Kenzo – Drouot-Montaigne – 16 et 17 Juin 2009 – Paris

Kenzo - Drouot-Montaigne - 16 et 17 Juin 2009 - Paris dans EXPOSITIONS 7d943e107rkenzo 

 

A 70 ans, le couturier vend sa collection d’art, chez Drouot-Montaigne , les 16 et 17 Juin 2009. Une visite privée de son intérieur Japonais, près de la Bastille, est organisée du 11 au 17 Mai 2009 de 11h à 19h.

coeur- dans EXPOSITIONSIl est l’anti-Yves Saint Laurent. «Lui était le pape de la haute couture, contrairement à Kenzo qui est une pop star», résume Jean-Luc Estournel, expert de la maison de ventes Claude Aguttes, qui mènera les enchères. Le grand couturier, plus connu sous le nom et la marque de «Kenzo», a convoqué la presse chez lui, rue Sedaine, à deux pas de la Bastille, à Paris, pour annoncer, un mois après la vente de la collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé, qu’il va se séparer de sa collection d’objets d’art.

 

 7d943e2626nkenzo

 

 Dans le petit salon, Kenzo a pris place à côté du commissaire pour dire ses raisons. Claude Aguttes présente celui que tout le monde semble déjà connaître : «Kenzo a mis son prénom en avant. Cela nous donne une idée d’un personnage très ouvert, très humaniste.»Le couturier, qui a vendu il y a une dizaine d’annéessa marque au groupe LVMH, s’est aussi séparé de cette maison où il nous reçoit. Elle a été vendue en février dernier pour près de 12 millions d’euros. L’acquéreur serait «un producteur de télévision français».

 

 7d943e2a1cekenzo

 

C’est une maison japonaise. Trois étages, 1 300 m² de bois et de verre s’enroulent autour du patio en bambous. Un jardin japonais avec une rivière à carpes, dont les pierres ont été importées du Japon, ouvre sur le «grand salon» doté d’une piscine. «Cet appartement, peut-être un jour, sera un monument historique», glisse Claude Aguttes. C’est Kenzo lui-même qui l’a imaginé, dessiné, «meublé avec sa culture et ses collections», poursuit le commissaire. Le couturier a-t-il fait sa révolution intérieure pour n’avoir plus besoin de son univers clos où il s’est inventé un monde ?

 

 

 

Dans un français mal apprivoisé, dont il semble exagérer subtilement les imperfections, Kenzo justifie sa décision de partir. «Dès mon arrivée à Paris, dans les années 1960, j’ai voulu vivre dans cette ville, dans une maison japonaise avec un jardin japonais. Je l’ai fait construire en 1985. Je l’ai habitée plus de vingt ans. J’ai réalisé mon rêve. Maintenant, je veux vivre autrement.» Alibi plus poétique que d’avouer des dettes.

 

 7d943e2c2cekenzo

 

 Parler d’argent serait une faute de goût. Le couturier va traverser la Seine, emménager rive gauche, dans un appartement qui sera «le contraire d’ici», 250 m² ouverts sur les toits de Paris. Ainsi ne sera-t-il plus obligé de sortir pour observer le soleil couchant sur la capitale, cette vision qui l’apaise tant. «En ce moment, c’est un peu dur de penser que je me sépare de tout cela», souffle-t-il, embrassant du regard ce lieu peuplé de trésors, comme autant de souvenir de voyages.

 

 photo_1237911523362-2-0

 

 Les pièces les plus remarquables sont un cheval de bois de l’époque Han, vieux de 2 000 ans (estimé à 80 000-100 000 €), une statuette préangkorienne de 600 grammes d’or massif du VIIe-IXe siècle (60 000-100 000 €) dans la chambre du maître, des statuettes de dames de cour d’époque Tang (15 000-20 000 €), des sculptures khmères, ou encore une série de petits bronzes à faire pâlir d’envie le Musée Guimet pour exposition Dvâratî. Rarissimes aussi : des laques de type Negoro – la vaisselle de laque des moines zen – qui trônent dans le grand salon (15 000-20 000 euros pièce). Sans parler des kimonos, des parures en coquillages océaniennes, des statuettes kachinas d’Amérique dont certaines ont appartenu à l’écrivain André Breton, et du paravent que Kenzo a acheté chez Baccarat pour qui il l’avait conçu. Au total, 1 300 pièces estimées à un montant global de 1,5 à 1,8 million d’euros. Une bagatelle en comparaison des 373 millions d’euros de «la vente du siècle» Bergé-Saint Laurent.

 

 

 

J e ne suis pas collectionneur, précise Kenzo, mais, en habitant ici, j’ai commencé à rassembler des objets rapportés de Chine, de Thaïlande, d’Afrique, ou chinés le week-end chez des antiquaires.» L’univers métissé de cet infatigable voyageur oscille entre l’Orient et l’Occident, dans un esprit radicalement différent de celui d’Yves Saint Laurent, chez qui «ce qui venait d’Orient n’était que simple décoration», affirme l’expert Estournel. Dans l’atelier où s’entassent de nombreuses peintures, dont les siennes, une photo des deux couturiers traîne sur le bureau. Ils semblent poser pour un ami, décontractés, riants. Kenzo accompagne la visite des journalistes dans sa maison déjà presque étrangère. Dans quelques semaines, il entamera, à 70 ans, une nouvelle vie.

 

 289c8d00-3115-11de-bb08-d38715bb68a6

 

 Combien de fois ce petit homme élégant, courtois, festif mais pas mondain a-t-il rebondi ? Quelle muse ce créateur n’a-t-il pas taquinée ? Il aura lancé une griffe devenue culte (Kenzo), une autre sous son patronyme (Takada), une ligne d’arts de la table, d’accessoires de mode, de linge de maison, un travail avec la maison Baccarat, qui lui consacre une collection «Lumières d’Asie»… « Tout ce que je fais, il faut que j’aie envie de le mettre chez moi», justifie simplement Kenzo Takada. Sa maison embaume le parfum des lys. En cuisine s’affaire un chef de son pays devant des coquilles Saint-Jacques. Allégorie d’un art de vivre, avec son temps.

 

 38337_kenzo_home_img

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

L’exposition publique aura lieu à Drouot-Montaigne du samedi 13 au lundi 15 juin 2009 ( Samedi 13 juin de 14h30 à 18h – Dimanche 14 juin de 11h à 18h – Lundi 15 juin de 11h à 20h ). Le catalogue de la vente est la clé d’entrée chez Kenzo, de 11 heures à 18 heures, acheté sur place (80 ), ou à l’étude Aguttes, ou envoyé sur demande. Tel. : 01.47.45.55.55.



Edward Sheriff Curtis – Partie 8

Edward Sheriff Curtis - Partie 8 dans Photographie: Grands Photographes ESC-7286

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-6785 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-6487

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-5943

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-5800

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-7201

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-7370

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-5645

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-7403

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

ESC-7486

Crédit Photo: © Edward Sheriff Curtis

Biographie d’Edward Curtis

220px-ECurtis

Edward Sheriff Curtis, né le 16 février 1868 à Whitewater et mort le 19 octobre 1952 à Los Angeles, est un photographe ethnologue américain.

Il a été un des plus grands anthropologue social des amérindiens du nord américain (Navajos mexicain, Amérindiens des États-Unis, et Inuits),
avec des rencontres enrichissantes, des écrits (tels sur les mythes et coutumes), et de nombreuses photos sur verre remarquable.

Ainsi, de manière non exhaustif, il a entreprit l’inventaire photographique d’un très grand nombre d’amérindiens des 80 tribus existantes.
(Cette population indienne qui était estimée à plus d’un million d’individus au XVIIIe siècle, avait chuté aux alentours de 40 000 lorsqu’il débuta son projet).

Bien à vous,

Saint-Sulpice

Voir aussi:

 Edward Sheriff Curtis – Partie 7.

 Edward Sheriff Curtis – Partie 6. 

 Edward Sheriff Curtis – Partie 5.

 Edward Sheriff Curtis – Partie 4.

 Edward Sheriff Curtis – Partie 3. 

 Edward Sheriff Curtis – Partie 2.

 Edward Sheriff Curtis – Partie 1.



Un livre, une rose – Samedi 25 Avril 2009

Un livre, une rose - Samedi 25 Avril 2009  dans Evenementiel image_52979379

 

Belle opération le 25 avril pour la 11e Fête de la librairie : pour un livre acheté, une revue (et une rose) offerte

 

 

Plus de 400 libraires indépendants (dont la librairie des Abbesses à Paris, à l’origine de l’initiative…) donneront ce jour-là à leurs clients un hors série de la revue XXI au programme alléchant :

reportage sur une star du polar, le suédois Henning Mankel, qui vit 6 mois par an au Mozambique, retour sur la première Bible imprimée par Gutenberg …

Cette fête des libraires indépendants s’inspire de la tradition catalane de la San Jordi (qui tombe le 23 avril): sous Franco, les Catalans s’échangeaient des livres et des roses, actes de résistance officieuse contre le régime.

 

 une_rose_un_livre_pour_la_sant_jordi__photo_jlm_7447_ dans Evenementiel

 

Les librairies indépendants, nous a expliqué Nathalie Dran, qui s’occupe de la communication de la fête, jouent un rôle essentiel dans la diffusion de la littérature : « Ils connaissent leurs clients, savent leur suggérer un auteur qui leur plaira, hors des sentiers balisés. Dans les hypers et les grandes surfaces, seul le nom connu compte, d’où l’inflation de livres « people ». »

Livres Hebdo souligne que le livre résiste plutôt bien à la crise, avec une progression de 1,5% en février. Mais les librairies de qualité, elles, marquent le pas, avec un chiffre d’affaires légèrement en baisse. La 11e édition de la Fête des libraires indépendants permettra d’en retrouver le chemin.

 

 santjordi09

 

- Le hors série de la revue XXI (68 pages) distribué gratuitement dans les librairies indépendantes le 25 avril, sera édité à 10.000 exemplaires. Cette revue lancée par le grand reporter Patrick de Saint-Exupéry et les éditions Les Arènes, en principe vendue 15 euros, est distribuée en librairie et non en kiosque. Elle en est à son sixième numéro.

 

 

 

Bonne lecture et une pensée particulière pour la femme que j’aime qui vient du pays des fontaines, je t’aime!

Saint-Sulpice

 



Yousuf Karsh

 Yousuf Karsh dans Photographie: Grands Photographes PeterLorre

Peter Lorre – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Peter Lorre, de son vrai nom Laszlo Loewenstein, né à Rózsahegy en Autriche-Hongrie (aujourd’hui Ružomberok en Slovaquie) le 26 juin 1904 et décédé à Los Angeles le 23 mars 1964, est un acteur, scénariste et réalisateur de cinéma américain d’origine austro-hongroise.

 

JoanCrawfordByYousufKarsh dans Photographie: Grands Photographes

Joan Crawford  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Joan Crawford, de son vrai nom Lucille Fay LeSueur, est une actrice et une productrice américaine née le 23 mars 1905 à San Antonio au Texas et décédée le 10 mai 1977 à New York.

Joan Crawford est l’une des stars les plus symboliques de l’âge d’or d’Hollywood. Sa carrière couvre, sur plus de quarante ans, les différentes époques des grands studios américains. Elle joua les filles délurées (les « flappers ») des années folles, les jeunes femmes arrivistes dans les années 1930, les femmes victimes dans des mélodrames des années 1940 et 50.

Elle obtient un Oscar en 1945 pour Le Roman de Mildred Pierce.

Elle a été l’une des actrices américaines dont l’étoile a brillé le plus longtemps et la seule vedette du muet qui soit demeurée encore une grande star au cours des années 1960.

 

Humphrey_Bogart_by_Karsh_%28Library_and_Archives_Canada%29

 Humphrey Bogart  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Humphrey DeForest Bogart (né le 25 décembre 1899 à New York et décédé le 14 janvier 1957 à Los Angeles) est un acteur américain.

Surnommé « Bogey » ou « Bogie » par son public, il demeure aujourd’hui l’un des mythes les plus incontestables de l’histoire du cinéma. En 1951, il fut lauréat de l’oscar du meilleur acteur pour son rôle dans L’Odyssée de l’African Queen. En 1999, il a été classé Greatest Male Star of All Time (littéralement Plus grande star masculine de tous les temps) par le American Film Institute. Et Casablanca, dans lequel il joue le rôle principal, est régulièrement cité parmi les cinq meilleurs films de l’histoire du cinéma.

 

 

 YK-1148

Robert Frost  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

Robert Frost (26 mars 1874, San Francisco-29 janvier 1963, Boston) est un poète américain.

 Face aux étonnements et aux bouleversements du modernisme américain, Robert Frost prit un parti radicalement opposé. Inspiré par la campagne des États Unis à la fois pour les thèmes et les images, il incarna une forme de scepticisme et l’ironie bienveillante qui contribuèrent à faire de lui un trait d’union entre la poésie du XIXe et du XXe siècle. Cela rappelle par exemple la vision de Thomas Jefferson du paysan heureux. À travers une écriture épurée, et en choisissant des sujets à l’apparence concrète, presque simpliste, Robert Frost tente, dans une perspective sereine et optimiste de faire surgir la complexité et la mystique du monde. Ainsi ses poèmes Dust of Snow ou Birches sont ils représentatifs de cette écriture qui s’apparente par bien des aspects aux haïkus et poèmes bouddhistes.

À cet égard, Robert Frost se présente comme étant aux antipodes des poètes de son temps, qui exaltent le modernisme, la fraternité, l’engagement à travers différents courants. À la différence des poètes qui souhaitent chanter le monde en changement, et participer à cet élan qui caractérise le vingtième siècle, au travers de ses victoires et ses vicissitudes, Frost est un poète de l’intimité, un poète de la solitude, un chantre inépuisable de la nature. Chaque poème est une invitation à un changement de point de vue sur un sujet en apparence simple, qui acquiert grâce à l’impressionnante maîtrise de style de cet auteur une complexité infinie, pouvant être lu et interprété à des degrés différents. Il se rapproche de ce fait d’une mystique bouddhiste, ainsi que d’autres poètes tels que Fernando Pessoa, Pablo Nerud ou même Francis Ponge.

La vie rurale est présentée à travers une pléthore d’émotions, toutes découlant de sujets simples et ordinaires, où se mêlent humour et tragédie. L’arrière-plan favorise aussi les questions se rapportant à l’homme et son milieu, avec la Nature dans le dualisme du Beau et du Dangereux.

Il célébra l’élection de John Fitzgerald Kennedy à la présidence.

Il est enterré au cimetière de Bennington (Vermont) et a fait graver l’épitaphe : « I had a lover’s quarrel with the world »

 

 

 YK-1132

 Albert Schweitzer  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

Albert Schweitzer (14 janvier 1875 – 4 septembre 1965) était un théologien protestant, musicien, philosophe et médecin, alsacien né citoyen allemand et devenu français. Connu pour son éthique du respect de la vie, pour son hôpital fondé à Lambaréné, au Gabon, ainsi que pour ses travaux sur Bach et ses interprétations à l’orgue, caractéristiques du mouvement de la réforme alsacienne, Albert Schweitzer fut lauréat du prix Goethe en 1928 et du prix Nobel de la paix en 1952.

 

 

 YK-1140

 Sir Laurence Olivier  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

Laurence Kerr Olivier naît le 22 mai 1907 à Dorking dans le comté de Surrey de Gerard Kerr Olivier, prêtre anglican, et Agnes. Il est inscrit à la St Edward’s School d’Oxford, et à l’occasion il joue de petits rôles dans les pièces de théâtre de l’école. Il entre à la Central School of Dramatic Art à l’âge de 17 ans, puis rejoint la Birmingham Repertory Company en 1926. Il commence par faire de la figuration dans cette compagnie de théâtre puis obtient des rôles de plus en plus importants. Il évolue ainsi au théatre, interprète Private Lives de Noel Coward (1930), Hamlet et Macbeth en 1937, ou encore Roméo et Juliette, alternant les rôles de Roméo et de Mercutio. Mais il commence aussi à se tourner vers le cinéma.

 

 

YK-1142

Bertrand Russell  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Bertrand Arthur William Russell (18 mai 1872, Tellek, Monmouthshire – 2 février 1970, près de Penrhyndeudraeth, Pays de Galles), 3e comte Russell, est un mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique. Considéré comme l’un des plus importants philosophes du XXe siècle, avec une pensée qui peut être présentée selon trois grands axes.

La logique et le fondement des mathématiques : Russell est, avec Frege, l’un des fondateurs de la logique contemporaine. Son ouvrage majeur, écrit avec Alfred North Whitehead, est Principia Mathematica. À la suite des travaux d’axiomatisation de l’arithmétique de Peano, Russell a tenté d’appliquer ses propres travaux de logique à la question du fondement des mathématiques.

Il soutint l’idée d’une philosophie scientifique et a proposé d’appliquer l’analyse logique aux problèmes traditionnels, tels que l’analyse de l’esprit, de la matière (problème corps-esprit), de la connaissance, ou encore de l’existence du monde extérieur. Il est ainsi le père de la philosophie analytique. Jules Vuillemin le fera connaître en France.

L’engagement social et moral : il écrivit des ouvrages philosophiques dans une langue simple et accessible, en vue de faire partager sa conception d’une philosophie rationaliste œuvrant pour la paix et l’amour. Il s’est engagé dans de nombreuses polémiques qui le firent qualifier de Voltaire anglais, défendit des idées proches du socialisme de tendance libertaire et milita également contre toutes les formes de religions, considérant qu’elles sont des systèmes de cruauté inspirés par la peur et l’ignorance. Il organisa le tribunal Sartre-Russell contre les crimes survenus pendant la guerre du Viêt Nam.

Son œuvre, qui comprend également des romans et des nouvelles, fut couronnée par le prix Nobel de littérature en 1950, en particulier pour son engagement humaniste et comme libre penseur. Enfin, il devint membre du Parlement britannique.

YK-1151

George Bernard Shaw  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

George Bernard Shaw (26 juillet 1856 à Dublin - 2 novembre 1950 à Ayot Saint Lawrence) fut un critique musical et dramatique irlandais, essayiste, scénariste, et auteur célèbre de pièces de théâtre. Irlandais acerbe et provocateur, pacifiste et anticonformiste, il obtint le prix Nobel de littérature en 1925.

 

YK-1154

Helen Keller  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Helen Adams Keller (27 juin 1880 à Tuscumbia, Alabama – 1er juin 1968) était une écrivaine, activiste et conférencière américaine. Bien qu’elle fût sourde, aveugle et muette, elle parvint à obtenir un diplôme universitaire. Sa détermination a suscité l’admiration, principalement aux États-Unis.

Helen Keller est devenue un auteur prolifique, parlant sans détour contre la guerre. Elle a fait campagne pour le droit de vote des femmes, le droit des ouvriers, le socialisme, aussi bien que plusieurs d’autres causes progressistes.

 

 

YK-1147

Muhammed Ali  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Cassius Marcellus Clay Jr, né le 17 janvier 1942, devenu Mohamed Ali ou en anglais Muhammad Ali, est un boxeur des États-Unis évoluant en catégorie poids lourd. Il fut nommé sportif du XXe siècle par une assemblée de journalistes internationaux, précédant Pelé. Il doit sa célébrité mondiale autant par ses performances sportives que par son verbe haut, sa conduite extrasportive et son activisme politique. Il est atteint de la maladie de Parkinson.

Le 17 décembre 2005, il reçoit à Berlin la médaille de la Paix Otto Hahn , décernée tous les deux ans par la société allemande, au nom de l’Organisation des Nations unies.

 

 

YK-1163

Winston Churchill  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Sir Winston Leonard Spencer-Churchill, (Can), né le 30 novembre 1874 et mort le 24 janvier 1965 à Londres, est un homme politique britannique, surtout connu pour avoir dirigé le Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est premier ministre du Royaume-Uni de 1940 à 1945 et de nouveau de 1951 à 1955. En plus d’être un homme d’État et orateur, Churchill est un officier de l’armée britannique, un historien, un écrivain lauréat du prix Nobel et un artiste.

Durant sa carrière militaire, Churchill combat en Inde, au Soudan et lors de la Seconde Guerre des Boers. Il acquiert la célébrité et la notoriété en tant que correspondant de guerre et aussi grâce aux livres contemporains qu’il a écrits décrivant les campagnes. Il sert aussi brièvement sur le front occidental pendant la Première Guerre mondiale, en tant que commandant du 6e Bataillon du Royal Scots Fusiliers.

Au premier plan de la vie politique pendant près de soixante ans, il occupe de nombreux postes politiques et ministériels. Avant la Première Guerre mondiale, il est ministre du commerce, secrétaire du département de l’intérieur et premier lord de l’Amirauté dans le cadre du gouvernement libéral d’Asquith. Au cours de la guerre, il continue à exercer les fonctions de premier lord de l’Amirauté jusqu’à la désastreuse bataille des Dardanelles qui causa son départ du gouvernement. Il retourne en tant que ministre des munitions, secrétaire d’État à la Guerre et le secrétaire d’État de l’air. Durant l’entre-deux-guerres, il sert en tant que chancelier de l’Échiquier dans le gouvernement conservateur.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Churchill est de nouveau nommé premier lord de l’Amirauté. À la suite de la démission de Neville Chamberlain, le 10 mai 1940, il devient premier ministre du Royaume-Uni et conduit la Grande-Bretagne à la victoire contre les puissances de l’Axe. Churchill est remarqué pour ses discours, qui sont devenus une grande source d’inspiration pour le peuple britannique et les forces alliées.

Après avoir perdu les élections législatives de 1945, il devient chef de l’opposition. En 1951, il redevient premier ministre avant de prendre sa retraite en 1955. À sa mort, la Reine lui accorde l’honneur d’avoir des obsèques nationales, qui a vu l’un des plus importants rassemblements d’hommes d’État dans le monde.

 

 

YK-1156

Georgia O’Keeffe  – Crédit photo: © Yousuf Karsh

 

Georgia O’Keeffe, née le 15 novembre 1887 à Sun Prairie, Wisconsin et morte le 6 mars 1986 à Santa Fe, Nouveau-Mexique, était un peintre américaine considérée comme une des peintres modernistes majeures du XXe siècle.

Mariée au photographe Alfred Stieglitz, ce dernier exposa leurs tableaux qui les rendirent célèbres.

 

Biographie de Yousuf Karsh

Yousuf-Karsh

 

La famille Karsh émigra en Syrie en 1922 pour échapper aux persécutions, et le jeune Yousuf fut envoyé au Canada en 1924, auprès de son oncle Georges Nakash, un photographe portraitiste renommé de Sherbrooke (Québec).

C’est là qu’il fit son premier apprentissage en photographie. Par la suite il se perfectionna auprès de H. Garo, à Boston (Massachusetts, États-Unis) qui était alors le photographe en vue de l’aristocratie et des personnes en vue de l’époque.

Il s’installa à Ottawa en 1932 où il fit ses débuts dans la photographie de théâtre. Il devint rapidement le photographe de la haute société et sa renommée s’étendit largement au-delà des limites de sa ville. Il fut donc choisi assez naturellement pour faire le portrait de Winston Churchill lorsque ce dernier se rendit au Canada en 1941. La photo de Karsh immortalisa l’image d’un Winston Churchill volontaire et déterminé face aux défis de la guerre, et rendit d’emblée son auteur célèbre de par le monde. Pour la petite histoire, l’air taciturne arboré par Churchill sur ce portrait serait dû au fait que ce dernier ne se séparait jamais de son cigare et entendait le conserver durant la séance. Yousuf Karsh le lui a pris et l’a jeté avant de faire sa photo.

Il devint alors le photographe des personnalités marquantes de son époque, et fit ainsi le portrait d’environ 11 000 vedettes dans tous les domaines, politique, artistique, scientifique et autres jusqu’à sa retraite en 1992.

Yousuf Karsh mourut le 13 juillet 2002 à Boston.

Il est considéré comme l’un des plus importants photographes portraitistes du XXe siècle.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



12345...15

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne