Alexey Titarenko – Partie 4

Alexey Titarenko - Partie 4 dans Photographie: Grands Photographes v_pict18a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict10a dans Photographie: Grands Photographes

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict22a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict2a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict3a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict8a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict9a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict20a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict13a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

v_pict23a

 Venice Series - 2001~2008 – Crédit photo: © Alexey Titarenko

Biographie d’Alexey Titarenko

 

Le photographe Alexey Titarenko est né à Saint-Pétersbourg en 1962 et y réside, mais a travaillé tant à New York que dans sa ville natale depuis 2005. Ses photographies noires et blanches obsédantes et lyriques semblent tant hyper-réalistes qu’oniriques.

 

 Pour en savoir plus sur ce fabuleux photographe: Alexey Titarenko.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Alexey Titarenko – Partie 1.

- Alexey Titarenko – Partie 2.

- Alexey Titarenko – Partie 3.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 



L’impossible Photographie, Prisons Parisiennes ( 1851~2010) – Musée Carnavalet – Paris – 10 Février au 4 Juillet 2010

L'impossible Photographie, Prisons Parisiennes ( 1851~2010) - Musée Carnavalet - Paris - 10 Février au 4 Juillet 2010 dans EXPOSITIONS

Religieuse, Galerie des cellules à un lit – n.d - Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet

/

/

Le musée Carnavalet présente « L’impossible photographie, prisons parisiennes (1851-2010) », une exposition de 340 photographies réalisées dans les prisons de la capitale, de 1851 à aujourd’hui. 

.

  dans EXPOSITIONS

Cellule d’isolement - n.d - Crédit photo: © Musée National des Prisons

.

Pour la première fois, une exposition se penche et traite en profondeur l’ensemble des photographies réalisées dans l’univers carcéral parisien. Ce corpus inédit est issu d’un inventaire général de 3800 images, effectué par les commissaires de l’exposition auprès d’institutions (musées, bibliothèques, archives, agences de presse) mais aussi de collectionneurs privés.

 .

 

Cellule Individuelle - Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet 

.

Au final, l’exposition livre les multiples visages des prisons. Les photographies sont présentées au côté de textes littéraires et de films d’archives, mais aussi prolongées par des créations contemporaines réalisées à l’initiative du musée.

 .

 

Repas de prisonniers - n.d - Crédit photo: © Musée National des Prisons

.

Effectués entre 2008 et 2009 à la prison de la Santé, avec l’accord de l’administration pénitentiaire, trois reportages photographiques, signés Jacqueline Salmon, Michel Séméniako et Mathieu Pernot, sont présentés en exclusivité dans l’exposition.

.

f4e3dc0061

Prison du cherche-Midi ( A gauche ) – 1900 - Crédit photo: © Inconnu

.

Ces témoignages exceptionnels et récents sur la dernière prison parisienne encore en activité sont complétés par deux commandes littéraires : une pièce sonore d’Olivia Rosenthal et un texte de Jane Sautière ainsi qu’une installation audiovisuelle réalisée par Anne Toussaint et Kamel Regaya (atelier audiovisuel de la prison de la Santé).

.

 

Cellule – Crédit photo: © Musée Carnavalet & Roger Viollet 

.

 Offrant un regard unique sur le passé et le présent de ces lieux de détention, l’exposition est accompagnée d’un catalogue de référence. À travers l’inventaire de ce qui a été retrouvé, diverses personnalités (universitaires, historiens de la photographie, philosophes, écrivains, artistes…) analysent et décryptent ces images.

 .

 8454-8

Prison de la Santé, Paris - Crédit photo: © Parisienne de Photographie

.

Le visiteur est ainsi amené à s’interroger sur le regard que portent la société et les photographes sur les lieux de rétention et prisons de la capitale, aux noms parfois oubliés ou méconnus : La Force, la Grande et Petite Roquette, Saint-Lazare, Sainte-Pélagie, Mazas, L’Abbaye, le Cherche-Midi, l’Hôtel des haricots, etc. Il pourra mesurer l’écart entre ce que l’on sait ou ce que l’on imagine et ce que la photographie restitue de l’univers carcéral.

Commissaires de l’exposition – Département des collections photographiques du musée Carnavalet : Catherine Tambrun, Christel Courtois.

.

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

.

Musée Carnavalet – 23 Rue de Sévigné – 75003 Paris – Tél : 01.44.59.58.58 –  www.carnavalet.paris.fr  – Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf les Lundis, jours fériés et Dimanches de Pâques et de Pentecôte (Fermeture des caisses à 17h30) - Du 10 Février au 4 Juillet 2010 - Métro : Saint-Paul & Chemin Vert – Bus : 29, 69, 76, 96 – Vélib’: 36 Rue de Sévigné ; terre-plein Saint-Paul ; 26, rue Saint-Gilles – Tarifs: 7€, 5€, 3,50 €, Gratuit jusqu’à 13 ans inclus et pour les Amis du musée Carnavalet, Groupes : Renseignements et réservation obligatoire au 01.44.59.58.31/32, du Lundi au Vendredi, de 9h à 17h, sans interruption.

 



La Chine de John Thomson – Partie 3

La Chine de John Thomson - Partie 3 dans Photographies du monde d'autrefois Thomson

Mineurs de la région d’Itchang – 1872 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson16 dans Photographies du monde d'autrefois

Mendiants vivant dans l’enceinte des cimetières – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson23

Métiers des rues – Le marchand de soupe – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson33

Métiers des rues – Le barbier et le tourneur sur bois – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson20

Métiers des rues – La machine à filer le coton à Shangaï – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson32

Métiers des rues – L’écrivain public – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson30

Métiers des rues – Le porteur de banières funéraires – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson19

Métiers des rues – le pousse-pousse (Rickshaw) – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

Thomson29

Métiers des rues – le pédicure – 1871 - Crédit photo: © John Thomson – Le monde des Arts

v

20090512_2059.1242271048

Le Hall du Sacrifice, Tombeaux Mings – Pékin – 1871 - Crédit photo: © John Thomson - Wellcome Foundation

v

 20090514_2170.1242271591

Ruines de la Chapelle des Sœurs de la Charité, détruite pendant le massacre de Tianjin (1870) au cours duquel dix nonnes périrent – Tianjin – 1871 - Crédit photo: © John Thomson - Wellcome Foundation

v

20090514_2175.1242271643

Un cuisinier musulman et son assistant – Pékin – 1871-72 - Crédit photo: © John Thomson - Wellcome Foundation

v

20090514_2173.1242271691

Ruilin Gouverneur du Guandong et du Guangxi – Canton – 1869-71 – Crédit photo: © John Thomson - Wellcome Foundation

v

 

 

Biographie de John Thomson

v

250px-Thomson%2C_Honan_Soldiers

 

 

John Thomson (le 14 juin 1837 – le 7 octobre 1921) était un photographe écossais novateur, géographe et voyageur. Il fut l’un des premiers photographes à voyager en Extrême-Orient. En 1862, John Thomson quitte l’Angleterre pour rejoindre son frère William établi à Singapour comme horloger et photographe. Il ouvre un studio de photographie à Penang, puis à Singapour, où il prend deux assistants chinois qui l’accompagneront dans ses tribulations. Il explore les villages ruraux et les rues des villes, et se plaît à photographier les gens dans leurs activités quotidiennes. De 1864 à 1866, Thomson visite l’Inde et Ceylan pour photographier les décombres d’une région ravagée par un cyclone, avant de se rendre en Thaïlande. En 1867 Thomson s’installe à Hong-Kong où il se marie. Il forme le projet de photographier le peuple chinois. de retour de ses expéditions en 1872, John Thomson photographie avec un talent inouï le petit peuple et la rue Londonienne. Cela consolide sa réputation et il est désormais considéré comme le précurseur du photoreportage. Il est nommé photographe de la famille royale britannique par la Reine Victoria en 1881 et se fait décerner la même année par celle-ci la Royal Warrant. En 1910 il se retire à Edimbourg et meurt d’une crise cardiaque en octobre 1921 à l’âge de 84 ans.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- La Chine de John Thomson – Partie 1.

- La Chine de John Thomson – Partie 2.

- Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – Les métiers de rue.

- Londres par John Thomson sous l’ère Victorienne – Partie 2.

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

5130MSFZX7L._SL500_AA240_

 

«  Plus nous avancions, plus le pays devenait impraticable, et plus les précipices devenaient larges et profonds.  » Loin des clichés chinois du XIXe, le photographe pionnier John Thomson (1837-1921) explore Taiwan, île encore inconnue en proie aux conflits tribaux, où il rencontre et photographie les Pepohoans. Il nous livre un récit très moderne qui témoigne d’une approche ethnographique sensible. Texte extrait de Voyage en Chine, publié en feuilleton dans Le Tour du Monde en 1872.

- Taïwan par John Thomson aux éditions Magellan & Cie – 77 pages - 6€

 

b29236c622a0ae9abfec6110.L._SL500_AA240_

 

- L’Empire de Chine : premiers voyages premières images, 1868-1872 par John Thomson aux éditions Albin Michel - 38€

9782916722351Dans le n°12 de la Revue du « Monde Chinois », consacrée en grande partie à John Thomson, vous trouverez les gravures de 1875, les magnifiques phototypies de 1873, les plaques négatives originales de 1871, les précieux albumens originaux de la Société de géographie (que Thomson avait offertes à l’anarchiste géographe Elisée Reclus pour sa « Géographie universelle », et qui serviront également à réaliser les gravures du « Tour du Monde » de Charton) et les copieux et précieux textes de John Thomson en marge de ses photos. Emma Thomson 
- John Thomson dans la revue du « Monde Chinois » N°12  » Où va Taïwan » aux éditions Institut Choiseul - 29€ 



Le petit monde de Minimiam – Akiko Ida et Pierre Javelle

 Le petit monde de Minimiam - Akiko Ida et Pierre Javelle dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc... schokolade

Crédit photo: © Minimiam

little_people_minimiam dans Artistes: Peintres & sculpteurs, etc...

Crédit photo: © Minimiam

minimiam3

Crédit photo: © Minimiam

minimiam

Crédit photo: © Minimiam

minimiam16

Crédit photo: © Minimiam

1-9-mini1

Crédit photo: © Minimiam

minimiam10

Crédit photo: © Minimiam

1-9-mini2

Crédit photo: © Minimiam

minimiam1

Crédit photo: © Minimiam

minimiam2

Crédit photo: © Minimiam

minimiam5

Crédit photo: © Minimiam

minimiam6

Crédit photo: © Minimiam

minimiam7

Crédit photo: © Minimiam

minimiam8

Crédit photo: © Minimiam

minimiam11

Crédit photo: © Minimiam

minimiam12

Crédit photo: © Minimiam

minimiam13

Crédit photo: © Minimiam

minimiam14

Crédit photo: © Minimiam

minimiam17

Crédit photo: © Minimiam

minimiam18

Crédit photo: © Minimiam

minimiam19

Crédit photo: © Minimiam

minimiam20

Crédit photo: © Minimiam

minimiam21

Crédit photo: © Minimiam

minimiam22

Crédit photo: © Minimiam

minimiam23

Crédit photo: © Minimiam

minimiam24

Crédit photo: © Minimiam

.

.

Biographie d’Akiko Ida et de Pierre Javelle

 

 t-minmiam1

 

Qui n’a pas rêvé de plonger dans une mousse au chocolat, de creuser une caverne dans un fromage ou un fruit, ou de skier sur de la chantilly. Partis de cette idée, Akiko Ida et Pierre Javelle ont créé un petit univers gourmand où des personnages vivent des petites aventures décalées.

Akiko depuis son enfance est attirée par le monde de la gastronomie, toute petite, elle réalise différents pains, qu’elle photographie après chaque cuisson, et les répertorie dans un cahier. En parallèle, elle dessine des petits personnages miniatures qui remplissent des pages entières. Elle est devenue photographe culinaire et a collaboré à une trentaine de livres de cuisine ainsi qu’à plusieurs magazines.

Pierre passe son enfance en Bourgogne et le nez dans les BD. Attiré plus par le dessin et le monde de l’image que par les autres matières, les Beaux Arts furent pour lui un refuge. C’est avant tout les photos de reportage de Doisneau ou de Cartier-Bresson qui le poussent à devenir photographe, mais il éprouve une grande admiration pour Duane Michals ou Francesca Woodman qui développent des univers plus personnels. Pierre travaille en photo reportage pour des magazines culinaires, et aussi en nature morte pour la publicité.

C’est en 2003, à partir de l’idée de détourner des photos culinaires, que naissent les Mini-Miam. Micro univers où se côtoient plusieurs genres photographiques comme le macro, le culinaire, le personnage, et le paysage.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube

 



1...678910

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne