Lee Friedlander

Lee Friedlander dans Photographie: Grands Photographes t-IMG_8629

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8630 dans Photographie: Grands Photographes

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8631

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8633

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8623

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8624

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8625

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8627

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8628

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8616

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8617

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8618

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8619

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8620

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8621

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8622

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8610

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8611

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8612

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8613

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8614

Crédit Photo: © Lee Friedlander

t-IMG_8615

Crédit Photo: © Lee Friedlander

Lee Friedlander

 

 

 

Né à Aberdeen, Washington en 1934

Biographie de Lee Friedlander

Photographe de l’ordinaire, Lee Friedlander est réputé pour ses représentations de la ville. Son travail a toujours été marqué par l’audace et la spontanéité. Il étudie la photographie au Centre d’art de Los Angeles, puis à New York, puis commence à réaliser des portraits de musiciens de jazz – et notamment Aretha Franklin ou Miles Davis – destinés à illustrer des couvertures d’albums. Parallèlement, il enseigne à l’université et collabore avec plusieurs magazines. C’est à cette époque, et au contact de photographes reconnus – comme Walker Evans et Robert Frank – que naît son envie de s’affranchir de la dimension commerciale de son art pour représenter le contexte de la vie quotidienne. En 1960, et grâce à une bourse de la fondation Guggenheim, il entreprend de participer à un projet intitulé ‘The American Social Landscape’, qui fait en 1966 l’objet d’une exposition collective à la George Eastman House de Rochester. Entre-temps, il présente sa première exposition personnelle en 1963. Peu à peu, il pénètre plus avant dans l’intimité de l’Américain moyen, s’intéressant à tous les aspects de son quotidien. Il se laisse influencer par la vague pop de l’époque, tout en variant les tons et en innovant en matière de prise de vue. Figure majeure de la photographie américaine, Lee Friedlander a su détourner les aléas techniques – ombres, reflets… – de manière à les intégrer dans son processus de création, donnant à son travail une dimension unique, à la fois lyrique et réaliste.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Est-il intelligent, Docteur?

 Est-il intelligent, Docteur? dans Chronique d'enfance jesuites

 

- Est-t’il intelligent docteur?

- Oui madame, l’intelligence ne lui fait pas défaut, loin de là, c’est autre chose!

- Mais quoi?

- Si je le savais madame…

- Il ne reste jamais en place, semble être incapable de se concentrer, vit dans ses rêves et dans un monde parallèle. Nous ne savons plus quoi faire. Nous sommes dépités!

- Moi aussi madame. La médecine à ses limites et nous ne sommes pas en mesure actuellement de pouvoir déterminer le mal dont il est épris.

- Mais ce n’est pas un méchant garçon docteur, au contraire mais il échoue constamment dans ses études depuis son entrée au collège et passe son temps à se disperser, à dissiper ses petits camarades, à déranger le corps professoral dans l’exercice de sa fonction  et ne peut pas rester concentrer plus de dix minutes sur le même sujet.

- Vous savez, je pense avoir une solution.

- Jésus Marie Joseph, que Dieu vous entende!

- La pension…

- La pension?

- Oui madame rien ne vaut une sévère ambiance militaire pour le recadrer! Avez-vous une preférence?

- Peut-être là où mon mari a fait son cursus scolaire, chez les Jésuites!

- Excellente idée, vous verrez, ils le materont votre enfant et vous le rendront brillant et attentionné.

- Merci Docteur, combien vous dois-je?

- Rien vous me payerez quand les résultats seront là…

 

Mais les résultats ne virent jamais, le brave Docteur mourut d’un cancer de la gorge cinquante cigares plus tard et je fus remercié au bout de deux années par nos bons Jésuites qui malgré tous leurs intenses efforts ne réussirent pas à me remettre dans le droit chemin de l’attention et du plaisir d’apprendre en milieu clos!

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

Lire aussi:

3/- La Poursuite.

2/- Le violon

1/- Les bonbons

 



1...1314151617

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne