Les Trois Baudets – Paris – la réouverture!

Les Trois Baudets - Paris - la réouverture!

 

De la scène aux coulisses, découvrez en avant-première la nouvelle salle des trois baudets, les 7 et 8 février de 12h à 17h. Et dès le 10 février 2009, vous pourrez apprécier la nouvelle chanson francophone qui s’y produira, sous toutes ses formes. 300 jours par an, les artistes habiteront les lieux de toute leur fantaisie et leur puissance artistique. Une aubaine pour tous les amateurs de chanson !

 

 

 

Scène pilote et relais parisien pour la musique live à Paris, les trois baudets se consacrent à la découverte, au développement et à la diffusion des jeunes talents francophones, d’ici et d’ailleurs. Dotés d’une salle de 250 places, deux bars et un restaurant, les trois baudets vous accueilleront du mardi au dimanche, pour enchaîner concerts, premières parties, cartes blanches, concerts jeune public, dédicaces, écoutes d’albums, ateliers d’écritures, rencontres et plus encore…

 

 

 

Sur les traces du visionnaire Jacques Canetti, exceptionnel producteur et fondateur du théâtre des Trois Baudets (1947), où sont découverts de nombreux talents (Brassens, Brel, Moustaki, Gainsbourg, Vian, Salvador, etc.), la Ville de Paris a choisi de faire revivre la salle mythique et de l’accompagner sur la scène de l’émergence musicale. Elle concrétise ainsi l’alliance moderne entre sa politique culturelle et une action militante de terrain.

 

 

 

La direction de ce nouvel établissement culturel de la Ville de Paris est confiée – à travers une délégation de service public – à Julien Bassouls, intrépide professionnel de l’indépendance et punk militant de la chanson, Denis Gérardy et Stefff Gotkovsky, avec pour mission la révélation des jeunes talents francophones.

 

 

300 occasions par an:
Le club chanson
Ouverts du mardi au samedi soir et le dimanche en journée, les trois baudets proposent 300 jours par an de découvrir en concerts les artistes pour une seule date parisienne, en série ou pour une longue durée (moins de 3 semaines).

Les spectacles jeune public
Le même spectacle jeune public est présenté sur 1 mois au rythme de 1 à 3 séances par semaine : le mardi après-midi pour les scolaires, le mercredi après-midi pour les centres aérés et les familles, et le dimanche pour une représentation à 11h avant ou après le brunch. À l’issue des représentations jeune public, des rencontres avec les artistes (auteurs, compositeurs et musiciens) permettent d’échanger, d’écouter, d’approfondir les oeuvres et de découvrir les arts de la scène.

 

Les actions culturelles
Sur le thème de la chanson, des ateliers accompagnent les amateurs et les initiés sur le chemin de l’écriture.
Des conférences et des débats ponctuent la saison autour de thématiques diverses (un artiste, un courant musical, un instrument, un pays…).
Transformés en salle d’écoute publique, les trois baudets proposent une expérience sensitive inédite : la découverte d’un nouvel album à sa sortie dans des conditions d’écoute optimum.
Dans le cadre des séances de dédicaces et des shows cases, l’équipement accueille les artistes pour présenter leur nouvel album, livre, film…

 

 

Ouverture mardi 10 février à 20h30, avec Cécile Hercule
Portes ouvertes les 7 et 8 février de 12h à 17h,
en présence de jeunes talents francophones, d’ici et d’ailleurs.

 

Programmation à venir :


Samedi 07 février 12h – 17h
Journée portes ouvertes en concert
Entrée libre

Dimanche 08 février 12h – 17h
Journée portes ouvertes en concert
Entrée libre

 

Mardi 10 février 20h30
Concerts
Cecile Hercule – Et pourquoi pas tout recommencer…
+ Mick est tout seul – Mickey indé

 

Mercredi 11 février 20h30
Concerts
Ami Karim – Touche pas à mon slam

 

Jeudi 12 février 20h30
Concerts
Monsieur Lune –  Pessimiste heureux

 

Vendredi 13 février 20h30
Concerts
Valhère – Emportée par la houle

 

Mardi 17 et Mercredi 18 février 20h30
Concerts
Nicolas Jules – Drôle de powête

 

Samedi 21 février 20h30
Concerts
RDV’S Lazy Live
Maion et Wenn – Humoureuses déjantées
Rodrigue – Délicieusement fou

 

Jeudi 26 février 19h
Apéro concerts
Abd el Haq & Felix J. -  Satirique slam expérience
Entrée libre

20h30
Concerts
Saule – Le géant vert
+ Orly Chap -  Rauque et folk

 

Vendredi 27 février 20h30
Concerts
Les festivals sur un plateau
Thérèse – Poids plume aiguisée
Arkolip – Contrebasse chantée
Toufo –Tout flamme

 

Samedi 28 février 20h30
Concerts
« Dans la famille Felix Jousserand du Spoke Orkestra, je voudrais : Thierry Théolier, Jean-Michel Espitalier, Fantazio, Benjamin Colin, Thôt ».

 

Bons spectacles,

Saint-Sulpice

 

 
Les trois baudets - Du mardi au samedi de 18h à 1h30, dimanche de 10h30 à 17h / restauration de 19h à 0h30 (brunch le dimanche jusqu’à 15h) – 64 Boulevard de Clichy – Métro : Blanche ou Pigalle – Bus : 54 / 30 / 74 / N01

 

 



Terre Natale, Ailleurs commence ici – Fondation Cartier – Paris

Terre Natale, Ailleurs commence ici - Fondation Cartier - Paris dans EXPOSITIONS 51Yc%2B1om%2BgL._SS500_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Avec Raymond Depardon, on se retrouvait sur la même question : que reste-t-il du monde, de la terre natale, de l´histoire de la seule planète habitable aujourd´hui ? » Paul Virilio

Tandis que le monde est à un moment critique de son histoire, où l´environnement conditionne ce que l´homme fait et ce qu´il va devenir, l´exposition Terre Natale, Ailleurs commence ici propose une réflexion sur le rapport au natal, à l´enracinement et au déracinement, ainsi qu´aux questions identitaires qui leurs sont attachées.
Alors que Raymond Depardon donne la parole à ceux qui, menacés de devoir partir, veulent demeurer sur leur terre, Paul Virilio expose la remise en cause de la notion même de sédentarité face aux grands phénomènes de migrations. La pensée de Paul Virilio est illustrée par la mise en scène des artistes et architectes Diller Scofidio + Renfro et Mark Hansen, Laura Kurgan et Ben Rubin.

L´exposition est ainsi conçue comme une confrontation, un dialogue contradictoire et complémentaire, entre Raymond Depardon, cinéaste et photographe, dont on connaît l´attachement à la terre, à la parole, à l´écoute, au monde des paysans et qui depuis toujours a fait le choix du politique et du poétique, et Paul Virilio, urbaniste et philosophe, qui depuis longtemps travaille sur la vitesse, l´exode, la fin de l´espace géographique, la pollution des distances.
Pour aller plus loin…

 

terrenatale2 dans EXPOSITIONS

Terre Natale:


« Écoutons ces gens, qu´ils soient Chipaya, Yanomami, Afar, écoutons ces gens, et donnons-leur un peu la parole afin qu´on puisse les entendre s´exprimer dans leur langue, avec leur façon de parler, leur expression du visage. »
Raymond Depardon

L´enracinement, la relation qu´entretient une population avec sa terre, sa langue, son histoire s´incarnent dans la monumentale projection d´un film de Raymond Depardon spécialement réalisé pour cette exposition. Avec Claudine Nougaret, qui a accompli la prise de son, ils ont voyagé au Chili, en Éthiopie, en Bolivie, en France et au Brésil à la rencontre de nomades, de paysans, d´îliens, d´Indiens tous menacés de disparaître ou vivant en marge de la mondialisation. Ils prennent la parole dans leur langue maternelle, langue ancrée dans la terre – « je suis née dans ma langue » dit une femme – et déclarent leur colère et leur douleur face aux menaces et aux craintes qui pèsent sur leur existence.

« Venant de parcourir le monde pour « donner la parole » aux [...] minorités menacées [...], j´ai éprouvé le besoin d´affronter le monde qui est le mien, celui de « la maladie de la vitesse  » que dénonce Paul Virilio. »

Raymond Depardon

Après avoir « donné la parole » et célébré ceux qui veulent demeurer, Raymond Depardon fait ainsi l´expérience de la globalisation et du rétrécissement des distances, qu´il raconte sous la forme d´un journal filmé sans parole. En 14 jours, d´est en ouest, seul avec sa caméra, il a fait le tour du monde en passant par Washington, Los Angeles, Honolulu, Tokyo, Hô Chi Minh-Ville, Singapour et Le Cap.

 

Ailleurs commence ici:


« Parce que moi j´ai la nostalgie de l´ampleur du monde, de sa grandeur. »
Paul Virilio

Le journal de voyage de Raymond Depardon – dialogue à distance avec Paul Virilio – nous conduit vers la seconde partie de l´exposition, Ailleurs commence ici, réalisée sous la direction de Paul Virilio et scénographiée par les artistes et architectes américains Diller Scofidio + Renfro, Mark Hansen, Laura Kurgan et Ben Rubin.

« La sédentarité et le nomadisme ont changé de nature. [...] Le sédentaire, c´est celui qui est partout chez lui, avec le portable, l´ordinateur, aussi bien dans l´ascenseur, dans l´avion, que dans le train à grande vitesse. C’est lui le sédentaire.

 Par contre, le nomade, c´est celui qui n´est nulle part chez lui. »
Paul Virilio

Paul Virilio expose la remise en cause du pouvoir de demeurer. L´accélération des mouvements, « la grande mobilisation migratoire », remet en cause la notion même de sédentarité, puisqu´on estime que plus de 200 millions de personnes seront forcées de se déplacer d´ici 2050. Cet exode, sans précédent dans l´histoire humaine, intimement lié à la mondialisation et au changement climatique, rencontre la finitude de l´espace géographique, « la disparition de la grandeur du monde » avec la révolution des transports et des télécommunications. L´exode urbain succédant à l´exode rural, la réurbanisation du monde, ainsi que la nomme Paul Virilio, annonce l´apparition de « l´outre-ville », la ville de l´exil urbain, la ville du départ, à l´instar des gares, des aéroports et des futurs spatioports.

Ainsi, c´est l´avenir même de la notion de terre natale qui est questionnée par Paul Virilio. Cet « ailleurs commence ici », qui préfigure la mobilisation globale, est donné à voir dans l´exposition sous la forme d´un ouragan visuel d´images d´actualité, littéralement chorégraphiées sur une cinquantaine d´écrans.
L´ultime salle de l´exposition est entièrement consacrée à une cartographie inédite, qui offre une visualisation dynamique des migrations de population et de leurs causes à travers une projection circulaire créant un environnement immersif. Le visiteur se voit entouré par la projection d´une sphère tournant autour de la salle et qui, à chaque orbite, traduit et retraduit les différentes données migratoires sous forme de cartes, de textes et de trajectoires.

L´exposition bénéficie de la collaboration de François Gemenne, chercheur et enseignant à Sciences Po (Centre d´études et de recherches internationales) et à l´Université de Liège (Centre d´études de l´ethnicité et des migrations) sur les mouvements migratoires liés aux changements de l´environnement.

Commissaire général de l´exposition :
Hervé Chandès, Directeur Général de la Fondation Cartier pour l´art contemporain.

 

terrenatale3

 

Bonne exposition,

Saint-Sulpice

 

Terre natale. Raymond Depardon & Paul Virilio. Ailleurs commence ici – Fondation Cartier pour l’art contemporain -261, Boulevard Raspail – 75014 Paris – Jusqu’au 15 Mars 2009 - Tarifs: Plein 6.5€ – Demi 4.5€

 



Dieu existe t’il?

Dieu existe t'il?  dans chronique satirique jpg_dieu

 

Ben pas les jours de grève, c’est clair!!!!

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice



La Salon des pauvres

La Salon des pauvres dans chronique satirique z87wden5

 

Après le Salon des milliardaires, il y a, vu la conjoncture économique des plus « florissantes », de fortes possibilités de voir apparaître un jour le salon des pauvres, porte de Versailles ( Le paradoxe me plaît déjà). Bien que rappelez-vous petit peuple le jour où vos aînés, le ventre affamé, firent le trajet à pied de Paris jusqu’au château du bon Louis et de la Toinette pour quémander un quignon de pain ( La RATP était déjà sûrement en grève!). Toutes les grandes enseignes de la Pauvreté y seraient réunis. Hormis les traditionnels stands de chez Emmaüs, du Secours Populaire, nous pourrions évidemment réunir l’ensemble de ces gentilles compagnies de Crédit « Soficon » « Cesteslarmes » et j’en passe… Nos gentils banquiers aussi, « Banque Nationale des Pauvres », « Société des Galeux », « Crédit des lésés »etc… L’ambiance serait à la fête! De gentils scouts montreraient à tous les pauvres manants, au travers d’ateliers d’initiation, comment faire un abri au bois de Vincennes avec trois rondins et une banderole de la C.G.T, des latrines de fortunes avec les restes des litières de nos amis canidés et j’en passe. L’armée pourrait y céder gracieusement ces vieilles rations de survie irradiées. « Quechuatessouhaits » y ferait la démonstration de sa nouvelle tente funéraire à naphtaline intégrée! Un célèbre fabricant de meuble Scandinave y vendrait des cercueils en  »Pin des landes » ( On en regorge actuellement!) à monter soi-même, modèle « TEMORKONAR »!  Les  »Pompes Funestes Garanties » y proposeraient des ristournes d’enfer sur les cérémonies mortuaires! Toutes les nationalités y seraient représentées et tous seraient sur le même pied d’égalité et gangrené. »Tréfontaine, le Pinard qui tue net… », enfin, arroserait tout cela à coup de gros rouge frelaté…

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



12345...16

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne