John Heartfield – Partie 2

John Heartfield - Partie 2  dans Photographie: Grands Photographes m197600760008 

Hitler tells fairy tales II – 1936 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760002 dans Photographie: Grands Photographes

 He must fall, before the war fells you! Create the Popular Front … – 1936 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760003

On the occasion of the Hamsun-Ossietzky case Knut Hamsun’s candidates – 1936 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760004

Also a propaganda minister – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760007

The Nazis Playing With Fire – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

 m197600760009

Reply to a Nazi Poster – 1936 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760011

Hitler’s Dove of Peace – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760012

 The place in the sun – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760013

The Teaching of the Wolf  – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760014

Fantasy of two Eastern Pact hunters – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760015

The three magi from the Land of Sorrow  – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760016

Hitler’s Best Friend  – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation

N

m197600760017

Superman in Trouble – 1935 – Crédit photo: © John Heartfield – George Eastman House Foundation
 

 

 

 

Biographie de John Heartfield

N

Né à berlin le 19 Juin 1891 & Décédé à berlin le 26 Avril 1968 

Peintre avant de devenir photographe, John Heartfield rencontre George Grosz qui l’introduit dans le mouvement dadaïste en 1918. En 1920, ils mettent tous les deux en place des photomontages, qui deviendront finalement l’activité principale d’Heartfield. Elle consiste à faire des collages entre plusieurs photos afin de créer un sentiment, une émotion encore plus vive qu’avec une photo ordinaire. Désormais membre du Parti communiste allemand, le photographe crée leurs affiches pour contrer la montée du nazisme. En 1930, il collabore avec le journal ouvrier Arbeiter Illustrierte Zeitung et conçoit leur couverture. Louis Aragon, en les voyant, dira de Heartfield qu’il est le ‘prototype et le modèle de l’artiste antifasciste’. Mais lorsque Adolf Hitler monte au pouvoir en 1933, John doit fuir vers la Pologne puis en Angleterre lors du début de la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1949. Il ne retourne en Allemagne, et plus particulièrement en RDA et à Berlin-Est, qu’en 1950 et devient décorateur pour le Théâtre Berliner Ensemble et pour le Deutsches Theater jusqu’à sa mort.

 

 

heartfield

Auto-portrait de John Heartfield

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- John Heartfield – Partie 1.

 

Ainsi que:

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi:

1136270_4251782

 

Dans l’Allemagne d’avant l’arrivée de Hitler au pouvoir, les photomontages de John Heartfield pour AIZ, le journal illustré des travailleurs, ont été un des instruments de propagande communiste et antinazie les plus efficaces qui aient jamais existé. S’ils répondaient pleinement au projet communiste de lutte des classes, ils parvenaient à donner une représentation de l’immense danger qui menaçait.Dans une Allemagne en crise, Heartfield et AIZ ont contribué à montrer un visage des nazis qui surprend aujourd’hui encore par son extrême lucidité. Il est vrai que les Allemands pouvaient savoir à qui ils avaient affaire. Il suffit de lire le journal (en français Les Cahiers) du comte Harry Kessler pour comprendre le dégoût qu’inspiraient à la population leurs actions incessantes et quotidiennes. Un dégoût qui ne faisait que rendre plus irrationnels et incompréhensibles les résultats des élections successives jusqu’à l’arrivée de Hitler à la chancellerie fin janvier 1933. Dans ce même journal, on découvre comment en juillet 1932 John Heartfield et son frère Wieland Herzfelde tentent de fédérer en un ultime effort l’ensemble de l’opposition à Hitler par «une seule affiche [...] où il y ait du talent». Heartfield avait acquis une grande popularité et ses photomontages étaient considérés comme les plus réussis et les plus efficaces de son temps.Cette réputation a perduré et ils ont continué de faire l’admiration des amateurs depuis cette époque troublée. Avec plus de chance que Gustavs Klucis, broyé par le système qu’il contribua à créer par son talent de propagandiste, Heartfield restera fidèle à ses convictions communistes, malgré les doutes qui commencèrent à apparaître avec les procès de Moscou.Aujourd’hui, en ayant la possibilité de revoir l’ensemble des couvertures pour AIZ, comment ne pas être frappé par leur impertinence ? Qu’il s’agisse de Hitler le bras levé, avalant en plein discours des pièces d’or, de cette parade d’avions dont les traînées fumigènes dessinent le lugubre squelette d’une main humaine, de cette hyène coiffée de haut-de-forme, errant avec avidité au milieu de cadavres, ou encore de cette croix gammée composée avec des haches sanglantes, Heartfield est parvenu à produire des images dont la puissance de saisissement est incomparable dans l’imaginaire moderne. Tout en étant artificielles, représentant une réalité non immédiatement visible, ces oeuvres ont construit notre imaginaire et notre perception du nazisme.

En parcourant les pages d’AIZ, nous comprenons aujourd’hui que la revue était une réponse dans le ton de l’actualité. Nous étonne cette relation directe avec le matériau du temps. Ici rien de ce que Brecht et Benjamin appelaient l’esprit philistin. On ne cherche pas à camoufler la réalité irrecevable, mais à lui donner une forme acceptable pour la rendre sensible. Nous sommes loin d’un réalisme selon lequel l’image témoignerait seule. On rit encore aujourd’hui de l’imbécillité d’un Goebbels ou des gesticulations d’un Hitler et des légendes assassines qui les accompagnaient. Son travail de montage est d’une grande sophistication. Il applique à l’actualité la magie des collages de Max Ernst et comme eux il parvient à dire une vérité qui n’était ni formulée ni pensée. Une vérité qui effraie et qui fait rire, parce qu’elle est d’une part l’expression du principe brechtien selon lequel seul le pire est certain, et d’autre part la certitude qu’en étant si certain, il ne l’est déjà plus. Comme le disait Benjamin évoquant Heartfield à propos de la fonction politique de l’art, «il parvient à renouveler de l’intérieur le monde tel qu’il est».

Préface de Fabrice Hergott, Directeur des Musées de Strasbourg

- John Heartfield, Photographies politiques 1930-1938 – Auteur: Collectif  aux éditions  Mamc Strasbourg – 32€



Laisser un commentaire

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne