Charles Marville – Paris photographié au temps d’Haussmann, Portrait d’une ville en mutation – Du 1er au 27 Septembre 2009 – Louvre des Antiquaires – Paris

Charles Marville - Paris photographié au temps d'Haussmann, Portrait d'une ville en mutation - Du 1er au 27 Septembre 2009 - Louvre des Antiquaires - Paris dans EXPOSITIONS 3745040175_4682c14520_o

 

Nous connaissons tous le Paris Haussmannien, mais les images d’avant sa transformation sont beaucoup plus rares. Charles Malville a été « le photographe de la Ville de Paris » à partir de 1862.

 

si-305768.jpg_maxdim-400_resize-yes dans EXPOSITIONS

Rue des Marmousets par la rue Saint-Landry Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville

 

C’est grâce à lui que nous pouvons voir la ville d’avant, le percement de l’avenue de l’Opéra, la Bièvre, la petite rivière qui traversait la ville… Des images à revoir pendant cette exposition.

 

 50113075

Rue du Cygne, Rue Mondatour, Paris – 1865 – Crédit Photo: © Charles Marville

 

Paris, au milieu du 19ème siècle. Sous l’impulsion de Napoléon III et de son préfet le baron Haussmann, 120.000 logements vétustes sont détruits, remplacés par 320.000 appartements neufs représentant 34.000 immeubles qui bordent 300 kilomètres de voies nouvelles.

 

 si-305769.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rue Basse des Ursins Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville

 

 C’est alors que nait le bâtiment de Hôtel du Louvre qui abrite aujourd’hui le Louvre des Antiquaires… et cette exposition !

 

 4332451017670-32-1

Crédit Photo: © Charles Marville

A travers une trentaine de clichés de Charles Marville, l’exposition nous plonge au cœur du Second Empire, dans un Paris bouleversé par les gigantesques travaux d’urbanisation entrepris par le baron Haussmann en vue de moderniser la capitale.

 

 si-305746.jpg_maxdim-400_resize-yes

 Rue des Bourdonnais Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

 

 Engagé par l’Administration des Travaux Historiques, Charles Marville est chargé d’immortaliser les rues appelées à disparaître pour le compte de la Ville.

 

 si-304826.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rue Vieille-du-Temple Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

 

 Entre 1854 et 1878, il prend des centaines de clichés qui révèlent le tracé sinueux de la voie et l’état d’insalubrité des quartiers à démolir.

 

 si-305739.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rue Maitre Albert Paris -1858 – Crédit Photo: © Charles Marville

 

Des Halles centrales de Baltard en passant par le nouveau tracé de l’avenue de l’Opéra et la construction de la place du Carrousel, les photographies sélectionnées par Patrice de Moncan témoignent de ce que fut l’ancien visage du quartier du Louvre des Antiquaires.

 

 si-305435.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rue Descartes par la Rue Mouffetard Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville

 

La technique photographique de cette époque ne permettant pas encore de capturer le mouvement, les clichés de Charles Marville montrent un Paris fantomatique et désert.

 

 si-305007.jpg_maxdim-400_resize-yes

Immeuble, Avenue de l’Opéra Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

 Mais en y regardant de plus près, on devine pourtant de mystérieuses traînées blanchâtres, sorte d’ectoplasmes…

 

 si-305763.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rivière la Bièvre, au fond la rue des Gobelins Paris -1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

 Ces ombres blanchâtres et étirées sont en réalité la trace des voitures et des passants dans les rues alors  effervescentes de Paris!

 

si-305745.jpg_maxdim-400_resize-yes

Rue des Bourdonnais Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

si-305004.jpg_maxdim-400_resize-yes

 Rue Fresnel vu de l’impasse de Versailles Paris – 1858 – Crédit Photo: © Charles Marville
 

- Paris photographié au temps d’Haussmann » – Portrait d’une ville en mutation – Du 1er au 27 Septembre 2009 - Louvre des Antiquaires – 2, Place Palais Royal – 75001 Paris - Tél: 01.42.97.27.27‎ – Tous les jours sauf le Lundi de 11h à 19h – Entrée Libre

Lire aussi:

 

 

Le Paris du Baron Haussmann

 

Au milieu du XIXe siècle, Paris se présente à peu près sous le même aspect qu’au Moyen Âge : les rues y sont encore sombres, étroites et insalubres. Lors de son séjour en Angleterre (1846-1848), Napoléon III avait été fortement impressionné par Londres : il est vrai que la reconstruction de la capitale anglaise suite à l’incendie de 1666 avait fait de cette ville une référence en matière d’hygiène et d’urbanisme ; et l’empereur voulait faire de Paris une ville aussi prestigieuse que Londres ; ce sera le point de départ de l’action du nouveau préfet.

L’idée maîtresse des travaux est une meilleure circulation de l’air et des hommes, en adéquation avec les théories hygiénistes, héritées des « Lumières » et qui sont alors en plein essor, mais aussi en réaction à l’épidémie de choléra de 1832. Un autre objectif, moins avoué, est de maîtriser d’éventuels soulèvements populaires, en souvenir de ceux de 1830 et 1848. Cette campagne sera intitulée « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie ».

Haussmann a l’obsession de la ligne droite, ce que l’on a appelé le « culte de l’axe » au XVIIe siècle. Pour cela, il est prêt à amputer des espaces structurants comme le jardin du Luxembourg mais aussi à démolir certains bâtiments comme le marché des Innocents ou l’église Saint-Benoit. Des boulevards et avenues sont percés de la place du Trône à la place de l’Étoile, de la gare de l’Est à l’Observatoire. Haussmann donne également aux Champs-Élysées leur visage d’aujourd’hui.

Dans le but d’améliorer l’hygiène, par une meilleure qualité de l’air, suivant les recommandations de son prédécesseur le préfet Rambuteau, il aménage un certain nombre de parcs et jardins : ainsi sont créés, outre de nombreux squares, le parc Montsouris ou encore le parc des Buttes-Chaumont. D’autres espaces déjà existants sont transformés et passent du statut d’espaces verts à celui de hauts lieux voués à la promenade (c’est le cas des bois de Vincennes et Boulogne).

Des règlements imposent des normes très strictes quant à la hauteur et au style architectural des édifices. L’immeuble de rapport et l’hôtel particulier s’imposent comme modèles de référence. Les immeubles se ressemblent tous : c’est l’esthétique du rationnel.

Afin de mettre en valeur les monuments nouveaux ou anciens, il met en scène de vastes perspectives sous forme d’avenues ou de vastes places. L’exemple le plus représentatif est la place de l’Étoile d’où partent douze avenues dont la plus célèbre de toutes : l’avenue des Champs-Élysées. Il souhaite aussi créer des églises, afin d’influencer la population sur les progrès de l’industrialisation. Car à cette époque l’église et l’État sont très liés.

Il crée en parallèle, avec l’ingénieur Belgrand, des circuits d’adduction d’eau et un réseau moderne d’égouts, puis lance la construction de théâtres (Théâtre de la Ville et Théâtre du Châtelet), ainsi que deux gares (Gare de Lyon et Gare de l’Est).

Des communes limitrophes de Paris, comme La Chapelle, Montmartre, Auteuil ou encore Passy, seront annexées à la capitale.

Cette transformation a un coût très élevé, puisque Napoléon III souscrit un prêt de 250 millions de francs en 1865, et un autre de 260 millions de francs en 1869.

Au total, on estime que les travaux du baron Haussmann ont modifié Paris à 60 %…

Haussmann a su aussi propager son savoir-faire dans les différentes régions françaises sous le Second Empire et le début de la Troisième République. Les villes les plus influencées sont Rouen qui, avec sa transformation va perdre plus de 500 maisons et deux églises, mais aussi Bordeaux, Toulouse, Avignon, Toulon, Lyon et Marseille qui est l’une des villes dont la physionomie a le plus changé.

 

A regarder aussi:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

A lire aussi:

 

9782742782871

 

La biographie du baron Haussmann, né en 1809 et mort 1891, appelé à Paris en 1853 pour être limogé en 1870. Pur produit de son temps, il se campe solidement au point de rencontre du capitalisme industriel alors en plein essor et de l’autocratie dont, en France, le Second Empire fut l’ultime avatar.

Haussmann (1809-1891), c’est Paris. Haussmanniser, c’est percer, aérer, éclairer, désengorger… Mais, au fond, que sait-on du « grand homme » du Second Empire?Ce livre analyse l’oeuvre du « préfet éventreur », quitte, du reste, à lui en contester, preuves à l’appui, la paternité. Il sonde encore l’âme de cet ambitieux qui semble n’avoir vécu pleinement que les dix-sept années de sa magistrature parisienne, et qui, pour le reste, se conduisit en parfait décalage avec l’image qu’il a laissée de lui-même. Fort d’un minutieux travail d’enquête, il met enfin en lumière les rapports orageux qu’Haussmann a entretenus avec l’entourage de l’Empereur, et le cruel processus d’isolement qui en a découlé. En définitive, la question n’est plus de discerner en lui un bienfaiteur ou un fléau, un visionnaire ou un technocrate, mais bien celle-ci : Haussmann ou un autre, cela aurait-il changé quelque chose ?
- Haussmann, Georges-Eugène, préfet-baron de la Seine (essai) par Nicolas Chaudun aux éditions Actes Sud – 279 pages – 25€



11 commentaires

1 2
  1. Denver Colorado Chiropractors 15 mars

    I’m no longer sure the place you are getting your info, but great topic. I needs to spend a while learning more or working out more. Thanks for magnificent info I used to be on the lookout for this info for my mission.

1 2

Laisser un commentaire

Japanese Idol |
Photos Passion |
stella-x-hudgens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nouri88
| mes albums photos
| Errance