Martine Franck

Martine Franck dans Photographie: Grands Photographes

Le Lubéron, Alpes de Haute Provence - 1976 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

 dans Photographie: Grands Photographes

Beach laid out by the Club Mediterranée - 1976 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Bergen, Norway - 1983 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Observatoire de Meudon - 1991 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Parc de Sceaux - 1987 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Lauenen, Switzerland - 1983 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

tukul

Tulku, Nepal - 1996 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Wadi-Rum, Jordan - 2001 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Young dancers, Ballet Moisseev – Moscow - 2000 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

N

Winter near Paris - 1978 – Crédit photo: © Martine Franck & Hackelbury Gallery

.

.

.

Biographie de Martine Franck

 

Martine Franck est née en Belgique en 1938. Puis, elle grandi dans un univers cosmopolite entre New-York, L’Arizona et l’Angleterre où elle reçoit sa première formation. Elle étudie l’histoire de l’art à l’université de Madrid et à l’école du Louvre à Paris. Martine Franck décide de se tourner vers la photographie après un parcours qui s’orientait plus vers la recherche historique et la critique d’art. Elle travaille ensuite pour Time-Life en tant qu’ assistante d’Eliot Elisofon et de Gjon Mili.

Après avoir acquis la technique de la chambre noire, elle débute sa carrière en tant que photographe free-lance. C’est ainsi qu’elle réalise ses premiers reportages et suit notamment le Théâtre du Soleil, dirigé par Ariane Mnouchkine, depuis 1964 jusqu’à présent. Martine Franck se tourne ensuite vers l’agence Vu, organisée autour de Pierre de Fenoyl. En 1972, elle contribue à la fondation de l’agence Viva, qui propose une vision nouvelle de la vie contemporaine et de la société en mutation. Elle fait pendant cette période de nombreux portraits d’écrivains et d’artistes, et travaille également pour Vogue.

En 1983, elle entreprend un travail de grande envergure pour les droits de la femme au Ministère français, et devient membre de l’agence Magnum Photos. Son travail devient alors de plus en plus personnel, se penchant de plus en plus vers une tendance humaniste du photo-journalisme. Elle choisi donc des sujets à fort impact social, dans une volonté de témoignage de la réalité.

Depuis 1985, Franck a collaboré avec la fédération internalionale des petits frères des pauvres, organisation non gouvernementale qui œuvre pour les personnes âgées et marginalisées de la société. Elle visite en 1993 l’île de Tory où elle suit le quotidien d’une communauté gaélique, qui donnera naissance à un témoignage photographique très fort. Cinq ans plus tard, elle signe l’exposition emblématique « D’un jour, l’autre » à la Maison Européenne de la photographie. Elle voyage également en Asie où elle suit les Tulkus, de jeunes lamas reconnus pour être la réincarnation de grands maîtres spirituels.

Elle décide de fonder en 2002 la fondation Henri Cartier-Bresson, qui conserve l’œuvre artistique du photographe et en assure la promotion.

.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

.

.A

 A regarder:

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

N

51MSERBYGHL._SL500_AA240_

 

Martine Franck, photographe française, présente ici une centaine de ses images, prises au cours des trente dernières années. Paysages, portraits d’artistes, acteurs au travail, personnes âgées gardiennes de mémoire, composent un reflet de notre monde et de nous-mêmes, reflet qui sans ces images nous resterait invisible – et dessinent sans doute un autoportrait.

« Qu’y a-t-il de commun entre une île au large de l’Irlande, le Théâtre du soleil, des artistes, des centenaires, des professeurs au Collège de France et des enfants qu’on appelle réincarnés, pour sen tenir à quelques-uns des sujets favoris de Martine Franck, sur lesquels elle est revenue avec une attention discrète et affectueuse, avec une assiduité qui lui permet d’échapper aux limites habituelles de la photographie ? A y regarder de plus près, on s’aperçoit que [...] c’est chaque fois l’expérience du temps que nous montre Martine Franck, au point que c’est peut-être là son seul sujet. » Gérard Macé

- Martine Franck par un collectif aux éditions Adam Biro – 100 pages – 19€



4 commentaires

  1. diaventure 10 avril

    Bonjour,

    Dans cette biographie, il manque quand même un élément essentiel, c’est qu’elle était l’épouse de Cartier-Bresson (ou qu’il était son mari ce qui revient au même), ce qui n’est certainement pas sans conséquence sur son œuvre.
    Cordialement
    LJ
    http://www.diaventure.fr

    Dernière publication sur LE CARNET DIAVENTURE : OCTOBRE 2017

  2. AD-Galerie 10 avril

    Merci pour Hiroshi Watanabe, si vous le voulez, je peux vous envoyer les invitations pour les expositions que nous organisons, en espérant vous rencontrer. (adresse postale)
    Expo de Josef Hoflehner.
    Alexandre Devis

  3. lucaerne 25 avril

    Marrant, la première m’a immédiatement fait penser à la fin du « 2001 L’Odyssée de l’Espace » de Kubrick.
    Et sur toutes, une étonnante lumière.

  4. lucaerne 25 avril

    Mais c’est le Luberon, et non le Lubéron. Et on dit Lubeuron. Une ancienne provençale… ;-)

Laisser un commentaire

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne