Izis – Partie 2

Izis - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes pigeons_izis.1218578901 

Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

izis dans Photographie: Grands Photographes

Port de Passy, Paris - Crédit photo: © Izis

N

izis-israel-bidermanas-the-rabbit-seller1

 Le vendeur de Lapins - Crédit photo: © Izis  

N

7

 Parade pour la femme crocodile, Foire du trône, Paris – 1959 - Crédit photo: © Izis  

N

izistambour

 Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

autotampon-Izis

 Auto-Tamponneuses - Crédit photo: © Izis

N

chien.grelot

 Chien au grelot, Boulevard Poissonnière, Paris – 1957 - Crédit photo: © Izis

N

fen%eatre

 Sans titre - Crédit photo: © Izis

N

neige

 Paris sous la Neige - Crédit photo: © Izis

N

feudartifice

 Feu d’artifice - Crédit photo: © Izis

 

 

 

Biographie d’Izis

.

Né à Marijampole en Lituanie en 1911, Izis, de son vrai nom, Israëlis Bidermanas est un photographe français. Il est mort à Paris en 1980.
Immigré à Paris en 1930, dans le but de fuir les persécutions antisémites et avec le désir de devenir peintre, il est à partir de 1933, responsable d’un studio de photographie traditionnelle dans le 13e arrondissement. Réfugié à Ambazac dans le Limousin pendant la guerre, arrêté et torturé par les nazis, libéré par la Résistance, il prend les armes et photographie ses compagnons du maquis, dont le colonel Georges Guingouin. Le poète résistant et journaliste Robert Giraud sera le premier a parler d’Izis dans l’hebdomadaire Unir, issu de la Résistance.

Après la guerre, revenu à Paris, il se lie d’amitié avec Jacques Prévert et les artistes de son époque, peintres ou poètes. Pigiste pour “Regards” hebdomadaire du Parti communiste, il devient reporter pour Paris Match, il donne à cet hebdomadaire de nombreuses images, de Grace Kelly aux mineurs de Montceau-les-Mines, de Roland Petit à la Casbah d’Alger, mais aussi Jean Cocteau, Colette, Gina Lollobrigida, Édith Piaf, Orson Welles, Arman… Il a fait des reportages en Israël, en Angleterre, au Portugal et en Algérie…

Izis fréquentait Jacques Prévert qui l’a décrit comme un “colporteur d’images”, Aragon, Vercors, et de nombreux artistes. Comme Marc Chagall. Ses photographies ont fait l’objet d’expositions : au Museum of Modern Art (Musée d’Art moderne de New-York), le MOMA en 1951 par exemple.

.

Bien à Vous,

Saint-Sulpice

.

Voir aussi:

.

- Izis – Partie 1.

.

A Lire:

.

9782850189302

N

À travers 100 photographies sélectionnées dans les archives de Paris Match, ce livre rend hommage à un photographe aussi discret que talentueux. Né en 1911 en Lituanie, Izis, de son vrai nom Israël Bidermanas, est l’une des figures éminentes de la photographie des années 1950 et 1960. Entré en 1949 comme reporter à Paris Match, il y restera près de 20 ans. Le photographe réalisa pour le magazine de célèbres portraits d’artistes (Colette, Marcel Aymé, Cocteau, Orson Welles, Gina Lollobrigida, Arman…) mais aussi de nombreux reportages marquants (La casbah d’Alger en 1953, l’inondation de la mine de l’Etançon, la semaine sainte à Séville…) restés pour la plupart inédits jusqu’à aujourd’hui.
À l’occasion de son 10e anniversaire, la Maison de la photographie Robert Doisneau propose donc de découvrir ou de redécouvrir les plus belles photographies de cet artiste ami de Doisneau, Brassaï et Cartier-Bresson.

- Izis par un “collectif” aux éditions Filipacchi - 22€

N
 

9782081228252

 

Hommage à ce photographe méconnu qui donne une image poétique du Paris populaire : les rues et les quais de la Seine, les enfants et les amoureux, les fêtes foraines et les gens du cirque, les ouvriers et les vendeurs de muguet, etc. Membre éminent du mouvement « humaniste », Izis est en 1951 l’un des « Five French Photographers » exposés au Museum of Modern Art de New York avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis.Izis, Paris des rêves présente toute la palette de celui qui fut à la fois artiste et reporter, grand portraitiste et flâneur aux aguets. De la série fondatrice des Maquisards à ses rencontres avec Colette ou Chagall, de son oeuvre parisienne - qui fait l’éloge du rêve et de la lenteur au coeur de sa ville d’adoption - à ses voyages à Londres ou en Israël, cet ouvrage révèle la diversité, l’originalité et la modernité de son travail.- Izis, Paris des Rêves aux éditions Flammarion – 200 pages - 35€

N

41XeTeqK2AL._SL500_AA240_

La puissance des photos sur Londres d’Izis pour Paris Match et le Choc des commentaires de la plume de Jacques Prévert.
 

- Charmes de Londres par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 143 pages – 30€

N

51kAIPSymeL._SL500_AA240_

 

- Grand bal du printemps par Izis & Jacques prévert aux éditions du Cherche Midi – 153 pages – 30€



Louis-Emile Durandelle – La construction de la Tour Eiffel

  Louis-Emile Durandelle - La construction de la Tour Eiffel dans Photographie: Grands Photographes 1d37e2f21357c665-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

c9f8ed8c6ed91a7a-grand-durandelle-edouard-actif dans Photographie: Grands Photographes

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

45ef2e825e6919a2-grand-durandelle-edouard-actif

Visite sur le chantier  - 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

cb1ec2b67f04e363-grand-album-sur-construction-tour-eiffel-fondations-tour-eiffel-10-avril-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

5698f8f8c5dbe9c9-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

6754d25f6f96f5af-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

bde9dc970cbb0ba7-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

066c6dfe6590b936-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

5f65ef7e332a5b33-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

364e4eca9d7a8557-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

490843a801037c76-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

8aa429e796bd5b20-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

85f7050f859509b0-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, construction des fondations des piliers - Avril 1887 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

c7b40334c5c963da-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - Février 1888 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

36e1922e69906218-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel – n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

454858e4e867233f-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - Mai 1888 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

79083f4b3be591e4-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

ef6938dfb9984ed7-grand-album-sur-construction-tour-eiffel-1ere-plate-forme-16-juin-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, première plate-forme – 16 Juin 1888 – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

15201312cd184a9c-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, sous la première plate-forme – n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

43e939462a05aa44-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel – n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

c4c0214d5daf0a17-grand-durandelle-edouard-actif

Pause déjeuner – - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

0fe9b86d0fbed42a-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - Septembre 1888 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

3b89c2f364807ea9-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

b00586a2025b8782-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel – n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine publi

n

ddbb3cbf06e29213-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

9b79bebfe6429ad2-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

8ad8195589d8b921-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - Décembre 1888 - Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

e7b28580bb1a1e9d-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel ( en arrière plan, l’ancien Palais du Trocadéro ) - n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

 acea7879f916bd1d-grand-album-sur-travaux-construction-tour-eiffel-tour-jusqu-etage-4-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel jusqu’au troisième étage - 4 Mars 1889  – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

c63cbff7cc82f808-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel – n.d – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

59a8f6ea196ddf8e-grand-album-sur-travaux-construction-tour-eiffel-tour-eiffel-achevee-31-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel achevée – 31 Mars  1889  – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

8beddc7e91c86a50-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel achevée – 31 Mars  1889  – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

3956cadfe360c24f-grand-durandelle-edouard-actif

Sans titre – 1889 – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

n

eb6a480e2ee669cd-grand-durandelle-edouard-actif

La Tour Eiffel, Gustave Eiffel et son équipe d’ingénieurs - 1889 – Crédit photo: © Louis-Emile Durandelle - Statut domaine public

 

 

Biographie d’Emile-Louis Durandelle

n

Louis-Emile Durandelle nait à Verdun en 1839. Associé à Hyacinthe César Delmaet (1828-1862), Louis-Emile Durandelle poursuit son activité de photographe avec la femme de ce dernier, Clémence Jacob, qu’il ne tarde pas à épouser. En 1868, ils se présentent comme  » Photographes du Nouvel Opéra « . De 1865 à 1872, Durandelle suit toutes les phases de cette construction et photographie aussi les éléments décoratifs. Son œuvre s’organise autour de plusieurs reportages documentant les grands chantiers de cette seconde moitié du XIXe siècle : la construction du nouvel Hôtel-Dieu en 1868, de l’église du Sacré-Cœur de 1877 à 1890, de la tour Eiffel entre 1887 et 1889, la restauration du Mont-Saint-Michel sous la direction de Corroyer, architecte des Monuments historiques chargé de ce chantier de 1874 à 1889, les fouilles du Louvre entre 1882 et 1884. Tous ces motifs imposent des compositions d’une grande rigueur formelle et Durandelle réussit des photographies tout à fait neuves qui anticipent sur la vision constructiviste de l’après-guerre. Devenu veuf en 1890, Durandelle abandonne la photographie et cède son atelier à son assistant Paul-Joseph-Albert Chevojon pour décéder à Bois-Colombes en 1917.

 

La construction de la Tour Eiffel

n

RTEmagicC_052.jpg

n

Le montage des piles commence le 1 juillet 1887 pour s’achever vingt-et-un mois plus tard. Tous les élément sont préparés à l’usine de Levallois-Perret à côté de Paris, siège de l’entreprise Eiffel. Chacune des 18 000 pièces de la tour est dessinée et calculée avant d’être tracée au dixième de millimètre et assemblée par éléments de cinq mètres environ. Sur le site, entre 150 et 300 ouvriers, encadrés par une équipe de vétérans des grands viaducs métalliques, s’occupent du montage de ce gigantesque mécano.

Toutes les pièces métalliques de la tour sont fixés par des rivets, un mode de construction bien rôdé à l’époque de la construction de la tour. Les assemblages sont d’abord réalisés sur place à l’aide de boulons provisoires, remplacés au fur et à mesure par des rivets posés à chaud. En se refroidissant, ils se contractent, ce qui assure la serrage des pièces les unes avec les autres. il faut une équipe de quatre hommes pour poser un rivet: un pour le chauffer, un pour le tenir en place, un pour former la tête et un dernier pour achever l’écrasement à coups de masse. Un tiers seulement des 2 500 000 rivets que comprend la tour ont été directement posés sur le site.

Les piles reposent sur des fondations en béton installées a quelques mètres sous le niveau du sol sur une couche de gravier compact. Chaque arête métallique dispose de son propre massif, lié aux autres par des murs, sur lequel elle exerce une pression de 3 à 4 kilos par centimètre carré. Côté Seine, on a employé des caissons métalliques étanches, où l’injection d’air comprimé, permettait aux ouvriers de travailler sous le niveau de l’eau.

La tour est montée à l’aide d’échafaudages en bois et de petites grues à vapeur fixées sur la tour elle-même. Le montage du premier étage est réalisé à l’aide de douze échafaudages en bois de trente mètres de hauteur puis de quatre grands échafaudages de quarante cinq mètres. Des « boîtes à sable » et des vérins hydrauliques, remplacés après usage par des cales fixes, permettent de régler la position de la charpente métallique au millimètre près. La jonction des grandes poutres du premier est ainsi réalisée le 7 décembre 1887. Les pièces sont issues par des grandes grues à vapeur qui grimpent en même temps que la tour, en utilisant les glissières prévues pour les ascenseurs.

Il n’a fallu que cinq mois pour construire les fondations et vingt et un mois pour réaliser le montage de la partie métallique de la tour. C’est une vitesse record si l’on songe aux moyens rudimentaires de l’époque. Le montage de la tour est une merveille de précision, comme s’accordent à le reconnaître, tous les chroniqueurs de l’époque. Commencé en janvier 1887, le chantier s’achève le 31 mars 1889. Gustave Eiffel est décoré de la légion d’honneur sur l’étroite plate-forme du sommet. Source texte – Tour Eiffel.fr

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

n

- Louis-Emile Durandelle – La Gare Saint-Lazare.

  



Sabine Weiss

Sabine Weiss dans Photographie: Grands Photographes 1457682789

Vers la lumière, Paris - 1953 - Crédit photo: © Sabine Weiss N

 

 RTEmagicC_weiss3.jpg dans Photographie: Grands Photographes

Jour de pluie à travers une fenêtre, Paris - 1957 - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho ~ Eyedea

NN

K09282B011277

Portugal - 1954 - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho

N

20081115PHOWWW00030

Porte de Vanves, Paris - 1952 - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho

N

211

Un jeune mineur du nord de la France - n.d - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho

NN

Sabine+Weiss+besoinded+5

Baisers d’adolescents, Paris - 1950 - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho

 

 

20081204PHOWWW00272

Métro, New-York - 1962 - Crédit photo: © Sabine Weiss ~ Rapho

N

N

N

Biographie de Sabine Weiss

N

N

Sabine Weiss (Sabine Weber, jusqu’à son mariage avec le peintre Hugh Weiss), née en 1924 à Saint-Gingolph est une photographe d’origine suisse naturalisée française qui peut être rattachée au courant de la photographie humaniste.

Attirée très jeune par la photographie, elle commence à photographier à l’age de 12 ans avec un appareil photo acheté avec son argent de poche. Son père la soutient dans son choix, et elle apprend plus tard la technique photographique, de 1942 à 1945, auprès d’un photographe de studio à Genève : Frédéric Boissonnas.

Elle obtient son diplôme de photographe et ouvre son atelier personnel avant de partir s’installer définitivement à Paris en 1946. Elle devient alors, à 22 ans, l’assistante du célèbre photographe de mode Willy Maywald : « Quand je suis venue à Paris, j’ai pu travailler chez Maywald à qui un ami m’avait recommandée. J’y ai travaillé dans des conditions inimaginables aujourd’hui, mais avec lui j’ai compris l’importance de la lumière naturelle. La lumière naturelle comme source d’émotion ».

Elle travaille alors dans des secteurs variés : passionnée de musique, elle fixe les visages de grands noms de la musique (Igor Stravinski, Benjamin Britten, Pablo Casals, Stan Getz…) mais aussi ceux de la littérature, de l’art, etc. (Fernand Léger, Francis Scott Fitzgerald, Pougny, Alberto Giacometti, Robert Rauschenberg, Jan Voss, Jean Dubuffet…) ; elle collabore également à plusieurs revues et journaux connus en Amérique et en Europe pour des commandes publicitaires et de presse (Vogue, Match, Life, Time, Town and Country, Holiday, Newsweek, etc.). Enfin elle parcourt le monde en tant que photojournaliste, et en rapporte de nombreux clichés.

À partir de 1950, elle est représentée par l’agence Rapho, première agence de presse française gérant entre autres le travail de Robert Doisneau (qui lui propose de rentrer dans l’agence après une rencontre dans le bureau du directeur de Vogue), Willy Ronis, Édouard Boubat… Elle se marie la même année avec le peintre américain Hugh Weiss, rencontré lors d’un voyage en Italie quelques temps auparavant, et se lie d’amitié avec des personnalités du milieu artistique comme Jean Cocteau, Maurice Utrillo, Georges Rouault, et Jacques Henri Lartigue. Avec ce dernier elle partage l’amour de l’humanité et le goût pour les visions intimes de la vie.

Malgré ses succès et la publication d’une quinzaine d’ouvrages dont 100 photos de Sabine Weiss pour la liberté de la presse par RSF en 2007, Sabine Weiss reste une personnalité discrète et peu connue du grand public.

Sabine Weiss est officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres depuis 1999 (Chevalier en 1987).

N

Bien à vous,

Saint-Sulpice



Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 8

Robert et Shana ParkeHarrison - Partie 8 dans Photographie: Grands Photographes parke104

Harbinger – Crédit photo:  © Robert&Shana ParkeHarrison

NN

parke101 dans Photographie: Grands Photographes

Courterpoint – Crédit photo:  © Robert&Shana ParkeHarrison

N

parke103

Fable – Crédit photo:  © Robert&Shana ParkeHarrison

N

Overflow

Overflow

N

Robert_e_ShanaParkeHarrison_Interlu

Interlude – Crédit photo:  © Robert&Shana ParkeHarrison

 

 

 

Biographie de Robert et Shana ParkeHarrison

N

Robert ParkeHarrison emploie le négatif de papier et le collage pour construire des récits de guérison et de restauration parmi des paysages dévastés par la technologie et la surexploitation. Il est né au Missouri en 1968, et son épouse Shana est née en Oklahoma en 1964. Après plusieurs années de collaboration, les ParkeHarrison ont commencé à exposer leur travail en tant que co-créateurs en 2001. Leur première exposition muséale importante intitulée The Architect’s Brother, est présentement en circulation; une monographie a été publiée pour accompagner l’exposition. Leur travail a été exposé aux États-Unis et en Europe; il est représenté dans plusieurs collections. Les ParkeHarrison vivent au Massachusetts.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 1.

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 2.

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 3.

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 4. 

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 5.

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 6.

- Robert et Shana ParkeHarrison – Partie 7.

 

Voir en vidéo:

 

Image de prévisualisation YouTube



12345...8

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne