« Le Métro Parisien vu par Akemi Noguchi » – Musée Carnavalet

Dans le cadre du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, le musée Carnavalet présente l’œuvre du graveur japonais Akemi Noguchi (né en 1946) sur le thème du métro parisien.
La cinquantaine de planches exposées, dont certaines font l’objet d’une donation au musée, révèle le regard de l’artiste sur ces lieux a priori ordinaires dont il sait extraire les éléments d’un univers très personnel, étrange et poétique.
Le visiteur est convié à une promenade souterraine au fil de stations presque désertes, parcourues par des rames fantômes, où surgissent des personnages incongrus : une femme tenant en laisse un cochon (La Chapelle), une fillette poussant un cerceau (Kléber), un cavalier (Gare d’Austerlitz) ou un motocycliste (Javel). Parfois, la mer envahit les voies, et on ne s’étonne pas alors d’y voir un couple de dauphins (Pont de l’Alma) et même un phoque au garde-à-vous, tenant seau et balai, qui côtoie un escadron d’avions de chasse (Châtelet-les Halles). Chaque station est prétexte pour l’artiste à la création d’un microcosme onirique issu des associations d’idées que lui suggèrent le nom de la station, le quartier où elle se trouve, les affiches qui y sont présentées, ou sa propre expérience.
Les planches, au graphisme épuré, sont toutes conçues sur le même principe, et montrent une portion de quai avec, toujours bien visible, le panneau nominatif qui permet d’identifier la station. La palette sobre, dominée par le noir et le beige, s’anime d’éclats de couleur: une pointe de vert cru ou de rose vif, de larges plages bleues évoquant le ciel ou l’eau viennent parfois relever la rigueur de la construction. Elles soulignent certains détails, éléments de signalisation, messages publicitaires ou vêtements des usagers.
Le regard différent et subtil qu’Akemi Noguchi porte sur le métro parisien influencera certainement la vision que ses usagers quotidiens et indifférents peuvent avoir du vaste réseau de la capitale.

Bonne exposition

Saint-Sulpice

Du 10 Octobre 2008 au 1 Février 2009 - Galerie de liaison du musée Carnavalet  – 23 rue de Sévigné – 75003 Paris – Tél: 01.44.59.58.58 – Exposition ouverte du mardi au dimanche, de 10h à 18h, sauf les jours fériés – Entrée Libre



Mobile Art Chanel – New-York

Mobile Art Chanel - New-York mobileart-chanel-hk-011

Lancé en début d’année par Karl Lagerfeld et l’architecte Zaha Hadid, le musée itinérant Chanel regroupe les œuvres d’une vingtaine d’artistes. Il permet au public d’explorer gratuitement le pays de Coco, Jeanne Moreau dans les oreilles…

Quand un styliste de renom, patron d’une grande maison de luxe, et une architecte en vogue, lauréate 2004 du prix Pritzker, se rencontrent cela donne un OVNI du monde de l’art!  Le Mobile Art Chanel, conçu par Karl Lagerfeld et Zaha Hadid, ne ressemble en effet à aucun autre musée. Itinérant, il se trouve actuellement à Tokyo.
Gratuit et ouvert à tous, il offre au public un voyage initiatique au pays de l’art. En véritable mécène, Chanel a fait appel à une vingtaine d’artistes de renoms. Yoko Ono, Sophie Calle, Daniel Buren ou encore Lee Bulou ont répondu présents.
Le pavillon griffé n’est pas une exposition ordinaire, puisqu’il est conçu comme une fiction de 30 minutes. MP3 sur les oreilles, le visiteur se laisse guider par la voix de Jeanne Moreau à travers les différentes sculputres, peinture et autres vidéos, accompagné de musiques, sons et ambiances différents. Toutes les œuvres ont quand même un point commun : le fameux sac noir matelassé, créé par Coco Chanel dans les années 50. A partir de là, toutes les folies sont de mises, au point que le visiteur a parfois du mal à trouver le lien avec le petit sac noir…

 

Un musée mobile sans précédent
Mais le Mobile Art Chanel ne brille pas seulement par les œuvres qu’il contient. L’architecte anglo-iranienne Zaha Hadid s’est fait plaisir en proposant son prototype, façonné dans le Yorkshire. En forme de coquillage, le musée mesure 763 m². De couleur nacre brillant pour l’esthétique, il est composé de 300 panneaux de FRP (Fiber Reinforced Plastics), mélange de plastique et de fibres.
Découpé par ordinateurs, et transporté par avions-cargos, le Mobile Art Chanel est conçu pour être assemblé en quatre semaines seulement, afin d’être plus facilement déplaçable.
Côté architecture, il est constitué d’arcades, d’une cour centrale, d’une terrasse ainsi que d’un plafond vitré situé à 6 mètres de hauteur.  

 
mobileart-chanel-hk-031

 

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice

 



1...34567

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne