Mine 2 rien

Mine 2 rien (présentation)

C’est au hasard de mes pérégrinations bloquesques que je découvris il y a peu une jeune femme pleine de talent et d’humour et c’est pourquoi, amis et amoureux de la bande dessinée de qualité et pleine de verve que je vous convie à la découvrir à votre tour. Voici le lien ( que j’indiquerai de toute façon dans « mes liens »);

http://mine-2-rien.fr/

 

A bientôt, 

Saint-Sulpice



La plaidoirie

Plaidoirie

                    Un petit tribunal de province, un matin de Décembre…..

                 - Non mesdames et messieurs les jurés, je vous le répète, Archibald Montrule, mon client n’est pas responsable de ces actes. Observez-donc cet air bête, cet oeil hagard et ce regard d’abruti! Voilà ce qui caractérise mon client, mesdames et messieurs, son ignorance, sa naïveté, sa candeur! Comment pareil benêt aurai pu concevoir une telle abomination!  C’est un peu l’idiot du village, le simple d’esprit qui au quotidien vous aidera à porter votre pain, balayera votre jardin le débarrassant des feuilles mortes accumulées! C’est un bon petit gars au grand coeur et à l’esprit simple.

                   Et dire que l’on ose l’accuser d’avoir des années durant éliminé froidement plus de trente victimes! Je ne peux me résoudre à y croire…..Avec un couteau de surcroît, je me gausse! Le pauvre Archibald se serait lui même coupé le doigt plutôt que la tranche de pain devant lui tellement il est maladroit! Trente victimes dont la plupart étaient des hommes dans la force de l’âge, un bûcheron, un pompier, un tailleur de pierre et j’en passe! Foutaise, je vous le dis tout haut, foutaise que cela!!! Regardez-moi donc mon idiot d’Archibald, comme il est malingre, chétif! Et vous voudriez me faire croire monsieur le Procureur Général et vous mon cher collègue et confrère de la partie civile que ce brin d’asperge a pu faire face à ces colosses! Risible, ceci est risible!

                   Comment cet homme n’étant pas capable de coordonner son propre esprit aurai t’il pu manigancer la mort de ces gens là…..qu’il ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam! Soyons réalistes! Certes la Maréchaussée a retrouvé une empreinte digitale appartenant à mon client chez plus de trois des victimes mais sur des babioles, un fer à repasser, une cafetière et un plateau de service mais tout le monde sait que ce brave homme agrémentait ses fins de mois en faisant par ci et par là quelconque brocante. Que le fruit de celles-ci lui permettait de se nourrir plus convenablement! Non arrêtons ce cirque!

                   Mon client a un quotient intellectuel à peine plus élevé que celui d’une huître et vous voudriez me faire croire qu’il est responsable de tant d’atrocités! Même la vue du sang le révulse. Le boucher du coin ici présent le confirmera, la simple vue d’un onglet ou d’une bavette lui suffisait pour s’évanouir et vous voudriez affirmer qu’il est pu assassiner froidement à coup de couteau trente personnes à raison d’une moyenne de quatre-vingt coups de couteau par victime! Non cela n’est pas réaliste!

                   Vouloir à tout prix trouver un coupable pour ces odieux faits nous plonge indéniablement dans une tragique erreur judiciaire. Qu’il est aisé de s’en prendre au plus faible pour faire triompher la justice…..Cela est si simple et pourtant ce n’est pas la vision que je m’en faisais en prêtant serment il y a plus de vingt ans et que je voudrai penser de la justice en quittant ce tribunal après que vous ayez rendu votre verdict!

                    Archibald Montrule n’a commis qu’un crime celui d’avoir voulu contenter quelques chineurs de babioles diverses ramassées çà et là et dont certaines d’entre-elles se retrouvèrent plus tard aux domiciles de trois de ces pauvres personnes cruellement assassinées!

                    Faire du chiffre n’est pas tout et je ne doute pas, Monsieur le Président, que telle n’est pas votre vocation et que le bénéfice du doute, que je m’en souvienne, profite toujours à l’accusé!

                  C’est pour toutes ces raisons, pour l’absence de preuves tangibles et pour éviter l’incarcération d’un innocent que je vous demande, Monsieur le président, Messieurs les assesseurs et mesdames et messieurs les jurés de prononcer l’acquittement de mon client, Archibald Montrule!

 

Bien à vous

Saint-Sulpice

 



La bonne parole…

La bonne parole...  dans chronique sadique mendiant

 

- Que fais-tu mon ami?

- Je mendie!

- Souvent?

- Tous les jours, monsieur.

- Combien d’heures par jour mendies-tu mon brave?

- 8 heures par jour qu’il vente ou qu’il grêle, monsieur.

- Tu devrais essayer de t’habiller un peu mieux quand même!

- Mais je n’ai rien! Le peu que je gagne va dans la nourriture.

- Manger, Manger mais tu n’as que ce mot à la bouche!

- Parce que j’ai faim!

- Il n’y a pas que ça dans la vie!

- Mais je crève de faim et je n’ai pas d’argent!

- Eh bien mendie plus et tu gagneras plus!

 

Bien à vous,

Saint-Sulpice



Paris au temps des fiacres

 Paris au temps des fiacres BTQ452d07c58b500

                 

                       Paris au temps des fiacres par Philippe Mellot aux éditions  »De Borée ».

                      Une promenade dans Paris de la Belle Époque à travers 250 photos et illustrations. Paris a bien changé, la superficie et la population ont doublé vers 1850. Mettre en place un véritable réseau de transport est indispensable, c’est ce que nous raconte cet ouvrage. Explication et différence entre fiacre, omnibus, cocher de Seine à travers de nombreuses illustrations.

                    Au lendemain de la Commune et des transformations du Second Empire, Paris au temps des fiacres vous convie à parcourir les rues du vieux Paris pour des excursions saisissantes à travers les quartiers les plus étranges, comme les fortifications et les cafés pouilleux de la place Maubert, mais aussi les plus remarquables, comme les rives de la Bièvre et les Grands Boulevards.

                      Vous découvrirez un Paris silloné par les tramways, les omnibus, les fiacres et les charrettes à bras dans un ballet d’encombrements qui rappellent curieusement ceux que nous connaissons aujourd’hui. Au-delà des transports Parisiens et à travers plusieurs centaines de photos et de dessins couvrant une période allant de 1830 à 1917, cet ouvrage pose aussi un regard sensible sur la vie quotidienne des Parisiens dont les métiers aujourd’hui disparus révèlent des personnalités passionnantes.

                       Par Philippe Mellot, spécialiste de Paris au 19 ème, auteur de plusieurs ouvrages sur les rue de Paris à travers la photographie ancienne. Après des années de recherches vous trouverez des centaines de photos inédites qui offrent aux chercheurs, aux architectes et aux amateurs une formidable richesse documentaire sur le Paris disparu.

Bonne lecture,

Saint-Sulpice



1...34567...20

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne