Alexandre Rodtchenko

 Alexandre Rodtchenko dans Photographie: Grands Photographes 20070522-112244689246533cfd57c6c

Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

 dans Photographie: Grands Photographes

 Vue d’une Colonnade – Musée de la Révolution, Moscou – 1926~1927 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

Rodtchenko

La Femme au Leica – 1934 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

rodchenko_SFMO96_1_090302-2

Escalier de secours – 1925 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

rodtchenko7-63342

Escaliers - 1930 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

rodchenko_2_120502_01

Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

lili-brik-cartel-publicitario-livres-1924

Lily Brik – 1924 - Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

ridchenko_2_120502_02

Manifestation dans la cour du VCHUTEMAS – 1928 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

20070522-96611400746533be1e7f43

Ma Mère - 1924 – Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

rodchenko

Crédit Photo: © Alexandre Rodtchenko

 

 

Biographie d’Alexandre Rodtchenko

180px-1920s_Rodchenko_and_Stepanova

Rodtchenko et sa femme, l’artiste Stepanova

 

Alexandre Mikhaïlovitch Rodtchenko (23 novembre 1891, Saint-Pétersbourg – 3 décembre 1956, Moscou) est un artiste russe à la fois peintre, sculpteur, photographe et designer.

Il est l’un des fondateur du constructivisme russe et a beaucoup influencé le design russe et la photographie par ses travaux.

Son père est accessoiriste et décorateur d’un petit théâtre et sa mère blanchisseuse. À la mort de son père, en 1907, sa famille s’installe à Kazan.

Entre 1910 et 1914, il y étudie à l’Ecole des Beaux-Arts, où il rencontre sa future femme Varvara Stepanova. À la fin de ses études, il s’installe à Moscou où il s’inscrit à l’école d’arts appliqués Stroganoff, qu’il quitte rapidement. Il travaille seul et réalise en 1915 ses premières compositions géométriques en noir et blanc, dessinées au compas et à la règle. Par l’intermédiaire de l’architecte Viktor Vesnine, il rencontre Tatline et expose ses œuvres dans l’exposition collective « Magasin » en 1916, aux côtés, notamment, des peintres Lioubov Popova, Alexandra Exter et Ivan Klioune. Il poursuit ses recherches autour de la peinture abstraite et se rapproche des peintres les plus novateurs de l’époque.

En 1917, il dessine pour le Café pittoresque des projets de lampes, l’occasion pour lui d’appliquer ses recherches à des objets du quotidien. Il commence à créer des constructions spatiales et des projets d’architecture (kiosque à journaux, édifices, etc.).

À partir de cette époque, où il fonde avec d’autres le « Syndicat des artistes peintres » dans la fédération la plus avant-gardiste, dite « de gauche », il fera partie de nombreux instituts officiels et enseignera, comme la plupart des artistes d’avant-garde russe, dans les nouvelles d’écoles d’art créées à la Révolution (Prolietkoult, Vkhoutémas puis Vkhoutéïne), jusqu’à leur suppression par le pouvoir politique inquiet des innovations de l’enseignement en 1930.

Il présente en 1919 ses toiles Noir sur Noir pour répondre à la série des Blanc sur Blanc de Malevitch. Il commence à réaliser des collages puis des photo-montages.

En 1921 il participe à plusieurs expositions. Lors de l’une d’elle, intitulée « 5×5=25″, il présente un triptyque comportant chacun une couleur primaire : Couleur rouge pure, Couleur jaune pure, Couleur bleue pure. À la suite de cette manifestation, il signe le manifeste productiviste dans lequel il s’engage à abandonner la peinture de chevalet au profit de la production d’objets usuels. En mars de la même année, le constructivisme naît formellement comme nouveau courant artistique, pour « faire des expériences concrètes dans la vie réelle », avec la création du « Groupe des constructivistes » au sein de l’Inkhoukh, association particulière d’artistes, de critiques et de théoriciens.

Dès 1922, il réalise de nombreuses affiches politiques, affiches de films, affiches et objets publicitaires influencés par le constructivisme. Pour lui, il y a une « absolue nécessité à lier toute création à la production et à l’organisation même de la vie ».

En 1923, il commence à collaborer avec de nombreuses maisons d’édition pour des travaux de mise en page, il réalise aussi les couvertures de la revue futuriste et constructiviste LEF jusqu’en 1925 puis plus tard celles de Novy LEF dirigées par Vladimir Maïakovski. C’est d’ailleurs l’année où débute sa collaboration avec le poète, pour lequel il illustrera son recueil Pro Eto, l’une de ses œuvres les plus connues.

À partir de 1924, il se consacre à la photographie où il poursuit ses expériences picturales, notamment en « découvrant de nouveaux points de vue et de nouveaux angles de cadrage » (communication parue dans la revue Novy LEF en 1927). Il fait également de nombreux portraits.

En 1925, il monte le pavillon soviétique à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris et présente son projet de « club ouvrier ». Il travaille ensuite pour le cinéma et le théâtre en dessinant des meubles, des décors et des costumes.

En 1933, Rodchentko est chargé d’aller photographier la construction du canal de la mer Blanche à la Baltique pour le magazine SSSR na Stroïké (l’URSS en construction) et l’album Belomorstroï. De 1934 à 1939, Rodchentko et Stepanova réalisent des albums photographiques tels que Quinze ans de cinéma soviétique, Aviation soviétique, les Dix Ans de l’Ouzbékistan.

Pendant la seconde guerre mondiale, sa femme et lui quittent Moscou quelques années pour se réfugier dans la région de Perm, en compagnie d’autres artistes. Il travaille à des affiches sur le thème de la grande guerre patriotique.

Après guerre, Rodtchenko continue à publier des albums à la gloire de l’Union soviétique avec sa femme puis sa fille. Il expérimenta la photographie en couleurs. Il meurt à Moscou le 3 décembre 1956.

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

A regarder:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire:

 

couvrodtchenko

 

Peintre, graphiste, homme de théâtre et cinéaste, A. M. Rodtchenko est entré dans l’histoire du XXème siècle en tant qu’artiste révolutionnaire dans l’art de la photographie. Il sera également un des initiateurs du design soviétique et du mouvement constructiviste. Le style de Rodtchenko a influencé l’art de vivre au XXème siècle et son design retentit encore au XXIème siècle.

- Rodtchenko, La Révolution dans l’Oeil - Catalogue de l’exposition au MAM de Paris – Editions Parenthèses, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 2007 – 45 €

octobre

 

Alexandre Rodtchenko était le principal initiateur de la création du « Groupe d’Octobre » qui rassemblait les meilleurs photographes, poètes et écrivains de l’époque. Leur idée fondamentale est de changer la vision de la photographie et représenter le nouveau monde soviétique avec des plans coupés, des prises de vue verticales ou en plongée…

- Rodtchenko et le Groupe Octobre par Alexandre Lavrov aux Editions Hazan – 2006 - 40€

diaries

Rodchenko est ici présenté non seulement par le biais ses photographies et autres œuvres mais aussi par un large choix de ses notes autobiographiques et de ses lettres. Les différentes périodes de la vie de Rodchenko exposées dans cet ouvrage mettent en évidence l’évolution artistique de l’homme qui s’intéressa et se consacra à la photographie, au graphisme, aux illustrations de livres…

- «Rodtchenko. Experiments for the future : diaries, essays, letters, and other writings» par Alexandre lavrentiev aux éditions The Museum Of Modern Art ( En langue Anglaise)- 2005 – 36€

reconn

 

Cet ouvrage, publié à l’occasion de l’exposition des graphismes et photographies d’Alexandre Rodchenko au musée national Fernand Léger (Biot) en 2000 présente une partie de l’œuvre de Rodchenko. Les commentaires de Brigitte Hedel-Samson et Marisa Vescovo ainsi que la biographie du photographe-graphiste en fin d’ouvrage donnent au lecteur les éléments nécessaires à la compréhension de l’œuvre.

- Reconnaître Alexandre Rodtchenko par les éditions du Musée National Fernand Léger Biot – 2000 – 12€



8 commentaires

  1. lucaerne 10 janvier

    J’aime beaucoup ce travail sur les angles de vue inattendus, la géométrie… mais je dois avouer que je trouve la septième – plus libre – magnifique !

  2. saintsulpice 10 janvier

    La septième nous montre une liberté qui pourtant à cette époque n’a jamais existé! Un paradoxe!

  3. Candice 10 janvier

    Simple hasard ou ballade amstellodamoise?
    Je rentre d’Amsterdam, et j’y ai vu une grande rétrospective consacrée à Rodtchenko. La plupart de ces photos sont présentes. Pour les voyageurs il est surement encore temps d’aller les voir.

    La liberté, dans l’art de cette époque, est effectivement questionnante. l’art était l’affirmation de la liberté à conquérir par la révolution et ce qui a suivi. Ce n’est pas si paradoxal, ça s’appelle de la propagande.
    On sentait dans l’expo une vraie énergie de groupe pour la recherche esthétique, plutôt dynamique, puis à la fin une certaine résignation à montrer les grands défilés soviétiques.
    J’ai eu du mal à ressentir des choses tant l’idéologie est présente. Elle fait écran, pour nous qui n’avons pas les mêmes codes. Pourtant tout ceci était très innovant et expérimental pour l’époque.

  4. saintsulpice 10 janvier

    Merci Candice pour ton commentaire. En effet Rodtchenko est exposé en ce moment au Foam photography Museum d’Amsterdam. Cette expo a lieu du 18 décembre 2009 au 17 mars 2010. Cette expo qui semble passionnante retrace un panorama complet de l’oeuvre de Rodtchenko.

    Voici le lien: : http://www.foam.nl

    Cordialement

    Saint-Sulpice

  5. lucaerne 10 janvier

    Je voudrais un billet, Monsieur St-Sulpice… Mouaaarfff !

  6. saintsulpice 10 janvier

    Bien alors, tu vas Gare du Nord à Paris et demande un aller/retour pour Amsterdam sur le Thalys. Arrivée à Amsterdam, tu prends le tram ou un vélo jusqu’au Musée ou là tu demandes un billet de ma part à la guichetière. Bonne expo!

  7. mekelsurnom 11 janvier

    Ces photos sont absolument géniales !!!
    je ne connaissais vraiment pas. MERCI de me faire découvrir un photographe de plus.

  8. saintsulpice 11 janvier

    De rien mekelsurnom. Tu en as 300 autres qui t’attendent dans les index grands photographes A~L et M~Z.

    Cordialement

    Saint-Sulpice

Laisser un commentaire

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne