Masao Yamamoto – Partie 2

Masao Yamamoto - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes MY-1551

 Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1548 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1550

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1556

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1528

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1531

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1538

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1523

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

MY-1554

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

 MY-1553

Crédit photo: © Masao Yamamoto – PDX Contemporary Art

Biographie de Masao Yamamoto

Masao Yamamoto est né à Gamagori, au Japon, en 1957. Il vit et travaille à Yokohama. Depuis le milieu des années 90, ses oeuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions aux États-Unis, au Japon, et récemment en Europe. Il a publié à ce jour cinq monographies, dont quatre aux éditions Nazraeli Press (Tucson, USA). Ses photographies, véritables instants de grâce et de poésie, sont de petits tirages tenant dans la paume de la main. «J’aime l’idée que mes images donnent la sensation de photos anonymes trouvées aux puces, qu’elles aient ce charme et ce mystère… et que chacun se les approprie, les découvre et invente sa propre histoire». Yamamoto présente généralement ses photographies directement fixées au mur, dans une mise en espace très libre, alliant accumulation d’images et minimalisme.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Masao Yamamoto – Partie 1.



David Maisel – Partie 2

David Maisel - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes 204109919_66c58deb1f_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204109916_08e24302bd_o dans Photographie: Grands Photographes

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

maisel_2

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204109910_6c99b6a22b_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204109912_2ae3fed2d9_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204109913_4e3eaff222_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

ter_m_04

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

maisel2

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204109908_29c99fe8da_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

maisel_1

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

204111568_2c1cb0b3f8_o

Terminal Mirage  – Crédit photo: © David Maisel

.

.

Biographie de David Maisel

 

 abo_davidmaisel

 

 David Maisel est né à New York en 1961. Il a reçu son BA de l’Université de Princeton et son MFA de l’Université des Arts de Californie, et se trouve en parallèle Diplômé de Harvard. David Maisel réside et travail depuis 1993 à San Francisco.

La pratique photographique de David Maisel s’est concentrée principalement sur des sites environnementalement impactés par l’intervention humaine, dans une série multi-chaptered appelée « Les Cartes Noires ». Ses photographies montrent l’impact physique sur la terre des conséquences industrielles tel que l’extraction, l’exploitation des bois, la récupération d’eau et les essais militaire. Parce que ces sites sont souvent éloignés et inaccessibles, Maisel travaille fréquemment à partir d’une perspective aérienne, permettant ainsi à ses images de révéler l’évidence de ces déchirements et ravages que nous humains avons volontairement provoqué, fragilisant à jamais la terre sur laquelle nous vivons.

 

Pour en savoir plus sur ce photographe: David Maisel.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- David Maisel – Partie 1

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

41YC6JGTijL._SL500_AA240_

 

Le photographe  David Maisel a créé une série sombre et belle d’images dépeignant des boîtes contenant les restes incinérés d’un mort anonyme d’un hôpital psychiatrique de l’Oregon. Ces boîtes ont subi des réactions chimiques provoquant une extravagante corrosion verte, bleue, blanche, brillante révélant d’extrardinaires paysages. Une sorte d’hommage au décédé…

 - Library of Dust par David Maisel aux éditions Chronicle Books (En langue Anglaise) – 108 pages – 53€

51TwbnsoyzL._SL500_AA240_

 

Oblivion par David Maisel aux éditions Nazraeli Pr  (En langue Anglaise) - 48 pages – 54€



Edimbourg vu par Alvin Langdon Coburn – Partie 2

Edimbourg vu par Alvin Langdon Coburn - Partie 2 dans Photographie: Grands Photographes m196701430023

A Passage Between Tall Lands, Wier’s Close, Edinburgh – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430025 dans Photographie: Grands Photographes

A Tree in Greyfriars Churchyard,Edinburgh - 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430032

Cats all Sleek and Fat and Complacently Blinking as if They Had Fed on Strange Meats – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.
 m196701430033

Rough Hints Upon Mortality – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430035

Costly Monuments of a Very Elegant Porportion – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430037

Linen on a Clothespole Flaps against Funeral Sculpture – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430041

Princes Street Gardens  – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430042

 The Steps to the Scott Memorial  – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430045

 The Dean Bridge  – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

.

m196701430047

The Little Rural Village of Dean – 1905 – Crédit photo: © Alvin langdon Coburn - George Eastman House Foundation

 

 

 

Biographie d’Alvin Langdon Coburn

 

Alvin Langdon Coburn (11 juin 1882, Boston, États-Unis – 23 novembre 1966, Nordwales, Grande-Bretagne) était un photographe américano-britannique.

Alvin Langdon Coburn a créé dans une période relativement brève, du début du XXe siècle jusqu’au début des années 1920, une œuvre riche qui représente un apport important à la photographie artistique.

Il commença à photographier à l’âge de huit ans en 1890 et a exposé dès 1898. Dans le journal de Stieglitz, Camera Work, apparaissent pour la première fois en 1904 des photos de Coburn. Coburn photographie surtout des personnes de la vie publique, en particulier des écrivains (par exemple une série de portraits de George Bernard Shaw).

En 1912, il part en Angleterre et participe, sous l’influence de son ami Ezra Pound au vorticisme. À cette période, Alvin Langdon Coburn réalise des photographies abstraites, qu’il nomme « Vortographies ».

Dans les années 1960, il lègue ses quelque 20 000 photographies et négatifs à la George Eastman House, New York.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Voir aussi:

- Edimbourg vu par Alvin Langdon Coburn – Partie 1.

- New-York vu par Alvin Langdon Coburn – Partie 1.

- New-York vu par Alvin Langdon Coburn – Partie 2.

L’Europe vu par Alvin Langdon Coburn.

 

A lire:

artoff997

 

Michel Frizot historien de la photographie dresse son portrait et son parcours en onze pages passionnantes. Il nous apprend qu’il devient orphelin dès l’age de 7 ans. Ses oncles lui offrent un appareil photo quand il a 8 ans. Il réalise sa première exposition à 15 ans. Il quitte définitivement les Etats Unis à 30 ans pour vivre à Londres avec sa femme. Il travaille avec une chambre noire de moyen format, les négatifs sont des plaques de verre de 20 x 25 cm. Il réalise des tirages « gum-platinium » sur du papier au platine par contact. Les tirages peuvent ensuite, être virés et recouverts de gomme bichromatée colorée (aquarelle brune légère) pour subir enfin une seconde insolation du même négatif. Ce genre de pratique donne des images qui n’ont jamais une couleur strictement identique. Il obtient des variations de ton dans la gamme des bruns et des orangés. Comme bon nombre de ses contemporains, il utilise un objectif « soft-focus » de la société Smith de Boston, qui donne comme résultat un léger flou sur toute l’image. Il se passionne pour la photogravure et publie six livres de photographies et une trentaine d’ouvrages illustrés. Coburn est un photographe des villes il fait le « portrait » de New York et de Londres. En 1913 il rentre dans un groupe d’artistes post-cubistes, futuristes et va réaliser des photographies abstraites, sous le nom de vortographs. Pour les réaliser, il prend en photo des morceaux de verre cassés en forme de triangle, dans lesquels sont disposés des morceaux de bois et de verre. A la façon d’un kaléidoscope les différents éléments se reflètent et se répliquent. Après la guerre il s’engage dans une quête spirituelle au sein des francs-maçons pour finir en 1960, Grand officier. Il meurt en 1966.

Ce livre de poche présente 64 photos, on s’attardera sur les portraits de Bernard Shaw (1904) et d’Auguste Rodin (1906), cadrés dans un coin de l’image. Alvin Langdon Coburn est parvenu à donner un rendu très personnel à ses images. Il dépasse largement le simple tirage d’un négatif en utilisant des méthodes de laboratoire très élaborées. Ces cadrages sont aussi très recherchés et pour l’époque révolutionnaire. Il n’hésite pas, par exemple, à couper le haut de la tête de ses modèles quand il réalise un portrait. On admirera également une photo remarquable, celle est intitulée flat Iron Bulding, le soir, New York (1912). Elle nous plonge dans une atmosphère mystérieuse avec au premier plan des branches d’arbres, au fond le flat Iron Bulding qui se dégage dans le ciel et au milieu dans une lumière incertaine, des hommes vêtus de noir qui avancent d’un pas décidé, comme si quelque chose de grave venait de se passer. Source texte: Photosapiens

- Alvin Langdon Coburn de Michel Frizot aux éditions Acte sud, collection photo poche – 130 pages – 13€



Izis, Paris des rêves – Hôtel de Ville de Paris – 20 Janvier au 29 Mai 2010

Izis, Paris des rêves - Hôtel de Ville de Paris - 20 Janvier au 29 Mai 2010 dans EXPOSITIONS 9782081228252

.

.

.

l’exposition « Izis, Paris des rêves » que la Mairie de Paris offre depuis le 20 Janvier au public est une petite merveille. Izis est un photographe méconnu du grand public et cela est bien dommage car il est plus que talentueux, brillant, dirions-nous. Cette exposition est principalement axée sur la période parisienne de l’artiste. Le Paris populaire, sensuel, graphique de l’après-guerre.

.

 pigeons_izis.1218578901 dans EXPOSITIONS

Les pigeons, Paris - Crédit photo: © Izis

.

Willy Ronis parlait de « mise au purgatoire injuste » pour évoquer l’oubli dans lequel est cantonnée l’oeuvre de son ami Izis. Cité dans toutes les histoires de la photographie comme l’un des grands photographes humanistes, sélectionné dès 1951 avec Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau et Ronis pour l’exposition « Five French Photographers », au MoMA de New York, à la fois poète de l’image, portraitiste, reporter, Izis reste un artiste méconnu.

.

 PF042

Rue Hautefeuille, Paris - 1951 - Crédit photo: © Izis

.

Les photographies d’Izis tournent résolument le dos aux années noires, aux difficultés de la reconstruction et aux crispations de la guerre froide. On n’y trouve ni le Paris des bas-fonds de Brassaï, ni l’humour de Doisneau, ni le symbolisme de Boubat, ni la cérébralité d’Henri Cartier-Bresson, ni encore les images intimistes ou engagées de Ronis. D’une lecture simple en apparence, ses photographies révèlent en fait une pointe d’intranquillité qui n’existe pas chez les autres humanistes. 

.

 1_15

Les gamins de Falguière, Paris - 1949 - Crédit photo: © Izis

.

.

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

.

- Izis, le Paris des rêves – Hôtel de Ville – Salle Saint-Jean – 5, Rue de Lobau – 75004 Paris – Métro Hôtel de ville – Bus : 70/72/74/76/96 – Du 20 Janvier au 29 Mai 2010 – Tous les jours de 10h à 19h sauf Dimanches et jours fériés (dernière entrée : 18h15) (L’exposition Izis n’ouvrira qu’à partir de 13h30 les Mardis 2 et 30 Mars 2010 – Tarifs: Entrée libre.

.

Voir aussi:

.

- Izis – Partie 1.

- Izis – Partie 2.

- Izis – Partie 3.

- Izis – Partie 4.

- Izis – Partie 5.

- Izis – Partie 6.



12345...9

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne