Le pigeon et le banquier

 Le pigeon et le banquier dans chronique du quotidien pigeon-thumb

 

Un pigeon à l’allure déprimée

s’en alla voir son banquier

avec l’espoir de lui demander

de bien vouloir l’aider.

 

Mes respects Mr le banquier.

Que puis-je pour vous mon bon pigeon?

Je suis actuellement un peu en difficulté

et cherche auprès de vous une solution.

 

Que m’apportez-vous en échange d’un peu d’argent?

s’encquiert naturellement le rusé financier.

Eh bien rien! puisque je viens vous en demander!

répond avec moult étonnement le manant.

 

Vous êtes un ancien client,

je vais donc faire un effort

et vous prêter de l’argent

afin d’améliorer votre sort.

 

Le pigeon s’en alla content,

le banquier se frotta les mains

et calcula les intérêts avec entrain

tout en se réjouissant amplement

 

Le temps passa rapidement,

le pigeon dépensa aisément

les précieux euro prêtés

et se retrouva vite ruiné.

 

Il retourna voir son banquier

le pas lent et la mine attristée

supplia d’obtenir son indulgence

et lui demanda une nouvelle chance.

 

Le véreux ainsi flatté

concéda un nouveau prêt

avec d’incroyables intérêts

et le pigeon s’en alla tranquillisé.

 

mais deux mois passèrent,

ses comptes chutèrent,

ses intérêts explosèrent,

et il entrevit la misère.

 

ses cartes de crédits furent avalées,

ses chèques vite refusés,

son loyer il ne put acquitter

et ses charges et autres frais honorer.

 

Le banquier devint injoignable.

les commandements à payer

furent quasi-journaliers

et le pigeon tomba malade.

 

Si le médecin fut vite échaudé

de voir son malade ne pas le régler,

les huissiers eux se réjouissaient

d’une proie tant incommodée!

 

Le praticien requit le grand air

et les huissiers l’expulsèrent.

Le pigeon fut vite délogé

et ses maigres biens confisqués.

 

il alla sonner chez le banquier

qui le somma vertement de dégager

sous peine ultime d’alerter

dans les plus brefs délais les autorités.

 

Sa femme vite s’évapora

les enfants sous les bras.

 le pauvre déprima

et dans l’alcool se plongea. 

 

 son employeur le licencia

après l’avoir averti trois fois

avec comme seule indemnité

un bon et rude coup de pied 

 

l’hiver vint avec ses gelées,

 le malheureux frissonna

quêtant de quoi s’alimenter

empli de peine et désarroi.

 

Souvent devant ses yeux

 le satané banquier il voyait

sans jamais oser le regarder.

le pauvre alors fit appel à dieu!

 

mais avant de recevoir un signe,

la faim et le froid le terrassèrent

un vif et beau matin d’hiver

victime d’un système indigne.

 

Le banquier fut étonné

de voir son bon pigeon

se dérober pour de bon

sans avoir soldé ses prêts.

 

Adieu petit et malingre pigeon

qui définitivement a fait faux-bond,

laissant son usurier fort furibond

de n’avoir entièrement récupéré son pognon!

 

Saint-Sulpice

 

 



Laisser un commentaire

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne