Margaret Bourke-White

 Margaret Bourke-White dans Photographie: Grands Photographes

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

 t-BOURKE___CALDWELL_yazo_37_051 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_hami_37_021

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_iron_37_011

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_high_37_031

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_nett_37_041

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_mcda_37_061

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_mcda_37_071

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-BOURKE___CALDWELL_matt_37_081

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-42_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-43_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-44_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-45_1

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-46_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-47_1

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-48_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-49_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-50_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-51_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-52_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-53_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-54_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-55_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-56_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

t-57_

Crédit photo: © Margaret Bourke-White

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 

 Biographie de Margaret Bourke-White

180px-Margaret_at_home_1964-01

 

Margaret Bourke-White est née dans le quartier du Bronx à New York d’un père juif et d’une mère irlandaise. Elle fit ses études à l’université Columbia de New York où elle commença à s’intéresser à la photographie. Elle épousa Everett Chapman en 1925 mais divorça deux ans plus tard. Elle fréquenta d’autres établissements d’enseignement supérieur et fut diplômée de l’université Cornell en 1927. L’année suivante, elle s’installa à Cleveland, où elle travailla comme photographe pour l’entreprise Otis Steel Company. Elle intégra en 1929 le magazine Fortune et fit un voyage en URSS en 1930. Puis elle fut embauchée par Henry Luce et travailla comme photographe de presse pour le magazine Life. Au milieu des années 1930, elle photographia, dans le cadre du projet de la Farm Security Administration les victimes du Dust Bowl à l’instar de Dorothea Lange. Elle fut mariée au romancier Erskine Caldwell de 1939 à 1942. Elle travailla comme correspondante de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale et retourna en URSS : elle trouva refuge à l’ambassade américaine de Moscou au moment de l’invasion allemande. Elle photographia d’autres fronts pendant le conflit en Afrique du Nord, en Italie et en Allemagne. Elle suivit le général George S. Patton dans l’Allemagne vaincue et prit des clichés du camp de concentration de Buchenwald. Elle voyagea également en Inde où elle rencontra Gandhi, qu’elle prit en photographie avec sa roue à filer.

 

Crédit photo: © Margaret Bourke-White



Andy Warhol – Maison Rouge – 18 Février au 3 Mai 2009 – Paris

 Andy Warhol - Maison Rouge - 18 Février au 3 Mai 2009 - Paris dans EXPOSITIONS 20090218PHOWWW00252

 

 

Andy Warhol, le pape du Pop a toujours été fasciné par la télévision. Un moyen de communication contemporain et massif. Un outil idéal de promotion artistique, de promotion sociale, de promotion.

 

 

20090218PHOWWW00275 dans EXPOSITIONS

 
Son grand rêve est d’avoir une émission de télé à lui. Un programme qu’il contrôlerait mais encore qui lui donnerait l’occasion de contrôler son image. Dès 1964 il imite un soap opera, auquel il adjoint de vraies « réclames ».

 

 

 

 20090218PHOWWW00360

 

 

Au début des années 70, il joue à créer des sortes de télénovelas, résumé de son univers esthétique et fantaisiste. En 1979 il réunit autour de lui une petite équipe qui va se charger de créer des programmes télé qui seront diffusés sur le tout nouveau câble new-yorkais. Avec entre autres, Vincent Fremont, Don Munroe et Sue Etkin, ils vont imaginer Fashion, talk show dédié à la mode puis Andy Warhol’s TV, une téléréalité version Factory avantde produire le fameux Andy Warhol’s fifteen minutes qui reprend son illustre phrase sur la célébrité.

 

 

 

 20090218PHOWWW00273

 

 

Cette exposition est un zapping géant dans l’univers télévisuel de Warhol. Un voyage dans les obsessions de l’artiste. Ses fascinations, ses amours, ses surprises et ses craintes.

 

 

 

 20090218PHOWWW00272

 

 
En 1987, la télédiffusion de son oraison funèbre clôt tragiquement l’histoire de celui qui voulait apparaître à l’écran, on air, comme on dit outre Atlantique.

 

 

20090218PHOWWW00276

 
La télévision de Warhol est certainement le seul sujet encore inexploré chez l’artiste briseur de tabous dans le monde de l’art.

 
 

20090218PHOWWW00274

 

 Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

La Maison Rouge – 10 Boulevard de la Bastille – 75012 Paris – tel: 01.40.01.08.81 – Du 18 Février au 3 Mai 2009 - ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21 h, jours de fermeture les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai – Métro : Quai de la Rapée ou Bastille, RER : Gare de Lyon (accessible aux personnes handicapées) – Tarifs: plein tarif : 7€, tarif réduit : 5€, 13-18 ans, étudiants, maison des artistes, plus de 65 ans – gratuité : – de 13 ans, chômeurs, accompagnateurs de personnes invalides, amis de la maison rouge, carte ICOM.

 plan

 

20090218PHOWWW00271

 

 

 



American Dream – Cartes Postales 1900~1930 – MEP – Paris

American Dream - Cartes Postales 1900~1930 - MEP - Paris dans EXPOSITIONS AD_04B 

 

 

L’exposition présente plus de 250 cartes postales photographiques dépeignant l’Amérique, de 1900 à 1930. Elle révèle un chapitre important et inédit de l’histoire de la photographie, ainsi qu’un aperçu illustré de l’histoire américaine.
À cette période, l’Amérique ouvre son vaste territoire à de nouveaux arrivants venus d’Europe de l’Ouest et de Russie, en quête d’une vie meilleure. Les cartes postales montrent des scènes idylliques de champs et de fermes, mais révèlent également une actualité plus grave comme les grèves de travailleurs ou les lynchages de Noirs. La diversité des images traduit la popularité du médium de la carte postale et l’efficacité des services postaux de l’époque.
Collectés depuis plusieurs années par Anthony d’Offay, ces exemplaires très rares de cartes postales constituent aujourd’hui l’une des plus grandes collections au monde.

 

 AD_02B dans EXPOSITIONS

 

L’exposition d’environ 220 cartes postales photographiques explore l’identité américaine de 1900 à 1930. À cette époque, l’Amérique a ouvert son vaste territoire à de nouveaux immigrés, des Européens de l’Ouest et des Russes en quête d’une vie meilleure.Ces images, sans prétention, maladroites ou poétiques, souvent réalisées par des amateurs anonymes, couvrent un registre allant du paysage aux manifestations de la haine raciale. Ce sont de photos originales sur papier photographique, réalisées à partir de négatifs, et présentées par thèmes, dans des vitrines spécialement conçues à cet effet.

 

AD_03B 

 

Au début du XXe siècle s’est développée en Amérique une véritable manie de la carte postale. En 1898, grâce à une loi passée par le Congrès, on pouvait expédier des cartes pour 1 cent seulement; elles jouaient le rôle que jouent les e-mails ou les SMS aujourd’hui. Des innovations techniques ont encore amplifié ce phénomène : Kodak lança alors un appareil photo, simple et bon marché, le A3, spécifiquement conçu pour produire les négatifs en format carte postale. Selon le service postal des Etats-Unis, presque un milliard de cartes postales ont été envoyées en 1913, soit dix fois le nombre d’Américains.Par un curieux hasard, l’exposition débute quinze jours après l’investiture de Barack Obama, et dans une période de forte angoisse sociale et de crise financière exceptionnelle, à un moment où le rêve américain n’était plus qu’une métaphore sans vie.

 

AD_01B

 

“American Dream” (le rêve américain) révèle un chapitre important et inédit de l’histoire de la photographie. Ses images nous disent aussi que la photographie est un médium qui excelle à capter l’esprit et la nature de l’expérience américaine.

Le commissariat de cette exposition est assuré par Anthony d’Offay.

“American Dream” a été présenté à Londres, en 2006. Collectés depuis plusieurs années par Anthony d’Offay, ces exemplaires très rares de cartes postales constituent aujourd’hui l’une des plus grandes collections au monde.

 Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

Maison Européenne de la Photographie ( MEP ) – 5~7, Rue de Fourcy – 75004 Paris – Tel: 01.44.78.75.00 - Du 4 Février au 5 Avril 2009 - Métro Saint-Paul ou Pont-Marie – Bus: 67, 69, 96 ou 76 – Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés. Accès à la billetterie jusqu’à 19h30 – Tarifs: Plein 6,50€ & Réduit 3.50€  Plus de 60 ans, famille nombreuse, étudiant, enseignant, demandeur d’emploi, bénéficiaire de l’aide sociale et du RMI, Maison des artistes, les abonnés des lieux partenaires. Gratuité aux moins de 8 ans en individuel, personne handicapée , accompagnateur de groupe, personnel de la Ville de Paris, carte presse et tous les mercredis dans la tranche horaire 17 à 20 heures
 

 



Le Carnaval de Paris – Dimanche 22 Février 2009 – Paris

 Le Carnaval de Paris - Dimanche 22 Février 2009 - Paris dans Evenementiel

 

 

Le 22 février (dimanche gras), le Carnaval de Paris réchauffera la capitale avec ses couleurs, ses musiques et ses festivités ! Retrouvez le parcours, qui démarre à la place Gambetta (20e).

 

Déambulation festive, performance collective, parade musicale, le Carnaval de Paris se déroulera cette année sur le thème de «Monstres et monstruosités». Le défilé regroupera bien sûr les traditionnels chars, mais aussi de nombreuses batucadas brésiliennes, fanfares funk, troupes carnavalesques, circassiennes…

 

 IMG_0039 dans Evenementiel

 

 
Le Carnaval de Paris reprend une tradition qui existait déjà au Moyen Age à travers la Fête des fous. Après sa disparition, au début du 16e siècle, apparaît et prospère le Carnaval de Paris dont le point d’orgue est la Promenade du Boeuf Gras. Celle-ci connaîtra au cours du 19e siècle un développement énorme devenant de facto la Fête de Paris. Le cortège rassemble alors plus de 400 000 personnes.
Au cours du 20e siècle, le Carnaval de Paris perd progressivement de sa force à l’instar de nombreux carnavals en France. Suite à des problèmes d’organisation, il est interrompu entre 1952 et 1997.

 

 

 IMG_0043

 

 
Ce carnaval populaire, qui fédère habitants, acteurs locaux (associations de quartier, centres d’animation, écoles…), artistes de rue, plasticiens et musiciens, participe à faire renaître à Paris la pratique carnavalesque.

 

Bon carnaval,

Saint-Sulpice
Le parcours :
Animations Place Gambetta de 14h30 à 15h30
A- Départ place Gambetta à 15h30
B- Avenue Gambetta
C- Place Auguste Métivier
D- Boulevard de Ménilmontant
E- Belleville (vers 16h45)
F- Rue du Faubourg-du-Temple
G- Place de la République (vers 18h)
H- Rue du Temple
I- Rue de Turbigo
K- Rue Beaubourg
L- Rue du Renard
M- Rue de la Coutellerie
N- Arrivée place à l’Hôtel de Ville (vers 19h)
Animations de 19h à 21h rue Lobau (Derrière l’Hôtel de Ville)

 



1...45678...17

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne