La Canebière des années 30 – Marseille – France

La Canebière des années 30 - Marseille - France dans Photographies de la France d'autrefois belges-old 

Le début de la Canebière du côté du vieux port – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-entree-1930 dans Photographies de la France d'autrefois

La Canebière dans les années 1920 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-Byrrh

La Canebière dans les années 1920 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

can4-old

Angle rue Saint-Férréol et la Canebière  – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

Bourse-old

Le « Grand café glacier » datant de 1866 ( remplacé par Air France en 1962 ) – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

Canebiere1-old

Palais de la Bourse – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-Bourse1

Palais de la Bourse – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-bourse3-1914

Palais de la Bourse – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

la-bourse-old

Le square du Palais de la Bourse (rebaptisé Alexandre 1er, assassiné à cet endroit, puis Charles de Gaulle) a été inauguré en 1860 Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-cafe-riche

« Le café Riche » – La Canebière – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-cafe-riche-1918

C’est au niveau du « Café Riche » que se terminait la Canebière en 1928 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-cafe-riche3

La Canebière en 1928 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-Commerce

Le Café du Commerce (Agence Havas à partir de 1931) et le Café Glacier, à l’angle de la rue Canebière et de la rue Paradis – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-cannebire-ht

Vue plongeante sur la Canebière -  Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-canneb

A gauche, le Phocéac, cinéma apparu en 1940, et futur magasin « Baze » en 1961 -  Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

can3-old

La rue Noailles constituait à l’époque la deuxième actuelle partie de la Canebière -  Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

Canebiere2-old

Rue Noailles – Magasin « les nouvelles galeries » inauguré en 1901 et détruit par un incendie en 1938  – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-nlle-galeries

Les Nouvelles Galeries face au Grand Hôtel, dans les années 30 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

X-nx-bureaux

Les Nouvelles Galeries  – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

can2-old

Les allées de Meilhan forment la troisième partie de l’actuelle Canebière – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

le-francais-old

Cinéma « Le Français » – Allées de Meilhan  – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

mobiles2-old

Perspective sur le monument « des mobiles » – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

mobiles1-old

Le monument des Mobiles, édifié en 1894 en l’honneur des soldats morts pour la Patrie en 1870 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

Reformes%201%20old

L’église Saint-Vincent de Paul, dite des Réformés a été consacrée en 1888 – Crédit photo: Vieuxmarseille.com

N

N

Historique de la Canebière

N

La Canebière ou anciennement Cannebière (en occitan provençal : la Canebiera selon la norme classique ou la Canebiero selon la norme mistralienne) est une rue du centre de Marseille mesurant 1 000 mètres, qui va des Réformés au Vieux Port et englobe, depuis 1927, la rue Noailles et les allées de Meilhan.

A l’origine, un talweg y collecte les eaux des sources Saint-Bauzile, de Reynier, du Loisir et de la Poussaraque ainsi que les eaux de pluie descendant du plateau Longchamp et de la plaine Saint-Michel. Les eaux se perdent dans les marais qui occupent le bas de la Canebière, entre l’actuel quai des Belges et la place Charles-de-Gaulle.
Dés le Xe siècle, le lieu prend le nom de plan Fourmiguier.

En 1296, le comte de Provence, Charles II obtient de la ville une concession afin d’y installer des chantiers navals. Au XVIIe siècle, le roi Louis XIV ordonne l’extension de la ville, ainsi que l’installation de l’Arsenal des galères. Celui-ci s’installe sur le plan Fourmiguier, les constructeurs déménagent alors sur la rive sud-est du port, les cordiers s’installent sur la rue Corderie.

En 1666,  les remparts sont détruits et la commercialisation des terrains des nouveaux quartiers commence. Nommée initialement rue Saint-Louis par le promoteur du projet, la première mention du nom de Canebière apparaît, le 23 avril 1672, dans une délibération du Conseil tenu par le Bureau des Affaires de l’Agrandissement chargé de vendre les terrains, de dresser et faire exécuter les plans d’urbanisation.

A l’origine, la rue est comprise entre le cours Saint-Louis et l’arsenal des Galères. D’une longueur de 250 mètres pour 11 mètres de large, elle est bordée au sud par le petit Jeu de Mail, version ancienne du jeu de croquet.
Les premières maisons (aujourd’hui détruites) s’élèvent dès 1671 à l’angle de la Canebière et du cours Belsunce.
En 1727, des rangées d’arbres sont plantées transformant la rue en promenade. C’est là que se tiennent les marchés aux fruits et légumes, mais c’est également là qu’est installé le pilori qui sert à exécuter les hautes et basses oeuvres.
Entre 1743 et 1751 sont construits les immeubles compris entre la rue Saint-Ferréol et le cours Saint-Louis. Des commerces de luxe s’installent (parfumeur, librairie, confiseur, etc.)
Des trottoirs sont aménagés en tiercenaux, briques pleines posées sur chant.
En 1785, l’arsenal des galères est désaffecté permettant le prolongement de la Canebière jusqu’au Vieux-Port.
Pendant la révolution, la guillotine est installée à hauteur de la place Charles-de-Gaulle. En 1853, certains des immeubles sont détruits, frappés d’alignement.
En 1854, commence la construction du Palais de la Bourse qui héberge la Chambre de Commerce. Celle-ci, créée en 1599 par les marchands, siégeait jusqu’alors à l’Hôtel de Ville.
En 1857, le Conseil municipal décide que la Canebière aura 30 mètres de large. Les maisons sont démolies et on en reconstruit d’autres dont la majorité subsiste encore aujourd’hui.
De 1857 à 1927, la rue s’appelle Cannebière

La rue de Noailles s’est créée en même temps que la Canebière, en 1666. Située entre le cours Saint-Louis et la porte des remparts, elle est habitée par des grandes familles qui lui donnent ainsi son premier nom, rue des Nobles
Le constructeur de galères, Jean-Baptiste Chabert, y construit un hôtel particulier qu’il loue à Jacques de Noaille, lieutenant des galères. Son nom reste attaché à la rue, à la place qui la prolonge et à la porte des remparts.
En 1859, le conseil municipal vote l’élargissement de la rue qui passe de 8 mètres à 30 mètres. Pour le permettre, les belles demeures des nobles ayant donnés son premier nom à la rue, sont détruites. Néanmoins, la maison sise à l’angle du cours Saint-Louis n’est pas détruite mais seule sa façade est refaite pour être dans l’alignement.
En 1863 sont construits l’hôtel du Louvre et de la Paix, le Grand Hôtel de Noailles et le Grand Hôtel.
Hôtel du Louvre et de la Paix : Ce palace abrite 179 chambres et des salons privés. Il accueille, en autre, Mark Twain en 1867, Camille Flammarion ou l’empereur du Brésil Pedro II. Cet immeuble est occupé, de 1941 à 1977, par la Marine nationale. La façade est ornée de 4 statues qui tiennent chacune dans la main les symboles d’un des quatre continents. Les étages portent les blasons des nations européennes, celui de l’Autriche-Hongrie est détruit pendant la guerre de 1914-1918. La façade, la toiture, l’escalier et au rez-de-chaussée, deux salons : le mess des officiers et la salle de conférence sont classées monuments historiques depuis le 8 juin 1982.
Le Grand Hôtel. Construit sur une partie de l’hôtel particulier que Jean-Baptiste Chabert avait construit et qu’il louait au lieutenant des galères Jacques de Noailles, il est situé à l’angle de la cours Garibaldi. Il accueille nombres de célébrités dont Gandhi en 1931. Charles Trenet y fait ses débuts dans le cabaret de l’hôtel. Fermé dans les années 1990, il est transformé en commissariat central.
le Grand Hôtel de Noailles construit lui aussi sur l’emplacement de l’ancien hôtel de Jean-Baptiste Chabert est devenu le siège d’une banque.

Hors les murs de la ville, les plans d’agrandissement de la ville prévoit une promenade nommée les allées de Meilhan, créée en 1733, elle longe le couvent des religieuses de la pénitence du tiers ordre de Saint-François ou Lyonnaises qui donne son premier nom à la promenade. Avec l’aide de Gabriel Sénac de Meilhan, intendant de Provence, les allées sont terminées an 1775. Elles prennent alors son nom en remerciement.
Lieu de promenade, un kiosque à musique et des guinguettes y sont installés permettant les banquets et réunions politiques.

De nombreuses foires s’y déroulent :

  • de 1839 à 1860, la foire Saint-Lazare, transférée sur la place Saint-Michel (auj. place Jean-Jaurès, dite la Plaine).
  • à partir de 1850, la foire aux herbes et plantes aromatiques, devenue depuis, la foire à l’ail et aux tarraïettes.
  • en 1883, la foire aux santons qui se tenait depuis 1803 sur le cours Saint-Louis se tient pour la première fois sur les allées de Meilhan à l’occasion de Noël.

Dans les allées, se trouve la source de la Poussaraque. Lors de la construction du parking des allées Léon-Gambetta, une chambre de récupération datant du XVIIIe siècle a été mise au jour. Celle-ci recueillait toutes les eaux des sources environnantes (Saint-Bauzile, Reynier, Loisir, Poussaraque) ainsi que les eaux de pluie descendant du plateau Longchamp. Elles étaient conduites à travers un collecteur jusqu’au Grand Puits situé à proximité du Cours Belsunce.

Les Augustins réformés, installés à Marseille depuis 1605, construisent leur couvent dans le quartier Saint-Bauzille en 1611. La chapelle est détruite le 30 novembre 1869, après la construction de l’église Saint-Vincent-de-Paul, dite des Réformés.

Face à l’Église, depuis 1894, se trouve le monument des Mobiles, œuvre du sculpteur Constant Roux et qui commémore les soldats de la garde mobile, corps de réservistes mobilisé par le gouvernement pendant la guerre franco-allemande de 1870.

Les allées de Meilhan seront nommées successivement :

  • Cours des Lyonnaises
  • Allées de Meilhan
  • Champ du Dix-Août, sous la Révolution française
  • Allées de Meilhan, début XIXe siècle
  • Canebière depuis 1927

En 1927, le conseil municipal décide de réunir les trois rues et de leur donner le nom unique de Canebière. Il décide également supprimer le mot rue. La numérotation est modifiée partant désormais du quai des Belges.
Le 9 octobre 1934, face au palais de la Bourse, le roi Alexandre Ier de Yougoslavie et le ministre français des Affaires Etrangères, Louis Barthou, sont victimes d’un attentat commis par un nationaliste macédonien.
Le 28 octobre 1938, l’incendie du magasin Nouvelles Galeries entraîne la mort de 73 personnes. Suite à cet incendie, le maire, Henri Tasso, est destitué ; Marseille est mise sous tutelle et dotée d’un administrateur extraordinaire. Le Corps municipal des sapeurs-pompiers de la ville de Marseille qui n’a pas su maitriser le sinistre est dissout et le bataillon de marins-pompiers est créé, le 29 juillet 1939, pour le remplacer et protéger la ville.

L’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), la faculté des Sciences économiques et de gestion et la faculté de Droit sont installés sur la Canebière.

Le 30 juin 2007 voit le retour du tramway.

À l’angle de la Canebière, du cours Saint-Louis et du cours Belsunce se trouve le point zéro de Marseille permettant le calcul de la distance de Marseille à Paris, ainsi que le numérotage des immeubles.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice



La Côte d’Azur d’autrefois…

 La Côte d'Azur d'autrefois... dans Photographies de la France d'autrefois vacances-d-autrefois-cannes-france-1057254635-1318412

En cette période estivale, découvrons quelques clichés représentant la Côte d’Azur au cours de la première moitié du XXème Siècle encore préservée, non bétonnée, réelle, vivante, chantante…

 

nice-446539 dans Photographies de la France d'autrefois

 De Toulon à Menton, découvrez à quoi ressemblaient les stations balnéaires de la côte varoise et de la Côte d’Azur avant 1970. A Nice, les yachts luxueux n’étaient pas légion au début du XXe siècle. De petits voiliers occupaient alors le port niçois.

croisette-cannes-446467

Dès la seconde moitié du XXe siècle, Cannes acquiert une renommée internationale, notamment grâce à la création du Festival de Cannes en 1946. La Croisette devient alors le repère des stars. © DR / Archive de Mary Thiebot

juan-les-pins-446525

Dans les années 1930, Juan-les-Pins devient peu à peu une station balnéaire connue des touristes français comme étrangers. Sa situation idéale, entre Cannes et Nice, et la construction de son casino y sont pour beaucoup. © DR / Archive de Helene Boisquet Cassagne

ile-port-cros-446523

C’est pendant l’entre-deux guerres que l’île de Port-Cros se fait connaître. Marcel et Marceline Henry s’y installent en 1921 et d’autres intellectuels suivent peu après. Dans un souci de préservation de la nature, l’île a été classée Parc National en 1963. © DR / Archive de Martine Rimbaud

rade-toulon-446547

La rade de Toulon a toujours été liée à l’arsenal militaire de la ville varoise. C’est ici que l’on trouvait la majeure partie des forces navales françaises. C’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. © DR / Archive de Mauricette Potier

saint-jean-cap-ferrat-446554

La villa Île-de-France témoigne de l’intérêt que les familles fortunées ont voué la côte d’Azur dès la fin du XIXe siècle. Cette bâtisse a en effet été construite vers 1910 sur la presqu’île de Saint-Jean-Cap-Ferrat par Béatrice Ephrussi de Rothschild. © DR / Archive de Danielle Génard

monaco-446480

Enclavée entre Nice et la frontière italienne, la principauté de Monaco est devenue une station balnéaire particulièrement renommée après le mariage du Prince Rainer et de Grace Kelly en 1956. © DR / Archive de Liliane Paingaud

saint-tropez-446551

Dans les années 1950, la révolution du tourisme de masse est en marche et Saint-Tropez est déjà investie des campeurs. Les stars de la Nouvelle Vague puis des Yéyés en feront également leur lieu de villégiature préféré et Saint-Trop’ deviendra le repère de la jet-set mondiale qu’il est aujourd’hui. © DR / Archive de Michelle Becquet

promenade-anglais-446544

C’est vers 1930 que la Promenade des Anglais et son front d’immeubles investissent Nice. La cité de villégiature devient alors une destination très touristique. © DR / Archive de Mary Thiebot

lavandou-446477

Dans les années 1960, Le Lavandou est déjà une station balnéaire très fréquentée de la côte méditerranéenne. © DR / Archive de Martine Gaulon

bains-mer-a-nice-446421

Même avant de devenir une attraction touristique mondiale, Nice accueillait de nombreux curistes adeptes des bains de mer vivifiants. © DR / Archive Danièle Thomas

port-bandol-446435

Marcel Pagnol, Fernandel ou encore Aldous Huxley, firent de Bandol une cité de villégiature très en vogue. Dans les années 1930, le nombre de bateaux amarrés dans le port varois n’était pas très important. © DR / Archive de Helene Boisquet Cassagne

casino-nice-446484

Aujourd’hui détruit, le casino de la Jetée-Promenade était autrefois construit sur pilotis, au pied de la Promenade des Anglais. © DR / Archive de Gérard Faugère

plage-cannoise-446503

Pendant l’entre-deux guerres, Cannes était déjà apprécié des amateurs de bronzette et de baignade. A en juger par le nombre de parasols ouverts sur cette plage. © DR / Archive de Guy Jamin

transports-nicois-446496

Ni limousine, ni voitures de sports, Nice voyait seulement passer quelques voitures à cheval à la fin du XIXe siècle. © DR / Archive Danièle Thomas

iles-d-or-446472

Situées au large de Hyères, les îles d’Or ont de tous temps été épargnées des infrastructures touristiques, notamment grâce à la création du Parc National de Port-Cros en 1963. © DR / Archive de Martine Rimbaud

roquebrune-cap-martin-446452

Située entre Monaco et Menton, Roquebrune Cap-Martin est fréquentée, dès le XXe siècle, par la noblesse européenne. D’autres personnalités, telles que Le Corbusier, Rodin ou Coco Chanel, tomberont sous son charme dans la première moitié du XXe siècle. © DR / Archive de Guy Jamin

hyeres-446521

En 1950, Hyères semble déjà bien appréciée des estivants. Dès le début du XXe siècle, la petite ville varoise était devenue une cité de villégiature pour la noblesse britannique. © DR / Archive de Martine Gaulon

baie-anges-446499

C’est pendant la première moitié du XXe siècle que Nice voit se construire les nombreux immeubles en front de mer, tout le long de sa baie des Anges. © DR / Archive de Gérard Faugère

carqueiranne-446459

Entre Toulon et Hyères, Carqueiranne affiche un port particulièrement paisible dans les années 1960. Les bateaux y sont plus nombreux aujourd’hui. © DR / Archive de Danielle Goubaux

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Le France – Fleuron des mers!

 Le France - Fleuron des mers! dans Photographies de la France d'autrefois

Arrivée du « France » à New-York

  dans Photographies de la France d'autrefois

 

 Voici un document « exceptionnel retraçant du début jusqu’à la fin l’histoire fabuleuse, l’épopée d’un « monstre des mers », d’une partie de l’âme de la France et des Français, d’un fleuron de la technologie « moderne », du plus beau, plus majestueux, plus noble, plus luxueux des navires de l’époque, Le France.

 

Vous serez transporté dans l’histoire de ce navire mythique, guidés par une chronologie complète et agrémentée de plus de 130 photos du « transatlantique France » et de sa triste reconversion en « Norway ». Vous vivrez comme si vous y étiez son inauguration, ses différentes transformations en passant par sa relégation sur le quai de l’oubli.

 

Allez jusqu’au bout même si cela peut vous sembler long car les photos ne sont pas toujours ( volontairement ) dans un ordre chronologique. Enfin pour terminer vous aurez droit au « France » en chiffre!

 

Bonne visite,

Saint-Sulpice

 

 

France – Le grand-salon

France – La piscine des premières classes

France – Le bar

France – Cabine de première classe

France – Les cuisines

France – Pont-promenade intérieur

Chronologie du France:

25 Juillet 1956
Signature de la commande du paquebot « G 19″ pour les Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire (44).

7 Octobre 1957
Pose de la première tôle de la quille.

11 Mai 1960
Le Lancement et baptême du navire par le général de Gaulle et Mme de Gaulle,
la marraine du paquebot.

19 Novembre 1961
Départ de Saint-Nazaire pour les essais au large de Belle-Ile.

23 Novembre 1961
Arrivée du paquebot au Havre, son port d’attache, Quai Johannès Couvert.

7 Janvier 1962
Première traversée de la Manche et essais d’accostage à Southampton.

11 Janvier 1962
Inauguration officielle par le premier Ministre Michel Debré.

13 Janvier 1962
Bal des Petits Lits Blancs à bord au profit d’oeuvres charitables

19 au 27 Janvier 1962
Croisière inaugurale aux Canaries avec sa marraine Mme de Gaulle

3 Février 1962
Départ du premier voyage transatlantique Le Havre – New York.

8 Février 1962
Arrivée triomphale à New York, accostage au Pier 88.

13 Février 1962
Premier départ de New York.

8 Février 1962
Arrivée triomphale à New York, accostage au Pier 88.

28/07 au 10 Août 1962
Travaux techniques au Havre : Changement de 2 hélices, modification du bulbe et agrandissement de la salle à manger 1re classe.

12 Septembre 1962
Présentation à bord du film « Two tickets to Paris ».

28 Septembre 1962
50 000 passagers.

14 Décembre 1962
Voyage de Mona Lisa « la Joconde » pour New York.

21 Décembre 1962 au 2 Janvier 1963
« Croisière de Noël et du Jour de l’An » aux Antilles.

14 Janvier 1963
Travaux d’entretien et peinture de la carène au Havre.

8 Février 1963
Départ pour la « Croisière de Rio » via New-York.

10 Avril 1963
Première visite public au Havre.

20 Décembre 1963
Départ de la « Croisière de Noël » de New-York.

9 Janvier 1964
Travaux d’entretien et peinture de la carène et coque au Havre.

4 Février 1964
Départ du Havre pour la croisière « Plein Soleil et Joie de Vivre » à Dakar.

26 Février 1964
Départ croisière « Leap Year Cruise 1964″ aux Antilles de New-York.

12 Mars 1964
Départ pour la « Croisière du Printemps » de New-York.

5 Juin 1964
Départ du Voyage du Centenaire de la ligne « Le Havre – New-York ».

16 Juillet 1964
50e voyage Transatlantique Aller/Retour.

23 Décembre 1964
Départ de la « Croisière de Noël » de New-York.

Janvier 1965
Arrêt technique au Havre.

Gastronomie

9 Février 1965
Départ de la Croisière « Lincoln Birthday » de New-York.

Detente

20 Février 1965
Départ de la Croisière « Washington » de New-York.

6 Mars 1965
Départ de la Croisière « Méditérranée » de New-York.

20 Mars 1965
Visite du paquebot en escale au Pirée par le Roi et la Reine de Grèce.

31 Mars 1965
Départ du « Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

24 Juin 1965
200 000e Passagers.

4 Novembre 1965
Départ du Havre du tableau de Monet « Portrait de Mallarmé »

11 Novembre 1965
Départ de la Croisière « Joie de Vivre » de New-York.

21 Décembre 1965
Départ de la « Croisière de Noël » du Havre.

Tahiti

28 Janvier 1966
Départ de la Croisière « Opération Sunshine » de New-York.

Canaries

14 Février 1966
Départ de la Croisière « Carnaval de Trinitad » de New-York.

Caraibes

5 Mars 1966
Départ de New-York pour Cannes.

Paques

13 Mars 1966
Visite du paquebot en rade de Monaco par les souverains monégasques.

Mediteranee

14 Mars 1966
Départ de la Croisière « Méditérranée » de Cannes.

31 Mars 1966
Départ du « Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

26 Avril 1966
Débarquement de 125 tableaux américains au Havre.

DiapoV1

30 Septembre 1966
1re escale à Boston.

DiapoV2

10 Novembre 1966
Départ de la Croisière « November to remember » de New-York.

DiapoV3

30/11 au 20/12/1966
Arrêt technique au Havre.

DiapoV4

20 Décembre 1966
Départ de la Croisière « Noël et Jour de l’An » du Havre.

DiapoV5

12 Janvier 1967
Départ de la Croisière « Clair de Lune » de New-York.

DiapoV6

27 Janvier 1967
Départ de la Croisière « Toujours Fête » de New-York.

DiapoV8

8 Février 1967
Départ de la Croisière « Calypso in Trinitad » de New-York.

DiapoV7

25 Février 1967
Départ de la Croisière « Mer et Soleil » de New-York.

DiapoV9

17 au 20 Mars 1967
« Week-end en Mer » du Havre à Cannes.

DiapoV10

1er Avril 1967
Départ de la Croisière « Avril en Méditerranée » de Cannes.

14 au 17 Avril 1967
« Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

N80-Vue

4 Mai 1967
Premier départ sur le Canada et Québec avec à bord l’expo « France/Canada ».

N80-NomG

13 au 26 Juillet 1967
Voyage à l’occasion de l’Exposition Internationale de Montréal.

N80-MatRadar

7 au 12 Août 1967
Arrêt technique au Havre.

N80-Arriere

30/10 au 13/11 1967
« Gaïté Parisienne », départ de New-York.

N80-Arriere2

20/11 au 12/12/1967
Arrêt technique au Havre.

N80-Arriere3

21/12/1967 au 3/01/1968
« Noël Caraïbe », départ de New-York.

N80-PiscineArriere

5 au 12 Janvier 1968
Croisière « Michelin ».

N80-PiscineCentre

13 au 24 Janvier 1968
Croisière « Joie de vivre tropicale », départ de New-York.

N80-Avant

26/01 au 7 Février 1968
Croisière « Sourire Créole », départ de New-York.

9 au 23 Février 1968
Croisière « Sortilège des Iles », départ de New-York.

24/02 au 12/03/1968
Croisière « C’est Magnifique », départ de New-York.

23 au 29 Mars 1968
« Mini Croisière » de le Havre/Cannes.

30/03 au 12 Avril 1968
Départ de Cannes de la Croisière « Méditerranée ».

13 au 16 Avril 1968
« Week-end en Mer » de Cannes au Havre.

9 au 20 Août 1968
Tournage du film « Le Cerveau » entre le Havre et Southampton puis à New-York.
Scène célèbre de « France » entrant à New-York avec la statue de la liberté dréssée sur la cale N° 1.

12 au 26 Octobre 1968
Départ de la Croisière « Gaïté Parisienne » de New-York.

26/10 au 5/11 1968
Départ de la Croisière « Gaïté Parisienne » de New-York.

12/11 au 6/12/1968
Arrêt technique au Havre.

20 Décembre 1968 au 2 Janvier 1969
Croisière « Noël aux Caraïbes », départ de New-York.

3 au 10 Janvier 1969
Croisière « Toujours la Fête », départ de New-York.

11 au 23 Janvier 1969
Croisière « Joie de vivre tropicale », départ de New-York.

PiscineArriere

24/01 au 7 Février 1969
Croisière « Sourire Créole », départ de New-York.

GreatOutDoor

8 au 24 Février 1969
Croisière « Carnaval à Trinidad », départ de New-York.

SalonInternational2

23/02 au 5 Mars 1969
Croisière « Mer et Soleil », départ de New-York.

SalonInternational

6 au 17 Mars 1969
Croisière « C’est Magnifique », départ de New-York.

SportsCafe

24 Mars au 1er Avril 1969
« Mini Croisière N°1″ de le Havre/Cannes.

SalonWindjammer

2 au 8 Avril 1969
« Mini Croisière N°2″ en Méditerranée.

SagaTheatre

9 au 29 Avril 1969
« Croisière Impériale »
à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Napoléon.

LeCasino

30 Avril au 6 Mai 1969
« Mini Croisière N°3″ de Cannes au Havre.

SalonNorthCape

10 au 21 Octobre 1969
« Mini Croisière » du Havre/Bremerhaven.

LeBistro

30/10 au 12/11 1969
Croisière « Caraïbes », départ de New-York.

Dazzles

18/12/1969 au 2/01/1970
Croisière « Noël Caraïbes », départ de New-York

Leeward

3 au 14 Janvier 1970
Croisière « Michelin » départ de Nassau.

Windward

15 au 28 Janvier 1970
Croisière « Rayon de Soleil ».

RomanSpa

29/01 au 13 Février 1970
Croisière « Vie en Rose », départ de New-York.

Salles%20des%20Machines

14/02 au 19 Mars 1970
Croisière « Trois continents », départ de New-York.

LaPasserelle

20 au 27 Mars 1970
Transatlantique New-York/Cannes via Naples.

PiscineCentrale

28/03 au 7 Avril 1970
« Croisière des Iles » départ de Cannes.

Jaccuzis

8 au 24 Avril 1970
« Croisière Ottomane »

25 au 29 Avril 1970
« Mini Croisière » de Cannes au Havre via Lisbonne.

26 Mai 1970
Inauguration du service sur Bremerhaven.

30/10 au 23/11 1970
« Croisière de la Francophonie » départ du Havre.

23/11 au 15/12/1970
Arrêt technique au Havre.

20/12/1970 au 5/01/1971
« Croisière de Noël » départ de New-York.

6/01 au 15/02/1971
Croisière « Croisière Impériale Africaine », départ de New-York.

16/02 au 3/03 1971
Croisière « Carnaval à Trinidad », départ de New-York.

4 au 16 Mars 1971
Croisière « Midi Cruise », départ de New-York.

17 au 25 Mars 1971
« Croisière Saint-Patrick », départ de New-York.

26/03 au 2/04/1971
New-York-Cannes.

3 au 7 Avril 1971
Croisière « Les deux Siciles », départ de Cannes.

8 au 22 Avril 1971
Croisière « Sur les routes Vénitiennes », départ de Cannes.

20/10 au 1/11/1971
Croisière « Vive la différence ».

2 au 5 Novembre 1971
« Mini Croisière » entre Québec et New-York.

France1

6 au 15 Novembre 1971
Croisière « Automne Caraïbe », départ de New-York.

France2

22/11 au 21/12/1971
Arrêt technique au Havre.

France3

22/12/1971 au 3/01/1972
« Croisière de Noël », départ du Havre.

France4

5/01 au 10/04/1972
« Croisière autour du monde » sur le thème de Jules Verne, départ du Havre.

21 au 27 Avril 1972
« Croisière F.N.T.R. », départ du Havre.

28/04 au 2 Mai 1972
Croisière « Ballade écossaise », départ du Havre.

26/10 au 7/11/1972
« Croisière de la Beauté » Départ New-York.

8 au 18 Novembre 1972
« Croisière de la Nostalgie », départ de New-York.

21/12/1972 au 5/01/1973
« Croisière de Noël », départ du Havre.

6 au 17 Janvier 1973
« Croisière de Boston », départ de New-York.

18/01 au 1/02/1973
Croisière « Financial Cruise », départ de Boston.

2 au 9 Février 1973
Croisière « Two Saints Cruise », départ de New-York.

10/02 au 15/03/1973
Croisière « Fantastic Voyage », départ de New-York.

16 au 30 Mars 1973
Croisière « Southern Hospitality », départ de New-York.

31/03 au 7/04/1973
Croisière « 7 Days Cruise », départ de New-York.

7 au 13 Avril 1973
Transatlantique New-York/Cannes.

14 au 28 Avril 1973
« Croisière de Pâques », départ de Cannes.

29/04 au 12/05/1973
Croisière « Méditérranée Orientale », départ de Cannes.

13 au 21 Mai 1973
Croisière « Ballade Portugaise Ecossaise », départ de Cannes.

1 au 13 Novembre 1973
Croisière « Culinary Cruise », départ de New-York.

19/11 au 21/12/1973
Arrêt technique au Havre.

21/12/1973 au 2/01/74
« Croisière de Noël », départ du Havre.

4/01 au 11/04/74
« Croisière autour du Monde », départ du Havre.

11 au 21 Avril 1974
« Croisière de Pâques », départ de New-York.

22 au 29 Avril 1974
« Croisière du Film », de Boston à Cannes.

30/04 au 8/05/1974
« Croisière des Cyclades », départ de Cannes.

9 au 14 Mai 1974
Croisière « F.N.T.R. », départ de Cannes.

15 au 20 Mai 1974
« Croisière Ibérique », Cannes/le Havre.

19 Juin 1974
Première escale à Cherbourg.

9 Juillet 1974
Annonce de l’arrêt de la subvention du paquebot par l’état.

30 Août 1974
Dernier voyage pour New York.

11 Septembre 1974
Les marins du « France » se mettent en grève et occupent le navire en rade du Havre.

12 Septembre 1974
Annonce de la décision de désarmer le « France » par le gouvernement.

24 Septembre 1974
« France »quitte la rade du Havre pour la rade de St Vasst La Hougue en raison du mauvais temps.

9 Octobre 1974
Le « France » lève l’ancre de la Rade de St Vaast et accoste quai Johannès Couvert
au Havre. L’occupation est terminée mais la grève continue.

30 Octobre 1974
« France » est désarmé !

8 Décembre 1974
Fin de la grève (88 jours).

19 Décembre 1974
« France » quitte le quai Johannès Couvert pour le canal maritime « Quai de l’Oubli ».

29 Avril 1975
« France » est alimenté par branchement électrique à terre et le gardiennage est effectué par équipe de 6 personnes.

23 Novembre 1976
« France » rentre forme VII pour carénage.

24 Octobre 1977
« France » est vendu au milliardaire saoudien Akkram Ojjeh.

21 Septembre 1978
« France » est toujours au Havre, le travaux de transformation devront être effectués sur place.

26 Juin 1979
Le paquebot est revendu à l’armement norvégien Kloster d’Oslo.

31 Juillet 1979
« France » devient « Norway ».

18 Août 1979
« France » quitte le Havre pour les chantiers Hapag Lloyd de Bremerhaven.

 

Le France en chiffre:

NOM : FRANCE


Paquebot Transatlantique DE LA COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIQUE (CGT)

NE LE : 11 MAI 1960

 A : SAINT-NAZAIRE (Penhoët) 44

DOMICILE : Quai Jouannes Couvert LE HAVRE 76

SIGNES PARTICULIERS : LONGUEUR : 315,66 m

LARGEUR : 33,70 m

TIRANT D’EAU : 10,50 m

JAUGE BRUTE : 66 348 tonneaux

JAUGE NETTE : 37 063 tonneaux

PUISSANCE : 160 000 chevaux

NOMBRE D’HELICES : 4

 CAPACITE SOUTES : 9 000 tonnes de fuel

VITESSE : 30 noeuds

NOMBRE DE PONTS : 12 (8 hectares de surface)

PRIX : 404 millions de francs (en 60)

 

Bonne croisière de rêve

Saint-Sulpice



12

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne