L’Enceinte de Thiers – Paris

 

Louis Bonnier, architecte, membre de la Commission du Vieux Paris, inspecteur général des services techniques d’architecture et d’esthétique de la Ville de Paris, commanda à Charles Lansiaux un reportage photographique sur les fortifications de Paris. Ce reportage fut entrepris juste avant et au début des démolitions de l’enceinte, du 23 juillet 1919 au 6 mars 1920. En effet, le déclassement de l’enceinte fortifiée, dite de Thiers, fut autorisé par la loi du 19 avril 1919.

Les tirages originaux des photographies de Charles Lansiaux sont conservés aux Archives de Paris et cotés VO4/70/…

 

Quelques images extraites du reportage…
 

L'Enceinte de Thiers - Paris dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

Pont National, chemin de fer de la petite ceinture. Quartier de Bercy, 12e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

 dans Photographies du Paris d'hier et d'aujourd'hui

Route de Saint Mandé, quartier Bel Air, 12e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Quartier de la gare, 13e arrondissement. Au loin le pont National – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Quartier de la Maison Blanche au niveau de la porte d’Italie, 13e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Quartier du Petit Montrouge, vue de la porte d’Arcueil, 14e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Quartier de la Santé, chemin de fer de Sceaux, 14e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Quartier Saint-Lambert, ouvriers au travail. 15e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Démolition des fortifications, quartier Saint-Lambert, 15e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Jardins dans les fossés des fortifications, quartier Saint-Lambert. 15e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

Fossés inondés, quartier d’Auteuil. 16e arrondissement – Crédits photo : Mairie de Paris

;

;

Historique de l’enceinte de Thiers

;

L’enceinte de Thiers est une enceinte de Paris créée au milieu du XIXe siècle et maintenant disparue. La défense de Paris s’appuyait également sur un système de forts plus ou moins éloignés de la capitale.

Construction de 1841 à 1844, suite à une loi due à Thiers.
Zone enclose 7802 hectares. L’enceinte recouvrait à peu près les boulevards des Maréchaux actuels, avec un glacis s’étendant jusqu’à l’emplacement du boulevard périphérique.
Disparition détruite de 1919 à 1929.

Louis-Philippe, proclamé roi des Français en 1830, était convaincu que la clé de la défense du territoire était d’empêcher Paris de tomber trop facilement aux mains des armées étrangères comme en 1814. Aussi conçut-il le projet de construire autour de la capitale une enceinte de fortifications qui rendraient la ville imprenable.

Un premier projet fut présenté à la Chambre des députés au début de 1833 par le maréchal Soult, président du Conseil et ministre de la Guerre. Il suscita d’emblée une très vive résistance de la part de la gauche, dont les orateurs soupçonnèrent – ou feignirent de soupçonner – de la part du gouvernement des arrière-pensées de politique intérieure : on affirmait que les fortifications étaient en réalité destinées non à défendre la France, mais à menacer les Parisiens au cas où ils viendraient à se révolter contre le pouvoir royal.

n

Les fortifications Porte de Versailles

 

Détail de la muraille, du fossé et du talus de défense

 

Cette enceinte de 33 kilomètres, familièrement désignée par le terme « les fortif’ », était constituée de 94 bastions, 17 portes, 23 barrières, 8 passages de chemins de fer, 5 passages de rivières ou canaux et 8 poternes, dont seuls subsistent de nos jours la poterne des Peupliers par où la Bièvre entrait dans Paris, le bastion numero 1 situé au milieu de l’échangeur de la porte de Bercy, le bastion 45 porte de Clichy, un mur porte de la Villette, une partie de la porte d’Arcueil ainsi que différentes parties de moindre importance.

Les ouvrages étaient desservis et approvisionnés par la rue Militaire, secondée par une ligne de chemin de fer, la Petite Ceinture.

Le déclassement de l’enceinte

.

Devenues inutiles, les fortifications furent détruites à partir de 1919. Leurs emplacements font d’abord place à des terrains vagues, souvent désignés par le terme « la Zone », qui seront progressivement réhabilités à partir des années 1930 par la construction de logements sociaux (les HBM) et d’équipements sportifs.

La forme des anciens bastions se retrouve en plusieurs endroits dans la topologie de la voirie sur cet espace.

La Zone n’était pas à proprement dit l’emplacement anciennement occupé par le mur d’enceinte, mais une bande de terre non constructible en avant du mur d’enceinte, de son fossé et de la contrescarpe qui mesurait 250 mètres de long. Désignée comme zone non-aedificandi (zone non constructible), elle fut occupée par des bidonvilles dès la fin du XIXe siècle, avec l’abandon de sa fonction militaire. L’argot « zonard » dérive bien entendu de la Zone.

Le Boulevard périphérique de Paris est construit sur l’emprise de l’enceinte de Thiers, et continue à matérialiser la séparation entre Paris et sa banlieue.

 

A lire aussi:

.

 .

Pendant une quarantaine d’années, le déclassement des fortifications et l’aménagement des terrains ainsi libérés sont l’objet de discussions et de projets au conseil municipal de Paris, chez les fonctionnaires de la Seine et dans le milieu de la réforme sociale. L’enceinte apparaît ainsi comme un lieu privilégié pour observer les transformations des représentations et des savoirs sur la ville : du souci hygiéniste, on passe à la volonté de mettre en œuvre les principes de l’urbanisme.

.

Les Fortifications de Paris, De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919 – Marie Charvet – Editions Presses Universitaires de rennes, collection Histoire – 314 Pages – Tarif: 20€.

.

.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 



Gilbert Fastenaekens

Gilbert Fastenaekens dans Photographie: Grands Photographes fastenaekens001 

Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

 FASTENAEKEN1 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

 FASTENAEKEN3

Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

FASTENAEKEN2

Sur le Quai – Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

FASTENAEKEN4

 Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

FASTENAEKEN5

Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens 

;

FASTENAEKEN6

Crédit photo: © Gilbert Fastenaekens   

;

;

Biographie de Gilbert Fastenaekens

 

Entre l’école allemande et l’école française du paysage, Gilbert Fastenaekens, photographe belge, est depuis longtemps un des tenants du « style documentaire », à mi-chemin entre la reproduction modeste du réel et la ré-appropriation artistique qu’elle induit. Reconnu très tôt pour ses Nuits (1980-1987), paysages urbains nocturnes en rupture avec le photo-reportage omniprésent de l’époque, il participe à la mission photographique de la Datar sur l’aménagement du territoire en France et obtient le prix Kodak de la critique photographique en 1986.

Par la suite, à travers plusieurs commandes sur la notion du territoire, il poursuit une observation assidue de la ville et du paysage, détachée de l’anecdotique et du sentimentalisme facile.
Bien que photographe s’appuyant résolument sur un langage radical voire ascétique, totalement éloigné d’un quelconque effet pictorialiste, on ressent ici que Gilbert Fastenaekens est moins intéressé par les lieux eux-mêmes que par l’expérience visuelle, voire sensuelle, qu’ils procurent. Et, à l’instar du peintre ou du sculpteur, il procède bien ainsi à une transformation du sujet au profit de ce qu’on pourrait nommer émotion ou sensation photographique.

;

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Maleonn Ma Liang – Partie 3

Maleonn Ma Liang - Partie 3 dans Photographie: Grands Photographes MASTP0708001

Second-Hand Tang Poem - 1 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708002 dans Photographie: Grands Photographes

 Second-Hand Tang Poem - 2 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708003

 Second-Hand Tang Poem - 3 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708004

Second-Hand Tang Poem - 4 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708005

Second-Hand Tang Poem - 5 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

 

MASTP0708006

 Second-Hand Tang Poem - 6 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708007

 Second-Hand Tang Poem - 7 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708008

  Second-Hand Tang Poem - 8 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

MASTP0708009

  Second-Hand Tang Poem - 9 – 2007 – Crédit photo: © Maleonn ( Ma Liang)

.

 

.

Maleonn Ma Liang, diplômé en arts appliqués de l’université de Shangaï est un photographe Chinois des plus prometteur. Il nous entraîne dans un univers imaginaire, nous rappelant de lointains rêves.

 

Pour en savoir plus sur ce photographe: Maleonn ( Ma Liang).

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Maleonn Ma Liang – Partie 1.

- Maleonn Ma Liang – Partie 2.

.

A regarder aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube



Lou Stoumen – Partie 2

Lou Stoumen - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes LS-496 

 Voodoo dolls, Haiti – 1942 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-296 dans Photographie: Grands Photographes

Keeping Warm, Lehigh University Football Game – 1937 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-297

 Junk Yard, Bethlehem, Pensylvanie – 1938 - Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-004

 Main Street, Bethlehem, Pensylvanie – 1939 - Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-321.1

Aldous Huxley, Bethlehem, Pensylvanie – 1938 - Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-273

Zippo & Flippo, Pennsylvanie – 1940 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-449

Encounter on beach, Puerto Rico – 1941  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-3013

Black cat bar and brothel, San Juan, Puerto Rico – 1942 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-181

Dog chasing Rabbit into hole, Tattoo aboard US mission bay, South Atlantic – 1943  – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

LS-519

Self Portrait: Lou stoman’s bare feet and empty shoes – 1939 – Crédit photo:  © Lou Stoumen

.

 

.

Biographie de Lou Stoumen

 

Stoumen

 

Lou Stoumen est né en 1917 à Springtown, Pennsylvanie et décédé le 20 Septembre 1991 à Sébastopol en Californie. Il a terminé ses études à l’Université Lehigh à Bethléem, Pennsylvanie en 1939. Avant le début de la Deuxième Guerre mondiale, il a travaillé comme journaliste indépendant et photographe à New York. Pendant cette période, il a fait beaucoup de photographies de Time Square pour laquelle il était le mieux connu. Une sélection d’entre-elles a été rassemblée dans le livre  »Time Square : 45 Ans de Photographies. » En 1945, Lou Stoumen s’est installé en Californie, où il a commencé une carrière dans le tournage cinématographique. Il a reçu des Oscars pour ses productions documentaires « la Vraie Histoire de la Guerre civile » (1957) et « le Renard Noir » (1964). De 1966 à 1986 il a enseigné la production de films à U.C.L.A. Vers la fin de sa vie il a emménagé à Sébastopol en Californie.

En plus de son volume de photographies de Time Square, Lou Stoumen a publié neuf autres livres de photographie.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Lou Stoumen – Partie 1.

 

Ainsi que:

Image de prévisualisation YouTube

The Naked Eye (littéralement « l’œil nu ») est un film documentaire américain réalisé par Louis Clyde Stoumen en 1956. Ce documentaire de 71 minutes est un hommage aux photographes et à la photographie en général, en montrant notamment le plaisir que l’on peut ressentir lorsque l’on veut réaliser les plus belles photos. Le film fut nominé pour l’Oscar du meilleur film documentaire.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Black Fox ( Le Renard Noir ), film documentaire est une analyse précise de l’Allemagne nazie, accompagné par des bandes d’actualités, des gravures de Gustave Doré illustrant l’enfer de Dante et de gravures de Wilhelm von Kaulbach, illustrateur du « Roman du Renard ». Le montage comporte également des dessins contemporains, notamment des caricatures de George Grosz.



1...678910

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne