La Malédiction de Notre-Dame de Paris

La Malédiction de Notre-Dame de Paris dans Chronique d'enfance NotreDame_008

 

Acte I

- Gamin, un jour, ma mère décida de m’emmener à la messe dans notre belle Cathédrale de Notre-Dame de Paris. C’est donc du haut de mes cinq ans, tenant le bras de ma Maman, que gaiement nous nous dirigeons vers la maison du Seigneur…

Nous voilà sur le parvis de la Cathédrale. Celle-ci rayonne devant moi. je suis impressionné de voir à quel point la maison de Dieu est vaste. Je scrute aux alentours cherchant désespérement le proprio ( Oui je reconnais que j’étais un brin attardé, naïf) mais pas de Dieu en vue. Je suis un brin décu…

Ma mère se met à gravir les trois marches, et de une, et de de….et je tombe la tête la première. Verdict: je m’ouvre le menton!

 

Acte II

- Une année passe et voilà que l’idée de retourner à Notre-Dame titille de nouveau ma mère. Nous voilà repartis. Il fait beau, froid mais sec. De nouveau le parvis. J’ai beau être gamin je me souviens très bien de la grosse gamelle de l’an passé que j’ai mal digérée. Nous voilà devant les marches. j’ai une petite appréhension. Doucement je pose ma kickers gauche sur la première marche. Mon pied est stable. je lève ma tête, regarde ma mère, lui sourit puis gravit la seconde marche et là je glisse, tombe et me rouvre le menton.

 

Acte III

Voilà, j’ai sept ans, toutes mes dents et l’âge de raison. je viens de faire ma première communion et pour fêter cela… devinez-quoi…ben une petite promenade à Notre-dame. Là j’avoue que j’étais dès le départ plus que rétif ( Ben oui déja deux fois alors….) Ma mère me rassure, me dit que tout cela n’est que le fait du hasard et nous voilà à petits pas repartis vers le lieu de la tragédie. Arrivé sur place, j’avoue que je n’en mène pas large. J’embrasse trois fois ma médaille de première communion, fais maintes fois le signe de croix, expie tous mes péchés enfantins, promet de bien me comporter, bref je psychote à fond! Pour cette fois-ci, la maison de Dieu me fait franchement plus penser à un lieu de supplice qu’à un havre de paix et de méditation. Je suis devant les marches et je me fige. Ma mère me tire par le bras, je résiste. Elle insiste, j’avance et là, première marche je marche sur mon lacet, perd l’équilibre et me rouvre pour la troisième fois le menton!

 

Epilogue:

Depuis je repasse régulièrement devant Notre-dame mais plus jamais ne m’y aventure!

Tendre enfance!

Saint-Sulpice

 

A lire aussi:

4/- Est-t’il intelligent Docteur? 

3/- La poursuite.

2/- Le violon

1/- Les bonbons



La Bigote et le bon Abbé

 La Bigote et le bon Abbé dans chronique satirique rexpositiondep1220839

 

 

Une bigote prude et fille de sacristin

devint un jour fortement excitée

sous l’emprise du rusé malin

et prit soudain une allure des plus délurée

 

Un pauvre curé sans aucune expérience

en fit pour la première fois les frais

L’excitée lui dévoila ses solides jarrets

et le mena direct à une béate jouissance

 

la bigote le bégota à souhait

puis sorti le crucifix du bon abbé

la pucelle prête à se faire bouter

lui demanda d’abord de la confesser

 

Elle sortit alors son chapelet

qu’il introduisit en pleine con fesse

La brave femme d’origine hispano-germanique s’écria

oh, oui « allez lou ya » ( Lou est le ptit nom du brave serviteur de Dieu)

 

Vient, reprit-t’elle en plein sermon je vais m’occuper de toi

fichtre mon ange, jésuce, jésuce!!!!!

tout en s’emparant du divin prépuce

en invoquant avec frénésie tous ses seins

 

Il la fit alors s’agenouiller

La bigote s’écria oh mon Dieu

pendant qu’il introduisait son divin pieu

dans la craquante hostie détrempée

 

son con fut sacré

son visage illuminé

l’abbé bi-langue s’écria « oh my god »

et la servante de Dieu répliqua par « stay in my Pagode!

 

Le vin de messe s’écoula alors du monstrueux édifice

dans l’antique et décrépi calice avec moult délice

la novice perdit sa virginité grace à ce chrétien sacrifice

et paraît t’il, le bon Dieu en fit une satanée jaunisse

 

le bon abbé dit adieu à son ancien pucelage sans marasme

après l’action vint la contemplation

après la gesticulation vint l’expiation

et du ciel s’abattit un violent orgasme, spasme….

 

Bon maudit soit mon humour, j’m'en vais faire la queue à confesse, croix-yez-moi!

 

Saint-Suce-vice

 

Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance !

« Charles Baudelaire »

 

 



Si Vis Pacem, Para Bellum – Si tu veux la paix, prépare la guerre!

Si Vis Pacem, Para Bellum - Si tu veux la paix, prépare la guerre! dans chronique de l'absurde scaphandrier-pied-large.1208633138

 

Votre femme vous bat!

Votre chien à la dent dure contre vous!

Vos ados d’enfants se rebellent contre vous!

Vous ne supportez plus d’être bousculé dans les transports ou dans la rue!

Vous nagez dans le bonheur!

Vous ne voulez plus voir notre bon Président à la télévision!

Vous êtes sans domicile fixe!

Vous voulez avoir la paix!

Vos voisins font du bruit!

Votre conjoint ronfle!

Vous êtes Gladiateur amateur!

Vous aimez la promiscuité!

Vous êtes CRS et vous en avez marre de vous faire molester!

Vous êtes Tibétain!

Vous aimez vivre dans la pénombre!

ou tout simplement vous désirez faire un bal costumé…alors…

 

Optez pour la tenue de scaphandrier….

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 



Nan, veux pas d’enfant!

Nan, veux pas d'enfant! dans Poème sciuscia 

 

 

Nan ,veux pas d’enfant!

Pour qu’il ne passe du biberon au litron

du giron au perron

pour qu’il ne devienne pas un pestiféré, un vagabond

pour que je ne me fasse pas chaque jour du mouron!

 

Nan, veux pas d’enfant!

pour qu’il ne devienne pas chômeur

pour ne pas le plonger dans le malheur

pour que la vie ne soit pas en sa défaveur

ni qu’il soit à la merci d’exploiteur

 

Nan, veux pas d’enfant!

de peur de le voir manquer d’argent

qu’il devienne un sale garnement

intégre un mauvais clan

et finisse dans une cruelle mare de sang

 

Nan, veux pas d’enfant!

pour qu’il ne connaisse pas le désespoir

pour qu’il n’est jamais à arpenter le trottoir

ni être obligé de le voir une fois par mois au parloir

ni devoir, moi son père, le décevoir

 

Nan, veux pas d’enfant!

pour ne pas devoir lui mentir

sur la réalité de son avenir

pour ne pas le sentir souffrir

à la seule idée qu’il n’ai pas connu Casimir!

 

Nan, veux pas d’enfant

car je n’ai pas d’argent

parce que le futur n’est pas encourageant

parce que les temps sont changeant

pour qu’il ne me voit pas indigent

 

Nan, veux pas d’enfant

car au fond de moi j’en suis encore un

pour qu’il n’est pas a souscrire d’emprunt

ni ne devienne un redouté tribun

tout cela serait à mon goût inopportun!

 

Saint-Sulpice

 



12345...30

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne