Le Bestiaire d’André Masson – Musée de la Poste – Paris

Le Bestiaire d'André Masson - Musée de la Poste - Paris dans EXPOSITIONS massonaffiche

 

Depuis un accrochage à la Sorbonne il y a une vingtaine d’années, André Masson (1896-1987) n’avait plus été exposé à Paris.

 

 meditation dans EXPOSITIONS

 

La dernière présentation du travail du peintre dans un musée de la capitale remonte même à plus de quarante ans. En revanche, en Allemagne, en Suisse et en Espagne notamment (et aussi au MOMA, le musée d’art moderne de New-York) des hommages plus récents ont été rendus à ce « surréaliste de naissance », comme il aimait à se définir.

 

 deadalus

 

Une démarche que le musée de La Poste s’approprie ce printemps en réunissant depuis le 6 avril au sein de sa galerie du Messager plus de 150 de ses œuvres. « Masson est un très grand artiste, de la trempe d’un De Chirico ou d’un Calder, affirme Josette Rasle, la commissaire d’exposition, les gens qui s’intéressent à son travail, qui prennent le temps de s’y arrêter sont conquis par ses prouesses stylistiques, par sa capacité d’évocation. » Cette dernière traduit en particulier la relation mystique, profondément charnelle que Masson entretenait avec la nature.

 

 metaphysical
Ainsi, lorsqu’il se rend en Espagne au début des années trente, et alors qu’il dort à la belle étoile avec son épouse près du monastère de Montserrat, il dit « se sentir en intense fusion » avec l’environnement et la matière qui l’entourent.

 

 

 andre_masson_gallery_1

 

 

Quelques années plus tard, exilé aux Etats-Unis avec plusieurs de ses compagnons surréalistes en raison de la guerre, il affirmera « ressentir les forces naturelles, bien plus que les paysages, comme nulle part ailleurs ». Les animaux font partie intégrante de cette passion irrépressible et absolue pour la nature.

 

 

 

 

 

 Tout au long de sa vie, et dans les multiples endroits de France ou d’Europe où il s’est établi ou a séjourné, ils ont été pour lui une source inépuisable d’inspiration et de créativité.

 

 

 andre_masson_gallery_2

 

 

« L’exposition, intitulée  « Le Bestiaire d’André Masson « , a ainsi été conçue comme une rétrospective du travail du peintre sur les animaux, explique Josette Rasle, de sa courte période cubiste dans les années 20 à son immersion dans l’univers surréaliste et jusqu’à ses incursions vers l’expressionnisme, il n’a jamais cessé  de les montrer, d’utiliser leur puissance allégorique et symbolique. »

 

 

 

 tower

 
Mi-bêtes, mi-hommes, mi-dieux mi-végétaux, les animaux de Masson – insectes, coqs, chevaux, taureaux, oiseaux, poissons… – se métamorphosent, s’accouplent, s’affrontent, se déchirent en permanence. Ils témoignent du regard révolté que le peintre porte sur les tragédies du monde, ses brutalités, sa folie…

 

 

 

 andre_masson_gallery_4

 

 

 

D’autres thèmes récurrents chez lui, comme la mythologie (plusieurs œuvres présentées font référence au Minotaure, à Actéon, Diomède… ), le désir, l’érotisme (les tableaux et dessins abordant ces aspects de la production du peintre sont rassemblés au sein d’un espace dédié) figurent aussi en bonne place dans l’exposition.Huiles sur toiles, aquarelles, dessins ou illustrations au crayon ou à l’encre, gravures… : Masson utilisait toutes les techniques avec bonheur.

 

 

 andre_masson_gallery_5

 

 

 

L’accrochage que propose le musée de La Poste jusqu’en septembre atteste ainsi de toute l’étendue de ses talents, et permet de faire découvrir ou redécouvrir l’immense artiste qu’il était. Ami de Bataille et de Breton  – qui lui acheta son célèbre tableau « Les quatre éléments », dont le titre fut repris par Jean Grémillon pour son documentaire sur le peintre, visible dans l’expo.

 

 

 andre_masson_gallery_6

 

 

 Il a aussi fréquenté la plupart de ceux qui ont contribué à l’essor culturel du XX ème siècle (Max Jacob, Antonin Artaud, Miró, Michel Leiris… ). Un artiste reconnu de ses pairs qui mérite vraiment aujourd’hui de l’être par un très large public.

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

 

 andre_masson_gallery_7
 

Musée de La Poste – 34 Boulevard de Vaugirard – 75015 Paris – Du 6 avril au 5 septembre 2009 - ouvert tous les jours de 10 h à 18 h sauf dimanche et jours fériés, nocturne jusqu’à 21 h le lundi. Tarifs : 6,5 € (tarif réduit : 5 €). Gratuit pour les moins de 13 ans, les groupes scolaires et les accompagnateurs. Le catalogue de l’exposition « Masson », préfacé par Juan Manuel Bonet, est coédité par l’Ecole nationale des beaux-arts et le musée de La Poste.

 



2 commentaires

  1. lucaerne 2 mai

    Masson, un grand parmi les grands, tant pour sa peinture que pour sa littérature. Tiens, un truc marrant : il a écrit « L’équarisseur » 70 ans avant que Lorette Nobécourt écrive « L’équarissage ».

  2. saintsulpice 3 mai

    aaahhh ma Lorette :)

Laisser un commentaire

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne