Mercantour – France

 Mercantour - France

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Colombie Britannique – Canada

Colombie Britannique - Canada

BC%20Eskay%20Creek%20-%20271

high%20alt%20mountains

17030018

17050001

17200002

17050012

17030002

 

La Colombie-Britannique est la province la plus occidentale du Canada, elle longe la côte Pacifique du Canada. Elle a une forme allongée orientée du sud-est vers le nord-ouest, que l’on peut schématiser par un parallépipède. Les régions limitrophes sont l’Alaska au nord-ouest, le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest au nord, l’Alberta à l’est, et les États américains de Washington, Idaho et Montana au sud.

La province est majoritairement dominée par des chaînes montagneuses globalement parallèles à l’axe nord-sud principal de la province, notamment les Rocheuses canadiennes, la Chaîne côtière, les montagnes Cassiar et les montagnes Columbia. Ces montagnes recouvertes de vastes forêts ont été érigées il y a des dizaines de millions d’années lors de la subduction de la plaque océanique sous la plaque nord-américaine.

Dans la partie sud située entre les chaînes montagneuses de l’ouest et celles de l’est, se trouve un vaste plateau intérieur tandis que le coin nord-ouest de la province est occupée par des plaines légérement ondulées dans le prolongement des grandes plaines de l’Alberta et de la Saskatchewan.

La côte, très montagneuse, est renommée pour ses nombreux fjords bordés de forêts, qui contribuent à rendre les paysages spectaculaires.

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



Le point sur Robert – Espace Cardin – Paris

Le point sur Robert - Espace Cardin - Paris 1c0ccc74-db31-11dd-8500-101f2e2fa19f

 

Il surgit de la coulisse, côté jardin, armé seulement d’une pile de livres fatigués d’avoir été lus, maniés, promenés. Peut-être même malmenés par la passion… De noir vêtu, version confort, Fabrice Luchini reçoit le public à la maison. Pour cette reprise du spectacle créé il y a quelques mois, Le Point sur Robert, c’est à l’Espace Cardin que nous sommes conviés. Un grand théâtre. Sept cent cinquante places. Mais rien à côté des jauges énormes qu’il vient d’affronter quatre mois durant en France, jusqu’à mille cinq cents, voire deux mille personnes. Il faut les tenir, se faire entendre.

Il y a du dompteur en lui. Il sait y faire. Dans la salle, il y a des bleus, des débutants, des accros. Et même quelques fanatiques. Il s’adresse à tous. Habile. Parfois, il se laisse entraîner. De la même façon qu’il adore répéter une phrase bien balancée pour mieux la faire goûter à l’auditoire, il s’enferre dans la redite, notamment lorsqu’il s’adresse aux absents. Le plus souvent les politiques. Ceux qui sont venus le voir. Ceux dont il imagine la venue. Il faut se méfier de ce penchant, car on bascule très vite du côté des chansonniers. Or c’est de littérature qu’il doit être question. Et c’est bien suffisant ! La plus haute.

Il commence très fort, par Paul Valéry. Difficile. Fascinant et complexe, impeccable et subtil. Luchini ouvre les portes. Il rend claires des formules complexes. Il se joue des embûches. Il a travaillé. Et pas qu’un peu. Vient le grand moment de bravoure de cet opus autobiographique. Robert, c’est lui. Fabrice a raté Waterloo, mais pas les années 1970. Son entrée dans le monde. Le récit épique du tournage de Perceval le Gallois, de ­Chrétien de Troyes, par Éric ­Rohmer, est un morceau d’anthologie. Du très haut Luchini. Mais rien à côté de sa visite rue Servandoni, chez Roland Barthes. Magnifique. On rit comme jamais. Chroniqueur d’une époque dont il a compris toutes les coquetteries – du Palace au snobisme des faux dévots des cours magistraux d’alors -, il est d’autant plus libre qu’il a dû batailler pour être admis. Pour obtenir ses brevets d’intello. Ceux qui sont distribués par des faiseurs patentés. Plus rien à prouver, Luchini. Il est plus que doué. Par-delà la brillante virtuosité pointe parfois l’angoisse. Celle de Michel Bouquet avec qui il converse. Fabrice Luchini sait bien que son cher maître a raison et que son pessimisme n’est pas infondé. Mais il y va. Il affronte. Il en remet. Il croit aux poètes.

Cela fait un bien fou. Simplement par le rire, encore le rire, l’émotion, l’admiration.

Bonne réjouissance

Saint-Sulpice

Espace Cardin – 1, Avenue Gabriel - 75008 Paris – Tel: 01.44.56.02.02 – Bus 72 – Bus 69 – Métro 12 Concorde – Métro 8 Concorde – Métro 1 Concorde – Du 20 décembre 2008 au 15 février 2009 – Tous les jours sauf le dimanche à 20h30. Le dimanche à 17h - Tarifs: Selon catégories, 22, 37 et 50€.



Paysages divers – Partie 1

Paysages divers - Partie 1 Acacia%20Tree%20at%20Sunset%2C%20Africa

Bluebells%20in%20the%20Forest

Natural%20Grandeur%2C%20Glacier%20National%20Park%2C%20Montana

Hybrid%20Poplar%20Trees%2C%20Boardman%2C%20Oregon

Rice%20Terraces%2C%20Bali

Guangxi%20Province%2C%20China

Field%20of%20Arrowleaf%20Balsamroot%20and%20the%20Teton%20Range%2C%20Wyoming

Redwood%20National%20Park%20in%20Fog%2C%20California

Tom%20Macall%20Preserve%2C%20Columbia%20River%20Gorge%20National%20Scenic%20Area%2C%20Oregon

Shafts%20of%20Light%2C%20Mount%20Baker-Snoqualmie%20National%20Forest%2C%20Washington

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 

 

 

 



1...1011121314...16

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne