Blogs en déliquescence

stops aux blogs débiles

 

 

                       Quelle fut ma surprise lorsque je découvris en furetant sur les blogs de mes congénères dans la rubrique « littérature, poésie » quantités de blogs certes se gaussant d’afficher un nombre indécent d’articles « 500, 600 voir 1000″ et de constater que ces « soit-disant » articles pour la plupart ne sont qu’une photo modestement affichée affublées d’une petite phrase « J’kiffe trop » et pour beaucoup n’ayant aucun rapport avec ladite littérature. Je comprends mieux alors que la moitié de nos chérubins arrivent en sixième sans savoir écrire et lire correctement et « le vieux con » que vous pensez en votre for intérieur en lisant ces quelques lignes en est tout dubitatif. Est-ce que la vocation d’un blog est d’afficher 2 lignes sommaires sans contenu particulier afin de cumuler le plus grand nombre d’articles pour se retrouver sur le podium de la productivité ou est-ce la possibilité de mettre dans un Français correct ses écrits, ses aspirations avec un contenu conséquent (pas forcément au goût de tous, j’en conviens) sensé refléter notre plaisir de les partager avec le plus grand nombre? La question est posée…..



Saint-Sulpice vous souhaite la bienvenue

saintsulpice.jpg

                                Chers lectrices et lecteurs. Merci d’être venu à moi. Vous avez désormais à votre disposition de quoi satisfaire vos goûts du moins je l’espère.

                                Comme le disait fort justement notre regretté Pierre Desproges  » On peut rire de tout mais pas avec tout le monde ».

                               J’ai conscience que mon humour n’est pas forcément « grand public » mais ne désespère pas de rallier celui-ci à ma cause….. Bonne lecture et n’hésitez pas à laisser vos commentaires. Merci par avance.

 

 La liste complète des articles est à votre disposition dans l’Index Général

 

chronique - chronique de l’absurde – chronique du quotidien - chronique sadique - chronique satirique - chronique tendre – coup de coeur - coup de gueule - coup de pouce - information - belles architectures les bonnes adresses - les petits refuges - Paris d’antan - photographiesle cruel tableau d’honneur les expositions-  les Livres - le cinéma - Augustes personnages - Le bonnet d’âne - Le bonnet d’or – les mots rares -

                    

            

A bientôt,

Saint-Sulpice

 

Post-Scriptum: Toutes les chroniques sont déposées et protégées légalement par le SNAC ( Syndicat national des auteurs-compositeurs) 

Article L. 111-1 du Code de la propriété intellectuelle :  L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul  fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif  et opposable à tous.  Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral,  ainsi que des attributs d'ordre patrimonial [...].
Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle :  L'auteur jouit, sa vie durant du droit exclusif d'exploiter son oeuvre  sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire.  Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants-droits  pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent.



La messe

       Messe devant Pie XI à la Chapelle Sixtine        

 

                    D’aspect extérieur, la petite église de Saint-Lambert de Vaugirard en cette belle journée printanière m’a fait penser à ses petits clochers de province autour desquels la vie s’écoule paisiblement. Et si j’allais à la messe, me dis-je. Me voilà à l’intérieur de l’édifice et si je préfères plutôt une bonne vieille messe en Latin ( L’habitude….) Je me réjouis d’avance néanmoins pour une fois d’assister à une bonne petite messe en Français (soyons moderne!). Le brave curé à la naturelle tonsure monastique, fort sympathique, vient saluer une à une ses ouailles. Je ne le savais pas mais cette messe allait se révéler fort pittoresque. Une rangée devant une mère de famille et ses deux petites filles. Devant mon siège une vieille bigote. L’église est quasi-remplie ( à ce sujet je n’ai jamais vu dans mes pérégrinations liturgiques d’églises vides. Quid de la pénurie orchestrées par les média????)

                       Le bon curé nous explique que nous sommes ce soir réunis autour de beaux chants que les « jeunes de l’aumônerie » ont choisis et qu’une d’entre-eux va chanter. Et là ce n’est plus à une messe que j’ai assisté mais à une comédie musicale de bas étage. La pauvre chanteuse bougeant frénétiquement son bras tel un chef d’orchestre chantait si faux que mes oreilles en furent toutes retournées et les braves fidèles se regardèrent plus dubitatifs les uns que les autres. Les chants étant entrecoupés par des lectures de l’évangile hésitantes récitées par les jeunes ados fervents de ladite aumônerie. Le curé lui empreint de compassion ne laissa pas poindre son désespoir. N’était-t’on pas dans la maison de Dieu là où plus qu’ailleurs tous les miracles sont possibles! Eh croyez-moi que plus intensément que devant un tirage de loterie, je l’ai souhaité de toutes mes tripes ce miracle. Mais les voix de Dieu son impénétrables et peut-être avait-t’il ce jour là un problème d’audition. La jeune femme persuadée d’être au stade de France devant 80.000 spectateurs déchaînés redoubla d’énergie dans ses médiocres gammes. Ne doit t’on pas en bon catholique faire preuve de tolérance? Certes! mais là mes limites furent vite atteintes et devant le ridicule de la situation j’eu du mal à réprimer un léger fou rire qui eu pour effet immédiat de déclencher les foudres de la vieille bigote placée devant moi. L’aïeule ne savait d’ailleurs plus où donner de la tête pestant contre les deux gamines qui s’étaient endormies sur les genoux de leur maman deux sièges plus loin et qui ronflaient allégrement assommées par tant de vacarme et un jeune couple un peu plus loin qui tentaient désespérément de faire taire leur bambin traumatisé à jamais par la voix fausse de la chanteuse. 

                         A ma droite un jeune asiatique ressemblant à un personnage de Manga lui se mit à déguerpir dès que la personne en charge de la quête tenta de s’approcher de lui. Les deux petites ronflaient de plus belle. Le bambin lui fit l’objet d’une évacuation d’urgence et la bigote n’en pouvant plus depuis longtemps était à genoux dans l’allée centrale priant tous les saints de la délivrer de ce capharnaüm pendant que le gentil curé s’époumonait à tenter d’être entendu sans la présence du moindre micro à ses côtés. Arriva la communion et cet étrange rituel chez les fidèles de la messe en Français que de « se transmettre la paix du Christ » par de vigoureuses ou flasques poignées de main et embrassades baveuses. Quel fut mon soulagement lorsqu’une heure plus tard je franchissais le perron de la brave chapelle pour partir vers mon destin. C’est dit je retournerai à la messe en Latin, c’est plus calme!!!!!  



Sous l’occupation….

  Sous l'occupation.... dans chronique satirique 4-le-releve-de-la-garde-1941-credit-andre-zucca_bhvp_roger.1207593307                                   

 

 

                      Que fut ma tristesse lorsque je vis sur mon récepteur de télévision un triste matin de décembre dernier, la seyante mire télévisuelle gouvernementale à savoir Roselyne Bachelot pour ne pas la nommer. Cette brave femme, ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports( vous vous gaussez! Moi aussi) annonca la suppression de la cigarette dans les bars, tabacs, restaurants et autres lieux de convivialités publics!!!! Je fus violemment aveuglé par cette tonitruante nouvelle. Cet aveuglement d’ailleurs se reproduit invariablement à chacune de ses apparitions, non pas que sois ébloui par sa grâce, ni par son élocution, encore moins par son allure mais parce que ses tenues aux couleurs éclatantes pour rester poli me créent d’intenses et soudaines migraines.( j’ai désormais une paire de lunettes de soleil à proximité sur ma table basse à forte protection contre les uv que je saisis promptement dès qu’elle apparaît sur mon écran)

                               Fini donc les volutes de fumée dont je me faisais un malin plaisir d’envoyer jusqu’au plafond des établissements, nombreux d’ailleurs!, que je fréquentais. Terminé les cendriers que parfois malhonnêtement l’on pouvait glisser dans sa poche ou son sac, souvenirs de notre passage ou compensation d’un service mal exécuté. Désormais hormis « mon petit guide des terrasses de café bien chauffées » que je créasse avec application, j’ai bien du mal à assouvir ma coupable passion. Eh oui des relents de Maccarthysme parfument nos villes et villages. C’est donc cette chère Roselyne qui dix ans auparavant était membre d’une commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à « la loi contre l’exclusion » qui nous porta, à nous pauvres cancéreux en puissance, le coup de grâce fatal, la relégation, l’exil. Aujourd’hui fumer dans quelque endroit public relève de la gageure! Vous souvenez-vous de cette période de l’occupation où dès que le couvre-feu fut imposé les patrons de cafés drapaient la devanture de leur établissements pour ne pas être repéré par les avions alliés? Eh bien voilà qui se reproduit. Certains irréductibles gaulois amoureux éperdues de leurs petites gauloises une fois la nuit tombée baissent les rideaux de leurs cafés pour sous le prétexte de soirées privées continuer à perpétuer le culte du mégot écrasé dans le cendrier en milieu fermé. D’autres n’hésitent pas à « surtaxer » de 2 euros le prix des consommations créant par la même une cagnotte destinée à régler le montant des amendes en cas de contrôle! Si l’air des brasseries s’est éclairci, la file d’attente dans nos hôpitaux et dispensaires en période hivernale pour cause  »d’angine, de bronchite ou autre coup de froid » a sensiblement augmenté. Ce que l’on gagne d’un côté est immédiatement reperdu de l’autre. Je crains bientôt que nous soyons victimes d’une certaine délation comme le furent nos ainés pour d’autres raisons sous Vichy. Le Français (pas tous je vous rassure) aime par nature dénoncer son prochain (pas bien!!!).

                                C’est donc la tête baissée que désormais j’arpente les rues de notre belle Capitale me retournant de temps en temps pour voir si par mégarde je ne serai pas suivi par quelques miliciens prêt à me rafler à la première cigarette allumée. Les non-fumeurs sont désormais comme des poissons derrière un bocal et nous les fumeurs comme de vieilles plantes vertes remisées à l’extérieur qu’il vente, pleuve, neige ou grêle!  Et voilà que non contents d’avoir bouté « les dents jaunes » dehors nos concitoyens allergiques se mettent à pester contre l’occupation abusive des terrasses par notre confrérie et un député que je ne nommerai pas viens d’avoir l’ingénieuse et diabolique idée de vouloir présenter à l’Assemblée Nationale prochainement un projet de loi visant à nous chasser définitivement intérieur & extérieur dédits établissements. Mais je m’en adresse au bon peuple Français: Que diable va t’il nous rester? Nos domiciles ou les quelques bancs encore disponible déjà pour la plupart squattés par d’autres parias de notre société « les sans abris »! Il ne nous reste plus que les bons vieux films du « cinéma de minuit » pour nous souvenir de cette période bénite où dans l’insouciance la plus totale, nos aïeuls fumaient avec allégresse dans nos petits bistrots et restaurants de quartier. Une page de notre histoire vient de se fermer…….. 

Bien à vous,

Saint-Sulpice



1...359360361362363...365

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne