David Chambard

David Chambard dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... p218-048e_ST-116X89-4500

Sans Titre - 2007 – Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

p218-ec44_Tomb--e-de-la-nuit-85X100-40 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

Dans les nuages – 2008 - Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

p218-c142_Esopus-180X130-7000

Esopus - Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

p218-9d54_Lumi--re-tardive-90X95-4000

Lumière tardive – 2007 - Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

2952

Sans Titre – 2007 - Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Guigon

n

p218-bc15_Bellayre-45X58---2500

Bellayre - 2007 – Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

2956

Tête en l’air - 2008- Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Guigon

n

Snow in the City - Crédit Peinture: © David Chambard

n

p218-9866_Pin--de-100X81-4000

Pinède - Crédit Peinture: © David Chambard

n

looking_above_by_david_chambard

Looking Above – 2007 - Crédit Peinture: © David Chambard~Deviant Art

n

 p218-ad8f_Andr---90x90-hst-4000

André – 2002 - Crédit Peinture: © David Chambard~Galerie Henri Minart

n

n.

Biographie de David Chambard

n

David Chambard est né en Tunisie en 1950. Il est diplômé de L’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris. En 1987, il part vivre et travailler à New-York où son art est vite salué par la revue « art in America ». Pendant une quinzaine d’années de multiples expositions se succèdent tant à New-York qu’à Paris. Il est de retour en France depuis 2004.

 

Pour en savoir plus sur cet Artiste Peintre des plus talentueux: David Chambard.

 

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Henri Guérard

 Henri Guérard dans Photographie: Grands Photographes Guer_25_g

Brume, Rue Pelleport – 1948 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

 Guer_16_g dans Photographie: Grands Photographes

Passage de la Duée – 1950 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_2_g

A Ménilmontant, Rue des Panoyaux -1966 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_3_g

Les midinettes de la rue Vilin - 1971 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_6_g

Enfants sur les hauteurs de Belleville – 1966 - Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_7_g

Les Buttes Chaumont – 1950 - Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_9_g

Sortie d’école, Rue Julien Lacroix – 1954 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_10_g

Défilé d’anciens combattants, Rue Julien Lacroix – 1953 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_17_g

Rue des Couronnes et Passage Notre-Dame de la Croix – 1948 - Crédit Photo: © Henri Guérard

n

Guer_27_g

Rue Vilin – 1960 – Crédit Photo: © Henri Guérard

n

.

Biographie d’Henri Guérard

n

auteur_64

n

Enfants de Ménilmontant, Henri et Simone Guérard n’ont jamais rompu les liens avec leur quartier ou comme ils ont l’habitude de dire, leur village. A 77 ans, ils y sont toujours solidement implantés, et, comme des villageois, connaissent le plus petit sentier, la couleur et le langage des murs, la moindre pierre. Ils se souviennent avec une étonnante fidélité des maisons, des gens, des rues, et même des arbres dont la réalité n’est plus qu’un vague souvenir.
Pendant 55 ans, Henri Guérard ne s’est jamais séparé de son appareil photo, guettant le reflet d’un coucher de soleil, le cheminement d’un nuage afin de capter cette lumière si particulière du ciel parisien.
Attentif à la vie, aux petits gestes quotidiens, aux fastes et aux joies comme à la misère et à la détresse ; familier des personnalités emblématiques, il n’a eu de cesse de tout fixer sur la pellicule.
En bon randonneur Henri guérard a toujours saisi les images qui se proposaient à son objectif, sans mise en scène, construisant ainsi une œuvre d’une grande authenticité.
50 000 photographies de Belleville, Ménilmontant et Charonne ont vu le jour par la grâce de cet éternel jeune homme, dont l’œil est toujours en éveil et l’esprit ouvert à la beauté des choses. Il s’en dégage une étrange atmosphère de poésie, de tendresse et de nostalgie.
Comment ne pas être sensible à la magie de ces photos qui témoignent de 55 ans de vie et d’histoire d’un coin de Paris.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

A lire aussi:

n

9782916195070

 Recueil de photographies prises principalement dans le XXe arrondissement de Paris entre les années 1940 et les années 1980. Elles témoignent de l’évolution des paysages urbains et montrent les rues de Paris à cette période.

- Photographes de Paris par Henri Guérard aux éditions Parimagine – 155 pages – 29€

v_book_95

 L’album propose un parcours en 244 photos noir et blanc de 54 années dans les trois villages mythiques du XXe arrondissement de Paris. Henri Guérard, que Doisneau admirait sincèrement, est le seul à avoir photographié au fil des heures la bataille pour la libération de Ménilmontant. Un témoignage d’authenticité.
 

- Le regard d’un photographe sur Belleville, Ménilmontant, Charonne ( 1944~1999) par Henri Guérard aux éditions de l’Amandier – 142 pages – 27,50€ 



François le Diascorn

 François le Diascorn dans Photographie: Grands Photographes 1101

Portland, Oregon – 1973 - Crédit photo: © François le Diascorn

N

Rapho19_Le_Diascorn dans Photographie: Grands Photographes

Rapho 19 - Crédit photo: © François le Diascorn

N

grece-pope-1980.1175164809

Pope d’Olympos, Karpathos - Crédit photo: © François le Diascorn

N

Quatre femmes en noir de dos, Patmos - Crédit photo: © François le Diascorn

N

3024744857_5b8dd58693

Amour et Psyché de Canova, Musée du Louvre - Crédit photo: © François le Diascorn

N

Lamenta%25C3%25A7%25C3%25B5es%2Bda%2Btr%25C3%25AAsMarias,%2B%25C3%2589vora,%2BAlentejo,%2BPortugal,%2B1980%5B2%5D

Lamentations des trois Maria, évora, Portugal – 1980 - Crédit photo: © François le Diascorn

N

visa-perpignan-19_347

Palm Springs, Californie -1993 - Crédit photo: © François le Diascorn

N

3-photos-culture-arts-vente-eyadea-drouot-RH4000-1_galleryphoto_paysage_std

Beaubourg -1997 - Crédit photo: © François le Diascorn

 

.N

Biographie de François le Diascorn

 

 François Le Diascorn (né le 10 janvier 1947 à La Flèche, près du Mans, Sarthe) est un photographe français, proche du courant humaniste, qui a développé une vision poétique du monde à travers des images décalées, dans lesquelles le rêve côtoie la réalité.

Rien dans l’enfance ni dans le milieu familial de François Le Diascorn ne le destinait à suivre une route artistique (au contraire, sur les conseils de son père professeur, il s’oriente vers un futur sage et prospère via Sciences-Po.) Mais le sens qu’il a toujours eu de l’irréalité de la vie le détourne de cette voie (enfant, il pensait que le monde n’était peut-être que la création de son propre cerveau).

Tout a basculé pour lui lors d’un voyage à 17 ans en Egypte quand il rencontra un autre voyageur comme lui, qui l’initia à la photographie (Pierre Marc Richard qui allait devenir, par la suite, un spécialiste de la photographie du XIXe siècle). Suivit un autre voyage en Inde en 1969, puis un deuxième dans le même pays, deux ans plus tard. Tous ces voyages ont stimulé une passion naissante, celle de capturer en images l’irréalité du monde—ce dont il avait été conscient dès l’enfance—et qui, comme une thérapie, lui permet paradoxalement de vérifier la réalité du monde à travers l’objectif de l’appareil. Il achète ses premiers appareils photo en 1971 pour son deuxième voyage en Inde, et depuis il ne les a plus quittés, sauf pour dormir, et encore : ses appareils sont toujours à côté de son lit et lui servent d’oreiller s’il doit rester dans un hôtel borgne. Il a aussi à son chevet un carnet où il enregistre ses rêves (souvent photographiques).

Il a toujours initié et choisi lui-même ses sujets—ce qui signifie l’acceptation d’une certaine frugalité d’existence. Une tel acharnement à recréer le monde à l’image de sa vision se paie par une certaine solitude, et cela a été le cas pendant une partie de sa vie. Les images rigoureusement composées de François Le Diascorn résultent d’une nécessité passionnée de créer qui n’a rien à voir avec la mode, le succès ou l’argent. Il continue, comme les parents tsiganes qu’il a eus en imagination, à traverser la terre, sac à dos, dormant dans une tente ou à l’arrière de sa voiture et photographiant tout ce qu’il rencontre sur la route mais avec une prédilection pour certains sujets : animaux magiques, bêtes de la mer, Bouddhas et Christs, anges et démons, hôpitaux et carnavals, arbres semblables à des humains, et hommes qui ressemblent à des arbres, enfants et nuages, animaux écrasés, moines et bergers ainsi que ses villes ou pays fétiches : Paris, Venise, Bénarès, l’Inde, l’Egypte, la Grèce.

C’est a travers son troisième œil, l’objectif photographique, que François Le Diascorn essaie de comprendre le pourquoi et le comment de l’existence, spécialement de la sienne, en capturant et en montrant la beauté et l’étrangeté du monde. Sa vie est un voyage permanent qui le mène d’un rêve éveillé à l’autre, une quête des messages transparents et fugitifs de l’existence.

Il a reçu nombre de récompenses et de bourses (en particulier une bourse de recherche et de création du Ministère de la Culture pour un voyage d’un an aux USA et une bourse Léonard de Vinci pour un projet au Japon). Ses photos ont été montrées dans de nombreux musées et galeries en Europe et en Amérique et sont entrées dans les collections d’institutions telles que la Fondation Cartier, la Bibliothèque Nationale, le Centre National des Arts Plastiques, la Maison Européenne de la Photographie, le Centre Pompidou, le Musée Nicéphore Niepce à Châlon-sur-Saône, le Musée Réattu à Arles….

François Le Diascorn était membre de l’agence VIVA de 1978 à 1985. En 1986, il a rejoint l’agence Rapho qui fait partie de Hachette Photos Presse.

Source Texte: François le Diascorn.

.

Pour en savoir plus sur ce photographe: François le Diascorn.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

.



Jeanne Odeline

Jeanne Odeline dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... gal_10742

Harmonie Crépusculaire - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

gal_11507 dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

Passage Clandestin - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

gal_26508

Là où s’éveille ma pensée - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

gal_26509

A l’assaut des récifs - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

gal_10738

Sous la lune blanche - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

gal_10740

Harmonie de l’Aube - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Galerie Artisho

N

Solitude - Crédit Peinture: © Jeanne Odeline~Fibres de Toile

 

 

 Ça a toujours déjà commencé, ce bleu. C’est juste après le noir. Après le bruit de semelles que j’entends. Et ces dessous de terre et de boue que je vois comme grattés sur un paillasson de bout du monde. Là où personne ne va. Et à travers ces traces abandonnées, le silence revient dans un balbutiement bleu de fleurs. Assez de mots ! Plus de mots ! Derrière s’arrondit la véronique. Entre ses plis et le sable qui se soulève, s’engouffre le sang, la salive la terre et la lumière. Et c’est une musica callada* on devine. A l’ombre, c’est sa tourne. Son repliement. Et en perce, ce bleu, dans son effacement, qui revient comme un ciel inapaisé. Là-haut. Dans les trouées. Bleu qui se strie. Fait bande. Referme ses angles. Et qui déjà disparaît quand il s’incline. Plié au noir. Et c’est cela que tu voulais. Disparaître ! Avec la pâte même du vent qui se lève. L’air qui revient. Et longe l’abrupt de nouvelles parois. L’escarpé d’anciennes falaises. Le jour en sa pointe. Avec au bout le bleu. Ce bleu après le noir. *Littéralement cela se traduit par « une musique tue ». On n’entend rien. Fin silence . mais habité. Et c’est là toute la musique du toreo. Ce suspend. Cet entredeux. Bleu, après noir – Poème d’Alain Freixe – 09 Sept. 2004

 

 

Pour en savoir plus sur cette Artiste: Jeanne Odeline.

N

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



123456...8

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne