Andrew Stewart

Andrew Stewart dans Photographie: Grands Photographes 15063-fullsize

Hill Climb - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

12496-fullsize dans Photographie: Grands Photographes

Tararua - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

13580-fullsize

Under a blood red sky - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

12832-fullsize

Veiled - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

14657-fullsize

Sheep - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

13454-fullsize

Emergence - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

13289-fullsize

Shafted - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

13680-fullsize

Encroach - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

15096-fullsize

Outlook for Thursday - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

 

15245-fullsize

Bannockburn part 2 - Crédit photo: © Andrew Stewart & 1X.com Gallery

.

.

Biographie d’Andrew Stewart 

 .

  Andrew Stewart est un photographe vivant dans le Wairarapa en Nouvelle-Zélande. pour lui, la photographie reflète le photographe. Il considère avec humour s’exprimer mieux avec ses photographies que ses paroles tout en ayant l’espoir que son vocabulaire s’améliore.

.

Pour en savoir plus sur ce photographe: Andrew Stewart.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice



La Hongrie d’André Kertesz

La Hongrie d'André Kertesz dans Photographies du monde d'autrefois sap56_72l000078_p

Chemin de terre bordé de peupliers - Esztergom – n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

 sap56_72l000931_p dans Photographies du monde d'autrefois

La Cathédrale - Esztergom – n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

 sap56_72l000957_p

Femme assise sous un arbre – Braila - 23 Octobre 1918 - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000079_p

Barque sur un plan d’eau - Duna Haraszti - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

 sap56_72l000961_p

Vue d’ensemble de la ville - Budapest - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000767_p

Une rue de nuit - Budapest - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000940_p

Balayeur sur la place - Budapest - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

 sap56_72l000914_p

Jour de bruine - Budapest - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000932_p

Un petit hôtel sur le haut d’une colline - Budapest - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000964_p

L’entrée d’un restaurant - Szarvas-Tér - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

sap56_72l000963_p

Une scène calme très typique à Tisza Szalka - Tisza -Tér - n.d - Crédit photo: © André Kertesz /Culture.gouv.fr/Médiathèque de l’Architecture & du Patrimoine

N

Biographie d’André Kertesz

N

180px-Kertesz

N

André Kertész (né Andor Kertész, 2 juillet 1894, Budapest, Hongrie – 28 septembre 1985, New York) est un photographe de nationalité américaine d’origine juive hongroise.

Il grandit dans un environnement tzigane. Il rêve très tôt de devenir photographe. En 1905, son père meurt et il est confié à un tuteur qui travaille à la Bourse de Budapest, où il sera lui-même employé de 1912 à 1914, après avoir suivi des études à l’Académie de commerce de la ville.

En 1913, il achète son premier appareil photo : un ICA.

En 1914, il sert dans l’armée austro-hongroise. Il réalise alors beaucoup de photographies, témoignant de ses expériences de guerre. Il publie ses premières photos dans un journal et gagne un concours de magazine, mais la plupart de ses négatifs et de ses plaques sont détruits pendant la révolution hongroise de 1918.

Après la guerre, il décide de devenir photographe et arrive à Paris en 1923, après avoir reçu le diplôme d’honneur de la Société hongroise de photographie. C’est là qu’il change son prénom pour André, équivalent français de Andor. À Paris, il fréquente de nombreuses personnalités littéraires et artistiques, comme Brassaï, Colette, Michel Seuphor qui lui fait rencontrer Mondrian.

De 1925 à 1935, il vend des tirages pour vivre et travaille avec divers magazines. Dès 1927, il réalise ses premières expositions et collabore à la revue Bifur en 1928. Il aide Brassaï dans ses débuts dans la photographie. Bien qu’il soit proche des surréalistes et des Dada, il n’appartient à aucun mouvement.

Cette année, il achète un Leica ; il sera le premier à en utiliser un professionnellement. Il réalise un reportage pour VU.

En 1932, il expose un ensemble important de ses photographies dans la galerie new-yorkaise de Julien Levy.

En 1933, il rencontre sa femme Elizabeth Sali avec qui il part pour New York en 1936 pour réaliser un travail pour Keystone. Du fait de la Seconde Guerre mondiale, il reste à New York, et collabore de 1937 à 1949 avec divers journaux. Comme il refuse d’adapter son style, ses reportages, incompris, ne sont pas publiés.

En 1944, il est naturalisé américain. Il réalise quelques publications et contrats, mais en 1963, après être tombé malade, il rompt tous ses contrats et ne fait plus de photographie que par plaisir.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

Voir aussi:

- André Kertesz.

- Le Paris d’andré Kertesz.



Ferenc Pataki

Ferenc Pataki dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... gal_6337

Lurking - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki & Galerie Artisho

N

gal_6339 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

Fishing - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki & Galerie Artisho

N

gal_6340

Fishery - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki & Galerie Artisho

N

Ngal_6341

 Mallard - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki & Galerie Artisho

N

tnM1243886504.jpg

 Sans Titre - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki

N

N Pataki,_a..

Japan on my Mind - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki 

 N 

pataki_2

Sans Titre - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki

N

 N  tnM1194249325.jpg

Field of Wildflowers - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki 

N

tnM1235336394.jpg

Wain with White Horse - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki 

N

tnM1225197303.jpg

Winter Landscape - Crédit Peinture: © Ferenc Pataki 

N

N

Biographie de Ferenc Pataki

?

pres

N

Né en 1944 à Zrenjanin, membre de la Galerie d’Art Naif de Kovacica depuis de près de quinze ans, Ferenc Pataki occupe une place à part dans la peinture naive yougoslave contemporaine. Après avoir longtemps hésité entre la guitare et le pinceau, il a définitivement opté, au
début des années 1980, pour la peinture, première passion de jeunesse. Il s’est très vite forgé un style très personnel, caractérisé tout à la fois par le recours à une technique picturale spécifique et une façon originale d’aborder les thèmes choisis. Le blanc et les dégradés, de vert ou de bleu selon la saison, constituent le fond du paysage, les arbres et la végétation étant matérialisés en surimpression par une multitude de petits points, tandis que les personnages de la scène principale sont représentés avec des couleurs vives et chaudes.
N
Rêve et réalité se mêlent sur chacune de se toiles pour exprimer la vie rurale de façon poétique, mais aussi avec beaucoup de tendresse et, souvent, une pointe d’humour. Plus de cinq cent tableaux, vendus sur toute la planète, constituent cette œuvre originale
et authentique.

N
Ferenc Pataki a participé á plus de cent expositions, collectives et individuelles, tant en Yougoslavie qu’à l’étranger, obtenu de nombreuses récompenses. Depuis 1995, il a cessé toute activité professionnelle pour se consacrer exclusivement à son art.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice
 



Charles Marville

Charles Marville dans Photographie: Grands Photographes

Rue de la Montagne Sainte-Geneviève – 1865~1868 - Crédit photo: © Charles Marville

N

 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

 La Montagne Sainte-Geneviève, Rue Traversière - 1865~1868 - Crédit photo: © Charles Marville

N

Statue de la Liberté (Bartholdi) lors de l’exposition universelle de 1878 - Crédit photo: © Charles Marville

N

Ruines de l’ancien Hôtel de Ville de Paris après l’incendie de 1871 - Crédit photo: © Charles Marville

N

Vespasienne à deux places - non daté - Crédit photo: © Charles Marville

N

CMA05_07

Rue Saint-Victor - 1865~1869 - Crédit photo: © Charles Marville & Robert Koch Gallery

N

CMA05_10

Rue Saint-Victor - 1865~1869 - Crédit photo: © Charles Marville & Robert Koch Gallery

N

CMA05_09

Carrefour de rue de la Montagne Sainte-Geneviève, de la rue de l’école Polytechnique et de la rue Descartes - 1865~1869 - Crédit photo: © Charles Marville & Robert Koch Gallery

N

CMA05_01

Rue de la Harpe (Partie Nord) - 1865~1869 - Crédit photo: © Charles Marville & Robert Koch Gallery

N

CMA05_05

Rue du Plâtre (Rue Domat) - 1865~1869 - Crédit photo: © Charles Marville & Robert Koch Gallery

N

N

Biographie de Charles Marville

N

180px-Marville-Autoportrait-1861

N

Charles Marville (18 juillet 1816 – ca 1879) est un photographe français du XIXe siècle, principalement connu pour ses photos de Paris.

Charles Marville débute comme peintre-graveur. On trouve quelques-uns de ses dessins dans La Seine et ses bords de Charles Nodier (1836) et dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre (édition de 1838).

Il publie ses premières photographies d’architecture chez Blanquart-Évrard à partir de 1851. En 1853, il illustre l’album Sur les bords du Rhin puis les séries Architecture et sculpture de l’Art religieux (1853-1854). Il se signale comme « Photographe du musée impérial du Louvre ». Il collabore également aux grands chantiers de restauration de cet époque, menés par les architectes Viollet-le-Duc, Abadie ou le sculpteur Millet. Il prend ainsi en photos la Sainte-Chapelle, Notre-Dame ou d’autres cathédrales de France.

En 1862, il est « Photographe de la Ville de Paris ». Il photographie alors le nouveau mobilier urbain et les nouveaux aménagements de la ville comme le bois de Boulogne. Il publie en 1865 l’Album du Vieux-Paris, commande du service des Travaux historiques qui vient d’être créé. Cet album rassemble des vues des vieilles rues de Paris avant leur destruction lors des transformations de Paris sous le Second Empire. Il photographie ainsi le percement de l’avenue de l’Opéra à la fin des années 1870.

On ne connaît pas précisément la date de sa mort, supposée en 1879, année où son atelier est racheté par le photographe Armand Guérinet.

La Bibliothèque historique de la Ville de Paris conservent les négatifs des photos de l’Album du Vieux Paris.

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice

N

A voir:

N

Image de prévisualisation YouTube

N

A lire aussi:

N

513NOIc19gL._SL500_AA240_

N

En 1860 Haussmann créait la « commission historique de paris ». C’est elle qui chargea Charles Marville de photographier, en 1865, les rues appelées à disparaître, puis, en 1877, les avenues nouvelles. Napoléon III accueillit cette initiative avec enthousiasme. « Ceci permettra de suivre à travers les siècles les transformations de la ville qui, grâce à votre infatigable activité, est aujourd’hui la plus splendide et la plus salubre des capitales de l’Europe, » écrira-t-il à son préfet. Les photos de Marville qui figent l’avant et l’après Haussmann sont non seulement d’une grande beauté, mais aussi d’une importance capitale: elles racontent la plus grande mutation qu’une ville ait jamais connue.

N

- Charles Marville, Paris photographié au temps d’Haussmann par Patrice de Moncan et Clémence Maillard aux éditions du Mécène – 175 pages - 45€



1...45678

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne