, la jalousie des autres photographes, les restrictions budgétaires et son esprit d’indépendance la poussent à démissionner en 1939 quand son programme est interrompu.

Elle s’intéresse désormais à la photographie scientifique estimant que, alors que la majorité en ignore tout, la science domine le monde contemporain. Elle fait le pari que la photographie doit contribuer à la culture scientifique des Américains, mais elle sera bien seule à défendre cette conviction. Déjà oubliée de la mode photographique, elle repart en quête de financements, vivant dans l’intervalle de maigres commandes. C’est le lancement de Spoutnik par l’URSS en 1957 qui lui donnera raison. Les États-Unis, craignant d’être dépassés par les Soviétiques, décident de financer davantage de projets scientifiques. Berenice Abbott obtient de collaborer avec le Massachusetts Institute of Technology et peut en quelques années réaliser les photos auxquelles elle pense depuis vingt ans.

Sa santé fragile l’oblige à quitter New York pour s’établir dans le Maine, elle y réduit peu à peu ses activités photographiques pour se consacrer à l’écriture : The World of Atget est publié en 1964, suivi d’ouvrages techniques. Elle tombe à peu près dans l’oubli qu’elle a tenté d’éviter à Atget puis Hine, quand, dans les années 1970, son œuvre bénéficie du regain d’intérêt général pour la photographie. Elle reçoit de nombreux prix et honneurs. C’est avec une part d’amertume qu’elle apprécie ce succès tardif.

L’œuvre de Berenice Abbott illustre une conception de la photographie qu’elle résume en défendant Changing New York pour lequel elle expliquait : « Le rythme de la ville n’est ni celui de l’éternité ni celui du temps qui passe mais de l’instant qui disparaît. C’est ce qui confère à son enregistrement une valeur documentaire autant qu’artistique. »

L’essence de la photographie repose sur ce rapport au temps. Le rôle de la photographie est d’enregistrer cet instant qui disparaît que Roland Barthes appellera le ça a été. La photographie dans son rapport au temps fonctionne toujours au passé, comme représentation d’un temps devenu passé. Pourtant les images d’Abbott, comme celles de Lewis Hine et d’Eugène Atget ne sont pas seulement nostalgiques : le passé, en arrière, fixé sur photographie, est à sa place.

C’est pourquoi aussi la photographie requiert de l’« authenticité »: le ça a été se perd dans la photographie manipulée ou à prétention artistique telle que la pratiquent les pictorialistes. La photographie telle que la conçoit Berenice Abbott doit marcher d’elle-même. Débutante elle disait les photos viennent bien. En 1951, elle continue à déranger les photographes intellectualistes en déclarant It has to walk alone. Selon Abott, la photographie ne doit pas chercher à imiter la peinture par des compositions ou des manipulations savantes, elle doit continuer à chercher son essence dans ce rapport à l’instant.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

41nVqj0TQ-L._SL500_AA240_

 

Berenice Abbott s’est d’abord lancée comme portraitiste à Paris et plus tard à New York. Elle nous a ensuite offert un travail magistral sur la ville de New-York mais aussi sur la Route n°1 et le Maine. Abbott fut novatrice également dans le domaine de l’équipement photographique, pionnière dans l’enseignement des techniques photographiques et la première à découvrir et révéler le fabuleux et précurseur de la photographie, Eugène Atget.

 - Berenice Abbott par Ron Kurtz et Hank O’Neal aux éditions Steidl Verlag ( En langue Anglaise ) - 548 pages – 115€

419BHBP04QL._SL500_AA240_

 

- Changing New-York, une ville en mouvement 1935~1939 par Berenice Abbott aux éditions Hazan eds – 176 pages - Prix non indiqué

Paris capitale photographique 1920-1940 – Jeu de Paume Hôtel de Sully – 10 Février au 24 Mai 2009 – Paris

 Paris capitale photographique 1920-1940 - Jeu de Paume Hôtel de Sully - 10 Février au 24 Mai 2009 - Paris dans EXPOSITIONS bouqueret_Breslauer1

 

 

Dès le début des années 1920, Paris s’affirme comme nouveau lieu de promotion des avant-gardes et sans aucun doute, comme carrefour de la nouvelle photographie en Europe.

 

 bouqueret_Cahun dans EXPOSITIONS

 

 Si la capitale française devient à l’époque ce lieu de rencontres et d’échanges pour des photographes de nationalités et d’horizons divers, c’est parce qu’elle représente alors un modèle de modernité et un espoir économique au lendemain de la Première Guerre mondiale.

 

 bouqueret_Cloche

 

 Mais c’est aussi et parce qu’elle s’avère être aux yeux de nombreux émigrants contraints à l’exil, un lieu de refuge pour les libertés politiques ou confessionnelles.

 

 bouqueret_Guillot2

 

La photographie en France connaît ainsi une période de rayonnements individuels et collectifs. Les photographes français comme Jacques-André Boiffard, Florence Henri, Maurice Tabard, Roger Schall, Henri Cartier-Bresson, Emmanuel Sougez, Pierre Boucher et René Zuber parmi de nombreux autres, côtoient des artistes étrangers devenus parisiens par affinité ou par la force des évènements.

 

 bouqueret_Breslauer2

 

 Citons les Allemands Germaine Krull, Erwin Blumenfeld, Marianne Breslauer, Ilse Bing, les Hongrois Ergy Landau, André Kertész, Rogi André, André Steiner, François Kollar, Gisèle Freund ou Brassaï, les Russes Hoyningen-Huene, Rudomine, les Américains Man Ray et Berenice Abbott, le Belge Raoul Ubac ainsi que le Lituanien Moses Vorobeichic dit Moï Ver, etc. Longue est la liste de ces photographes-artistes, bien souvent en double rupture : expatriés rompant avec un pays, artistes d’avant-garde rompant avec une tradition.

 

 bouqueret_Henri

 

Serait-il exagéré de parler d’une « École de Paris photographique » pour rallier sous un même terme générique une production issue de références et de pratiques diverses ?

 

 bouqueret_Zuber

 

 C’est cette France de l’entre-deux-guerres, ce foyer de création où se côtoient une multitude d’écoles photographiques, qui caractérisent pour l’essentiel l’exceptionnelle collection réunie par l’historien et collectionneur Christian Bouqueret.

 

 bouqueret_Guillot3

 

 Auteur de nombreux ouvrages thématiques consacrés à l’histoire de la photographie tels que Des années folles aux années noires, la nouvelle vision en France, Histoire de la photographie en images et d’ouvrages monographiques sur Laure Albin-Guillot, Raoul Ubac, Germaine Krull, Roger Parry, René Zuber, Jean Moral…, Christian Bouqueret dévoile sa propre collection pour l’exposition qui sera présentée à l’Hôtel de Sully.

 

 bouqueret_Sougez1

 

Ce projet, la première exposition d’une telle ampleur sur cette période charnière, rassemble une sélection de plus d’une centaine de vintages d’une quarantaine de photographes ayant travaillé à Paris entre 1920 et 1939 ainsi que plusieurs documents originaux (revues, livres).

 

 AlbinGuillot_Narcisse

 

 Elle propose un regard érudit et passionné sur la richesse formelle de cette « nouvelle vision photographique en France ».

 

bouqueret_Kollar

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

Jeu de Paume – Hôtel de Sully – 62, Rue Saint-Antoine – 75004 Paris – Métro : Saint Paul (ligne 1) et Bastille (lignes 1, 5, 8) – Bus : 69, 76 – Renseignements : 01.42.74.47.75 – Du 10 Février au 24 Mai 2008 - Mardi à vendredi : 12h à 19h Samedi et dimanche : 10h à 19h Fermeture le lundi Fermeture des caisses 30 minutes avant la fermeture du bâtiment Fermeture des salles 5 minutes avant la fermeture du bâtiment Fermeture le 25 décembre, le 1er janvier, le 1er mai, le 1er novembre et le 11 novembre – Tarifs: Entrée : 5 €  – Tarif réduit : 2,50 € La vente des billets se termine une demi-heure avant la fermeture des espaces d’expositions. Les « mardis jeunes » : entrée gratuite pour les étudiants et les moins de 26 ans le dernier mardi de chaque mois, de 17h à 19h

12

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne