Les pauvres…..

l pauvre                    

 

 

                         Bonne nouvelle amis démunis! vous ne pouvez qu’évoluer. Le pauvre est facilement reconnaissable à son sac Tati ou Ed. Il aime regarder les vitrines mais n’a pas les moyens d’acheter alors en règle générale il termine à nettoyer lesdites vitrines pour augmenter son maigre pouvoir d’achat. Le pauvre est digne. Au même titre que nous avons les nouveaux riches nous possédons aussi nos nouveaux pauvres. Le pauvre n’a pas de souci pour faire ses comptes car il n’a pas d’argent. Si pour le riche l’ISF représente l’Impôt sur la grande fortune, chez le pauvre cela ressemble plus à Insolvabilité, Surendettement, Faillite. Le pauvre à faim et le riche lui veut maigrir. Le pauvre se console dans la pratique de religions pour demander de l’aide à Dieu pendant que le riche pratique le golf au Vésinet priant le même Dieu pour que son swing soit parfait. Le pauvre habite dans des clapiers que le riche lui loue à prix d’or. Le pauvre à bon coeur et n’hésite pas à partager le peu qu’il possède pour venir en aide à son voisin. Le riche lui aussi aide son prochain, il lui prête de quoi se refaire avec moults intérêts à la clef bien entendu. Pas con le riche car il n’y a pas de petits profits. Souvent le pauvre va travailler chez le riche qui en bon père de famille lui ouvre les bras et le considère comme son fils déshérité.

                       Le pauvre aime la nature et le grand air. Ne vit-t’il pas dans la rue, mendiant tant bien que mal quelques euro pour subsister. Le riche lui va à l’église pour extraire sa culpabilité devant tant de misères chaque jour croisée. Le riche n’aime pas le pauvre qui l’empèche par de belles matinées d’été de poser son honorable fessier sur les rares bancs de notre charmante capitale squattés par ces pauvres hères ou crottés par de malicieux pigeons diarrhéiques. Le pauvre souvent ne passe pas l’hiver quand le riche lui revient des sports-d’hiver. Le pigeon lui résiste ( C’est incroyable la résistance de ses fieffés granivores, pauvre prends-en de la graine!) Donc le pauvre a une existence rude se devant de survivre et néanmoins se reproduisant pratiquement autant que nos petits pigeons, picorant comme eux ça et là les restes de nos bedonnants nantis. De temps à autre un jeune chien fou à la truffe crottée vient uriner sur le maigre festin et part joyeusement en remuant la queue vers de nouvelles sources odoriférantes. Quelle misère……  



Les bobos

Bobos en ballade               

 

 

 

                    Se tirer une balle dans le pied fait généralement mal et pourtant je m’apprêtes à le faire. Le bobo fleurit dans notre capitale plus rapidement que les pigeons se reproduisent. Le bobo (Bourgeois Bohème) aime notre Capitale, il s’y sent bien. Mais le Bobo refuse d’intégrer certains quartiers trop conventionnels. C’est pour cela qu’il évite inexorablement le riche et clinquant XVI ième arrondissement et le trop traditionnel VII ième. Le bobo préfère les quartiers dits « populaires » qu’il investit à grand coup de pédales de vélib tout en prêchant la bonne parole. C’est donc au coeur des masses populistes qu’il érige son nid. Le bobo renie ses origines mais pas son pouvoir d’achat. Tel un bon missionnaire jésuite blanc aux poches emplies de bons et gros billets pour le Paradis,  les poches elles pleines d’euro il s’établit dans de grands entrepôts, ateliers, et appartements désaffectés les rachetant au meilleur prix pour les transformer en havres de paix. Le bobo aime alors s’encanailler dans les petits restaurants de son quartier, goûtant à toutes les saveurs exotiques et digérant ensuite ces mets lointains affalé aux terrasses de cafés. Le bobo pourtant en son for intérieur est de droite mais se doit de voter à gauche pour se donner bonne conscience. C’est tendance!On peut noter qu’il rencontre un problème évident d’acceptation mais évitons de nous plonger dans une trop sérieuse étude psychologique complexe!Le bobo ne rate pas une occasion de défiler auprès des sans-papiers et autres bonnes causes car le bobo à besoin de s’imprégner dans son nouvel environnement qu’il affectionne tant et de tenter d’être accepté par celui-ci.

                        Tous ces braves gens venant de multiples horizons sont pour le bobo une source d’enrichissement continue. Pendant que les familles qu’il soutien s’entassent dans des meublés de 20m2, le bobo arrose ses plants de chanvre dans son loft aux grandes baies vitrées. le bobo est naïf. Il s’indigne que ces pauvres gens ne puissent plus avoir les moyens de se loger mais ne comprends pas qu’à force de polluer par sa présence ces quartiers il participe pleinement à cette flambée. Le bobo aime clamer sa grande tolérance. Il aime dénicher les meilleurs prix pour ses poireaux et carottes au marché voisin mais n’hésites pas à dépenser sans compter dans ses boutiques de vêtement préférées. Le bobo est insouciant mais se veut de donner l’impression d’être investi. Le bobo n’aime pas la police, les institutions et l’autorité. il se croit rebelle, ca fait bien…..  A Paris il affectionne particulièrement les Xième, XIXième et XXième arrondissements qu’il à conquit tel un conquistador à coup d’étincellants billets. Le bobo vit comme un expatrié sans jamais quitter son quartier. Non content de coloniser Paris, les cohortes de bobos s’attaquent désormais à la Seine Saint-Denis. Si nous avons du vivre la période tragique de l’occupation allemande, nos derniers pauvres de la Capitale risquent bien à leur tour d’en vivre une nouvelle, économique cette fois!



Méchancetés enfantines…..

enfants                     

 

                         Comment reconnaître un enfant? Tout d’abord à sa taille généralement plus petite que celle d’un adulte (attention aux imposteurs). Je note néanmoins que les enfants aujourd’hui on la fâcheuse tendance à dépasser de plus en plus rapidement leurs géniteurs. Mais où donc est passée l’autorité parentale? L’enfant croit au Père Noël (Ça prouve sa connerie quand même!) et l’adulte croit à Nicolas Sarkozy (Sans commentaire)! L’enfant peut-être aussi identifiable à son visage boutonneux et à son regard hagard (un peu comme celui d’un labrador attendant son maître devant la porte d’une boutique). L’enfant est fatiguant, il braille. L’adulte est exténuant, il râle. L’enfant aime les bonbons, l’adulte les litrons. Autrefois l’enfant écoutait ses parents aujourd’hui il écoute son baladeur MP3. L’enfant est souvent en vacances, tant mieux! Comme cela il se prépare au mieux pour devenir chômeur. Pour calmer un enfant mettez-lui une tétine dans la bouche quand il est bébé, un cd « du roi lion » 354 fois d’affilées quand il est gamin(L’enfant ne s’en lasse jamais!!!!) et une console de jeux quand il est ado voire une bière et un joint pour les plus agités. L’enfant pose toujours des questions bêtes devant lesquelles l’adulte est généralement désemparé ( l’enfant est chiant). L’enfant croit toutes le conneries qu’on lui raconte et l’adulte croit toutes les conneries que le politique lui conte. Auparavant l’instituteur frappait l’enfant maintenant c’est le contraire et quand l’instit n’a pas assez mal les parents viennent l’achever(solidarité parentale)! L’enfant à besoin de liberté, l’adulte de tranquillité. L’enfant aime les dessins animés, l’adulte les acides animés voire les acides tout court. les enfants aiment jouer! ben….qu’ils en profitent car cela ne va pas durer! L’enfant est roi alors l’adulte boit. L’enfant aime tirer avec un bout de bois sur ses copains, l’adulte préfère un bon Smith & Wesson beaucoup plus efficace. L’enfant aime se déguiser  et l’adulte se travestir. L’enfant à la morve au nez et l’adulte la coke au nez. L’enfant n’aime plus les culottes courtes mais l’adulte apprécie toujours autant les mini-jupes! mais tout cela ne dure qu’un temps et rapidement l’adulte vieillit, l’enfant grandit. L’adulte redevient un grand enfant immature que sa progéniture doit alors épauler et supporter! Sans rancune……                                   



Parisiennes Absurdités

      Petit Parisien Art Print by Willy Ronis                       

                 

                     Le Parisien est généralement aisé mais aussi aigri. Le Parisien est individualiste. Le Parisien n’aime pas les autres Parisiens d’ailleurs il n’aime personne. Les pigeons aiment Paris mais le Parisien n’aime pas les pigeons ni les chiens. Le Parisien se croit supérieur. Le Parisien est un provincial parvenu qui un jour a posé son baluchon dans notre belle cité fin prêt à faire fortune. La rive Gauche élitiste méprise la rive Droite. Celle-ci le lui rend bien. Les Champs-Elysées sont une annexe banlieusarde au même titre que Les Halles. Le Parisien aime le Velib et faire chier les bus dans les voies réservées en tentant d’aligner trois coup de pédales.

                    Le Taxi parisien n’aime pas les Bus et les Bus n’aiment pas non plus les Taxis. D’ailleurs les Taxis comme les parisiens n’aiment personne. Le parisien aime les terrasses de cafés. Les garçons de café sont râleurs, n’aiment personne même pas eux-même. Le serveur ne sourit pas, vieille coutume locale . Le touriste aime les monuments et le Parisien n’aime pas les touristes. Le serveur fait une exception car il aime les pigeons et les touristes finalement. Le parisien parle Français, toujours Français et encore Français. C’est donc un attardé. Le touriste en est désolé. Le parisien est un villageois enrichi, le banlieusard est un villageois démuni, le provincial est un villageois authentique et le touriste est un véritable pigeon.

Bien à vous,

Saint-Sulpice



12345...9

Photos Passion |
stella-x-hudgens |
laeticia972et77 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Captures d'écrans de la gui...
| harleyquinn
| Snow et rando en montagne